Code 93

Couverture du livre « Code 93 » de Olivier Norek aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266249157
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces... Voir plus

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?
Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • J'ai découvert olivier Norek avec "entre 2 mondes" (roman exceptionnel à mon humble avis).
    Code 93 ne démérite pas, et nous plonge dans l'univers policier des départements franciliens.
    Entre meurtres sordides et "petits arrangements entre amis", on se laisse happer par la lecture.
    j'ai...
    Voir plus

    J'ai découvert olivier Norek avec "entre 2 mondes" (roman exceptionnel à mon humble avis).
    Code 93 ne démérite pas, et nous plonge dans l'univers policier des départements franciliens.
    Entre meurtres sordides et "petits arrangements entre amis", on se laisse happer par la lecture.
    j'ai beaucoup aimé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jusqu'à ce mois de juillet 2018, période durant laquelle j'ai terminé « Code 93 », je n'avais jamais lu de livres d'Olivier Norek.
    Comme beaucoup de passionnés de lectures, j'avais bien évidemment entendu parler de cet auteur a qui l'on prête du talent et un sens aiguisé pour l'écriture de...
    Voir plus

    Jusqu'à ce mois de juillet 2018, période durant laquelle j'ai terminé « Code 93 », je n'avais jamais lu de livres d'Olivier Norek.
    Comme beaucoup de passionnés de lectures, j'avais bien évidemment entendu parler de cet auteur a qui l'on prête du talent et un sens aiguisé pour l'écriture de polars. Je m'étais promise de le lire un de ces jours. Par manque de temps, je n'avais pas encore franchi le pas.
    Faute réparée puisqu'après avoir définitivement posé « Tu tueras l'ange » de Sandrone Dazieri, je décidais ou plutôt nous décidions, Nathalou93 et moi-même, de partir ensemble à la découverte de ce Monsieur et du premier tome de sa trilogie qui se compose également de Territoires et Surtensions.
    Très rapidement, j'ai su que mon choix avait été le bon. le sujet me paraissait intéressant, parfaitement maitrisé. Quelques heures de plaisir m'attendaient.
    Finalement, j'ai effectivement passé un agréable moment. Un moment fait de tensions, de noirceur, de surprises mais aussi d'humanité qui ne demande qu'à être prolongé avec son second opus même si les enquêtes doivent être vraisemblablement indépendantes les unes des autres.
    Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Voici autant de cas curieux que l'on doit affronter lorsque l'on rencontre Victor Coste, capitaine de police au groupe crime de la Sous-direction de la Police Judiciaire de Seine-Saint-Denis.
    Rompu aux enquêtes délicates par quinze ans d'expérience sur le département, ce chef d'équipe se prépare pourtant au pire. À la suite de la réception de lettres anonymes, il investigue et met à jour des pratiques peu conformes à la morale au sein de son unité. Une première piste se dessine : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 ». Qu'en penser ? Que signifie-il ? Qu'implique-t-il ? Est-il en corrélation avec les récents homicides ? le chemin sera long et difficile… surtout qu'en parallèle, ses hommes et lui vont s'engager sur un terrain glissant à cause d'une affaire compromettant une famille aisée de Saint-Cloud. Est-ce le hasard ? Une coïncidence ? Existe-t-il un lien entre ces nombreuses énigmes ? En clair, que vont-ils déterrer ? du lourd ? de l'insignifiant ? Vous piaffez d'impatience ? Je ne vois qu'une solution : achetez ou empruntez ce bouquin et lancez-vous !
    Au fil des pages, l'écrivain nous confronte au dur métier de policier. Nous voyageons au coeur même d'une brigade chargée de résoudre les meurtres les plus sordides. Nous plongeons dans la drogue, la prostitution, la turpitude, les manigances politiques et nous prenons alors conscience de l'horreur et parfois de la résignation qui accompagne ces officiers.
    Sous couvert d'une investigation criminelle sur fond de politique, nous découvrons un monde fait de rites, de codes.
    En étant lieutenant de police, actuellement en disponibilité, dans ce département de la région Île-de-France, M. Noreck ne pouvait que s'appuyer sur ses connaissances, son expérience pour accoucher d'un écrit qui transpire de vérités, de justesse. C'est bluffant de réalisme. A tel point, que je crois sincèrement que rien n'est inventé. Simplement mis en forme pour en faire un thriller. Beau travail !
    Le style est entrainant, addictif car direct. O.N. écrit sans surcharges, en allant « droit au but ». Les chapitres courts sont bien construits et plaisants à lire. Les dialogues sont assez vivants avec une légère pointe d'humour qui n'est pas désagréable.
    Après vous avoir expliqué les raisons pour lesquelles j'ai aimé cette lecture, je ne peux occulter ce qui m'a déplu.
    Je m'adresse, ici, directement à l'auteur : Pourquoi cette comparaison entre Marseille et le 93 ? Il est évident que la cité phocéenne connait de l'insécurité mais, pour y vivre, je vous certifie que cet amalgame ne se justifie pas.
    Je trouve, par ailleurs, que le suspense est insuffisant. Certes, l'intrigue, imaginée avec soin, est complexe mais j'ai deviné le nom du coupable trop tôt à mon goût. Cela a amoindri mon intérêt et m'a privée d'un dénouement surprenant. Gros point noir du récit à mon humble avis.
    Les personnages, qu'en ai-je pensé ?
    Le premier contact est positif. J'ai aimé les accompagner au quotidien. Je suis tombée sur des protagonistes professionnels, consciencieux, déterminés. Ils ne sont pas parfaits mais très attachants. Ce sont avant tout des êtres humains avec leurs qualités, leurs défauts, leurs faiblesses. Chacun son caractère, chacun son passé mais ensemble ils forment un vrai clan capable de résister à n'importe quelle tempête. Il me tarde de les rejoindre à nouveau.
    J'ai eu une affection particulière pour notre héros principal. Cet individu est responsable, travailleur, protecteur envers ses subordonnés. J'ai apprécié son humanisme, l'amitié avec son ancien collègue et le fait qu'il ne soit pas blasé par sa vie professionnelle.
    J'ai adoré Johanna. Son abnégation, son énergie, son caractère bien trempé.
    Le binôme Sam-Ronan est agréable à suivre. Leur complicité évidente est un atout majeur.
    En bref, je ressors de cette aventure en ayant un ressenti positif. J'ai tourné les pages avec avidité en y prenant un réel plaisir. Je ne me suis jamais ennuyée et j'ai appris nonobstant le fait que ce soit une fiction. Ma rencontre avec ce romancier a été bénéfique. Je continuerai donc à le suivre.
    Je conseille ? : Oui, sans aucun souci. Malgré les quelques imperfections évoquées plus haut, C'est un bon roman policier. du réalisme, de l'efficacité, de l'audace et une histoire bien ficelée vous attendent. Pour un premier écrit, c'est une belle réussite. A confirmer par la suite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • De plus j'ai rencontrer Olivier Norek a #stmaurenpoche, donc ça m'as donner encore plus envie de lire son premier livre. Il as reçu le prix de ce salon en 2015.

    Victor Coste Capitaine de police du Groupe "Crime 1" son équipe se compose de :
    Mathias son bras droit, pour qui il as une...
    Voir plus

    De plus j'ai rencontrer Olivier Norek a #stmaurenpoche, donc ça m'as donner encore plus envie de lire son premier livre. Il as reçu le prix de ce salon en 2015.

    Victor Coste Capitaine de police du Groupe "Crime 1" son équipe se compose de :
    Mathias son bras droit, pour qui il as une confiance aveugle, et Ronan sa dernière recrue, ils sont appeler, sur les entrepôts désaffectés du canal de l'ourcq ou ils constatent un homme assez grand black, qu'on apella un beau "bb" et oui c'est comme cela qui s'appelle.

    Direction IML (Instistut Médico Legal) pour assister a l'autopsie, et le soi disant mac-abée se réveille.

    L'équipe vont de surprises en surprise, dans cette enquête surprenante, ou les meurtres vont se succédaient, tout cela est il reliait a l'affaire du code 93 ?
    Est ce que tout les membres sont si innocent que ca ?

    Une chose est sure le capitaine COSTE est prêt à tout pour démêler le vrai du faux et surtout trouver le coupable de ces meurtres.

    J'ai adorer l'écriture de Mr Norek, et son personnage principal Victor COSTE, brut de décoffrage, avec aussi ses failles, genre policier, qui fait tout pour découvrir la vérité en restant toujours très honnête et en essayant toujours de protéger ses hommes.

    Habitant dans le 93 et une partie de ma vie dans une cité, on sens le vécu, on se croit dans une véritable histoire, peut être c'est le cas ?

    L'écriture est fluide, et parfois avec des passages caustiques, personnellement j'aime beaucoup cette spécificité, l'histoire est haletante, elle parle de choses actuelles comme le nouveau Paris, mais aussi le problème de la drogue, tout ce qu'une équipe de la police peut rencontrer.

    Mais Également des interconnexions qui peuvent exister entre les services de cette grande maison, l'auteur détaille bien comment elle est composée, j'ai trouver ça très intéressant, avec un journaliste très renseigner et la jolie médecin de Institut Médico Légal qui rentre dans l'histoire donne encore plus d'intensité au récit.

    Je vais me jeter sur Territoires qui est la deuxième enquête de l'équipe de Victor Costes

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 2012, dans le 9.3 ...

    L'équipe du Capitaine Coste est appelée suite à la découverte d'un cadavre émasculé.
    Un cadavre 'farceur' qui réserve une surprise au Capitaine et à la jolie légiste!
    Deux jours plus tard, c'est un second cadavre 'sonore' qui s'ajoute à l'enquête.
    Pour pimenter...
    Voir plus

    2012, dans le 9.3 ...

    L'équipe du Capitaine Coste est appelée suite à la découverte d'un cadavre émasculé.
    Un cadavre 'farceur' qui réserve une surprise au Capitaine et à la jolie légiste!
    Deux jours plus tard, c'est un second cadavre 'sonore' qui s'ajoute à l'enquête.
    Pour pimenter l'enquête, deux lettres anonymes mentionnant le '<a href="/livres/Norek-Code-93/482119" class="titre1">Code 93</a>' et deux meurtres sordides commis un an plus tôt sont adressées à Coste.
    Quels liens entre les deux 'cadavres' de l'enquête, les meurtres commis un an auparavant et ce '<a href="/livres/Norek-Code-93/482119" class="titre1">Code 93</a>'?

    L'intrigue est bien ficelée, les personnages crédibles.
    L'écriture est agréable et les personnages attachants.
    Les situations sont cocasses et les dialogues sont percutants.

    Une fois le livre ouvert, on ne le referme qu'à la dernière phrase.

    Code 93 est le premier polar d'Olivier Norek et c'est une réussite.

    Merci Monsieur Olivier Norek.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je découvre Olivier Norek et j'aime beaucoup. C'est du bon polar, criant de vérité mais avec tous les ingrédients qui vont bien pour faire du vrai et bon roman policier. Certes quand on habite le 93, ça parle encore plus, forcément. J'aime les personnages à qui Norek arrive à donner beaucoup...
    Voir plus

    Je découvre Olivier Norek et j'aime beaucoup. C'est du bon polar, criant de vérité mais avec tous les ingrédients qui vont bien pour faire du vrai et bon roman policier. Certes quand on habite le 93, ça parle encore plus, forcément. J'aime les personnages à qui Norek arrive à donner beaucoup d'épaisseur pour qu'on ne les oublie pas, à commencer par Coste, flic solitaire et bourru mais juste ce qu'il faut...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le corps a été découvert dans un squat de la Seine-Saint-Denis. Elle avait 20 ans peut-être, ravagée par la drogue, les chairs meurtries de sexe barbare. Appelés pour l’identifier, son frère et sa mère déclarent que ce n’est pas Camille. Bien sûr que c’est Camille. Alors pourquoi ce mensonge ?...
    Voir plus

    Le corps a été découvert dans un squat de la Seine-Saint-Denis. Elle avait 20 ans peut-être, ravagée par la drogue, les chairs meurtries de sexe barbare. Appelés pour l’identifier, son frère et sa mère déclarent que ce n’est pas Camille. Bien sûr que c’est Camille. Alors pourquoi ce mensonge ? La nuit suivante, le capitaine Victor Coste est appelé en banlieue. Un autre cadavre. Celui-là a le pénis garroté avec de la ficelle à rôti, ses bijoux de famille ont disparu. Mais tandis que la légiste pratique l’autopsie, le mort se réveille. À première vue, rien ne relie ces deux affaires, mais Coste et son équipe ne laissent rien passer, et une chose en entraînant une autre… Coste va mettre les pieds dans une magouille politique, le fameux Code 93, de laquelle il aurait mieux valu rester à l’écart.

    Il fallait oser. S’attaquer de front à nos bons dirigeants et, passez-moi l’expression, leur mettre le nez dans leur merde, c’est gonflé. D’autant que c’est fait avec une certaine finesse, au milieu d’une intrigue touffue à souhait et qui se tient de bout en bout. L’affrontement entre les petits costards de la République et les bas-fonds de la cité sonne on ne peut plus juste, et laisse une place de choix à chaque personnage, aussi secondaire soit-il.

    L’équipe de Coste, ce sont des flics auxquels il sait pouvoir confier sa vie parce qu’il les a recrutés lui-même, à l’exception de Johanna, nouvellement affectée au SPDJ du 93, et qui va devoir se faire une place dans la meute – les dialogues sont truculents. Coste, dans le rôle de l’homme cassé qui mise tout sur le boulot car fatigué de ramasser les morceaux de sa vie privée et qui « pourrait se taper une crème glacée pendant n’importe quelle autopsie » est remarquable. S’il n’a plus d’idéaux, il lui reste sa conscience et le sens du devoir. Dès le prologue, on sait que ce roman sera un grand cru classé. On arrive (trop vite) au dernier chapitre, essoufflé, écœuré, effaré tant par l’endroit que par l’envers de ce décor brillamment dépeint par Olivier Norek qui parvient, avec des mots simples, des phrases brèves, à donner vie à une ville en déperdition, devenue pantin du peuple et des élus.

    Code 93 se rue effrontément dans une réalité poisseuse.

    Sans artifices. Brut, brutal.

    Fiction vous dites?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un excellent polar! L'auteur, lieutenant de police nous plonge dans le monde brutal de la police judiciaire. Le style est efficace, nerveux et l'intrigue se déroule sans temps mort. Le personnage campé par Coste capitaine de la PJ est complexe et tourmenté. Les personnages gravitant autour de...
    Voir plus

    Un excellent polar! L'auteur, lieutenant de police nous plonge dans le monde brutal de la police judiciaire. Le style est efficace, nerveux et l'intrigue se déroule sans temps mort. Le personnage campé par Coste capitaine de la PJ est complexe et tourmenté. Les personnages gravitant autour de lui sont travaillés. Olivier Norek restitue avec talent l'atmosphère du 93 par ses descriptions crues et réalistes et on embarque avec plaisir dans cette enquête hors norme. Un auteur français à suivre!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dès les premières pages le décor est planté: Seine-Saint-Denis, un meurtre, des flics, Coste et son équipe. L’histoire démarre fort et c’est tant mieux. Le rythme imposé dès le départ reste aussi soutenu tout au long de l’intrigue. Une intrigue merveilleusement construite, des personnages que...
    Voir plus

    Dès les premières pages le décor est planté: Seine-Saint-Denis, un meurtre, des flics, Coste et son équipe. L’histoire démarre fort et c’est tant mieux. Le rythme imposé dès le départ reste aussi soutenu tout au long de l’intrigue. Une intrigue merveilleusement construite, des personnages que l’on prend plaisir à découvrir au fil des pages. A travers un style puissant et percutant le lecteur intègre cette équipe de flics singuliers, le lecteur devient une nouvelle recrue qui doit faire ses preuves et doit suivre le mouvement. Car il faut boucler l’enquête! Une enquête coriace qui va mettre à mal les certitudes et les convictions des uns et des autres. Mais c’est bien connu, c’est dans l’adversité que les liens se resserrent. Coste va devoir gérer au mieux l’enquête et son équipe.

    J’ai découvert Olivier Norek par des amies qui m’en ont parlé. J’avais très envie de le lire. Un salon du polar plus loin, une sympathique rencontre avec l’auteur et je repartais avec son premier opus. Une semaine plus tard mon avis est fait et je peux dire que j’ai adoré et j’ai hâte de lire ses autres romans!

    L’auteur nous offre une véritable plongée au sein de la police du 93. On sent le vécu, la rage, la peur et la colère nourris par l’horreur de ce monde qui nous entoure. Pendant près de 400 pages le lecteur est à la fois acteur et témoin de ce que l’homme est capable de faire. Une expérience qui peut paraître connue pour les amateurs de polar mais il n’en est rien, car sous la plume d’Olivier Norek cela devient une expérience à part. Une expérience à vivre quelque soit vos préférences de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un thriller, bien trash, avec une quatrième de couverture faisant étalage de tellement de scènes gores qu'on se dit que ce n'est pas possible, c'est vraiment trop... et pourtant, on le lit jusqu'à la dernière ligne ce bouquin pour avoir la résolution de tous les éléments en suspens... C'est...
    Voir plus

    Un thriller, bien trash, avec une quatrième de couverture faisant étalage de tellement de scènes gores qu'on se dit que ce n'est pas possible, c'est vraiment trop... et pourtant, on le lit jusqu'à la dernière ligne ce bouquin pour avoir la résolution de tous les éléments en suspens... C'est tellement plausible ce code 93 que ça fait peur quand même non???
    Il est fort cet Olivier Norek, et j'aime bien ses personnages!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aime assister à la naissance d'un héros récurrent, même si sur ce coup, j'ai quelques années de retard, mais les deux tomes suivants étant édités en poche, je sens que je vais me faire la série. Car Coste, je l'aime bien, lui et son équipe. Olivier Norek en fait un flic réel, pas un...
    Voir plus

    J'aime assister à la naissance d'un héros récurrent, même si sur ce coup, j'ai quelques années de retard, mais les deux tomes suivants étant édités en poche, je sens que je vais me faire la série. Car Coste, je l'aime bien, lui et son équipe. Olivier Norek en fait un flic réel, pas un super-héros. D'ailleurs son polar est à la fois fictionnel et réaliste, certains détails sont intéressants, comme par exemple "L’obstacle médico-légal" qui est émis par le médecin qui constate le décès pour que le corps soit examiné par un médecin légiste, le magistrat nommé devra lui, demander une autopsie. C'est la première fois que je lis cette procédure, les flics de série allant souvent au plus direct.

    Coste et son équipe me plaisent, leurs relations sont bien rendues, j'ai encore des trucs à apprendre mais je le ferai dans les épisodes suivants j'imagine. L'enquête est bien menée et si le lecteur connaît avant les flics le ou les coupables, la tension reste vive jusqu'au bout. Olivier Norek est flic, ce qui aide sans doute à construire une intrigue qui tienne la route et qui paraisse plausible, mais tous les flics ne peuvent pas se targuer de pouvoir écrire des polars.

    Construit en quatre parties, j'avoue cependant que je me serais volontiers passé de la troisième qui explique en détails les modus operandi du ou des coupables, mes petits âme et cœur sensibles ont failli ne pas aller jusqu'au bout des descriptions un peu gore. Comme cette partie est la plus courte et que les autres sont très bien, dans ma grande mansuétude, je pardonne à l'auteur, et même comme je le disais plus haut, j'irais bien voir si les autres titres avec le capitaine Coste sont aussi bons que ce premier.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.