Yasmina Khadra

Yasmina Khadra

De son vrai nom Mohamed Moulessehoul, Yasmina Khadra est un écrivain algérien qui a choisi une identité féminine pour publier ses œuvres. Né le 10 janvier 1955, l’auteur fait d’abord carrière dans l’armée jusqu’en 2000 : il quitte alors son grade de commandant pour se consacrer à l’écriture. A pa...

Voir plus

De son vrai nom Mohamed Moulessehoul, Yasmina Khadra est un écrivain algérien qui a choisi une identité féminine pour publier ses œuvres. Né le 10 janvier 1955, l’auteur fait d’abord carrière dans l’armée jusqu’en 2000 : il quitte alors son grade de commandant pour se consacrer à l’écriture. A partir de 1984, Mohamed Moulessehoul  écrit et publie plusieurs romans et nouvelles sous son véritable nom. En 1997, le roman Morituri sort en France, sous le pseudonyme de Yasmina Khadra. C’est en 2001 que l’auteur révèle son identité masculine dans son roman autobiographique L’Ecrivain.   

Les romans de Yasmina Khadra sont traduits en 33 langues dans le monde entier. Si l’auteur a acquis sa renommée internationale avec Morituri, il consacre également son écriture à la transcription du « dialogue de sourds qui oppose l’Orient et l’Occident ». En 2015, le roman La Dernière Nuit du Raïs raconte les dernières heures du dirigeant Mouammar Khadafi à travers sa propre voix.  Plusieurs œuvres de Yasmina Khadra ont été adaptées au cinéma, au théâtre et en chorégraphie.

Articles (9)

Voir tous les articles

Avis (217)

  • Couverture du livre « Khalil » de Yasmina Khadra aux éditions Julliard

    Christine GAZO sur Khalil de Yasmina Khadra

    13 Novembre 2015, Paris. Khalil est sur le point de mourir en kamikaze, une ceinture d'exlosifs autour de la taille. Sa cible est le métro, probablement bondé à la fin du match de foot. Sans l'ombre d'une hésitation, fort de sa foi sans faille, cette foi qui lui a ces dernières années donné...
    Voir plus

    13 Novembre 2015, Paris. Khalil est sur le point de mourir en kamikaze, une ceinture d'exlosifs autour de la taille. Sa cible est le métro, probablement bondé à la fin du match de foot. Sans l'ombre d'une hésitation, fort de sa foi sans faille, cette foi qui lui a ces dernières années donné enfin lesentiment d'exister pour quelque chose de grand, il appuie sur le poussoir.
    Et rien ne se passe.
    Incompréhension, panique, fuite, planques.... La suite des évènements est compliquée.
    Le texte est rythmé et réaliste, il capte le lecteur, collant au plus près aux évènements tels que nous les avons connus.
    Mais l'auteur s'immisce dans les pensées de Khalil, les doutes, les obstinations... Il décortique les débuts d'explication, les points de vue divers, controversés, incompatibles, les origines du mal et de la violence, la question religieuse. Point de manichéisme ou de réponse toute faite, mais une ouverture du champ des questionnements et des réflexions.
    Un livre fort.

  • Couverture du livre « Morituri » de Yasmina Khadra aux éditions Gallimard

    Missbook85 sur Morituri de Yasmina Khadra

    Le capitaine Llob est de nouveau de service pour mener l'enquête suite à la disparition de la fille d'une famille influente d'Alger.
    Les méthodes sont musclées, le cynisme omniprésent et le climat politico-financier exécrable.
    A travers une Algérie poursuivie par ses démons et malmenée par la...
    Voir plus

    Le capitaine Llob est de nouveau de service pour mener l'enquête suite à la disparition de la fille d'une famille influente d'Alger.
    Les méthodes sont musclées, le cynisme omniprésent et le climat politico-financier exécrable.
    A travers une Algérie poursuivie par ses démons et malmenée par la corruption, Llob tente, malgré ses méthodes un tantinet anti-conventionnelles, de rester intègre tout en ayant conscience de la fragilité de sa sécurité et de celle de sa famille.
    " Ce n'est pas sur des châteaux de cartes que l'on édifie des civilisations. Ce n'est pas, non plus, avec des connivences mesquines que l'on s'élève au rang des nations."
    Pour ma part, loin d'être le meilleur roman de Y. Khadra, j'y ai retrouvé cela dit son style bien particulier qui nous laisse, comme à la fin de chacun de ses romans, matière à réflexion.
    Dans celui-ci, on ressent intensément la difficulté de l'Algérie à s'ériger, prise en étau d'un côté par une volonté de modernisation - au sens large du terme - et son désir de conserver son authenticité.
    " Je regarde Alger et Alger regarde la mer. Cette ville n'a plus d'émotions. Elle est le désenchantement à perte de vue. Ses symboles sont mis au rebut. Soumise à une obligation de réserve, son histoire courbe l'échine et ses monuments se font tout petits."

  • Couverture du livre « Double blanc » de Yasmina Khadra aux éditions Gallimard

    Missbook85 sur Double blanc de Yasmina Khadra

    Fan inconditionnelle de Yasmina Khadra, je ne me lasse pas de découvrir ses romans !
    "Double blanc" nous entraîne au travers d'une enquête policière dans l'Algérie troublée et violente des années 90.
    Le style est dynamique et rythmé, les dialogues caustiques à souhait.
    Très bon roman...
    Voir plus

    Fan inconditionnelle de Yasmina Khadra, je ne me lasse pas de découvrir ses romans !
    "Double blanc" nous entraîne au travers d'une enquête policière dans l'Algérie troublée et violente des années 90.
    Le style est dynamique et rythmé, les dialogues caustiques à souhait.
    Très bon roman policier, même si personnellement, ça n'est pas le meilleur de ce grand auteur.

Voir tous les avis

Vidéos (2)

  • "Dieu n’habite pas la Havane". A Cuba, Yasmina Khadra a découvert un peuple

Voir toutes les videos