Nicolas Mathieu

Nicolas Mathieu

Nicolas Mathieu est né à Épinal en 1978. Après des études d'histoire et de cinéma, il s'installe à Paris où il exerce toutes sortes d'activités instructives et presque toujours mal payées. En 2014, il publie chez Actes Sud Aux animaux la guerre, adapté pour la télévision par Alain Tasma. Aujourd'...

Voir plus

Nicolas Mathieu est né à Épinal en 1978. Après des études d'histoire et de cinéma, il s'installe à Paris où il exerce toutes sortes d'activités instructives et presque toujours mal payées. En 2014, il publie chez Actes Sud Aux animaux la guerre, adapté pour la télévision par Alain Tasma. Aujourd'hui, il vit à Nancy et partage son temps entre l'écriture et le salariat.

Portrait © Bertrand Jamot

Articles (2)

Voir tous les articles

Avis (29)

  • Couverture du livre « Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud

    Lex_Libris_ sur Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

    Ils sont adolescents, l'âge des premiers émois, l'âge de la découverte, l'âge des premières réflexions sur sa propre vie. Anthony, Hacine, Steph, Clem et les autres vivent dans une Lorraine dévastée, Heillange, ville sidérurgique délaissée. De 1992 à 1998, quatre étés où on suit leurs rêves,...
    Voir plus

    Ils sont adolescents, l'âge des premiers émois, l'âge de la découverte, l'âge des premières réflexions sur sa propre vie. Anthony, Hacine, Steph, Clem et les autres vivent dans une Lorraine dévastée, Heillange, ville sidérurgique délaissée. De 1992 à 1998, quatre étés où on suit leurs rêves, leurs aventures, leurs amours, leurs conneries, avant que leurs destins les dispersent.

    Nicolas Mathieu, grâce a une plume joyeuse, claquante, caustique, nous offre une ode à la liberté, une dénonciation de l'injustice sociale. L'auteur montre l'agonie du monde ouvrier et le mensonge sur l'égalité des chances dans la société.

    Coup de coeur de cette fin d'année 2018, ce roman est très juste dans la façon de parler et de décrire cette jeunesse qui se prend la réalité en pleine face. Et comment ne pas savourer toutes les références des années 90 qui parsèment les pages de Nicolas Mathieu, un vrai bonheur. Ce roman tient en haleine jusqu'à la dernière page.

    Une représentation que l'auteur nous offre qui est à la fois réaliste, juste, pleine de vérité et de réflexion. "Leurs enfants après eux" est le roman d'une génération complètement désenchantée qui rêve d'une autre vie, bien meilleur et d'une société sur lé déclin.

    Ce roman est encore plus touchant quand on a été adolescent dans les années 90 et grandit dans cette Lorraine oubliée.
    Un grand bravo a Nicolas Mathieu pour ce magnifique roman, un prix Goncourt amplement mérité !

  • Couverture du livre « Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud

    Olivier Auroy sur Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

    Somptueusement déprimant. Et si j’osais, je parlerais d’un manifeste sur les gilets jaunes. À croire que le jury du Goncourt avait anticipé les émeutes de novembre. Des générations qui galèrent aux confins du territoire, des petites vies rythmées par la bière et les joints. Le consumérisme, le...
    Voir plus

    Somptueusement déprimant. Et si j’osais, je parlerais d’un manifeste sur les gilets jaunes. À croire que le jury du Goncourt avait anticipé les émeutes de novembre. Des générations qui galèrent aux confins du territoire, des petites vies rythmées par la bière et les joints. Le consumérisme, le sexe et le football pour se consoler de ne pas avoir d’avenir radieux. À croire que l’auteur s’est gavé de Bourdieu pendant ses études. Ça rappelle les paroles de la comédie musicale « Les Misérables » quand ils évoquent le père et la mère qui font des cabrioles après leur dure journée de labeur : « entre nous et les bourgeois, c’est avec l’amour, la foi, le seul moment ou y’a pas de différences… et voilà nos vacances. Aime ce que tu as quand t’as pas ce que t’aime… » Presqu’un résumé de ce roman naturaliste qui après « en finir avec Eddy Bellegueule » et plus récemment « Fief » nous ressert les provinces déshéritées et le désespoir des classes moyennes en difficulté. La question est la suivante : si, aujourd’hui, on lit avec respect les déboires des Rougon-Macquart, lira-t-on en 2165 le roman de Nicolas Mathieu ? Alors certes, je commence à en avoir ras la soupière de ces récits noirs de mégots calcinés, de ces êtres à la dérive cherchant le réconfort dans le corps de leur prochain mais je dois avouer que l’auteur en parle avec un grand talent. Il y a des pages magnifiques où chaque geste, chaque expression des personnes sont décrites avec une acuité, une lucidité, une cruauté et une inventivité qu’on avait pas vues depuis longtemps, peut-être chez Houellebecq, la condescendance et le cynisme en moins. La page 392 en offre un bon exemple. Je remercie l’auteur de ne pas nous avoir pondu une fin à la « Goncourt de Queffélec » (un drame, un crime) et de nous laisser imaginer un dénouement, même heureux, même contre le cours du jeu. On se délecte donc, page après page, regrettant tout ce désenchantement, mais c’est le choix de l’écrivain. Je trouve aussi qu’il y a une perte d’intérêt et de vitesse dans les cents dernières pages (de trop ?). On a envie qu’il en finisse, qu’Hacine assassine ou qu’Antho. nique. Donc, plutôt pas mal et surtout, un vrai roman, pas un essai déguisé et bien ficelé comme le Vuillard de l’année dernière. Mathieu, c’est officiel, on vous tient à l’œil !

  • Couverture du livre « Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud

    fabienne balcon sur Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

    Cette chronique sur des adolescents dans l'Est de la France est un plaisir de lecture.
    Tous ces jeunes sont attachants dans leurs maladresses, leur solitude, leurs espoirs vains, leur tendresse. Cette évocation en 4 étés allège le récit et nouis laisse imaginer l'espace de temps.
    L'anlyse de...
    Voir plus

    Cette chronique sur des adolescents dans l'Est de la France est un plaisir de lecture.
    Tous ces jeunes sont attachants dans leurs maladresses, leur solitude, leurs espoirs vains, leur tendresse. Cette évocation en 4 étés allège le récit et nouis laisse imaginer l'espace de temps.
    L'anlyse de ces adolescents est précise, fine; il drese un vrai état des lieux de cette france isolée et abimée.
    On ressent la fin d'une époque d'ouvriers , la fermeture des usines et la désertification des villes concernées malgré les efforts de quelques élus.
    On ressent bien les espoirs d'envol de ces jeunes mais qui retombent très fort sur terre et rentrent dans le quotidien routinier d'une vie d'employé; seuls quelques jeunes peuvent s'en sortir à l'image de Stéphanie mais avec beaucoup de mal être.
    j'ai été emporté par ce récit avec une belle écriture fluide mais intense. C'est un beau roman de société.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !