Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Adeline Fleury

Adeline Fleury
Éditrice, essayiste et romancière, Adeline Fleury s'est fait connaître par un premier essai remarqué, Petit éloge de la jouissance féminine (François Bourin, 2015, La Musardine 2018) avant de poursuivre sa réflexion sur le corps féminin avec son essai Femme Absolument (JC Lattès, 2017). Suivront ... Voir plus
Éditrice, essayiste et romancière, Adeline Fleury s'est fait connaître par un premier essai remarqué, Petit éloge de la jouissance féminine (François Bourin, 2015, La Musardine 2018) avant de poursuivre sa réflexion sur le corps féminin avec son essai Femme Absolument (JC Lattès, 2017). Suivront trois romans : Je, tu, elle (Les Pérégrines, 2018, finaliste du prix Anaïs Nin), Ida n'existe pas (Les Pérégrines, 2020) et Les Frénétiques (2022).

Articles en lien avec Adeline Fleury (2)

Avis sur cet auteur (25)

  • add_box
    Couverture du livre « Les frénétiques » de Adeline Fleury aux éditions Julliard

    Emma C sur Les frénétiques de Adeline Fleury

    Ada et son fils Nino, duo très proches, partent en vacances comme chaque année sur une ile prés de Naples.
    Mais cet été va être celui de bien des tentations et de remises en cause pour Ada.
    La proximité du volcan et des champs volcaniques en activité et la canicule ajoutent à l'ambiance...
    Voir plus

    Ada et son fils Nino, duo très proches, partent en vacances comme chaque année sur une ile prés de Naples.
    Mais cet été va être celui de bien des tentations et de remises en cause pour Ada.
    La proximité du volcan et des champs volcaniques en activité et la canicule ajoutent à l'ambiance torride du récit.
    L'écriture d'Adeline Fleury est une fois encore au plus pres du corps et colle aux sensations et aux sentiments de son personnage comme une robe soie colle au corps en surchauffe.

  • add_box
    Couverture du livre « Ida n'existe pas » de Adeline Fleury aux éditions Les Peregrines

    Sophie Songe sur Ida n'existe pas de Adeline Fleury

    Une femme en proie à un malaise grandissant, décide de se libérer d'un poids devenu trop lourd pour elle. Elle part avec sa fille de quinze mois dans une pulsion maladive et destructrice. Un voyage qu'elle effectue au bout d'elle-même, de son amour et de ses démons...

    Quand on débute ce...
    Voir plus

    Une femme en proie à un malaise grandissant, décide de se libérer d'un poids devenu trop lourd pour elle. Elle part avec sa fille de quinze mois dans une pulsion maladive et destructrice. Un voyage qu'elle effectue au bout d'elle-même, de son amour et de ses démons...

    Quand on débute ce livre, il est trop tard, il n'y a plus d'Ida. Comment sa mère en est arrivée là, l'aimer, la haïr, la nier, jusqu'à l'acte aussi inconcevable, qu'irréparable ?

    Il faut remonter le fil conducteur de son histoire pour digérer et comprendre ce qui s'est passé dans sa tête et à l'intérieur de ses tripes. La source est Gabonaise, celle de sa déconstruction, au milieu de ces femmes qui l'ont humiliée et meurtrie. Son rapport au corps est faussé et abîmé. Son déni de grossesse parle pour elle et d'une certaine manière, nous anéantit.

    On est peiné et révolté par l'isolement qu'elle ressent et qu'elle s'impose. Ses émotions sont intenses et mêlées d'ambivalences qu'elle semble avoir bien du mal à accepter. Elle dit le secret, le tribale, l'indicible en bouleversant tous nos clichés ou idéaux. On entend au-delà de la confession, la souffrance muette et insupportable. Il y a une dimension totalement torturée et animale qui se dégage de ce récit.

    L'écriture est affolante, ponctuée de phrases courtes et incisives. Et on se laisse submerger par cette cruelle vérité. Les démarcations entre fantasme et réalité sont floues, intimant un mélange étourdissant.

    On dit l'impossible, doublé de la nécessité de purification. Inspiré d'un fait réel, ce roman capture la psyché de l'écorchement maternel. Tout nous est délivré sans honte, sans fausse-pudeur. Après la lecture que l'on reçoit comme un uppercut dans l'estomac, on en ressort sonné et on n'a surtout pas envie de juger.

    Témoins d'un drame hypnotique, on intègre l'acte comme une intime et déflagrante déclaration. Un roman grave, âpre et suave, "Ida n'existe pas" est tout cela à la fois !

  • add_box
    Couverture du livre « Ida n'existe pas » de Adeline Fleury aux éditions Les Peregrines

    PatiVore sur Ida n'existe pas de Adeline Fleury

    Merci à Lecteurs.com qui m'a fait une surprise en m'envoyant ce roman (quand même pas facile à lire). Extraits de ma chronique de lecture.
    Adeline Fleury écorne l’image des « femmes à la maternité flamboyante » (p. 40) et l’image de la mère parfaite. Les chapitres sont courts, c’est percutant,...
    Voir plus

    Merci à Lecteurs.com qui m'a fait une surprise en m'envoyant ce roman (quand même pas facile à lire). Extraits de ma chronique de lecture.
    Adeline Fleury écorne l’image des « femmes à la maternité flamboyante » (p. 40) et l’image de la mère parfaite. Les chapitres sont courts, c’est percutant, brut, brutal même…
    Ce roman cru est en tout cas fort dérangeant… Je ne saurais dire si je l’ai aimé ou pas mais je peux vous dire une chose, c’est qu’il est très bien écrit et ça, c’est un bon point.
    https://pativore.wordpress.com/2021/06/03/ida-nexiste-pas-dadeline-fleury/

  • add_box
    Couverture du livre « Ida n'existe pas » de Adeline Fleury aux éditions Les Peregrines

    Élisea sur Ida n'existe pas de Adeline Fleury

    Un choc, un coup dans le ventre, un malaise... on ne ferme pas ce livre indemne, on en sort grandi.
    Car on a vécu une expérience immersive forte dans la vie d’une personne qu’on aurait préféré détester complètement.

    Pourrait-on dire que ce texte est dense ou condensé? Et bien les deux mon...
    Voir plus

    Un choc, un coup dans le ventre, un malaise... on ne ferme pas ce livre indemne, on en sort grandi.
    Car on a vécu une expérience immersive forte dans la vie d’une personne qu’on aurait préféré détester complètement.

    Pourrait-on dire que ce texte est dense ou condensé? Et bien les deux mon capitaine. L’impression d’un concentré de parfum au rayon des eaux de Cologne. Un texte court, mais il n’en fallait pas plus, tout est là. L’horreur et l’humanité, le traumatisme et l’amour, la folie et la réalité crue.

Récemment sur lecteurs.com