Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

De la part d'Hannah

Couverture du livre « De la part d'Hannah » de Laurent Malot aux éditions Robert Laffont
Résumé:

Hannah est une petite fille de 10 ans à la santé fragile mais au solide caractère. Après trois ans passés au sanatorium, son père la fait sortir de l'hôpital pour reprendre une vie normale chez eux, à La chapelle Meyniac, un petit village du Sud-Ouest de la France. Il est convenu que son... Voir plus

Hannah est une petite fille de 10 ans à la santé fragile mais au solide caractère. Après trois ans passés au sanatorium, son père la fait sortir de l'hôpital pour reprendre une vie normale chez eux, à La chapelle Meyniac, un petit village du Sud-Ouest de la France. Il est convenu que son grand-père Jimino, doux anarchiste, amateur de jazz et surtout original, veillera sur elle. Nous sommes au début des années 60 en pleine guerre d'Algérie.
Les hommes sont mobilisés, et le père d'Hannah disparaît alors pour échapper à la conscription. Quelque chose se trame dans le dos d'Hannah qu'elle ne comprend pas bien. Mais, intelligente et perspicace, elle ne tarde pas à découvrir le pot aux roses. Effectivement, Hannah ne bénéficie plus de tutelle parentale puisque son père est porté déserteur. Aussi, la petite fille devrait être confiée à l'Assistance publique...
Et voici qu'elle apprend que sa mère, qu'elle croyait morte, est en vie ! Et qu'elle n'habite pas loin du tout, juste là, à l'autre bout du village, dans une maison où se rendent beaucoup de messieurs en journée et plus encore en soirée. On parle d'une " maison close ", ou plus explicitement d'un bordel. Voilà, Hannah a 10 ans et sa vie s'est jusqu'alors constituée autour d'un mensonge. Elle qui se croyait fille unique, malade et abandonnée, se retrouve en pleine forme et affublée d'une nouvelle maman.
Dans la petite tête d'Hannah, ça bouillonne. A tout prix, Hannah veut connaître la vérité. Mais, en rencontrant sa mère, elle n'est pas au bout de ses surprises. Juive d'origine allemande, chassée du village pendant la guerre, Elsa Kellerman, la maman d'Hannah, a réussi miraculeusement à survivre en se cachant. A cet instant, elle était trop juive. Mais à partir de la Libération, c'est de " sale boche " qu'on l'a traitée.
Cette situation est devenue intenable. Elle a dû fuir. En revenant à La Chapelle Meyniac, Elsa a accepté de travailler à l'hôtel de passe du village pour faire du ménage et des travaux de couture pour les filles. Au moins, se dit-elle, elle serait proche de son enfant. Désormais, Hannah peut retracer toute son histoire familiale et le parcours héroïque de sa mère. Hannah découvre aussi, même si la guerre est terminée, que la cruauté et la bêtise humaine, elle, perdure, tant les clichés ont la vie dure dans la mentalité des villageois.

Donner votre avis

Avis (11)

  • Laurent Malot nous a concocté un certes court mais efficace roman. À la première personne du singulier. L'auteur a eu l'habileté de choisir de se placer sous le point de vue d'une enfant de dix ans, vive et intelligente, une tête brûlée, à la langue bien pendue, et curieuse de tout. Alors,...
    Voir plus

    Laurent Malot nous a concocté un certes court mais efficace roman. À la première personne du singulier. L'auteur a eu l'habileté de choisir de se placer sous le point de vue d'une enfant de dix ans, vive et intelligente, une tête brûlée, à la langue bien pendue, et curieuse de tout. Alors, évidemment, c'est le point de vue d'une fille espiègle qui nous sert de repère, empreint d'une certaine forme de naïveté encore enfantine, et une bonne dose d'aplomb, duquel naissent parfois des images, simples certes, mais savoureuses et facétieuses. Rien n'est jamais vraiment sérieux avec Hannah, qui a la force de pouvoir tout tourner en dérision, volontairement ou non, même les événements les plus graves. Curieux personnage, néanmoins très attachant, puisque elle apparaît quelquefois étonnement caustique, ce qui permet de délester de sa gravité le fond de son propos et donne une certaine sensation de légèreté au roman. Ce qui évite au récit d'être noyé dans le pathos et de devenir trop larmoyant. Même si la tragédie est bien là, ancrée dans la mémoire du village et de ses citoyens.
    1961, c'était une drôle d'époque. Seize ans après la victoire des Alliés, les souvenirs de la guerre restent bien vivaces, les malades ou "tubards" qui ont été infectés par la tuberculose pendant ces années-là hantent encore les couloirs du sanatorium. Tandis que l'ombre d'une autre guerre lointaine, de l'autre côté de la mer méditerranée, pèse dangereusement sur les hommes en âge et en capacité de repartir livrer bataille, encore une fois, comme si les hommes étaient voués à mener une guerre sans fin. On ressent cette envie, ce besoin impérieux de profiter de la vie loin de tout ce qui peut rappeler la guerre. Dévoiler le texte masqué Chacun des personnages secondaires essaie de tourner le dos à l'horreur et de profiter, chacun, à leur façon, quelquefois maladroitement, certains de façon non conventionnelle, de cet espace de renouveau, légèreté qui leur est offert. Encore loin de se comprendre les uns les autres, cette envie est pourtant la même.

    La langue de Laurent Malot est une langue vive, dynamique à l'image de la petite personne qui les prononce et c'est ce qui rend ce texte sémillant. Cependant, au fur et mesure de ma lecture, j'ai senti un décalage entre la qualité du langage, souvent très argotique, parfois grossier, mais simultanément un peu trop soigné, trop travaillé, pour correspondre à celui d'une jeune fille âgée d'à peine dix ans. Et c'est dommage parce que cela porte préjudice à la cohérence du texte, qui peut paraître un peu trop artificiel.
    Si le récit est rendu très vivant grâce à, conjointement, la langue et au ton employé, c'est en grande partie grâce à cela que j'ai pris plaisir à suivre le destin de cette impétueuse jeune fille aux allures de garçon manqué. L'histoire, quoique bien ficelée et efficace, qui s'appuie sur les mystères entourant Hanna et sa famille, reste un peu trop en surface, d'après moi.

    Dévoiler le texte masqué Et naturellement, on se prend d'affection pour Hannah, jeune fille orpheline de mère. Attachante parce qu'elle n'est pas la jeune fille lisse et discrète que son père voudrait qu'elle soit car au fond elle ressent le fait d'être peu considérée au sein de cette famille éclatée. Victime malgré elle de bons ou mauvais choix personnels faits par ces adultes, victime d'une guerre qui a forcément transformé les gens, les a rendu parfois meilleurs, mais a parfois fait ressortir le pire d'eux-mêmes. Victime de choix malheureux, de secrets qui ne dépendent qu'à refaire surface, d'une famille, dépassée par ce temps d'après-guerre trouble et nébuleux, d'une situation qui la dépasse forcément mais qu'elle accepte avec force et dignité, puisqu'elle se refuse à endosser ce rôle de victime, d'orpheline. Voilà ce qui fait la force de son roman.

    L'histoire et la langue ne sont donc pas désagréables, loin de là, Hannah est une jeune française, comme il devait en exister tant d'autres, d'un couple mal assorti, sans doute, laminé par un conflit insurmontable. Hannah représente cette génération qui va devoir reconstruire sur les ruines de ses parents et grand-parents et porte cet espoir général mais aussi personnel, de ne plus être cette fille transparente aux yeux des siens. Cependant, à mes yeux, je trouve que l'histoire, la sienne, reste un peu trop rapidement survolée et qu'elle aurait méritée d'être un plus longuement développée. Il n'en reste pas moins qu'il reste un joli premier roman. Qui a su trouver son lectorat puisque c'est ce titre-là qui a remporté le plus grand nombre de votes pour le mois de janvier. Peut-être saura-t-il vous séduire, vous aussi.

    comment Commentaire (0)
  • Quel personnage attachant que cette petite Hannah !
    En lui donnant le rôle de narrateur, l’auteur colore son récit de la gouaille des « minots » des années 60. On retrouve les bêtises, les bagarres mais aussi les amitiés et la complicité qui ont fait le succès de la « Guerre des boutons...
    Voir plus

    Quel personnage attachant que cette petite Hannah !
    En lui donnant le rôle de narrateur, l’auteur colore son récit de la gouaille des « minots » des années 60. On retrouve les bêtises, les bagarres mais aussi les amitiés et la complicité qui ont fait le succès de la « Guerre des boutons ».
    Mais sous cette routine campagnarde, c’est toute la méchanceté, l’intolérance des esprits étriqués qui sont ici dépeintes. Au début des années 60, en Dordogne, les mentalités sont encore imprégnées de l’amertume de la Seconde Guerre Mondiale. Les allemands, les étrangers en général, sont haïs, tout comme ce qui n’est pas « politiquement correct ». L’ouverture d’une maison close va ainsi apporter une animation insoupçonnée dans ce petit village.
    Hannah y apparaît comme une petite fille très forte, très intelligente et très drôle. Durant ces quelques semaines, elle va apprendre le poids des non-dits, l’aigreur de la nature humaine mais aussi l’amour et l’amitié, quel que soit le schéma familial auquel on appartient.
    On côtoie aussi le premier homme dans l’espace, la Guerre d’Algérie et l’antisémitisme. Ce roman est ainsi un condensé de grande et de petites histoires dont la leçon à retenir est malgré tout le pouvoir de la gentillesse et de la bienveillance, d’où qu’elles viennent.
    A peine le livre terminé, Hannah nous manque déjà !

    comment Commentaire (0)
  • Né dans une famille de cinéphiles, Laurent Malot a goûté à tous les genres, du polar à la comédie musicale, du western à la science-fiction. Il aime vagabonder entre les genres, notamment la littérature, le roman jeunesse, le roman policier et le thriller, et tremper sa plume dans les formats...
    Voir plus

    Né dans une famille de cinéphiles, Laurent Malot a goûté à tous les genres, du polar à la comédie musicale, du western à la science-fiction. Il aime vagabonder entre les genres, notamment la littérature, le roman jeunesse, le roman policier et le thriller, et tremper sa plume dans les formats les plus divers : pièces radiophoniques, pièces de théâtre, romans et scénarios. De la part d'Hannah est son premier roman. Il a été sélectionné dans le cadre du Prix des Lecteurs 2020 du Livre de Poche.

    Hannah a dix ans et un caractère bien trempé. Elle vient de passer trois ans dans un sanatorium, lorsque, du jour au lendemain, on décrète qu’elle n’est plus malade et doit rejoindre son petit village de Dordogne. À La Chapelle-Meyniac, les cancans des mégères vont bon train. Hannah s’en méfie. En 1961, en pleine guerre d’Algérie, les blessures de la Seconde Guerre mondiale ne sont pas cicatrisées. Rien de pire que les rumeurs, surtout lorsqu’elles concernent votre mère… Cette mère qu'Hannah n'a plus vue depuis huit ans, cette mère qui reste un mystère.

    Ce premier roman de Laurent Malot est une plongée enchanteresse dans l'univers d'une petite fille au franc-parler pleine de vie et de spontanéité. Ce roman est également une plongée dans cette France rurale d'après-guerre et au temps de la guerre d'Algérie.

    Toute la prouesse de l'auteur tient au fait qu'il a su se glisser dans la peau d'une fillette de dix ans. De son langage, à ses espiègleries en passant par ses interrogations, tout est crédible. Laurent Malot restitue avec justesse les sentiments d'Hannah à travers sa quête de vérité et son désir de comprendre ce qui a bien pu arriver à celle qui lui a donné la vie et qui s'est volatilisée deux ans plus tard. Sans concession et via son regard de petite fille intrépide, Hannah nous livre ses réflexions sur ce monde qui est le sien : un village gouverné par les rumeurs où les préjugés et les intolérances règnent en maître. Elle évoque également sa cellule familiale atypique. L'absence de sa mère, le mutisme de son père, cet homme blessé qui préférera déserter plutôt que d'honorer ses obligations citoyennes, l'anarchisme de son grand-père et l'indépendance et l'autorité de sa grand-mère aimante. Au fil des pages, l'histoire d'Hannah se dessine, se révèle et avec elle, celle de la France post Seconde Guerre mondiale et au temps de l'Algérie. Le tout est agrémenté du charmant langage fleuri de la jeune héroïne qui donne à ce roman un air à la fois de Guerre des boutons et de Zazie dans le métro.

    Grâce à son écriture fluide, à son style vif agrémenté d'une insouciante fraîcheur et d'une pointe d'humour, Laurent Malot signe un premier roman touchant, empreint de cruauté et d’humanité desquelles l'espoir vaincra. De la part d'Hannah est un joli roman à découvrir.

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2020/05/mon-avis-sur-de-la-part-dhannah-de.html

    comment Commentaire (0)
  • Laurent Malot réussit la prouesse de nous faire vivre dans la tête d’une petite fille qui nous raconte avec son langage, sa façon bien particulière de s’exprimer, une longue année de sa vie, celle de ses 10 ans. Année décisive pour elle à bien des égards.

    Alors que cela fait 3 ans qu’elle...
    Voir plus

    Laurent Malot réussit la prouesse de nous faire vivre dans la tête d’une petite fille qui nous raconte avec son langage, sa façon bien particulière de s’exprimer, une longue année de sa vie, celle de ses 10 ans. Année décisive pour elle à bien des égards.

    Alors que cela fait 3 ans qu’elle est enfermée dans un sanatorium des Pyrénées pour une tuberculose, on lui apprend qu’en réalité, le diagnostic était erroné, qu’elle n’a rien, qu’elle peut sortir et retourner vivre chez elle.

    Chez elle, c’est à la Chapelle-Meyniac, petit village de Dordogne, une petite maison où vit son père veuf, indifférent, pour qui elle est invisible. Heureusement, il y a aussi son grand-père Jimino, et sa grand-mère, Martha qui ne vit pas loin.

    Hannah reprend l’école, redécouvre la vie provinciale avec ses rumeurs, ses non-dits, ses bassesses. Il faut dire que l’histoire se situe au début des années 60, quelques années seulement après la deuxième guerre mondiale, sur fond de guerre d’Algérie.

    A l’école, c’est clan contre clan, ceux du haut contre ceux du bas. Il n’y a que 2 classes, deux instituteurs. On se croirait dans « la guerre des boutons ».

    Commence alors pour Hannah une année d’initiation. Elle va de découverte en découverte, tout au long des 200 pages : sur sa mère qu’elle croyait morte, sur ses origines, sa religion, ses ancêtres, sur la vie de ses parents avant sa naissance et jusqu’à ses deux ans… Les évènements s’enchainent, le puzzle se construit, tout comme sa vie, son avenir se dessine, empruntant un autre chemin, bien différent de celui aperçu au début du roman.

    Cette petite fille est volontaire, curieuse, avec un franc parler et une gouaille certaine. On s’amuse à lire ses expressions tellement populaires, argotiques. On se croirait parfois dans un film d’Audiard, mais le langage reste celui d’une fillette.

    Malgré tout ce qui se passe, les problèmes rencontrés par Hannah, celle-ci reste positive, joyeuse, le ton humoristique est omniprésent. On sait qu’elle s’en sortira. L’épilogue nous le confirmera, avec son changement d’écriture. C’est toujours Hannah qui parle, mais une Hannah adulte, qui a appris à parler correctement le français.

    Un roman facile et agréable à lire, assez nouveau dans son style narratif, qui nous raconte une histoire prenante qu’on prend plaisir à découvrir.

    Citations :

    « C’était ça les ragots, comme du goudron fondu sur les pompes, il en restait toujours des traces. »

    « Les rumeurs c’est comme les mauvaises herbes, faut les détruire à la racine. »

    « Tu es en train de grandir, Hannah, ça n’est jamais facile. »

    « Ce qui m’a frappé, c’est leurs têtes à bouffer de l’avoine dans des gamelles en fer. Pas une pour sourire oy pour porter des couleurs. Ou alors de la couleur fadasse, qui se voit pas, comme des fleurs qui sentent rien. »

    comment Commentaire (0)
  • Deuxième roman lu dans le cadre du Prix des lecteurs du Livre de Poche.
    Je n'ai pas trouvé ce roman désagréable mais j'ai trouvé l'ensemble un peu "daté" alors qu'il est sorti en 2014.
    La faute certainement à l'époque dans laquelle s'ancre le roman, 1961, et au parti-pris narratif.
    A 10 ans,...
    Voir plus

    Deuxième roman lu dans le cadre du Prix des lecteurs du Livre de Poche.
    Je n'ai pas trouvé ce roman désagréable mais j'ai trouvé l'ensemble un peu "daté" alors qu'il est sorti en 2014.
    La faute certainement à l'époque dans laquelle s'ancre le roman, 1961, et au parti-pris narratif.
    A 10 ans, après 3 ans passés au sanatorium alors qu'elle n'était pas réellement malade, Hannah revient dans son village, où elle habite seule avec son père, car sa mère est morte quand elle était petite.
    Mais à son retour, beaucoup de choses ont changé et la fillette va en apprendre plus sur sa mère, et sur elle-même.
    Cette chronique villageoise, l'auteur a choisi de la faire raconter à Hannah, et son langage n'est pas des plus châtiés. Cela-dit, j'ai trouvé l'effet assez réussi et j'imagine tout à fait une fille de cet âge s'exprimer ainsi à la campagne, d'autant plus qu'elle est assez souvent livrée à elle-même.
    Par le parler d'Hannah, par les bagarres rangées entre enfants, par le côté un peu ancien, ce roman m'a rappelé la série des Allumettes suédoises de Robert Sabatier, que j'ai lue et relue quand j'étais enfant, ou encore La guerre des boutons, que je n'ai jamais réussi à lire par contre.
    Si le roman se lit facilement, il ne m'a pas non plus emballée ; le contexte, la France pendant la guerre d'Algérie, ne me passionne pas, et j'ai déploré trop de facilités au niveau de l'intrigue.
    Les ressorts dramatiques sont trop évidents et les scènes me donnaient un aspect de déjà-lu.
    J'ai peut-être lu trop de romans "du terroir" lorsque j'étais petite mais en tout cas, je ne retiendrai pas grand-chose de celui-ci.
    Il n'était pas fait pour moi.

    comment Commentaire (0)
  • Eté 1961, en pleine guerre d'Algérie, Hannah rentre du sanatorium. Elle retrouve son père et son grand-père dans son petit village. Sa mère est morte, elle pose des questions qui restent sans réponse.

    Elle est touchante Hannah, elle ne passe pas son temps à s'appesantir sur son sort, elle...
    Voir plus

    Eté 1961, en pleine guerre d'Algérie, Hannah rentre du sanatorium. Elle retrouve son père et son grand-père dans son petit village. Sa mère est morte, elle pose des questions qui restent sans réponse.

    Elle est touchante Hannah, elle ne passe pas son temps à s'appesantir sur son sort, elle reprend rapidement sa place à l'école, elle retrouve son amie Sarah et se bagarre quand il faut. Elle a de la gouaille et elle ne mâche pas ses mots même face aux commères du village.
    Quel tempérament !

    A mi-chemin entre la Zazie de Queneau et les gamins de la Guerre des Boutons.

    C'est un roman qui se lit rapidement, le sourire aux lèvres en dépit des coups du sort, des secrets de famille, des rebondissements un peu faciles. Pour autant, ne boudons pas notre plaisir, c'est une lecture agréable, fluide qui m' a charmée.

    Merci au Jury Littérature - Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2020 pour cette découverte !

    comment Commentaire (0)
  • Dans les années 60, nous faisons la connaissance d’Hannah, une fillette de dix ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Elle revient du sanatorium et s’installe dans sa famille, avec son père et son grand père. La seconde guerre mondiale est encore un souvenir intact, la peur de l’émigré est...
    Voir plus

    Dans les années 60, nous faisons la connaissance d’Hannah, une fillette de dix ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Elle revient du sanatorium et s’installe dans sa famille, avec son père et son grand père. La seconde guerre mondiale est encore un souvenir intact, la peur de l’émigré est déjà présente, et la guerre d’Algérie se profile, les jeunes partent faire un service militaire dont ils ne veulent pas et dont souvent ils ne reviennent pas. C’est dans ces conditions que nous allons suivre Hannah.

    Elle est étonnante cette petite fille, avec son caractère bien trempé, son vocabulaire de charretier parfois, son manque flagrant d’éducation et qui pousse sans trop d’amour, orpheline de mère, et tuberculeuse dans un sanatorium.

    Elle est d’autant plus étonnante qu’elle va apprendre peu à peu la réalité de son existence, affronter la duplicité et la méchanceté, la jalousie et l’envie, qui poussent les villageois, et de préférence les villageoises acariâtres et frustrées de La Chapelle-Meyniac à faire le mal autour d’elles.

    Elle est émouvante, attachante, bouleversante quand elle apprend qu’elle peut quitter le sanatorium ; quand elle cherche le dialogue avec son père, qu’elle veut savoir où est enterrée sa mère, qu’elle se bat avec ses poings, son énergie et tout son cœur contre ceux du haut, mais aussi contre ceux qui la blessent ; quand elle met toute son énergie aussi à faire parler Martha ou Jimino, le grand père au grand cœur et à la bouteille facile, lorsqu’elle en a assez des secrets de famille qui pourrissent l’existence.

    Elle a une grande maturité malgré sa jeunesse, un franc parler, une envie de vivre et d’être heureuse qui bouleversent le lecteur. De la part d’Hannah est un beau roman sur l’enfance, la filiation, la guerre, celle qui vient de finir depuis pas si longtemps, et celle qui se déroule là-bas de l’autre côté de la méditerranée en cette année 1961, mais aussi sur les préjugés, la médisance, la bassesse et la méchanceté et bien sûr l’intolérance, et pour tout cela il n’y a hélas pas prescription.
    lire ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/02/29/de-la-part-dhannah-laurent-malot/

    comment Commentaire (0)
  • C'est le deuxième roman que je lis de la sélection de février pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche. J'avais vu passer ce roman sur les réseaux sociaux lorsqu'il était sorti en grand format aux éditions Robert Laffont. Le résumé m'avait intriguée et j'avais envie de découvrir l'histoire...
    Voir plus

    C'est le deuxième roman que je lis de la sélection de février pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche. J'avais vu passer ce roman sur les réseaux sociaux lorsqu'il était sorti en grand format aux éditions Robert Laffont. Le résumé m'avait intriguée et j'avais envie de découvrir l'histoire d'Hannah.

    Et la découverte fut bonne. J'ai aimé cette petite Hannah, une petite fille de 10 ans. On est en 1961, Hannah est dans un sanatorium dans les Pyrénées car elle est atteinte de tuberculose, enfin c'est ce qu'on lui dit depuis trois ans. Convoquée un matin par les médecins, elle apprend qu'elle est guérie et qu'elle va quitter le centre pour rejoindre son domicile. La surprise est de taille pour elle. Elle rejoint donc son petit village, situé en Dordogne, où elle vit avec son père chez son grand-père. Sa mère est partie lorsqu’elle avait deux ans et n'a jamais redonné de nouvelles depuis. Elle va retourner à l'école, se faire de nouveaux amis, elle va devoir apprendre à se réintégrer à tout ce monde. Comme dans tout village, les commérages vont bon train. Une maison close vient d'ouvrir, rien de tel pour alimenter les langues de vipère. Hannah va faire les frais de ces paroles, elle ne connait pas l'histoire de sa mère, elle va l'apprendre justement à cause de mauvaises paroles prononcées et elle cherchera à apprendre la vérité.
    Au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, on en apprend un peu plus sur Hannah et son histoire familiale. En plus, on est dans un contexte politique difficile, avec la guerre d'Algérie qui fait rage, le père d'Hannah ne voudra pas y partir. En 1961, on n'est pas loin de la fin de la seconde guerre mondiale, les conséquences de celle-ci se font encore sentir dans le pays, les Allemands ne sont pas appréciés, et les Juifs non plus, à qui certains reprochent justement la guerre. Pas facile pour une petite fille de grandir dans une telle atmosphère, surtout quand les rumeurs qu'on entend concernent votre propre mère.

    Hannah est une petite fille pleine de dynamisme, comme beaucoup d'enfants de cet âge. Elle est insouciante, mais les épreuves de la vie l'ont déjà rendue mature dans sa façon de penser. Sa quête de vérité est loin d'être facile avec un grand-père qui parle peu et une grand-mère qui esquive les questions. C'est comme ça qu'elle va apprendre des choses via la parole des autres et celle-ci n'est pas toujours bienveillante.
    J'ai beaucoup aimé suivre cette fillette et j'ai apprécié les thèmes abordés par l'auteur dans ce livre. Des thèmes importants qui méritent toujours d'être cités dans un roman, pour ne pas oublier les faits historiques, pour comprendre la réaction des gens vis-à-vis d'eux. J'ai aussi aimé les autres personnages, les grands-parents d'Hannah, sa copine Sarah, ils amènent du relief à l'histoire, ont chacun leurs problématiques. J'ai aussi apprécié la façon dont Laurent Malot parle de la société, et surtout de la vie des habitants d'un village dans les années 60. On commence à sentir le changement de comportement des gens, leur désir de liberté, de bouleverser les vieux schémas. L'auteur appuie aussi sur les rumeurs et les dégâts qu'elles peuvent faire, surtout chez les enfants, qui entendent plusieurs sons de cloches, les parents qui bien souvent à cette époque ne leur expliquaient rien et leur disaient souvent qu'ils comprendraient quand ils seraient plus grands. De quoi bien alimenter l'imaginaire des enfants qui se font alors des films parfois plus graves que la vérité.

    L'attachement à la fillette se fait vite, grâce au choix narratif de l'auteur. Il a employé la première personne du singulier pour raconter l'histoire. Ce « je » permet ainsi de se mettre mieux à la place du personnage principal, de ressentir au plus près ce qu'elle vit et de connaître la moindre de ses pensées. C'est un procédé que j'aime beaucoup retrouver dans les romans. Il rend le climat de la narration plus intimiste. Mon seul bémol, ce serait la manière de parler d'Hannah. L'auteur emploie l'argot, il fait parler Hannah avec une gouaille digne des films de Michel Audiard. Cela ne me gêne généralement pas dans mes lectures, je trouve même que ce style apporte une dose d'humour et permet de dédramatiser des scènes plus tristes. Mon seul souci ici, c'est que j'ai trouvé que c'était un peu trop pour une fillette de dix ans au début des années 60. J'aurais plus vu à la place d'Hannah un garçon d'une quinzaine d'années vivant en ville. Le langage est beaucoup plus typé « ville » que campagne. Je n'arrivais pas à m'imaginer de telles phrases et de tels mots dans la bouche d'une petite fille, ce qui, du coup, ne me permettait pas de la visualiser. Je pense que c'est à cause de cela que je ne suis pas arrivée à m'attacher entièrement à Hannah. Pour moi, ce style de langage était trop accentué. Par contre, j'ai ressenti plus de sensations à partir du moment où certaines révélations arrivent. Elles créent d'ailleurs un petit suspense, qui fait que j'ai occulté la façon de parler pour ne penser qu'aux événements qui arrivaient dans la vie de Hannah. Je ne peux en dire plus, mais ces faits m'ont tenue en haleine jusqu'à la fin. Cette fin d'ailleurs où on retrouve Hannah treize ans plus tard, elle a grandi, changé, et raconte ce qui lui est arrivé pendant ces années. Le langage à ce moment est totalement différent, c'est celui d'une adulte, elle explique d'ailleurs qu'elle a dû travailler son français pour mieux s'exprimer. Et ça, j'ai plutôt appécié que l'auteur souligne ceci. Ceci dit, j'ai trouvé que l'auteur se mettait très bien dans la peau d'une petite fille, avec ses pensées, ses premiers émois, ses querelles avec les autres filles et garçons de son âge. Pour moi, cet exercice me semble assez difficile, et Laurent Malot l'a réussi avec brio.
    J'ai beaucoup aimé ce final, porteur d'espoir, qui tire les leçons sur tout ce qui s'est passé durant le livre, sur la lourdeur des secrets et des silences. Cette histoire est une belle leçon de vie, avec de beaux messages où chacun peut se reconnaître.
    Dans l'ensemble, c'est une lecture que j'ai appréciée, avec laquelle j'ai passé un bon moment, où les émotions diverses étaient au rendez-vous ; j'ai souvent souri, par les réflexions et les actes, j'ai souvent été émue aussi par les différents personnages et leurs vies. Pour son insouciance et sa légèreté, j'ai souvent pensé au film La guerre des boutons en lisant certaines scènes où les enfants font des blagues un peu folles. C'est un film qui me fait toujours sourire, même en l'ayant vu plusieurs fois.
    Ce livre restera un bon moment, et me restera sûrement en mémoire. Il s'est lu assez vite, il faut dire qu'il n'est pas non plus très gros. J'ai découvert la plume de Laurent Malot avec ce livre et j'en suis ravie, je vais le suivre de près, j'ai vu dans sa bibliographie qu'il a écrit un thriller, L'abbaye blanche, qui se passe dans la région où j'habite, le Jura, et du coup cela m'attire encore plus.

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.