Une terre d'ombre

Couverture du livre « Une terre d'ombre » de Ron Rash aux éditions Points
  • Date de parution :
  • Editeur : Points
  • EAN : 9782757846360
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Laurel Shelton et son frère Hank vivent seuls, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d'un vallon encaissé et maudit de la Caroline du Sud. Marquée d'une grande tâche de naissance disgracieuse, Laurel est considérée par tous comme une sorcière. Hank, revenu quelques mois plus tôt... Voir plus

Laurel Shelton et son frère Hank vivent seuls, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d'un vallon encaissé et maudit de la Caroline du Sud. Marquée d'une grande tâche de naissance disgracieuse, Laurel est considérée par tous comme une sorcière. Hank, revenu quelques mois plus tôt d'Europe, a perdu une main dans les combats de la Première Guerre mondiale. Isolés, bannis, ils mènent une vie fastidieuse et solitaire. Lorsque Laurel rencontre un mystérieux joueur de flûte, sa vie bascule.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Émouvante plongée dans ce vallon hors du temps et oublié des hommes !

    Émouvante plongée dans ce vallon hors du temps et oublié des hommes !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon deuxième Ron Rash. Si j'ai été à nouveau complétement séduite par l'écriture à la fois puissante et poétique, je n'ai pas été autant emportée par l'histoire que je l'aurais cru.

    Mon deuxième Ron Rash. Si j'ai été à nouveau complétement séduite par l'écriture à la fois puissante et poétique, je n'ai pas été autant emportée par l'histoire que je l'aurais cru.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Etat de Caroline, dans la chaîne de Blue Ridge en 1957. Un projet gouvernemental vise à innonder sous un lac artificiel les terres du vallon de Mars Hill.
    Un mal pour un bien, peut-être, car ce lieu est maudit depuis ses premiers habitants, les Cherokee.
    Quand l'agent fédéral constate les...
    Voir plus

    Etat de Caroline, dans la chaîne de Blue Ridge en 1957. Un projet gouvernemental vise à innonder sous un lac artificiel les terres du vallon de Mars Hill.
    Un mal pour un bien, peut-être, car ce lieu est maudit depuis ses premiers habitants, les Cherokee.
    Quand l'agent fédéral constate les lieux, l'endroit semble inhabité. Une cabane en rondins de bois totalement abandonnée et un puits en parfait état sont les seuls vestiges d'une vie passée. Nulle présence humaine. Sauf quand le puits fait remonter le lointain écho d'une flûte et la blanche lumière de Laurel Shelton en cette année 1916.

    La férocité guerrière et la chaleur de l'amour humaine couvrent l'atmosphère de ce roman haletant et luttent pour l'emporter. Ron Rash nous fait osciller constamment entre des moments heureux et une inquiétude latente où tout peut basculer.
    J'ai éprouvé du bonheur pour Laurel quand elle rencontre et aime cet homme inconnu. Il ne parle pas, il joue de la flûte dont les notes ressemblent aux cris des derniers perroquets de Caroline.
    J'ai ressenti l'horreur et l'injustice face à la bêtise et l'intolérance. Car la falaise étend son ombre non seulement sur la terre mais aussi dans le coeur des hommes.
    L'écriture suit cette progression, plénitude et lente découverte de l'autre au début du livre avant l'enchaînement rapide et incontrôlable des évènements tragiques des dernières pages.

    J'ai été totalement subjuguée par ce roman en partie tiré de faits réels. La nature très présente est magnifiquement observée et décrite.
    C'est la première fois que je lis un ouvrage de Ron Rash et je vais absolument découvrir d'autres titres.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Terre d'ombres ou de lumière ? Dans ce vallon maudit, en pleine guerre de 14/18, il faut que Laurel, marquée par une tache de naissance et considérée comme une sorcière, et Hank, son frère revenu mutilé de la guerre en Europe, survivent, s'entraident, fassent fi du quand-dira-t-on...Leur ferme...
    Voir plus

    Terre d'ombres ou de lumière ? Dans ce vallon maudit, en pleine guerre de 14/18, il faut que Laurel, marquée par une tache de naissance et considérée comme une sorcière, et Hank, son frère revenu mutilé de la guerre en Europe, survivent, s'entraident, fassent fi du quand-dira-t-on...Leur ferme offre peu et pourtant, au détour d'un chemin et d'un air de fifre, leur destin change.

    Un roman sur la solitude, sur le destin (déjà mal ficelé dès le départ !), sur l'espoir...quand tout semble virer au rose, au "possible", tout s'effondre ! Il est beaucoup question de choix (être seule, être morte, partir, dénoncer), de renoncements (tant pis s'il n'y a plus de perroquets ?) et ça tourne vite à la tragédie, inéluctable...

    C'est âpre et sauvage, à l'image de ce vallon qui ne voit jamais la lumière, où la malédiction traine, où le ressentiment domine..

    J'ai aimé, et j'ai pourtant un peu peiné sur cette lecture. Je ne sais ce qu'il en restera mais j'ai eu le plaisir de saisir les personnages, de vibrer au gré de leurs émotions et de leurs sentiments, et finalement, c'était déjà pas mal !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bien qu’ayant reçu un prix de littérature policière, ce roman de Ron Rash est beaucoup plus comparable à une intrigue naturaliste de Jim Harrison ou Thomas Mc Guane qu’à un opus de Michael Connely. Plantée dans un vallon de la campagne américaine en pleine première guerre mondiale, l’intrigue...
    Voir plus

    Bien qu’ayant reçu un prix de littérature policière, ce roman de Ron Rash est beaucoup plus comparable à une intrigue naturaliste de Jim Harrison ou Thomas Mc Guane qu’à un opus de Michael Connely. Plantée dans un vallon de la campagne américaine en pleine première guerre mondiale, l’intrigue plutôt bien ficelée est portée par de beaux personnages, à la fois forts et mutilés, au sens propre comme au sens figuré. La nature est partout autour d’eux, présente et en contraste total avec la New York lointaine et pourtant porteuse d’espoir. On regarde les liens se tisser, les peurs s’estomper sans que jamais le drame ne soit très loin de ce monde perdu. On pense à certains westerns crépusculaires d’Eastwood ou d’Altman. C’est dire si Ron Rash touche au but.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ron Rash... Pour ceux qui s'intéresse au "Nature writing" c'est un peu comme une référence, un synonyme. Du coup, comme j'aime la nature et que je m'intéresse à ce genre littéraire, j'ai eu franchement envie de découvrir cet auteur.

    Laurel et son frère aîné Hank vivent dans un vallon aride,...
    Voir plus

    Ron Rash... Pour ceux qui s'intéresse au "Nature writing" c'est un peu comme une référence, un synonyme. Du coup, comme j'aime la nature et que je m'intéresse à ce genre littéraire, j'ai eu franchement envie de découvrir cet auteur.

    Laurel et son frère aîné Hank vivent dans un vallon aride, que beaucoup dans leur coin considèrent comme maudit. Laurel n'est-elle d'ailleurs une tache de naissance sur son visage ? Hank qui s'est battu lors de la guerre n'y a t-il pas perdu sa main ? Les conditions ne sont-elles difficile ?
    Pourtant, ils sont là tous deux, vivant ou essayant de vivre, travaillant à leur ferme. Même si Laurel est considérée un peu comme une sorcière du fait de cette tache la défigurant, Hank attire plutôt la compassion car il a combattu les Allemands (nous sommes en 1918) et que ces derniers sont plutôt détesté de par le monde !
    Hank est sur le point de se marié et Laurel rencontre, inopinément dans le vallon, un homme mystérieux, peu prolixe et qui joue de la flûte. Elle en tombe amoureuse et Hank semble plutôt ravi... mais, la vie n'est pas rose et c'est ainsi que l'auteur nous entraîne dans une histoire qui n'a rien d'un conte de fée.

    Que dire véritablement de cette lecture ? Je pense sincèrement que, pour moi, ce n'était pas forcément le bon moment pour découvrir ce roman. J'avais effectivement beaucoup trop de chose en tête et du coup je n'ai pas apprécié, à sa juste valeur ce récit. J'ai un peu vécu cette lecture comme celle d'un classique... même si j'aime les classiques, j'avoue ne pas m'y plonger dans n'importe quelles conditions.

    Si la plume de l'auteur est travaillée et intéressante, j'ai eu un peu de mal avec les longueurs. Même si les descriptions (et croyez-moi habituellement, les descriptions dans un texte, j'adore) sont parfois intéressante notamment sur ce qui est du paysage, du vallon (personne à part entière de l'histoire), j'ai parfois eu du mal... j'avais limite envie de passer certains passages.

    Concernant les personnages, j'ai bien apprécié le personnages de Laurel, qui est torturée, manque de confiance en elle et est une femme forte pourtant. Hank est certes plus bourru, mais non moins humain, avec des sentiments qui parfois lui échappe, lui qui souhaite tant camoufler ce qu'il ressent.

    Pour autant, malgré tous ces points plus ou moins positifs, j'avoue ne pas avoir apprécié cette lecture. Non pas forcément de la faute de l'auteur, mais plutôt d'un mauvais choix de ma part et d'un mauvais timing !
    J'avoue ne pas avoir réellement compris pourquoi ce roman avait été classé dans Policier chez Points.
    J'essayerais sans aucun doute un autre ouvrage de l'auteur mais pas dans l'immédiat.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • une atmosphère particulière dans cette amérique en fin de 1ère guerre mondiale. Des personnages attachants et une intrigue intéressante. Une force dans les mots

    une atmosphère particulière dans cette amérique en fin de 1ère guerre mondiale. Des personnages attachants et une intrigue intéressante. Une force dans les mots

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ron Rash réitère avec Une terre d’ombre un beau roman terrien et âpre, dans lequel la nature et la solitude prennent une grande part, sur fond de rencontre amoureuse lente et doucereuse. C’est une nouvelle fois un très beau roman.

    Laurel est maudite depuis qu’elle est toute petite, et cela...
    Voir plus

    Ron Rash réitère avec Une terre d’ombre un beau roman terrien et âpre, dans lequel la nature et la solitude prennent une grande part, sur fond de rencontre amoureuse lente et doucereuse. C’est une nouvelle fois un très beau roman.

    Laurel est maudite depuis qu’elle est toute petite, et cela n’est pas prêt de changer. Une tâche de naissance sur son visage fait d’elle la pestiférée du village. Elle n’a jamais été aimée, ni par les habitants de l’endroit perdu où elle habite, ni à l’école, qu’elle a dû quitter trop jeune pour survivre, ni à aucun moment de sa vie.

    Ses parents sont morts ; son frère Hank est revenu handicapé – plus précisément amputé – de la première Guerre Mondiale. Au moins, il est vivant. Taiseux, austère, elle partage son quotidien miséreux avec lui, mais elle se sent isolée et seule.

    Lorsqu’elle entend un air de flute au bord de la rivière, elle est intriguée par cette musique, et surtout par cet inconnu qui lui apporte un peu de joie simple. Il va se blesser et aura besoin de son aide. Elle fera donc sa connaissance, et comme Walter doit également vivre avec un handicap – il ne peut pas parler – ils réussiront à se comprendre, à communiquer et à s’apprécier dans les silences et les secrets de l’après-guerre.

    On retrouve dans Une terre d’ombre l’univers boueux et désespéré, méchant et mystérieux des autres romans de Ron Rash. C’est l’Amérique profonde de l’après-guerre, l’absence de culture, la pauvreté, la bêtise et la méchanceté. On a l’impression de ne pas avoir encore atteint le XXe siècle, et d’être presque dans un roman de Zola, avec le puit qui se creuse à mains nues, la lessive à faire au bord de la rivière, la galère pour réussir à se nourrir, la lumière de la lampe à pétrole à économiser.

    On a de la compassion pour Laurel, on lui souhaite une vie meilleure que celle qu’elle subit, mais on sent bien depuis le début du roman que tout est désespéré et que le bonheur n’est a priori pas vraiment pour elle …

    Ce roman est assez lent dans le déroulé de son histoire et permet ainsi de s’imprégner totalement de l’ambiance ; c’est une chose que Ron Rash sait très bien faire et on s’y croirait. Ce déroulé petit à petit permet à l’intrigue de s’installer tranquillement, pour mieux déraper.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions