Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ida n'existe pas

Couverture du livre « Ida n'existe pas » de Adeline Fleury aux éditions Francois Bourin
Résumé:

Une femme s'apprête à faire un voyage. Elle n'a pas besoin de bagage, elle ne part que pour une nuit. Une seule chose l'obsède : emmener Ida, sa fille de 18 mois, à la mer. C'est nécessaire, vital presque. Ida n'existe pas, Ida n'a jamais existé. Des voix ne cessent de le lui répéter. Pourtant,... Voir plus

Une femme s'apprête à faire un voyage. Elle n'a pas besoin de bagage, elle ne part que pour une nuit. Une seule chose l'obsède : emmener Ida, sa fille de 18 mois, à la mer. C'est nécessaire, vital presque. Ida n'existe pas, Ida n'a jamais existé. Des voix ne cessent de le lui répéter. Pourtant, elle l'a porté ce bébé, serré contre elle, changé, nourri au sein. Elle l'aime d'un amour animal. Un amour comme ça, on n'y est pas préparé.
C'est trop puissant un amour comme ça. Ida n'existepas est une plongée dans la psychologie trouble d'une mère prête à commettre l'irréparable, mais aussi l'histoire d'un corps féminin qui cherche à se libérer de ses démons, d'une féminité complexe en quête d'apaisement.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (5)

  • Adeline Fleury ne m'a jamais déçue ! Une auteure engagée, dont j'aime l'écriture belle, parfois directe, souvent poétique, toujours forte et adaptée.
    Un roman que j'ai lu d'une traite, envoûtant, qui nous parle de la condition féminine pour certaines petites filles qui subissent des horreurs...
    Voir plus

    Adeline Fleury ne m'a jamais déçue ! Une auteure engagée, dont j'aime l'écriture belle, parfois directe, souvent poétique, toujours forte et adaptée.
    Un roman que j'ai lu d'une traite, envoûtant, qui nous parle de la condition féminine pour certaines petites filles qui subissent des horreurs indicibles, qui sont meurtries dans leur chair et leur féminité par des hommes abjects, égoïstes, méprisables et pervers, mais aussi, et c'est peut-être encore plus grave, par des femmes censées les protéger.
    Un texte puissant, à l'aune de Je, tu, elle, qui m'avait également bouleversée sur des thématiques qui nous touchent toutes et tous : les traditions, le viol, la pédophilie, la maltraitance, la difficulté de se construire et de devenir à son tour mère dans ces conditions. Et en toile de fond la folie.


    En outre, pour un livre qui traite de la maternité, farouche et obsessionnelle (réelle, fantasmée ?), le choix du titre me paraît capital : le mont Ida, c'est la grotte (matrice) où Rhéa accouche de Zeus pour essayer de le sauver car son père Cronos veut le tuer. Elle n'empêchera pas qu'il soit précipité dans le Tartare, mais s'arrangera pour qu'il soit nourri par la nymphe Ida, avec l'aide de la célèbre chèvre Amalthée.
    Un ouvrage qui relie et touche d'autant plus qu'il est basé sur une histoire réelle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon avis à la page 100

    D'abord gênée par la plume de l'auteure, phrases très courtes et donc une lecture très hachée, j'ai été malgré cela profondément touchée par les mots, les sentiments, l'intimité dans laquelle nous plonge la narratrice. Les pages défilent révélant l'histoire de cette...
    Voir plus

    Mon avis à la page 100

    D'abord gênée par la plume de l'auteure, phrases très courtes et donc une lecture très hachée, j'ai été malgré cela profondément touchée par les mots, les sentiments, l'intimité dans laquelle nous plonge la narratrice. Les pages défilent révélant l'histoire de cette femme, épouse puis mère ma foi bien tourmentée mais d'une force majestueuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie Lecteurs.com qui, au titre des Explorateurs de la rentrée littéraire 2020 m'a donné l'occasion de découvrir Adeline Fleury et l'univers qu'elle met en mots.
    Le livre s'ouvre et se ferme sur le même constat : « Ida n'existe pas. Ida n'a jamais existé ».
    Dans une style élégant et...
    Voir plus

    Je remercie Lecteurs.com qui, au titre des Explorateurs de la rentrée littéraire 2020 m'a donné l'occasion de découvrir Adeline Fleury et l'univers qu'elle met en mots.
    Le livre s'ouvre et se ferme sur le même constat : « Ida n'existe pas. Ida n'a jamais existé ».
    Dans une style élégant et sobre, Adeline Fleury donne la parole à la mère d'Ida.
    Ce récit à la première personne du singulier aux allures de confession ou de thérapie explore sans jugement l'âme d'une mère pour tenter de mettre à jour ses motivations. Si Ida n'est pas le fruit d'une névrose, si elle est bel est bien faite de chair et de sang qu'est ce qui peut bien pousser une femme à commettre un infanticide ? L'acte semble d'autant plus incompréhensible qu'il émane d'une jeune femme « éduquée » ; fille de diplomate, elle a suivi un cursus universitaire et travaille comme relectrice dans une maison d'édition. Elle n'a pas le « profil » attendu.
     Ce très court roman est librement inspiré d'un fait réel : en 2013 Adélaïde (dite « Ada »), âgée de 15 mois est retrouvée morte par un pêcheur de crevettes sur une plage de Berck-sur-Mer.  « Ida » est la jumelle littéraire de « Ada ». Elles ont le même âge. Ida sera elle aussi retrouvée par un pêcheur de crevettes sur le sable mouillé mais sa plage à elle, par un trait d'humour noir, se nomme « Ecoeurville-Plage ». Comme la plage de Berck elle semble choisie pour la tonalité désagréable du nom.
    « Ida n'existe pas » est l'histoire d'une femme en crise, de sa longue descente aux enfers et de sa tentative désespérer pour se libérer de ses démons, de ses hallucinations visuelles et sonores, de ses blessures d'enfance même si le prix à payer est une plongée dans la démence.
    C'est l'histoire d'une femme tourmentée, en manque de repères, en quête d'identité à la maternité possessive et sauvage.
    La construction du récit m'a fait penser à celle de la « Chanson douce ». Tout comme Leila Slimani, Adeline Fleury prend le parti de commencer l'histoire par son dénouement. Tout le récit va constituer à remonter le temps, à détricoter les motifs, à décortiquer les événement qui ont précédé la découverte macabre du « visage ensablé d'un bébé ».
    L'une des crises traversées par la narratrice est une crise identitaire. Sa mère est gabonaise, issue de la tribu Myènè et son père est un diplomate blanc en poste à Libreville. De lui elle a hérité son teint clair et ses cheveux blonds qui lui valent le surnom de « Bouton d'or ». Mais pour elle cette double culture n'est pas une richesse. Elle se sent incomplète « je n'ai même pas été fichue d'être noire en Afrique, ni blanche en Europe. Je suis à demi-blanche, je suis à demi-noire ». Incomprise, voire rejetée par les femmes de sa famille elle n'arrive pas à se construire en tant que femme « Une noire blanche, ce n'est pas normal répétaient mes tantes. Mes sœurs, elles, elles étaient bien comme il faut. Noires, cheveux crépus, elles avaient tout pris de notre mère ». Stigmatisée comme étant le vilain petit canard, d'autant qu'elle est surdouée, qualifiée d' « enfant-zèbre » cela ne l'aide pas dans sa construction mentale ni dans l'acceptation de son corps. « Les adultes ont tué l'enfant sachant et inventif en moi, l'enfant originel ». « Les femmes de ma famille m'ont peu à peu anéantie ».
     
    Il en résultera un rapport compliqué à la maternité. Après une fausse-couche et un avortement médicamenteux naît Ida, fruit des amours de la narratrice avec Alfonse, sculpteur de trente ans son aîné. Se pose alors la question de savoir ce qui fait d'une femme une mère : l'accouchement ou aussi l'amour qu'elle a reçu enfant de sa propre mère et qu'elle transpose.  La narratrice fait un douloureux constat « je ne me suis jamais sentie la fille de quelqu'un, comment puis-je être mère ? »
    Elle qui n'aime déjà plus Alfonse, comment pourrait-elle aimer Ida ? « Ida pue Alfonse ».
    Pétrie de sentiments paradoxaux elle aime sa fille autant qu'elle la déteste. La maternité est vécue par la narratrice comme une entrave à sa propre liberté « Une femme émancipée ça ne passe pas son temps à changer des couches, allaiter, bercer, mixer des purée ». « Une femme émancipée ça prend le risque de ternir l'image de la bonne mère universelle ». Ida est une enfant-objet. Objet d'amour, de répulsion, qui réveille des sentiments de haine, de fureur, des instincts animaux. Amour et mort, possession et rejet se partagent le cœur de la narratrice. « Je l'aime si fort que je pourrais la broyer, tordre son petit cou, l'envoyer bouler contre un mur ». « J'ai ce pouvoir de vie et de mort sur elle. C'est ma fille, elle est à moi ». « Depuis qu'elle est entrée dans ma vie je l'adore autant que je la déteste ». La violence la plus extrême transpire sous les mots, la folie qui s'observe elle-même.
    La narratrice entretient un rapport tellement excessif, exclusif avec Ida (son tout, son doudou, sa chose, son bébé d'amour) qu'elle fera de sa fille un « enfant-fantôme », sans existence aux yeux de la loi : elle ne se fera pas suivre durant sa grossesse, accouchera seule chez elle et ne déclarera pas l'enfant aux services de l'Etat Civil. Aux yeux de la loi « Ida n'existe pas. Ida n'a jamais existé ».
    Tout n'est pas noir chez Adeline Fleury qui se fait peintre d'atmosphère dans la description pittoresque et réaliste des quartiers de Liberville. Nous sommes loin d'un paysage de carte postale. Adeline Fleury, par la voix de sa narratrice s'attache à l'âme, à l'authenticité des quartiers fréquentés dont la misère quotidienne est mise en lumière et en mots. Il y est question de « la rouille des entrepôts des mécanos ». C'est visuel, olfactif, sonore : « le sang de la chèvre égorgée au milieu de la ruelle », « l'odeur poisseuse et lancinante de la mort », « les pneus que les gamins des rues faisaient cramer », « le son assourdissant des klaxons des bagnoles en furie ».
    Adeline Fleury par ce roman sans fard, sans filtre, réussit le tour de force non pas de me faire aimer mais de me faire comprendre, d'éprouver de l'empathie (à défaut de sympathie) pour cette mère devenue infanticide « par amour ».
    Les phrases s'entrechoquent, les mots s'entremêlent dans l'urgence de dire dans un acte libérateur, de démonter l'engrenage ayant mené à l'acte ultime. Un acte qui est perçu comme la conséquence inexorable de souffrances vécue dans l'enfance, d'une image de soi dévalorisée par le comportement maltraitant des adultes.
    J'ai été happée, voire harponnée, par la force d'une écriture singulière, à fleur de peau, sensible, brute et sensuelle. L'auteur semble gratter ses plaies avec la plume d'un stylo pour en faire jaillir les mots, comme certains s'automutilent pour que la douleur physique apaise la douleur psychique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon avis à la page 100 (Les Explorateurs 2020):

    C'est le récit d'une femme tourmentée, à la fois dur et beau. C'est un mélange de pensées sans filtre, affolant presque, entre un passé traumatisant et un présent qui se prépare à un futur libérateur. Enfin, c'est la confession d'une femme,...
    Voir plus

    Mon avis à la page 100 (Les Explorateurs 2020):

    C'est le récit d'une femme tourmentée, à la fois dur et beau. C'est un mélange de pensées sans filtre, affolant presque, entre un passé traumatisant et un présent qui se prépare à un futur libérateur. Enfin, c'est la confession d'une femme, d'une mère, sur un amour incompris et ressenti comme une maternité animale. Une lecture effectuée dans l'appréhension face au désir de libération de cette femme.

    Ma Chronique :

    « Je déborde de tout, de cet amour insensé pour Ida, de cet amour détestation pour Alfonse, de mes souffrances du passé. Je suis une femme débordée. Il faut que ça cesse. Le temps presse. C’est maintenant. »

    Ce récit c’est le récit d’un voyage, un moment très court pendant lequel une femme se prépare, elle emmène sa fille, Ida, à la mer, elle est tourmentée cette femme, par le passé, par les douloureux souvenirs, elle n’a pas eu ce qu’on appelle « la vie facile ». Elle est crue cette femme, dans ses mots, dans ses pensées, même dans son amour. Elle nous livre le récit d’un amour bestial, qui mène à la folie. A moins que la folie ne date d’avant ?

    Comment aimer un livre pareil ? Comment ne pas aimer cette confession ? J’ai aimé ne pas être ménagée par l’auteure. Elle nous livre un récit cru, avec des phrases courtes : comme son personnage elle va droit au but. J’ai aimé effectuer cette lecture dans l’appréhension après le chapitre 0. Au-delà du besoin de libération que nous transmet ce personnage, l’auteur fais ressentir tout l’amour animal de cette femme pour Ida. Il m’a fallu discerner le vrai du faux et l’amour de la folie. Je vois ce livre comme un témoignage des pensées qui fusent, à une vitesse affolante, de cette « femme-zèbre » face à la maternité, face à la vie. Cette « maternité muette », répond à une enfance traumatisante, à travers laquelle l’auteur dresse un portrait du Gabon, d’une tribu. J’ai aimé découvrir tout cela, j’ai aimé être le réceptacle de ce témoignage.

    Mais est-ce que je peux dire que j’ai aimé le récit en lui-même ? Je l’ai trouvé dur, cru, terrifiant et beau à la fois. Je l’ai fini au bord de la mer, à la plage (saisirez-vous l’ironie…) à la fois perplexe et confuse, mais aussi reconnaissante d’avoir connu un fragment de cette femme débordée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un récit qui s’apparente à la confession d’une femme tourmentée. Tourmentée par sa vie, son enfance, son mariage et sa maternité. Quand les démons du passé viennent des décennies plus tard la hanter, elle s’apprête à commettre un geste, qui elle en est persuadée, sera libérateur et salvateur....
    Voir plus

    Un récit qui s’apparente à la confession d’une femme tourmentée. Tourmentée par sa vie, son enfance, son mariage et sa maternité. Quand les démons du passé viennent des décennies plus tard la hanter, elle s’apprête à commettre un geste, qui elle en est persuadée, sera libérateur et salvateur.
    C’est une rétrospection dans son Gabon natal, là où petite fille elle a souffert de sa différence, sa grande intelligence. Elle a été abusée, exclue et maltraitée par les femmes de sa famille à qui elle voue une haine sans pareil. Un témoignage sur sa maternité qu’elle vit mal, un amour maternel ambivalent pour un bébé qu’elle aime tout autant qu’elle déteste.
    La narratrice livre un récit intime, sans filtre, intense et ambivalent. Une confession sur sa féminité violée, sa maternité non désirée, ses instincts inavouables et ses atroces souffrances.
    J’ai été happée par ce récit que j’ai lu d’une traite, j’ai ressenti toute l’urgence dans l’écriture et dans l’entreprise de la narratrice. C’est à la fois émouvant et bouleversant, j’ai ressenti toute la souffrance de la narratrice jusqu’à me questionner sur sa santé mentale. Qu’est ce qui est de l’ordre du rationnel ou de l’irrationnel ? Les voix, les souvenirs, les cultes et les coutumes ancestrales… Un roman poignant dans l’intimité d’une femme.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.