"Trouville Casino" de Christine Montalbetti : l’un de nos chouchous de cette rentrée est un fait-divers

mercredi 24 janvier 2018

A lire quand on aime la délicatesse, la simplicité et la rigueur d’une langue littéraire sans effets de manche

"Trouville Casino" de Christine Montalbetti : l’un de nos chouchous de cette rentrée est un fait-divers

C’est une nouvelle dont on a pris connaissance dans la rubrique fait-divers d’un journal local. L’été 2011, un septuagénaire a braqué le casino de Trouville. Quelques heures de course-poursuite plus tard avec la police, son périple un peu fou prenait fin tragiquement. Comment expliquer ce geste désespéré ? Point n’est question pour Christine Montalbetti de plaquer de l’analyse et de faire de son roman une prise de pouvoir sur le réel. Dans son admirable Trouville Casino, elle reprend, séquence par séquence, le déroulé de cette après midi singulière dans la vie d’un vieil homme, et dans l’histoire du bocage normand. Elle y met aussi de sa Normandie, celle de son enfance, assortie de parfums, de couleurs et de reliefs. Mais le roman naît véritablement de la forme que Christine Montalbetti invente pour chaque roman.

Il y a une immense douceur et un rythme ensorcelant à suivre l’auteur qui tutoie son sujet, façon pour elle de s’approcher tendrement de cet homme au comportement inexplicable, tout en gardant la distance de celle qui ne veut pas tout à fait en faire un personnage de papier. Trouville casino est un road book qui emprunte au cinéma, tant les images jaillissent du texte, tant celui-ci se conçoit comme un film. Ancrée dans les paysages de la Normandie, ce nouveau roman est encore une fois la démonstration accomplie du savoir-faire littéraire de l’écrivain Christine Montalbetti. Un auteur qu’une fois découvert, on ne peut s’empêcher de suivre, quel que soit l’aventure dans laquelle elle emmène son lecteur.


Christine Montalbetti a accepté de donner une longue interview à lecteurs.com, dans laquelle elle explique la démarche qui sous-tend Trouville Casino. Avec la générosité et la simplicité qui la caractérisent, elle a bien voulu nous en dire plus sur sa conception de la littérature et sur les ressorts de son geste d’écriture.

 

 

Relire l'article : 2018, fossoyeuse de l’édition française ?  2018 commence abruptement avec la mort des éditeurs Bernard de Fallois et Paul Otchakovsky-Laurens, et celle du grand écrivain israélien Aharon Appelfeld".

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Commentaires

Où trouver « Trouville Casino » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com