Ron Rash

Ron Rash
La prose admirable de Ron Rash, marquée par l'influence de la poésie galloise dont il est imprégné de par ses origines, et par le respect absolu de la nature. On peut parler de "nature writing" dans la mesure où son mantra est "le paysage - en l'occurrence les Appalaches - est le destin", mais au... Voir plus
La prose admirable de Ron Rash, marquée par l'influence de la poésie galloise dont il est imprégné de par ses origines, et par le respect absolu de la nature. On peut parler de "nature writing" dans la mesure où son mantra est "le paysage - en l'occurrence les Appalaches - est le destin", mais aussi de dramaturgie antique. L'émotion pudique dégagée par un texte où le passage à l'âge adulte se fait sans mièvrerie, mais sans pour autant échapper aux pièges du mensonge et de la dissimulation.

Avis (47)

  • Couverture du livre « Par le vent pleuré » de Ron Rash aux éditions Seuil

    Bono Chamrousse sur Par le vent pleuré de Ron Rash

    "PAR LE VENT PLEURÉ" de Ron Rash
    Traduit par Isabelle Reinharez

    Éditions du Seuil (GF)
    Éditions Points (poche)

    Deux frères, Bill et Eugene, grandissent sous la coupe de leur grand-père après le décès de leur père.

    Le grand-père, médecin généraliste, est un tyran antipathique auquel...
    Voir plus

    "PAR LE VENT PLEURÉ" de Ron Rash
    Traduit par Isabelle Reinharez

    Éditions du Seuil (GF)
    Éditions Points (poche)

    Deux frères, Bill et Eugene, grandissent sous la coupe de leur grand-père après le décès de leur père.

    Le grand-père, médecin généraliste, est un tyran antipathique auquel personne ne peux s'opposer, ni ses patients, ni le shérif et encore moins la mère de Bill et Eugene. Sa devise est "dans la vie, on fait des choix et il faut accepter les conséquences de ces choix".

    Le seul moment où les deux garçons peuvent échapper pour quelques heures à la bride du grand-père, c'est pendant leurs parties de pêche du dimanche, après la messe... Mais l'ombre du grand-père rôde toujours auprès d'eux puisqu'ils doivent lui ramener les truites qu'il adore manger.

    Et c'est là que Bill et Eugene font la connaissance de Ligeia, une adolescente qui flirte avec la délinquance.

    J'ai adoré "Par le vent pleuré".

    A travers cette histoire, Ron Rash nous montre comment les deux frères se construiront émotionnellement. Si Bill, qui est le plus fort de caractère des deux, acceptera les conséquences de ses choix, il en sera autrement pour Eugene qui portera le poids de la culpabilité sur ses épaules...

    Un livre conseillé et mis à l'honneur au mois de novembre dans le #PicaboRiverBookClub pour une lecture commune intitulée "le poche du mois"

  • Couverture du livre « Par le vent pleuré » de Ron Rash aux éditions Seuil

    Catherine Quart Foisset sur Par le vent pleuré de Ron Rash

    Eté 69, année de tous les dangers
    *
    Ceci est le deuxieme roman de Ron Rash que je découvre.
    Autant @serena m'avait transporté littéralement dans les forêts des Appalaches au milieu de la tragédie , autant celui-ci m'a laissé de marbre.
    Je ne dirais pas qu'il m'a déçu, mais il ne m'a pas...
    Voir plus

    Eté 69, année de tous les dangers
    *
    Ceci est le deuxieme roman de Ron Rash que je découvre.
    Autant @serena m'avait transporté littéralement dans les forêts des Appalaches au milieu de la tragédie , autant celui-ci m'a laissé de marbre.
    Je ne dirais pas qu'il m'a déçu, mais il ne m'a pas convaincu par son scénario et ses personnages.
    *
    Ici aussi la nature est hostile, sombre et dangereuse. Cet écrin sournois permettant la création d' une atmosphère angoissante. J'attendais toutefois des actions se passant "en extérieur". Là, on se trouve dans un huis-clos très "intimiste" et introspectif.
    Eugène, le narrateur déroule sa lourde culpabilité, ses déceptions, cette adolescence chaotique qui l'ont conduit à une vie d'adulte hantée par l'alcoolisme. J'ai eu du mal à m'attacher à cet "anti-héros". De même avec les personnages secondaires.
    *
    C'est un drame intimiste opposant deux frères qui se joue sous nos yeux, avec des allers-retours réguliers dans le temps, pour bien comprendre cette relation délétère avec le grand-père.
    Une intrigue un peu convenue qui apporte des réponses et laisse d'autres questions en suspens.
    Un roman noir au style poétique mais néanmoins avec une concision de mots pour appuyer les propos. J'ai bien retrouvé là "la patte" de l'auteur (lisez Serena, et vous comprendrez). Une écriture sauvage et lyrique.
    Pour résumer, je vous dirais que ce n'est pas celui-ci que je vous conseillerais en premier si vous débutez dans la découverte de cet auteur formidable.
    *
    Lu dans le cadre de la LC de novembre au #picaboriverbookclub
    et pour le challenge du #theblacknovember

  • Couverture du livre « Par le vent pleuré » de Ron Rash aux éditions Seuil

    Ti Alwheth sur Par le vent pleuré de Ron Rash

    Ce roman est une petite déception pour moi car j'ai vu qu'il avait des critiques élogieuse. Je l'ai emprunté à la médiathèque municipale qui l'avait classé en "coup de coeur".

    J'ai bien apprécié le début : deux frères qui rencontrent une belle sirène au bord de la rivière. Elle les séduit et...
    Voir plus

    Ce roman est une petite déception pour moi car j'ai vu qu'il avait des critiques élogieuse. Je l'ai emprunté à la médiathèque municipale qui l'avait classé en "coup de coeur".

    J'ai bien apprécié le début : deux frères qui rencontrent une belle sirène au bord de la rivière. Elle les séduit et les rapports sexuels très libres sont accompagnés d'alcool et de drogues médicamenteuse qu'un des frères vole chez le grand-père médecin. Celui çi est un sacré personnage, autoritaire. Il a repéré chez l'un de ses petits fils une "coordination oeil main" qui doit lui permettre de devenir un grand chirurgien. C'est une chose qui d'ailleurs va se réaliser.

    Donc nous sommes projeté plusieurs dizaines d'années après ce bel été. Les ossements de la jeune fille ont été retrouvé et le plus jeune frère soupçonne l'autre d'être le meurtrier.

    J'ai trouvé que les passages du passé au présent n'étaient pas très bien mené ainsi que le suspense. Et j'ai carrément décroché aux trois quart.

    Heureusement la fin n'est pas mal. Je vais essayer un autre roman de cet auteur.

    Je dois dire que je suis encore sous le coup de la lecture de "My absolute darling" et que j'attends toujours beaucoup des auteurs américains. Peut-être que ma déception vient de la.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !