Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Apeirogon

Couverture du livre « Apeirogon » de Colum Mccann aux éditions Belfond
  • Date de parution :
  • Editeur : Belfond
  • EAN : 9782714450081
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Apeirogon.
Une figure géométrique au nombre infini de côtés.

En son coeur, deux pères.
Un palestinien, un israélien, tous deux victimes du conflit, qui tentent de survivre après la mort de leurs filles. Abir Aramin, 1997-2007. Smadar Elhanan, 1983-1997. Il y a le choc, le chagrin, les... Voir plus

Apeirogon.
Une figure géométrique au nombre infini de côtés.

En son coeur, deux pères.
Un palestinien, un israélien, tous deux victimes du conflit, qui tentent de survivre après la mort de leurs filles. Abir Aramin, 1997-2007. Smadar Elhanan, 1983-1997. Il y a le choc, le chagrin, les souvenirs, le deuil. Et puis l'envie de sauver des vies. Ensemble, ils créent l'association « Combattants for Peace » et parcourent le globe en racontant leur histoire pour susciter le dialogue.

Et un nombre infini de côtés.
Toutes les facettes d'un conflit, qui est à la fois historique, politique, philosophique, religieux, musical, cinématographique, géographique. Une tragédie infinie qui happe le lecteur, l'absorbe, lui donne une responsabilité et l'engage à comprendre, à échanger, pour entrevoir un nouveau futur. Une tentative d'apaisement.

It will not be over until we talk.

Donner votre avis

Avis (8)

  • Rami,israélien, juif et Bassam, palestinien, musulman n'auraient jamais dû se rencontrer.
    Et pourtant, c'est la mort qui va les réunir au sein du Cercle des parents, l'organisation des endeuillés qui rassemblent Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens, musulmans, athées.
    Tous deux ont...
    Voir plus

    Rami,israélien, juif et Bassam, palestinien, musulman n'auraient jamais dû se rencontrer.
    Et pourtant, c'est la mort qui va les réunir au sein du Cercle des parents, l'organisation des endeuillés qui rassemblent Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens, musulmans, athées.
    Tous deux ont vécu un drame : le décès de leur fille.
    Rami est le père de Smadar, 14 ans tuée dans un attentat. Bassam est le père de Abir, 10 ans abattue par un garde frontière.
    Depuis ces deux tragédies, ces deux hommes vont parcourir leur pays, mais aussi le monde pour raconter inlassablement leur histoire afin de susciter le dialogue et prôner la non-violence.
    De prime abord, la façon dont le récit est raconté surprend par ses faits énumérés avec froideur et répétitions, à la manière d'un inventaire à la Prévert.
    Le récit est juste interrompu par des citations empruntés à des universitaires, des scientifiques, historiens ou mathématiciens.
    Comme s'il fallait justifier, illustrer, faire des rapprochements, trouver l'origine de l'impossible, de l'inimaginable, de la plus cruelle réalité.
    Il y a pourtant de la place pour la poésie, pour un lever de soleil, pour une musique.

    J'ai aimé l'humanité qui se dégage de ce livre qui m'a parfois émue aux larmes.
    Apeirogon devrait guérir, donner de l'espoir. C'est pourquoi il devrait être lu en classe.
    Grâce à leur force intérieure, Rami et Bassam nous transmettent, sans haine, ni vengeance, la tolérance, le respect et l'amour de la vie.
    Ils pourraient s'associer à Etty Hillesum qui écrivait dans ses lettres depuis le camp de transit de Westerbork (1941-43) :
    "la haine et les pensées de vengeance engendreront à leur tour de nouveaux chagrins chez d'autres et le chagrin ne prendra jamais fin en ce monde et continuera à se multiplier".

    comment Commentaire (0)
  • ❤️❤️❤️❤️

    J’ai découvert cet auteur en 1995 avec son roman magnifique :Et que le vaste monde poursuive sa course folle ». Chaque livre a été un réel plaisir de lecture !
    Ce dernier ouvrage est une Aventure Littéraire.
    Déjà, le titre est énigmatique , que veut dire Apeirogon ? Le dictionnaire...
    Voir plus

    ❤️❤️❤️❤️

    J’ai découvert cet auteur en 1995 avec son roman magnifique :Et que le vaste monde poursuive sa course folle ». Chaque livre a été un réel plaisir de lecture !
    Ce dernier ouvrage est une Aventure Littéraire.
    Déjà, le titre est énigmatique , que veut dire Apeirogon ? Le dictionnaire indique : forme géométrique au nombre infini de facettes. Aucun rapport avec les oiseaux figurant sur la couverture.
    On se lance dans la lecture du roman ou l’auteur nous informe en note que c’est une œuvre fictive avec certains personnages réels.
    Nous faisons connaissance avec deux pères : Amin, israélien qui a perdu sa fille Smadar dans un attentat terroriste à Jérusalem ,et Bassam, palestinien dont la fille Abir fut tuée par une balle d’un soldat israélien dix ans plus tard. Ces deux hommes vont militer ensembles , main dans la main et dans le monde entier, pour une écoute et un dialogue entre les deux états ennemis afin de se tourner vers la Paix.
    La construction du récit peut surprendre le lecteur ; le texte est découpé en 1001 paragraphes qui sont numérotés de 1 à 500 puis de 500 à 1 . Il décrit sous plusieurs angles ( comme un apeirogone) le conflit israélo-palestinien sans fin . Ainsi, on y trouve des phrases simples, de longues confessions des deux personnages principaux, des photos, des théories de mathématiques, des descriptions précises d’oiseaux migrateurs, de la musique . L’auteur ne prend jamais partie mais décrit, dissèque les événements de cette région grâce à une documentation précise et fluide. Ce texte m’a emporté et bouleversé.
    C’est une véritable prouesse littéraire par la quantité d’informations et leur organisation dans le texte ; on a l’impression d’être dans la tête de l’écrivain et de suivre ses pensées, ses divagations, ses raisonnements, ses digressions. Cette construction permet de rentrer dans la complexité du conflit, par son histoire, par la vie quotidienne des habitants, par la tragédie vécue de ces deux pères qui gardent l’espoir .
    C’est un roman magistral, un manifeste pour la paix. Merci Mr Mac Cann.

    Merci à Lecteurs.com et aux Éditions Belfond. Livre lu dans le cadre des Explorateurs de la Rentrée.

    comment Commentaire (0)
  • J'ai adoré ce livre foisonnant ! J'ai envie de le partager avec tout le monde. Il faut le donner à lire partout autour de soi. Il y a des livres comme celui-là qui sont des oeuvres d'intelligence, de partage ... c'est un livre de paix, profondément humain. Au bout de quelques pages, on comprend...
    Voir plus

    J'ai adoré ce livre foisonnant ! J'ai envie de le partager avec tout le monde. Il faut le donner à lire partout autour de soi. Il y a des livres comme celui-là qui sont des oeuvres d'intelligence, de partage ... c'est un livre de paix, profondément humain. Au bout de quelques pages, on comprend le choix du titre et le principe de l'auteur mais jamais on ne se lasse de cette forme de narration. Au contraire, elle vient adoucir "comme du miel" les passages plus abrupts.
    Je n'ose rien dévoiler de ce livre, en garder le mystère pour que les prochains lecteurs puissent comme moi en profiter au maximum.
    J'ai vécu plusieurs jours au rythme de cette lecture et le terminer abaissé comme un vide ... c'est peut-être l'effet recherché pas l'auteur.
    Une oeuvre magistrale !

    comment Commentaire (0)
  • Se lancer dans une œuvre sur le conflit israélo-palestinien, sans en être un des acteurs, est une mission pour le moins périlleuse. La sensibilité exacerbée du sujet a tendance à déchainer les passions. Mais si j’avais dû choisir un auteur capable de cette prouesse, Colum Mc Cann aurait...
    Voir plus

    Se lancer dans une œuvre sur le conflit israélo-palestinien, sans en être un des acteurs, est une mission pour le moins périlleuse. La sensibilité exacerbée du sujet a tendance à déchainer les passions. Mais si j’avais dû choisir un auteur capable de cette prouesse, Colum Mc Cann aurait probablement fait partie de ma liste.

    La structure du roman est déstabilisante. En effet, celui-ci est découpé en… 1000 chapitres. En alternance avec des morceaux d’histoires des deux protagonistes, l’auteur nous livre différentes anecdotes sur les lieux et sur l’Histoire de cette partie du monde. On reçoit les informations au compte-goutte, sans véritable logique, dans le but de nous montrer les nombreuses facettes de cette guerre.

    Il s’intéresse aux destins extraordinaires de deux frères ennemis, réunis dans la tragédie. Alors qu’ils avaient toutes les raisons de se haïr, ils ont plutôt choisi de se battre, avec leurs cœurs, pour que leurs drames ne se reproduisent plus. L’affrontement semble éternel mais il est beau de voir que des hommes sont capables de s’élever au-dessus de la mêlée et se s’aimer dans la différence.

    J’ai conscience que la forme hachée et singulière du livre peut avoir deux effets différents. Elle peut vous désorienter et rendre votre lecture pénible ou alors, elle agira comme sur moi, tel un envoutement et le message vous touchera au cœur. Dans tous les cas, cette histoire basée sur des faits réels méritait d’être racontée afin de prouver au monde que l’humanité n’est peut-être pas perdue !

    « Apeirogon » est une expérience de littérature hors norme, menée de main de maître par le grand Colum McCann. Il réussit son pari insensé avec une œuvre ambitieuse et humaine qui marque les esprits. En évitant de tomber dans le pathos ou dans le spectaculaire, il donne simplement un souffle d’espoir à une lutte qui n’en laisse entrevoir aucun.

    http://leslivresdek79.com/2020/10/05/588-colum-mccann-apeirogon/

    comment Commentaire (0)
  • Incontestablement le roman / essai à lire au plus vite et avec une grande disponibilité d'esprit, sans parti pris, pour en comprendre la portée. Partir dans les traces de deux victimes / acteurs réels du conflit éternel entre l'état d'Israël et celui de la Palestine.

    Pari fou d'un roman...
    Voir plus

    Incontestablement le roman / essai à lire au plus vite et avec une grande disponibilité d'esprit, sans parti pris, pour en comprendre la portée. Partir dans les traces de deux victimes / acteurs réels du conflit éternel entre l'état d'Israël et celui de la Palestine.

    Pari fou d'un roman vrai d'une richesse documentaire exceptionnelle, une enquête digne d'un journaliste d'investigation expert... c'est donc le travail accompli sur plus de 500 pages par Colum McCann. A la clé ; des rencontres et de longues tranches de vie de deux pères touchés au plus profond de leur être par la mort de leur fille respective, victimes collatérale de ce sempiternel conflit. Entre Rami l'israélien et Bassam le palestinien, malgré la haine et leur propre histoire de soldat accompli pour le premier et de résistance armée pour le second, il y a malgré tout la volonté de s'unir dans la douleur, la nécessité du pardon et la reconnaissance des deux états. Il y aussir le rejet de l'aveuglement des dirigeants de ces deux pays et la volonté démesurée de l'hégémonie d'un état sur l'autre sur cette partie du monde.

    Enquête fouillée donc des parcours de chacun de ces hommes, de leurs compagnes et de leurs enfants, le retour sur leurs combats passés, l'historique de la perte de leur fille à un peu plus de dix ans d'écart. Mais aussi des informations sur une multitude de points d'histoire ou de géographie, autant de digressions utiles à ce récit. 

    Evidemment au coeur de ce roman c'est tout le processus de pardons, de recherches de la paix qui fleurissent entre ces deux peuples, notamment menés au quotidien en Israël mais aussi à travers le monde lors de ces réunions / rencontres que continuent inexorablement à mener Rami et Bassam pour .le compte du Cercle des Parents réunissant des gens de bonne volonté, des deux parties...qui ont tous connu la perte d'un enfant dans ces perpétuels conflits et les obstacles que leur opposents les dirigeants des deux pays.

    Exceptionnel opus.

    comment Commentaire (0)
  • Un livre important... Une longue route, le parcours de deux hommes, de deux familles endeuillées tant par les militaires que par les terroristes, une quête de paix tant de l'Israélien Rami que de Bassam, le Musulman... Un livre passionnant, éprouvant, juste, qui nous permet de mieux comprendre...
    Voir plus

    Un livre important... Une longue route, le parcours de deux hommes, de deux familles endeuillées tant par les militaires que par les terroristes, une quête de paix tant de l'Israélien Rami que de Bassam, le Musulman... Un livre passionnant, éprouvant, juste, qui nous permet de mieux comprendre cet Apeirogon, ce kaléidoscope, ce monde à mille facettes, comme nos âmes, jamais noires, jamais blanches, souvent grises... qui nous permet aussi d'ajuster, sinon d'affiner nos modestes connaissances en géopolitique concernant le Moyen-Orient. C'est un ouvrage empreint de symboles - ceux-là mêmes parfois - qu'on peut rencontrer dans les écritures saintes, Le Coran, la Torah... C'est aussi un livre sur la transmission...

    A lire comme une urgence... A lire pour comprendre, pour débattre, pour sourire, pour rire, pour pleurer... Un livre à offrir... Audacieuse démarche éditoriale et littéraire ! CM

    comment Commentaire (0)
  • Tanguy du Chéné
    Ce livre ne faisait pas partie de mes 4 ouvrages. Donc je ne peux le noter. Ouvrage absolument remarquable.par son fond, son écriture, sa richesse. À lire et relire.

    Tanguy du Chéné
    Ce livre ne faisait pas partie de mes 4 ouvrages. Donc je ne peux le noter. Ouvrage absolument remarquable.par son fond, son écriture, sa richesse. À lire et relire.

    comment Commentaire (0)
  • °°° LES EXPLORATEURS DE LA RENTRÉE 2020 °°°

    Quelques kilomètres à peine séparent les deux personnages qui sont au cœur de ce récit kaléidoscopique. Cela pourrait bien en être 1000. Rami est israélien. Bassam palestinien. Deux frères de chagrin, unis par le destin....
    Voir plus

    °°° LES EXPLORATEURS DE LA RENTRÉE 2020 °°°

    Quelques kilomètres à peine séparent les deux personnages qui sont au cœur de ce récit kaléidoscopique. Cela pourrait bien en être 1000. Rami est israélien. Bassam palestinien. Deux frères de chagrin, unis par le destin. Pères en deuil, ils ont perdu leurs filles, l’une abattue par un soldat israélien de 18 ans, l’autre tuée lors d’un attentat-suicide commis par trois jeunes kamikazes palestiniens. Rami Elhanan et Bassam Aramin existent, ce ne sont pas des personnages de fiction. Deux amis inattendus, militants au sein des Combattants pour la paix qui œuvre pour une coexistence pacifique israélo-palestinienne, envers et contre tout, parcourant ensemble le monde entier pour porter leur message, envers et contre tous.

    Ceux qui ont lu les romans précédents romans connaissent le don de narration de Colum McCann. Apeirogon n’offre pas la satisfaction habituelle d’un roman arborant une trame classique ample et linéaire. C’est un livre étrange, hybride qui surprend d’emblée. L’auteur y explore le conflit sans fin entre Israël et la Palestine en échappant à toute catégorisation.

    Le récit est explosé en 1001 sections narratives qui se baladent librement dans le temps et l’espace, numérotées de 1 à 500 puis de 500 à 1 avec un pont, la double section 500. On y découvre le parcours de Rami et Bassam , mais aussi bien d’autres choses sur la vie au Proche-Orient, sur la vie tout court avec des digressions disparates ( les oiseaux migrateurs, le dernier repas de François Mitterrand, des explications balistiques, les performances musicales à Theresienstadt, des apartés sur Borgès … ).

    La connecxion entre ces fragments est parfois très hermétique, très intellectualisé ou demandant un gros effort intellectuel. On est clairement dans l’exercice de style et parfois, j’ai lu vite certains de ces à-côté pour me recentrer sur l’histoire de Bassam et Rami, mais lorsque je suis arrivée à la double section centrale 500, j’ai compris. Comme un uppercut, comme une grenade émotionnelle, les récits à la première personne de Rami et Bassam. L’écrivain Colum McCann disparaît avec ses extraits d’interviews donnés par les deux hommes.

    Cette section centrale est d’une force inouïe, elle légitime la démarche de l’auteur en faisant écho à tout ce qui a précédé et tout ce qui va suivre. Sa constellation de mots patiemment construite est un formidable moteur d’empathie. On referme le livre en ayant habité l’intériorité d’êtres humains qui ne sont pas nous. Au-delà de la compréhension de la douleur de Rami et Bassam, on ressent ce qu’ils ont ressenti, de la colère au pardon, de la volonté d’anéantir l’Autre au besoin de tenir sa main, jusqu'à devenir son ami. Certains passages sont inoubliables : les portraits des filles assassinées faits de mille détails du quotidien, le récit des 7 années de Bassam dans les geôles israéliennes, sa transformation lorsqu’il découvre la réalité de la Shoah puis l’étudie.

    Un apeirogon est un polygone au nombre infini de côtés. Il ne pouvait y avoir meilleur titre pour ce roman ambitieux, nuancé et sensible qui dit la réalité complexe multi-facettes du conflit israélo-palestinien avec une puissance de frappe remarquable.

    Merci Lecteurs.com et Belfond.

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)