Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Astérix T.38 ; la fille de Vercingétorix

Couverture du livre « Astérix T.38 ; la fille de Vercingétorix » de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad aux éditions Albert Rene
Résumé:

Escortée par deux chefs arvernes, une mystérieuse adolescente vient d'arriver au village. César et ses légionnaires la recherchent, et pour cause : au village, on murmure que le père de la visiteuse ne serait autre que... le grand Vercingétorix lui-même, jadis vaincu à Alésia !  Astérix et... Voir plus

Escortée par deux chefs arvernes, une mystérieuse adolescente vient d'arriver au village. César et ses légionnaires la recherchent, et pour cause : au village, on murmure que le père de la visiteuse ne serait autre que... le grand Vercingétorix lui-même, jadis vaincu à Alésia !  Astérix et Obélix, les héros créés par René Goscinny et Albert Uderzo, reviennent dans une nouvelle aventure, La fille de Vercingétorix, toujours imaginée par le fameux tandem Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. 

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (13)

  • Quand l’Histoire taquine nos classiques…

    Nous retrouvons une nouvelle fois nos deux gaulois préférés – Astérix et Obélix – pour une nouvelle aventure qui semble aux premiers abords, plus calme. Mais, en fait non. Ils sont chargés par leur chef, de garder un œil « discrètement » sur...
    Voir plus

    Quand l’Histoire taquine nos classiques…

    Nous retrouvons une nouvelle fois nos deux gaulois préférés – Astérix et Obélix – pour une nouvelle aventure qui semble aux premiers abords, plus calme. Mais, en fait non. Ils sont chargés par leur chef, de garder un œil « discrètement » sur Adrénaline, la fille du célèbre Vercingétorix.

    Même si la BD reste plaisante à lire, on rit des mimiques et répliques d’Obélix, on distingue parmi les pirates Charles AZNAVOUR, il manque quelque chose. Les deux auteurs « héritiers » de la saga ont gardé le style de leurs papas mais, ce n’est pas tout à fait pareil. Je m’en étais moins aperçue dans Astérix et la Transitalique. Vous me traiterez peut-être de puriste mais, je pense qu’un classique doit resté ce qu’il est…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce n'est pas leu meilleure Astérix, nous sommes loin du foisonnement de jeux de mots de l'époque glorieuse de notre petit gaulois. C'est néanmoins toujours avec plaisir que l'on retrouve nos héros invincibles.

    Ce n'est pas leu meilleure Astérix, nous sommes loin du foisonnement de jeux de mots de l'époque glorieuse de notre petit gaulois. C'est néanmoins toujours avec plaisir que l'on retrouve nos héros invincibles.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sorti il y a quelques jours, "La fille de Vercingétorix" a, comme ses trois prédécesseurs, fait naître des discussions sans fin à la fois sur la qualité de l'album, mais également sur la légitimité de la paire aujourd'hui responsable des aventures du petit Gaulois. Sur les forums, les réseaux...
    Voir plus

    Sorti il y a quelques jours, "La fille de Vercingétorix" a, comme ses trois prédécesseurs, fait naître des discussions sans fin à la fois sur la qualité de l'album, mais également sur la légitimité de la paire aujourd'hui responsable des aventures du petit Gaulois. Sur les forums, les réseaux sociaux, il y a de tout, ceux qui voient d'un bon œil ce passage de relai, ceux qui prétendent avoir quitté le navire en même temps que Goscinny ("Astérix chez les Belges") ou Uderzo ("Les dieux nous sont tombés sur la tête."). Le point commun entre tous ceux-là : ils auront tous lu ou presque ce 38e album des aventures d'Astérix d'ici quelques semaines.

    Je ne fais pas exception à la règle. Depuis que Ferri et Conrad ont repris le flambeau, j'ai toujours une petite réticence avant d'entamer la lecture d'un album d'Astérix. Pourtant, à chaque fois que je le termine, je ne peux nier que j'ai passé un bon moment. D'une part, parce que le duo connaît son Astérix sur le bout des doigts et surtout parce qu'album après album, leur Astérix a su conquérir le cœur des irréductibles fans que nous sommes.

    Beaucoup ont argué de la modernité du sujet et on ne peut nier qu'on trouve un écho certain à notre actualité dans cet album. Adrénaline a un côté icône qu'on prête aujourd'hui à une Greta Thunberg, l'urgence écologique chère à Idéfix trouve un écho certain du côté des adolescents gaulois. Toutefois, "La fille de Vercingétorix", par certains aspects, m'a fait penser à "La rose et le glaive" dans lequel Uderzo, seul aux commandes, évoquait la condition féminine. Le ton est bien sûr plus moderne tout comme les clins d'oeil, mais pour autant, cela reste du pur Astérix à l'image du pirate Aznavour et surtout des retrouvailles avec le patois arverne que l'on avait découvert avec le bouclier éponyme.

    J'aurais bien quelques réserves sur la personnalité d'Adrénaline plus esquissée que construite ou le fait que l'album soit trop court - je sais, 48 pages, c'est standard - mais ce serait faire la fine bouche car, comme je le dis plus haut, j'ai passé un bon moment, comme à chaque fois que je retrouve un personnage cher à mon enfance.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Difficile de prendre la relève des deux pères mythiques d'Astérix. Le dessin est facilement reproductible....mais l'humour Gaulois et franchement génial de Goscinny reste inégalé.
    Pour moi c'est juste passable .....

    Difficile de prendre la relève des deux pères mythiques d'Astérix. Le dessin est facilement reproductible....mais l'humour Gaulois et franchement génial de Goscinny reste inégalé.
    Pour moi c'est juste passable .....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme beaucoup, j’ai grandi avec Astérix et autant l’absence ou presque de personnages féminins ne m’a pas vraiment touché à l’époque, autant l’idée de découvrir un personnage féminin avec un vrai rôle à jouer m’a bien tenté maintenant. Alors oui sur le papier ça fait plaisir mais encore faut-il...
    Voir plus

    Comme beaucoup, j’ai grandi avec Astérix et autant l’absence ou presque de personnages féminins ne m’a pas vraiment touché à l’époque, autant l’idée de découvrir un personnage féminin avec un vrai rôle à jouer m’a bien tenté maintenant. Alors oui sur le papier ça fait plaisir mais encore faut-il que ça ne soit pas juste une récupération marketing pour se donner une apparence féministe. Vous l’aurez compris je suis très fâchée au sujet de cette histoire plus que conservatrice. On suit la fille de Vercingétorix dont les 2 papas adoptifs décident qu’il faut la cacher chez nos irréductibles Gaulois. Mais attention, Adrénaline a un fort caractère, est rebelle et fugue régulièrement pour pouvoir suivre sa voie. Jusque là ça part bien mais malheureusement il est hors de question de garder une femme qui veut décider de son destin sans rentrer dans son bon petit carcan de brave bobonne au foyer. Alors que les autres gauloises tentent de la transformer en « vraie fille », oui c’est logique et peut être drôle mais pourquoi ne pas la laisser rester elle-même ? Pourquoi partir d’une fille qui veut mener sa vie comme elle l’entend et ne pas aller au bout ? Je déteste l’idée de continuer à mettre dans le crâne des enfants qu’une fille ça a un projet de vie mais en bonne girouette elle abandonnera tout si elle croise un beau jeune homme et pourra rentrer dans le rang.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A la nuit tombée, Abraracourcix reçoit la visite de deux Arvenes venus lui confier une mission : accueillir pendant quelques jours, Adrénaline, la fille de ''celui dont on ne doit pas prononcer le nom'', le temps pour eux d'affréter un navire pour la mettre en sécurité à Londinium. Car si...
    Voir plus

    A la nuit tombée, Abraracourcix reçoit la visite de deux Arvenes venus lui confier une mission : accueillir pendant quelques jours, Adrénaline, la fille de ''celui dont on ne doit pas prononcer le nom'', le temps pour eux d'affréter un navire pour la mettre en sécurité à Londinium. Car si l'existence de la fille de Vercingétorix, puisque c'est de lui dont il s'agit, est une surprise pour tout le monde au village, le secret a été dévoilé à César par le traître Adictosérix. Depuis il ne pense qu'à la capturer pour en faire une parfaite romaine. Abraracourcix promet bien sûr de prendre soin de la précieuse mais néanmoins rebelle progéniture du chef guerrier. Et c'est à Astérix et Obélix qu'il confie la tâche de veiller sur l'adolescente qui, outre un caractère bien trempé, a aussi une fâcheuse tendance à fuguer. Les deux compères vont avoir fort à faire pour juguler les envies d'évasion de la jeune fille.

    Par Toutatis ! Qu'arrive-t-il à nos irréductibles gaulois ? Tel Vercingétorix à Alésia, ils ont rendu les armes devant le scénario indigent de leurs dernières aventures. C'est fascinant de voir qu'avec les mêmes ingrédients deux cuisiniers peuvent produire deux plats totalement différents. On a donné à Jean-Yves Ferri des produits de qualité et qui ont fait leurs preuves, des épices et un tour de main et une fois sa petite cuisine effectuée, il nous livre une recette sans saveurs, sans originalité. Parsemé de jeux de mots qui ne font même pas sourire et de personnages réels tombés là comme un cheveu dans un bouillon fadasse, son plat n'est pas indigeste, non, il a juste autant de goût qu'un produit surgelé. Pourtant l'idée était bonne de frotter nos héros à une adolescente rebelle mais ça ne prend pas, il ne se passe rien et on ressort déçu d'une lecture qu'on préfèrera oublier très vite. Ce qui devrait être aisé d'ailleurs.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je suis ravi du retour du village gaulois, Vercingétorix a une fille ? Qu'elle histoire!!! Le scénario léger mais rondement mené par les villageois bien sûr Astérix et Obélix sans oublier Idéfix. Adrénaline fille de chut!!! Adolescente rebelle, rend le village tout coi !!!! l'histoire ne manque...
    Voir plus

    Je suis ravi du retour du village gaulois, Vercingétorix a une fille ? Qu'elle histoire!!! Le scénario léger mais rondement mené par les villageois bien sûr Astérix et Obélix sans oublier Idéfix. Adrénaline fille de chut!!! Adolescente rebelle, rend le village tout coi !!!! l'histoire ne manque pas de rebondissements et surtout un joli clin d'oeil à un chanteur qui nous a quitté maintenant un an. Belle réussite à quand le prochain

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Adrénaline, la fille cachée de Vercingétorix, qui détient un collier de son père qui pourrait remobiliser les Gaulois contre les Romains est activement recherchée par les troupes de César. C'est donc tout naturellement qu'elle se retrouve dans le village des irréductibles, le temps d'organiser...
    Voir plus

    Adrénaline, la fille cachée de Vercingétorix, qui détient un collier de son père qui pourrait remobiliser les Gaulois contre les Romains est activement recherchée par les troupes de César. C'est donc tout naturellement qu'elle se retrouve dans le village des irréductibles, le temps d'organiser sa protection. Il est encore plus naturel qu'elle soit surveillée par Astérix et Obélix. Mais Adrénaline est une ado...

    Trente huitième album des aventures d'Astérix et Obélix que je ne suis pas régulièrement. Là, je me suis dit, pourquoi pas ? Dessin de Didier Conrad hyper fidèle à l'original, mais pourrait-il en être autrement ? On retrouve au moins une guest-star, mais je ne dirai pas qui, scrutez bien les cases.

    Pour le scénario, Jean-Yves Ferri a dû observer des ados, c'est bien vu et très drôle. Adrénaline est fugueuse et ne veut pas entendre parler de guerres. Beaucoup de références à l'actualité voulues ou pas d'après les auteurs : des phrases polémiques de notre président sont remises au goût gaulois, on pourrait penser aussi à Greta Thunberg, au mouvement des jeunes contre le réchauffement climatique, ... Des références littéraires aussi, j'y ai reconnu Molière et en ai sans doute raté d'autres.

    Sans être révolutionnaire, cet album est plaisant et dans la droite ligne des aventures des deux Gaulois. Les incontournables scènes de bagarre sont là, les querelles poissonnier/forgeron itou et bien sûr le banquet final. Tradition respectée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.