Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

1Q84 T.3 ; octobre-décembre

Couverture du livre « 1Q84 T.3 ; octobre-décembre » de Haruki Murakami aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264059260
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Au Japon, d?octobre à décembre 1984.
Aux voix d?Aomamé et de Tengo se joint dans ce troisième volume celle du détective Ushikawa.
Enrôlé par la secte des Précurseurs, Ushikawa se lance aux trousses de la tueuse et de l?écrivain, et lève un à un les voiles sur leur passé.
Sous les deux... Voir plus

Au Japon, d?octobre à décembre 1984.
Aux voix d?Aomamé et de Tengo se joint dans ce troisième volume celle du détective Ushikawa.
Enrôlé par la secte des Précurseurs, Ushikawa se lance aux trousses de la tueuse et de l?écrivain, et lève un à un les voiles sur leur passé.
Sous les deux lunes de 1Q84, un complexe jeu du chat et de la souris se met en place.
Pour Aomamé et Tengo, le temps est désormais compté?

Donner votre avis

Articles (1)

  • La littérature japonaise, un monde à découvrir
    La littérature japonaise, un monde à découvrir

    Invitées du dernier salon du livre de Paris, les lettres japonaises présentent une étonnante diversité. Derrière les succès des mangas et d’Haruki Murakami, tout un monde à (re)découvrir. 

Avis (21)

  • Je n’avais jamais rien lu de cet auteur, et j’ai plongé avec délice dans l’univers de 1Q84, cette année parallèle à 1984, un univers en décalage subtil mais non moins vivant où brillent deux lunes, où règnent d’étranges lutins, les Little People. On suit l’histoire parallèle de Aomamé et de...
    Voir plus

    Je n’avais jamais rien lu de cet auteur, et j’ai plongé avec délice dans l’univers de 1Q84, cette année parallèle à 1984, un univers en décalage subtil mais non moins vivant où brillent deux lunes, où règnent d’étranges lutins, les Little People. On suit l’histoire parallèle de Aomamé et de Tengo, ils ont été ensemble à l’école primaire durant deux années, ne se sont jamais revus, on pressent qu’il leur faudra se retrouver, mais où? quand ? Je préfère ne rien vous dévoiler de cette œuvre hypnotique et fascinante. J’aime vraiment beaucoup l’écriture de Murakami, les portraits ciselés qu’ils dresse de ses personnages, l’atmosphère étrange qu’il installe au fil des pages où la normalité la plus absolue et presque la plus banale côtoie le merveilleux. Mais ne vous y trompez-pas, le monde qu’il décrit n’est pas un monde tendre, c’est un monde de sectes, de fanatisme religieux, de violence, de sexe dont il parle avec poésie et douceur tout autant qu’avec crudité ... Mais il parle aussi d’amour pur, de solitude, d’écriture...Envoûtant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Et voilà, c’est la fin de « 1Q84 » de Haruki Murakami avec ce tome 3, une période qui va d’octobre à décembre.
    Et je fais une petite entorse à ma critique avec quelques lignes de la chanson de Jean-Louis Aubert :
    « Voilà, c'est fini 
    On a tant ressassé les mêmes théories 
    On a tellement tiré...
    Voir plus

    Et voilà, c’est la fin de « 1Q84 » de Haruki Murakami avec ce tome 3, une période qui va d’octobre à décembre.
    Et je fais une petite entorse à ma critique avec quelques lignes de la chanson de Jean-Louis Aubert :
    « Voilà, c'est fini 
    On a tant ressassé les mêmes théories 
    On a tellement tiré chacun de notre côté 
    Que voilà c'est fini... »

    Après ce petit intermède musical, la question est :quelles réponses intéressantes à toute cette intrigue ai-je pu avoir alors que j’avais dévoré cette trilogie il y a quelques années ?
    Bonne question : en japonais :良い質問Yoi shitsumon.

    « Haruki Murakami est un enchanteur qui aime explorer des contrées fantomatiques pour distiller, à l'heure du crépuscule, l’œuvre la plus envoûtante des lettres japonaises ». (Lire/André Clavel).
    On y entend une nouvelle voix, celle d’Ushikawa, un détective. Sous les deux lunes, Aomamé et Tengo ne sont plus seuls.
    Aomamé a assassiné le leader d’un secte diabolique « Les Précurseurs » – à présent elle squatte un petit appartement où elle se cache en dévorant les livres de Proust, ce qui l’aide à raccommoder les fils de sa mémoire dans son passé aussi chaotique – quelque chose grandit en elle et on se demande si ce sera DAUGHTER.
    Tengo, lui, doit désormais veiller sur un père grabataire tout en écrivant un roman inspiré par la petite dyslexique – il n’a pas revu Aomamé depuis des décennies mais elle reste ancrée dans son esprit…

    Dans ce Tome 3, Aomamé refuse de penser à son passé criminel – la vieille dame quitte la scène tout doucement – Tamaru continue à s’occuper de fournir à Aomamé tout ce dont elle a besoin et à lui prodiguer des conseils…

    C’est une suite romantique des aventures des deux héros qui se recherchent sous les deux lunes de 1Q84. On se trouve entre la réalité et le fantastique.

    Dans cet ouvrage, le style est lent, l’auteur joue avec les nerfs du lecteur pressé de connaître le dénouement, de voir si le récit va devenir un peu plus passionnant. Un peu d’humour quand Aomamé fait son test de grossesse en se demandant quel récipient elle va pouvoir utiliser. On voit qu’elle prend un soin très attentif à sa jolie personne : alimentation – crèmes de soins, masques de beauté…
    Ce qui reste de cette trilogie, c’est que l’écrivain nous livre une belle analyse psychologique des personnages – on flotte entre le réel et l’irréel.

    Avec le grand succès obtenu par Murakami, cet écrivain enchanteur, nul doute que ce soit bien mérité. En tout cas, j’ai été séduite malgré de nombreuses répétitions dans les descriptions des journées des deux héros.

    Mais c’est un auteur qui a un tel talent pour l’imaginaire, que je suis toujours en admiration pour son écriture, même si ce dernier tome a pu laisser quelques lecteurs « sur la faim pour la fin » (ce que je conçois aisément). Il est un phénomène au Japon et sait écrire à merveille un thriller fantastique, ceci pour mon plus grand plaisir même si, moi aussi, je reste un brin sceptique pour le dénouement :
    « Elle ne savait pas encore dans quelle sorte de monde ils se trouvaient. Mais elle était sûre qu’elle resterait là. Nous resterons là. Il se peut que ce monde contienne ses propres menaces, ses propres dangers, qu’il soit plein d’énigmes et de contradictions. Il se peut que nous ayons à suivre bien des chemins obscurs dont la destination nous sera inconnue. (…) Quoiqu’il arrive, nous demeurerons dans le monde où brille une seule lune. Tengo et moi, et la petite chose. Tous les trois. (…) Elle tendit doucement la main et Tengo la saisit. Debout l’un à côté de l’autre, ne faisant plus qu’un, ils restèrent en silence les yeux rivés sur la lune qui flottait au-dessus des immeubles….. »
    Fin du livre 3.

    Est-ce la porte ouverte à une suite, un autre tome ?
    En attendant, je vous dis au-revoir : さようなら- Sayōnara, et
    à bientôt : 間もなく- mamonaku.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un bon troisième tome que j'ai dévoré comme ses deux prédécesseurs.
    La fin est peut-être un peu facile, mais dans l'ensemble, il m'a tenu jusqu'au bout.

    Un bon troisième tome que j'ai dévoré comme ses deux prédécesseurs.
    La fin est peut-être un peu facile, mais dans l'ensemble, il m'a tenu jusqu'au bout.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est un poète, un philosophe, un univers unique. L'histoire est fantastique mais indescriptible de façon simple, un seul conseil, lire ces 3 tomes et vous verrez !

    C'est un poète, un philosophe, un univers unique. L'histoire est fantastique mais indescriptible de façon simple, un seul conseil, lire ces 3 tomes et vous verrez !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Intimiste, comme les précédents, ce tome dévoile quand même son jeu en laissant toutefois son lecteur dans une sorte d'attente contemplative. Comme j'ai déjà dû le mentionner dans mes précédentes chroniques sur la trilogie, les chapitres alternent entre les points de vue d'Aomamé & de Tengo....
    Voir plus

    Intimiste, comme les précédents, ce tome dévoile quand même son jeu en laissant toutefois son lecteur dans une sorte d'attente contemplative. Comme j'ai déjà dû le mentionner dans mes précédentes chroniques sur la trilogie, les chapitres alternent entre les points de vue d'Aomamé & de Tengo. Cependant, dans ce tome s'ajoute celui d'un troisième personnage: Ushikawa, un détective plutôt futé, mais un peu visqueux, déjà rencontré par Tengo précédemment.

    En commençant ce troisième opus, après la tension dans laquelle Murakami abandonne son lecteur à la fin du second livre, ce dernier aurait pu s'attendre à repartir sur le même pied... Ben non. La marée a repris son rythme de croisière et la lenteur est de nouveau de mise. Et les questions sont toujours là: les amoureux platonique vont-ils enfin se retrouver? Quel est ce monde étrange nommé 1Q84? Patience!

    Les personnages sont observés sous un microscope et décortiqués par l'auteur dans leurs moindres gestes et pensées. Le récit avance lentement, mais sûrement (rassurez-vous, il n'est pas sadique non plus... Quoi que?), les évènements et les détails s'accumulent, des réponses se profilent mais toujours dans ce style si particulier de l'auteur, entre mystère et pureté, entre poésie et crudité. A noter quelques légères et délicates touches d'humour.

    Pendant tout le roman pointe l'espoir, léger mais présent. Je m'en suis rendue compte lorsque j'ai recopié les citations que j'avais aimé de ce tome que j'ai préféré au précédent mais ça je ne peux l'expliquer sans en dire trop. Et la fin, ben c'est la fin, mais... est-ce vraiment la fin?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Aomamé n'a pas appuyé sur la gâchette. L'espoir de retrouver Tengo a été plus fort que le désir d'en finir définitivement avec le monde de 1Q84. Elle est retournée dans l'appartement où elle se terre depuis qu'elle a tué le Leader des Précurseurs et, tous les soirs, elle s'assoit sur le balcon...
    Voir plus

    Aomamé n'a pas appuyé sur la gâchette. L'espoir de retrouver Tengo a été plus fort que le désir d'en finir définitivement avec le monde de 1Q84. Elle est retournée dans l'appartement où elle se terre depuis qu'elle a tué le Leader des Précurseurs et, tous les soirs, elle s'assoit sur le balcon pour guetter le toboggan où elle avait aperçu l'homme qu'elle aime. L'attente est longue mais la jeune femme n'est plus seule. Dans son ventre croît une Petite Chose, fruit de la rencontre de deux cœurs lors d'une nuit d'orage.
    Mais Tengo, qui ne pense lui aussi qu'à retrouver Aomamé, a quitté Tokyo. Il est reparti pour la Ville des chats où son père attend la mort, plongé dans un profond coma. C'est là que la jeune femme lui est apparue, recroquevillée dans une chrysalide de l'air. Depuis, sous prétexte de veiller le mourant, il passe ses journées à l'hôpital en espérant la revoir.
    Mais ces retrouvailles tant attendues sont compromises. Les Précurseurs ont lancé l'inquiétant Ushikawa aux trousses d'Aomamé. Petit et difforme, l'homme ne paie de mine mais il est intelligent et malin. A force de fouiner, de fouiller, de réfléchir, il est le seul à avoir fait le lien entre le professeur de mathématiques écrivain et l'instructrice sportive. Sûr de lui, il sait qu'en surveillant Tengo sans relâche, il finira par mettre la main sur Aomamé pour la livrer à ses commanditaires.

    Tengo et Aomamé pourront-ils joindre leurs mains et les serrer très fort comme ils l'ont fait, il y a vingt ans de cela, dans une salle de classe de l'école primaire d'Ichikawa ? Telle est la question posée dès le livre 1 de 1Q84 et qui trouvera une réponse à la toute fin de ce livre 3.
    Cependant, Murakami n'est pas homme à livrer rapidement tous ses secrets. Avant de réunir, ou pas, ces deux cœurs solitaires, il nous promène encore dans ce monde étrange où deux lunes illuminent le ciel nocturne. A la voix de Tengo et Aomamé, il ajoute celle d'Ushikawa, un individu peu recommandable qui pourtant est le plus à même de comprendre ceux qu'il piste, partageant avec eux les blessures des êtres qui ont vécu sans amour. En cette année 1Q84, ces trois-là se rapprochent, s'éloignent, se frôlent, se cherchent jusqu'à un dénouement forcément ouvert. On ne saura rien de la Petite Chose qui grandit dans le ventre d'Aomamé, de son rôle éventuel dans la secte des Précurseurs. De ceux-ci on ne saura rien non plus. Les Voix se feront-elles entendre à eux à nouveau ?
    Et surtout, on ne saura pas s'il existe un chemin qui mène de 1Q84 à 1984 ou s'il y a un troisième monde, différent tout en étant si semblable. Mais c'est là toute la magie de cette fin qui n'en est pas une ! Le retour au monde sans mystère de 1984 est possible, au même titre qu'une troisième voie, un monde sans soucis, sans épreuves, un monde où peut-être Aomamé retrouverait son amie policière toujours vibrante de vie et d'amour...
    Le talent d'Haruki Murakami est au-delà des mots. Il sait comme personne nous tenir par la main pour nous montrer son univers étrange, et puis, il nous lâche, avec dans le cœur et dans la tête, des personnages, des images, des sentiments qui y resteront longtemps...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre a littéralement marqué mes envies de lectures, cette trilogie est une oeuvre aboutie qui laisse plus qu'à réfléchir : l'auteur démonte de façon simple la structure du monde qu'il créé, de façon à nous en montrer les facettes.

    Ce livre a littéralement marqué mes envies de lectures, cette trilogie est une oeuvre aboutie qui laisse plus qu'à réfléchir : l'auteur démonte de façon simple la structure du monde qu'il créé, de façon à nous en montrer les facettes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai fusionné avec le personnage "Ushikawa", magique la plume Murakami.

    J'ai fusionné avec le personnage "Ushikawa", magique la plume Murakami.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.