Gilles Marchand

Gilles Marchand
Gilles Marchand est né en 1976 à Bordeaux. Il a notamment écrit "Dans l'attente d'une réponse favorable" (24 lettres de motivation) et coécrit "Le Roman de Bolaño" avec Eric Bonnargent. "Une bouche sans personne" est son premier roman.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (62)

  • Couverture du livre « Des mirages plein les poches » de Gilles Marchand aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Evlyne Léraut sur Des mirages plein les poches de Gilles Marchand

    Des myriades d’étoiles plein les poches, des bouquets de mots en solennité sur le cœur, le lecteur dès l’incipit « Je n’ai pas vraiment choisi » reçoit le cadeau de l’estime sur la place des Grands Hommes. Sidéré par la magnificence verbale, mappemonde fascinante et loyale, le lecteur tient les...
    Voir plus

    Des myriades d’étoiles plein les poches, des bouquets de mots en solennité sur le cœur, le lecteur dès l’incipit « Je n’ai pas vraiment choisi » reçoit le cadeau de l’estime sur la place des Grands Hommes. Sidéré par la magnificence verbale, mappemonde fascinante et loyale, le lecteur tient les couleurs de la vie en main. Ces nouvelles sont clairvoyantes, lucides, profondes. Du linge frais claquant au vent avéré et spontané. Les lignes puissantes, nobles sont l’épiphanie des émotions justes. La sensibilité de Gille Marchand est un rayon de lumière, une offrande sans attente d’un retour. Il sait, il dit, délivre. Les murs fondateurs de ces morceaux d’architecture sont l’essence de la vie. Ce qui fait vibrer, fléchir sans mettre le genou à terre, se redresser et regarder infiniment la ligne d’horizon de ce qui est dans le vrai. Elles ne sont pas des quêtes, mais un don de soi. Ce quelque chose qui tend vers le majeur de l’intériorité. La générosité est un cahier du jour. La tendresse, un accueil vers le pur. La différence, une force. L’abîme, le puits et ses ressources en invisibilité. Les larmes peuvent couler, elles sont l’honneur rendu à la prodigalité. Ces nouvelles sont le rythme de ce qui est authentique et vivifiant. Le beau fait trembler les lignes. L’humour est un crayon de couleur. Les grincements des échappées imprévisibles et salutaires. Elles sont l’œuvre d’un maître bâtisseur qui construit le fondamental. Emouvantes, elles font courber les lignes du ciel. Le lecteur n’ose plus bouger, puis vacille, épaté par cette fulgurance. Célestes, profonds et si intimes ces écrins existentiels, crépusculaires, sont le digne d’un géant du mot. Primordiales, vitales, cultes ces nouvelles nourricières sont primées par le prestigieux « Prix SGDL Du premier recueil de nouvelles 2018 » Publié par Les Editions Aux forges de Vulcain « Des mirages plein les poches » est une fierté de lecture. Il est l’ami. A offrir en multitude et vous verrez le monde redevenir source.

  • Couverture du livre « Des mirages plein les poches » de Gilles Marchand aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Geneviève Munier sur Des mirages plein les poches de Gilles Marchand

    Lire Gilles Marchand c’est se plonger dans une écriture où les mots dansent la sarabande, où le rêve s’acoquine avec la réalité, où la tendresse le dispute à la tristesse, où la poésie fusionne avec la musique, le pragmatique avec le fantastique. Et, son premier recueil de nouvelles, "Des...
    Voir plus

    Lire Gilles Marchand c’est se plonger dans une écriture où les mots dansent la sarabande, où le rêve s’acoquine avec la réalité, où la tendresse le dispute à la tristesse, où la poésie fusionne avec la musique, le pragmatique avec le fantastique. Et, son premier recueil de nouvelles, "Des mirages plein les poches", n’y déroge pas. Il démontre que parfois les règles n’ont nul besoin d’exception pour être confirmées.

    Un petit fascicule, un peu plus de cent pages et quatorze nouvelles, les unes très courtes et certaines un peu plus longues, et toujours cette mélodie, ce jeu de cache-cache, cette manière de nous faire toucher des yeux des mots, des phrases, des histoires qui s’escamotent, se déforment, se transforment juste au moment de les happer. Je les ai lues le sourire aux lèvres, le rire en bandoulière ou les larmes au fond de la gorge. Gilles Marchand est un magicien des mots.

    Que peut-il y avoir de commun entre des chaussures qui courent vite, un homme qui découvre sa vie au fond d’une brocante, un autre qui redonne vie aux objets abandonnés et celui qui parcourt l’Amérique à pied sur son lieu de travail, au fond d’un débarras, "coincé entre un carton d’intercalaires A4 et les archives du courrier resté sans réponse" ? Il y a toute la fantaisie de l’auteur, cette façon bien à lui d’utiliser la magie pour dire la profondeur de l’humain. Il y a cette force du mélange des objets et de l’homme, car dans ses livres chaque objet possède une âme, une belle âme.

    La nouvelle qui, forcément, m’a le plus émue, celle que j’ai lue en ayant l’impression moi aussi d’y découvrir une partie de ma vie, c’est l’avant-dernière "Rappel". J’ai cru y lire l’histoire de mon fils, ancien batteur dans un groupe de Heavy Metal : Antarès. Antarès comme l’étoile qui brillait dans ses yeux les soirs de concert, comme celle qui s’est ternie lorsqu’il a dû abandonner pour voguer vers d’autres horizons, celle encore que je vois se rallumer au détour d’une rencontre avec son pote guitariste quand il retrouve sa double pédale, tape sur sa caisse claire et massacre ses baguettes. Mais je l’ai aussi aimée pour avoir cru apercevoir, derrière le narrateur, un rocker au sourire enjôleur se nimber des habits d’un poète maudit.

    J’aurais pu tout aussi bien vous parler de "Wish You", un Noël extraordinaire au sens étymologique du terme, un Noël qui contient à la fois la joie et la tristesse, le profond et le superficiel, le sacré et le profane, un Noël qui se voulait heureux mais donne envie de pleurer. Et des autres...

    En un mot comme en cent, "Des mirages plein les poches", vous mettra, à n’en pas douter, des étoiles plein les yeux.

  • Couverture du livre « Des mirages plein les poches » de Gilles Marchand aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Missbook85 sur Des mirages plein les poches de Gilles Marchand

    Je tiens à remercier les éditions Aux Forges du Vulcain pour la découverte du dernier chef-d'œuvre de Gilles Marchand !
    " Des mirages plein les poches " mais surtout des étoiles plein les yeux pour le lecteur qui referme à regret ce recueil de Gilles Marchand. Rassemblant une dizaine de...
    Voir plus

    Je tiens à remercier les éditions Aux Forges du Vulcain pour la découverte du dernier chef-d'œuvre de Gilles Marchand !
    " Des mirages plein les poches " mais surtout des étoiles plein les yeux pour le lecteur qui referme à regret ce recueil de Gilles Marchand. Rassemblant une dizaine de nouvelles écrites entre 2011 et 2017,  et d'abord publiées chez différents éditeurs ou dans des revues, est enfin rassemblées ici grâce à David Meulemans, éditeur des Forges de Vulcain.

    Ce sont des nouvelles qui font résonance à ses deux précédents romans " Une bouche sans personne " et " Un funambule sur le sable ". Comment mieux réconcilier les lecteurs avides de littérature contemporaine avec la nouvelle, qu'en lisant ce recueil ? Des nouvelles très courtes, dont il est difficile d'en concevoir un résumé sans spoiler l'intrigue.
    Le lecteur part ainsi à la rencontre d'un homme qui souhaite rembobiner le cours de sa vie après en avoir détricoter le fil...
    p. 8 : " On ne détricote pas le monde. Même s'il gratte, on ne le détricote pas. Ce n'est pas une affaire de religion, ce n'est pas une question de morale. On ne le fait pas. Point. "
    Au détour d'une brocante, un homme retrouve avec nostalgie les meubles de son enfance, riches de souvenirs, comblant un vide...
    p. 15 : " Tous parfaitement identiques au mobilier de mon enfance. Combien ? Combien ? Combien ? Je prends. Je prends. Je prends. Tout cela ira parfaitement chez moi. "
    Le protagoniste devient un footballeur amoureux, en quête d'exploits...
    p. 28 : " Pour moi, le slip était à l'amoureux ce que la chaussure était à l'athlète. "
    On croise un père de famille, en lutte contre sa phobie des manèges...
    p. 93 : " Je n'oublierai jamais son regard. Il n'avait pas cinq ans et déjà il savait que son père n'était pas un héros. "
    Des rencontres, pleines de désillusions, entre mirages et réalité. Parfois métaphoriques, souvent mélancoliques, mais toujours poétiques, le lecteur côtoie le quotidien de personnages par de brèves histoires, particulièrement touchantes. Une sorte de  désenchantement relie chaque nouvelle, de manière cohérente et fluide.

    Ce recueil est un grand coup de cœur ! Bravo à Gilles Marchand pour toutes les émotions qu'il a le talent de mettre en forme, des mots pour décrire des maux... Et quelle écriture !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !