Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jennifer Murzeau

Jennifer Murzeau
Jennifer Murzeau est journaliste indépendante. Elle poursuit dans La Désobéissante une réflexion menée dans ses deux précédents romans sur les dérives de notre époque, l'aliénation et la liberté.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « La vie dans les bois » de Jennifer Murzeau aux éditions Allary

    red_inblue sur La vie dans les bois de Jennifer Murzeau

    J'ai choisi ce court roman pour le côté "témoignage IRL". L'auteure, un parisienne très urbaine se rend compte que sa vie très consumériste n'est plus en phase avec la Nature. L'a -t-elle été d'ailleurs? Je précise que moi-même citadine, je ne peux que la comprendre. Il nous manque le côté...
    Voir plus

    J'ai choisi ce court roman pour le côté "témoignage IRL". L'auteure, un parisienne très urbaine se rend compte que sa vie très consumériste n'est plus en phase avec la Nature. L'a -t-elle été d'ailleurs? Je précise que moi-même citadine, je ne peux que la comprendre. Il nous manque le côté immersif, d'ancrage avec la Terre. Et ce n'est pas avec une marche dominicale qu'on a arrive à se connecter aux arbres.
    Jennifer est donc partie en Charentes, accompagnée d'un guide survivaliste, n'ayant en poche qu'un couteau et des habits chauds. Une semaine à pagayer sur la rivière, dormir à la belle étoile, chasser, manger de sa cueillette. Puis direction les Pyrénées où seule cette fois, pour découvrir l'immensité des montagnes et la sauvagerie du monde.
    Son récit s'articule autour de ce périple, jour par jour et également de petits rappels sur l'éthique environnementale, les vanités de la civilisation, des chiffres, des statistiques très intéressantes (on les connait mais ça ne fait pas de mal de les relire).
    Je trouve tout de même que l'auteure aurait pû mieux se préparer à ce voyage atypique (flore, animaux, plans..). le guide, François est abject et condescendant avec elle. Elle a eu beaucoup de patience, pour ma part, je l'aurais viré dès le premier soir! L'auteure a un discours humble (elle nous confie ses peurs, ses angoisses, ses défaites), bref, elle est à l'antithèse de Sylvain Besson.
    J'ai beaucoup apprécié ses questionnements et surtout ses positionnements vis à vis de notre citoyenneté écologique; elles ne sont pas radicales (ni d'un coté, ni de l'autre).
    Le périple "retour à la vie sauvage" était un peu court. J'aurais voulu que l'expérience se rallonge sur un mois par exemple. Car l'expérience ne peut pas être si concluante en seulement 8 jours (enfin, je trouve!).

  • add_box
    Couverture du livre « La vie dans les bois » de Jennifer Murzeau aux éditions Allary

    Nicolemotspourmots sur La vie dans les bois de Jennifer Murzeau

    Il est vrai que ces dernières années, on parle beaucoup de l'environnement autour de l'affrontement entre les scientifiques qui alertent et les climatosceptiques qui rigolent. Certains ont peur, d'autres réfléchissent à des moyens de limiter leur empreinte carbone. D'autres s'en foutent. Le vert...
    Voir plus

    Il est vrai que ces dernières années, on parle beaucoup de l'environnement autour de l'affrontement entre les scientifiques qui alertent et les climatosceptiques qui rigolent. Certains ont peur, d'autres réfléchissent à des moyens de limiter leur empreinte carbone. D'autres s'en foutent. Le vert est devenu une couleur tendance, on en peinturlure les façades des politiques, des entreprises et des industries. A en croire les publicités actuelles, tout est pensé en termes de "développement durable", respect de la santé, on achète aux producteurs locaux, on vend du bio... Derrière, la réalité est bien différente. L'homme continue à se considérer "en dehors" de l'environnement et non "partie" de cet environnement. Pire, il asservit, détruit, domine. Des romanciers se sont emparés de la question. Dernièrement, l'immense Richard Powers nous a offert un fantastique roman, L'Arbre-Monde qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Il est l'un de ceux qui plaident pour une prise de conscience massive de l'espèce humaine qu'il convient de changer radicalement de paradigme et d'attitude. L'homme s'est exclu de ce qu'il appelle "la nature" pour mieux la saccager. Il s'en est tellement éloigné qu'il est peut-être temps de s'en rapprocher, de se rappeler qu'il n'y est pas extérieur mais l'un des éléments.

    C'est un peu la démarche entreprise par Jennifer Murzeau, écrivain et journaliste, très concernée par les questions environnementales. Mais comment parler de nature quand on est une citadine de naissance, que les seuls espaces verts que l'on côtoie sont ses lieux de vacances et que l'on est habitué au confort matériel procuré par la civilisation ? L'expérience qu'elle entreprend n'a a priori rien de l'aventure du siècle. S'immerger en pleine nature pendant une semaine, se déconnecter du bruit, de la ville, de la facilité octroyée par les moyens modernes. S'éloigner des distractions et de la pollution de la société de consommation. Tenter de se reconnecter à son environnement. A la terre, à l'air, par tous les sens. Pour cela, elle contacte un "guide de survie", un certain François adepte des théories de la collapsologie et qu'elle charge de l'initier. Faire un feu, dormir à la belle étoile, se nourrir de ce que l'on cueille, chasse ou pêche... Pour la citadine habituée à appuyer sur des boutons, c'est la totale.

    "Nous sommes des êtres assistés (et donc asservis) comme nul autre jamais. J'ai beau être critique, je sais bien que je ne fais pas exception à la règle. Parce que je baigne dans le monde et que, comme tout individu, je suis poreuse".

    Jennifer Murzeau avance à la fois sans fard mais avec le regard de la journaliste nourrie de littérature, d'idées et d'études sur les sujets environnementaux et de société. Elle ne nous cache rien de ses difficultés, ses étonnements, son sentiment d'être complètement paumée, ni même ses peurs alors qu'elle est confrontée à la nature à l'état brut et que cela bouleverse tous ses repères. J'ai particulièrement apprécié son rejet des attitudes agressives et guerrières de son guide qu'elle finit par lâcher pour se retrouver seule dans la montagne. Ainsi que les mises en relief des situations qu'elle rencontre avec les constats des scientifiques, philosophes et sociologues ; cela permet de montrer clairement de quoi on parle quand on dit "reconnexion avec la nature". Pas mal de recoupements avec L'Arbre-Monde, justement. J'ai beaucoup pensé également à ma récente lecture de Chien-Loup de Serge Joncour qui vient de recevoir le prix du roman d'écologie et interroge judicieusement la relation de l'homme à son environnement.

    La réflexion de Jennifer Murzeau est passionnante en ce qu'elle englobe la question du sens que nous donnons à nos vies. Cet éloignement de la nature, cet asservissement fruit de la société contemporaine, est-ce vraiment le but que nous poursuivons ?

    "La nature, en nous éloignant des vanités de la civilisation, en nous arrachant aux automatismes de la ville, aux petites histoires qu'on s'y invente, à la vitesse, nous offre l'occasion de nous déprendre de nos conditionnements, de reconquérir un libre arbitre malmené, d'oublier un peu son nombril pour considérer quelque chose de bien plus grand que soi-même, quelque chose qui nous dépasse. La société contemporaine dicte nos désirs, exalte la compétition, produit l'insatisfaction, valorise l'agitation et condamne la contemplation. Elle fait de nous des êtres engoncés, impose des existences étriquées (...). La nature explose ces cadres, atomise ces diktats, nous rend la liberté et le temps perdu. Je crois que la nature rend moins con".

    Suivre Jennifer Murzeau dans son périple, c'est s'ouvrir un vaste champ de réflexion d'autant plus intéressant qu'il est balisé par des sources variées et mêle la théorie à l'expérimentation en balayant les extrêmes, le défaitisme et les adeptes de la chute de la civilisation. Non, suivre Jennifer Murzeau c'est s'interroger profondément sur la notion de progrès et envisager de revenir à ce qui fait l'essence de l'homme, son appartenance au monde du vivant.

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

  • add_box
    Couverture du livre « Il bouge encore » de Jennifer Murzeau aux éditions Robert Laffont

    Michel Fouillet sur Il bouge encore de Jennifer Murzeau

    Un langage très contemporain. Un personnage principal que l'on pourrait taxer de jeune cadre dynamique avec tous les excès et les défauts. Un personnage qui se fait virer et chute terriblement. Un personnage qui va se découvrir une fibre écolo. Tout cela semble cousu de fil blanc et paraît...
    Voir plus

    Un langage très contemporain. Un personnage principal que l'on pourrait taxer de jeune cadre dynamique avec tous les excès et les défauts. Un personnage qui se fait virer et chute terriblement. Un personnage qui va se découvrir une fibre écolo. Tout cela semble cousu de fil blanc et paraît superficiel.

  • add_box
    Couverture du livre « Il bouge encore » de Jennifer Murzeau aux éditions Robert Laffont

    Jérôme Touzalin sur Il bouge encore de Jennifer Murzeau

    "Il bouge encore" de Jennifer Murzeau.

    Je le lis, les pages tournent, tournent, mais je ne suis toujours pas dedans... Et il faudrait aussi avoir, à portée de main, un dictionnaire afin de comprendre la multitude de mots anglais, mis là pour faire plus authentique, je suppose, afin de...
    Voir plus

    "Il bouge encore" de Jennifer Murzeau.

    Je le lis, les pages tournent, tournent, mais je ne suis toujours pas dedans... Et il faudrait aussi avoir, à portée de main, un dictionnaire afin de comprendre la multitude de mots anglais, mis là pour faire plus authentique, je suppose, afin de restituer cette propension qu'ont les entreprises de truffer leur discours, leurs réunions et leurs brochures, avec cette langue... volonté de faire moderne, de faire "hype" (à la mode !!!) ou de tourner cette pratique en dérision ? Je ne sais, mais c'est très agaçant... cela fait artificiel.

    Nous voici donc en présence d'un cadre qui vient de se faire licencier -suppression de son poste- situation, hélas, banale... Son couple bat de l’aile -tout autant banal- et le chômage ne va rien arranger, c'est très attendu tout ça... Incompréhension réciproque des protagonistes, disputes, silences, re-disputes; elle veut un enfant, pour ressouder... il n'en veut pas... on s'en serait douté !
    Non, non, je ne sais pas pourquoi, est-ce le style? mais tout cela sonne faux, comme un comédien qui surjoue son rôle pour faire plus vrai et qui arrive au résultat contraire... on n'a pas l'impression que cela vienne de l'âme des personnages mais est fabriqué par l'auteure...

    Une écriture qui se veut moderne en usant du langage avec une surabondance de vulgarités quotidiennes ("merde", "fait chier", "con", et j'en passe, à force ça me "vénère" comme le dirait l'auteure qui veut faire "djeune"...) ce n'est pas cela qui fait un style, tout juste des dialogues d'un film auquel on ne croit pas... On vomit beaucoup, cela aussi, c'est très contemporain... Au XIXème et début XXème siècle, dans les romans, au théâtre, on s'évanouissait, aujourd'hui, on vomit... chaque époque à ses modes pour fuir ou rejeter la réalité.
    Pour résumer je dirais que c'est l'histoire d'un couple qui se détache et d'un lecteur qui ne s'attache pas.
    Jérôme Touzalin.