Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Adeline Fleury

Adeline Fleury
Adeline Fleury a été journaliste pendant quinze ans au Journal du dimanche. Aujourd'hui romancière et essayiste, auteur d'un essai remarqué sur le désir, Petit éloge de la jouissance féminine (François Bourin), elle se fait reporter de l'intime pour explorer la féminité.

Articles en lien avec Adeline Fleury (1)

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « Rien que des mots » de Adeline Fleury aux éditions Francois Bourin

    Anita Millot sur Rien que des mots de Adeline Fleury

    Voici une belle surprise : un roman sobre et inattendu pour lequel j’ai un petit coup de coeur ! Des personnages attachants (Adèle, une “maman poule” qui s’obstine à surprotéger Nino, son petit pianiste surdoué, en l’empêchant d’accéder à la lecture, Hadrien le grand-père et Hugo le papa de...
    Voir plus

    Voici une belle surprise : un roman sobre et inattendu pour lequel j’ai un petit coup de coeur ! Des personnages attachants (Adèle, une “maman poule” qui s’obstine à surprotéger Nino, son petit pianiste surdoué, en l’empêchant d’accéder à la lecture, Hadrien le grand-père et Hugo le papa de Nino), mais je ne vous en dirai pas plus, à vous de découvrir cette étonnante histoire !

  • add_box
    Couverture du livre « Femme absolument » de Adeline Fleury aux éditions Lattes

    Pineau A sur Femme absolument de Adeline Fleury

    Parce que, comme le disait Simone de Beauvoir : "[...] il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question."

    Parce que quelqu'un, ou plutôt quelqu'une, qui se reconnaîtra j'en suis sûre, a assuré mon "éducation" au féminisme et...
    Voir plus

    Parce que, comme le disait Simone de Beauvoir : "[...] il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question."

    Parce que quelqu'un, ou plutôt quelqu'une, qui se reconnaîtra j'en suis sûre, a assuré mon "éducation" au féminisme et que j'ai fait mienne cette cause universelle,

    Parce que je suis maman d'une fille et que je suis attentionnée à son avenir,

    Parce que le monde change, qui aurait pensé qu'à l'Assemblée Nationale nous passerions de 155 à 223 femmes députées ?

    Parce que la jeune génération porte un regard nouveau sur la vie en société, la condition féminine en particulier,

    Parce que Adeline FLEURY a sû me séduire avec "Rien que des mots", son 1er roman publié aux éditions François BOURIN,

    je me suis laissée séduire par "Femme absolument", son essai publié aux éditions Lattès.

    Pour faire court, je suis plutôt réfractaire à la catégorisation des publics, aux entrées un peu trop ciblées qui passent finalement à côté des réalités, et bien là, aucun risque, l'écrivaine le dit très humblement, elle a puisé dans son intimité pour en extraire peut-être quelque chose de plus universel, elle ne détient pas la vérité, mais une vérité.

    Adeline FLEURY est une jeune femme de 38 ans, maman, divorcée, je ne vous en dis pas plus, ce portrait rapidement brossé dévoile quelques traits de caractères de la famille d'aujourd'hui, le modèle "papa maman et les enfants" a largement explosé pour donner naissance à de tous nouveaux schémas.

    Alors, être femme aujourd'hui, c'est quoi ? Adeline FLEURY lui attribue quelques qualificatifs :

    Séductrice, maladroite, ambitieuse, bûcheuse, oisive, insolente, fragile, forte, drôle, mélancolique, capricieuse, colérique, ultrasensible, tout ça dans la même personne. Complexe et singulière." P. 12

    Cette approche de l'humain finalement, le multifacettes, a tout pour me plaire. J'aime à penser qu'un individu, femme ou homme d'ailleurs, puisse avoir différents visages selon les émotions, les circonstances de la vie... et accepter qu'une personne puisse être tout ça à la fois, c'est déjà un grand pas vers l'interculturalité, enfin je crois.

    J'ai beaucoup apprécié l'approche de l'auteure au gré des grandes périodes de la vie : l'enfance, l'adolescence, la jeunesse, la maternité, la renaissance, la maturité.

    Si chacune d'entre nous, peu importe l'âge, peut assurément se retrouver dans les anecdotes enfantines de Adeline FLEURY, il en est d'autres qui résonneront peut-être un peu moins. Personnellement, et malgré une dizaine d'années de plus que l'auteure, je ne vous cache pas que je me suis délectée à retrouver Vic de "La Boum" et plus encore Valentine de "L'Etudiante" formidablement interprétée par Sophie Marceau aux côtés de Vincent Lindon, toute une époque n'est-ce pas ? "J’ai envie d’un vrai baiser de cinéma ici dans la voiture, tout de suite." vous vous en souvenez ? non ?

    Plus sérieusement, et plus gravement aussi, l'écrivaine aborde une épreuve de sa vie, aucun intérêt de vous la dévoiler maintenant mais si vous avez lu "Les corps fragiles" de Delphine BERTHOLON, vous en aurez sûrement une petite idée ! Le traumatisme qu'elle a vécu, c'est celui que redoute toute mère quand elle voit sa fille lentement s'émanciper, vivre cette période de la vie où l'insouciance et la soif de liberté sont les fils conducteurs de l'existence.

    Mais là, il ne s'agit pas d'une fiction, non, il s'agit d'un fait réel qui marquera à jamais le corps de l'écrivaine. Ce corps justement qu'elle habite pleinement et qui fait d'elle ce qu'elle est, ce corps qu'elle a appris avec l'âge à aimer. Bien sûr, il y a eu la maternité qui l'a fait brusquement évolué mais il y a eu aussi, après, cette période de plénitude qu'elle a savouré avec gourmandise.

    La sexualité est un sujet largement abordé dans cet essai. Il donne à voir les différentes expériences qui s'offrent à la génération du XXIème siècle, la quête d'une certaine identité. J'avoue avoir été très sensible à sa définition du désir. Mais oui, qu'est-ce que le désir ? Un beau sujet de philosophie, non ?

    Là, il s'agit du regard porté par une femme mâture, de celles qui ont une certaine expérience de la vie, un brin de recul pour se recentrer sur soi et identifier ses propres sources de plaisir. Nul doute que les femmes de mon âge, et plus, se retrouveront dans le propos !

    Ce qui m'a aussi intéressée dans cet essai, c'est l'approche d'un phénomène qui, s'il n'est pas nouveau, est de plus en plus dévoilé par les femmes et donne à voir une réalité juste insupportable. HDR, ça vous dit quelque chose ? Le harcèlement de rue, peut-être un peu plus ? Les hommes semblent pouvoir aborder les femmes dans la rue comme une simple marchandise et avec des propos on ne peut plus abjectes. C'est un fléau qui entrave la liberté des femmes et contre lequel il nous faut absolument lutter.

    Adeline FLEURY tire une conclusion qui résonne totalement avec mes impressions :
    Une femme n'est jamais totalement sereine. Sa vie est un tourbillon perpétuel. P. 158

    Tiraillée entre ses différents statuts, elle peine à trouver l'apaisement.

    S'appuyant sur de très nombreuses références, Adeline FLEURY permet au singulier d'évoluer vers le collectif et ainsi de dresser le portrait du féminisme du XXIème siècle. Avec "Femme absolument", l'écrivaine réalise un acte militant, elle participe à l'écriture d'une nouvelle page de l'Histoire de la condition féminine française, c'est peut-être notre Elisabeth BADINTER de demain !

    Pour qu'une cause soit audible toutefois, il convient de la diffuser. Et là, la balle est dans notre camp. Si l'on veut faire évoluer les perceptions, rompre avec le sexisme, il serait très intéressant, je crois, de mettre cet essai dans toutes les mains, qu'elles soient jeunes et moins jeunes (nous avons aujourd'hui la chance d'avoir une espérance de vie de 4 générations, c'est dire la résonance possible !), féminines et masculines bien sûr, et d'en échanger pour confronter les points de vue et tendre vers une vision universelle de la chose !

    1, 2, 3, partez !

    http://tlivrestarts.over-blog.com/2017/06/femme-absolument-de-adeline-fleury.html

  • add_box
    Couverture du livre « Rien que des mots » de Adeline Fleury aux éditions Francois Bourin

    PatiVore sur Rien que des mots de Adeline Fleury

    Dans ce roman, Adeline Fleury aborde beaucoup de thèmes en peu de pages : l’écriture, la littérature, la lecture, le livre, la langue française, la lecture numérique, la politique, la famille et les relations entre les membres de la famille en particulier ici entre Adèle et son père mais aussi...
    Voir plus

    Dans ce roman, Adeline Fleury aborde beaucoup de thèmes en peu de pages : l’écriture, la littérature, la lecture, le livre, la langue française, la lecture numérique, la politique, la famille et les relations entre les membres de la famille en particulier ici entre Adèle et son père mais aussi entre Adèle et Hugo… et tout ça devient un peu trop foutraque. Pourtant, j’ai lu ce roman avec intérêt : je voulais comprendre les motivations d’Adèle, comprendre comment un enfant peut grandir sans livres, sans la magie de la lecture ! Et franchement, Nino s’en sort bien, même très bien, et tous les lecteurs que nous sommes seront fiers de lui ! « Sa mère l’avait privé des joies de la lecture. À partir de maintenant, il ne faudrait pas qu’elle le dérange dans sa caverne. » (p. 110). Le roman est construit pour aller de 5 en 5 : 2015, 2020, 2025, etc. jusqu’en 2035. C’est presque de la science-fiction ! Au début, c’est bien sûr Adèle qui raconte mais rapidement c’est Nino qui prend le relai et il apparaît plus équilibré qu’on aurait pu le penser parce qu’il a un secret (que vous découvrirez en lisant le roman). Mais ce roman, pourtant intéressant, ne m’a pas convaincue à 100 %, il me semble incomplet, bancal, c’est dommage…
    L’image que je retiendrai : « Des livres suspendus aux arbres comme des fruits, on les saisit et on les cueille, ce sont les fruits du savoir. » (p. 174). C’est beau, n’est-ce pas ?
    https://pativore.wordpress.com/2016/07/04/rien-que-des-mots-d-adeline-fleury/

  • add_box
    Couverture du livre « Rien que des mots » de Adeline Fleury aux éditions Francois Bourin

    Dominique Sudre sur Rien que des mots de Adeline Fleury

    Dans un monde où le numérique règne en maitre, dans la famille d’Adèle, on aime les livres, les mots, on refuse l’idée qu’ils soient bannis.
    Adèle aime les mots, mais avec un père qui passe son temps à créer des livres, et un mari qui rêve de recréer l’ensemble des livres qu’il a lu et qu’il...
    Voir plus

    Dans un monde où le numérique règne en maitre, dans la famille d’Adèle, on aime les livres, les mots, on refuse l’idée qu’ils soient bannis.
    Adèle aime les mots, mais avec un père qui passe son temps à créer des livres, et un mari qui rêve de recréer l’ensemble des livres qu’il a lu et qu’il récrit de mémoire, elle a décidé de supprimer les livres de la vie de son fils, Nino, pour le protéger.
    Et pourtant, quelle violence dans ce mode de vie contraint. Perspicace, Nino va comprendre et s’éloigner de celle qui lui veut du mal. Et décide de rassembler et de sauver tous les livres qu’il trouve par le monde.
    Roman initiatique ou d’anticipation? Tout est possible, car n’oublions pas qu’à différentes époques déjà, les hommes ont voulu bannir les mots, la connaissance, et détruire les livres qui apportent la connaissance. Pourtant, si j’ai bien aimé l’idée du livre, j’ai eu un peu de mal à en apprécier le style qui oscille trop entre fiction ou réel sans prendre réellement parti.