Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tu marches au bord du monde

Couverture du livre « Tu marches au bord du monde » de Alexandra Badea aux éditions Des Equateurs
Résumé:

Tout commence dans une ville dévastée par le temps et l'histoire. Bucarest dans les années 80. La narratrice grandit dans un monde délabré où les humains ont le regard rivé sur leur écran de télévision. L'illusion a tué l'espèce humaine. La narratrice fait partie de ce corps malade. Elle est... Voir plus

Tout commence dans une ville dévastée par le temps et l'histoire. Bucarest dans les années 80. La narratrice grandit dans un monde délabré où les humains ont le regard rivé sur leur écran de télévision. L'illusion a tué l'espèce humaine. La narratrice fait partie de ce corps malade. Elle est étudiante en marketing et vient d'échouer au concours d'entrée au Conservatoire, son rêve de théâtre s'évanouit.
Quel sens donner à sa vie désormais ? Une errance et une quête d'identité et de sens, au gré des amours et des territoires explorés, de la Roumanie à la France, du Mexique au Japon et au Congo

Donner votre avis

Avis (1)

  • C’est en marchant au bord du monde que la narratrice du roman d’Alexandra Badea va finir par se trouver. Une quête qui commence du côté de Bucarest pour se finir à Kinshasa, en passant par Paris, Mexico, Tokyo et Amsterdam.

    Un matin qui a tout l'air d'un matin comme tous les autres. Réveil...
    Voir plus

    C’est en marchant au bord du monde que la narratrice du roman d’Alexandra Badea va finir par se trouver. Une quête qui commence du côté de Bucarest pour se finir à Kinshasa, en passant par Paris, Mexico, Tokyo et Amsterdam.

    Un matin qui a tout l'air d'un matin comme tous les autres. Réveil dans un petit matin blafard, métro et bancs de l'université pour un cours de marketing. Sauf que cette journée est capitale: les résultats de l'examen d'entrée au conservatoire vont changer la vie de la narratrice. Car après les échecs successifs des années précédentes, c'est sa dernière chance. Qu'elle ne saisira pas, car sa candidature est définitivement rejetée. Désormais, elle marche dans la vie comme une automate. Même Seb, son petit ami, l'indiffère.
    «Tu es revenue à ta vie doucement. Tout a repris son ordre préétabli, signé il y a longtemps dans la promesse et l'échec d’une éducation. Tu as repris le même chemin. Le réveil sonne à la même heure. Tu te lèves sans penser à rien. Tu te mets sous la douche et tu attends le réveil de ta peau. Ensuite tu marches, tu t’assois dans les mêmes amphis, dans les mêmes salles pour remplir ta tête des mots qui n’ont plus aucun sens. Tu retournes à ton boulot, tu guettes les passants dans la rue, tu remplis des formulaires, tu tries, tu écris, tu tues le temps, tu tues ton temps.» Le hasard la conduit jusqu’à l’institut français où Bleu de Krzysztof Kieślowski
    est à l’affiche. En sortant de la projection, elle prend une brochure sans imaginer que ce sera sa porte de sortie. Un formulaire pour une bourse d'études en France s'y trouve. Elle s’inscrit, et cette fois, elle sera admise. Encore quelques jours pour aller voir son père, mais ça fait deux mois qu'il est en Italie. Encore quelques jours pour aller voir sa mère. Mais les deux femmes n'ont plus rien à se dire depuis longtemps. Encore quelques jours pour dire adieu à Seb. Mais il n'y a plus d'amour. Elle tire un trait sur sa vie d'avant et part pour la cité universitaire de Nanterre.
    «Tu es dans le no man’s land de ta vie, entre deux frontières, tu attends qu’on te donne accès à une autre existence. Le temps te traverse librement, sans obstacle, pour la première fois, tu as le temps. Tu l’inventes comme tu le respires.»
    Les jours passent jusqu'à ce qu'un inconnu ne l'aborde dans la cour carrée du Louvre et ne l'invite à une soirée qui se termine dans le lit d'un inconnu. Khaled va lui permettre de poser les jalons d'une nouvelle vie que l'arrivée inopinée de Seb ne changera pas. D'ailleurs les deux amants ne font que passer et la laisser avec ses incertitudes. Après un premier emploi décroché en France, un retour avorté en Roumanie, la voilà repartie vers le Mexique pour une nouvelle expérience qu'elle espère salvatrice. D’autres suivront, toujours ailleurs, comme un long voyage sans but.
    Andrea Badea souligne mieux que personne cette temporalité bizarre qu'accompagne l'exil. Cette impression d'être à deux endroits à la fois tout en n'étant nulle part. Cette quête effrénée de stabilité dans un univers instable au possible. Mais aussi le refuge que constitue une langue que l'on s'est appropriée et qu'on ne cesse d'explorer comme un trésor. Ce français qu'elle cajole sans en oublier pour autant les aspérités et les sonorités. «Attendre, atteindre, éteindre». Une écriture que la dramaturge apprivoise aussi avec l’emploi de la seconde personne du singulier pour raconter cette odyssée. Le «tu» lui permet à la fois une certaine distanciation et, à la manière d’une entomologiste, d’observer avec attention tous les faits et gestes, toutes les émotions décrites. On l’accompagne volontiers dans sa quête.
    https://urlz.fr/eGyR

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.