Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sauver Mozart

Couverture du livre « Sauver Mozart » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330023461
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

De juillet 1939 à août 1940, le journal d'Otto J. Steiner, critique musical salzbourgeois reclus dans un sanatorium en déshérence au coeur d'un monde qui tombe en miettes. En orchestrant la vengeance de la musique contre l'Histoire, Raphaël Jerusalmy signe le roman irrésistiblement cruel et... Voir plus

De juillet 1939 à août 1940, le journal d'Otto J. Steiner, critique musical salzbourgeois reclus dans un sanatorium en déshérence au coeur d'un monde qui tombe en miettes. En orchestrant la vengeance de la musique contre l'Histoire, Raphaël Jerusalmy signe le roman irrésistiblement cruel et drolatique d'un destin à deux doigts de changer celui du siècle.

Donner votre avis

Articles (1)

  • La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy
    La confrérie des chasseurs de livres

    Prendre pour héros François Villon et lui inventer une nouvelle vie, voilà qui ne manque pas de panache ! C'est ce à quoi s'est attelé Raphael Jerusalmy, érudit et aventurier, homme, lui aussi, de plusieurs vies.Avec son premier roman , Sauver Mozart, immédiatement remarqué par la critique, il obtient le prix Roblès 2013.

Avis (3)

  • Cette fiction est écrite sous forme de journal de juillet 39 à août 40 par un personnage fictif (je crois car il y a beaucoup de Steiner). Cet autrichien, un "peu" juif, se meurt de tuberculose.Il n'a qu'une passion: la musique et sauver Mozart va consister à le faire imposer aux nazis à la...
    Voir plus

    Cette fiction est écrite sous forme de journal de juillet 39 à août 40 par un personnage fictif (je crois car il y a beaucoup de Steiner). Cet autrichien, un "peu" juif, se meurt de tuberculose.Il n'a qu'une passion: la musique et sauver Mozart va consister à le faire imposer aux nazis à la Festspiele; mourant, il fera jouer un concerto en Do majeur:"J'aurai 5 minutes pour sauver Mozart...en musique, comme il se doit, au violon
    Cinq minutes, c'est beaucoup. Tuer Hitler ne m'aurait pris que 30 secondes.
    Humour grinçant; lecture facile

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’ai horreur du vendredi. Filet de cabillaud et pommes de terre bouillies. Le fils du concierge est allé m’acheter deux cents grammes de cervelas. En catimini. Je festoie dans ma chambre. Dehors, il fait gris. La lumière est triste.
    Je n’ai jamais tenu de journal. Avant. Je ne suis pas sûr que...
    Voir plus

    J’ai horreur du vendredi. Filet de cabillaud et pommes de terre bouillies. Le fils du concierge est allé m’acheter deux cents grammes de cervelas. En catimini. Je festoie dans ma chambre. Dehors, il fait gris. La lumière est triste.
    Je n’ai jamais tenu de journal. Avant. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.
    Ce cabillaud reviendra souvent comme un leitmotiv de son mal-être.

    Otto J. Steiner, critique musical, malade, "autrichien de confession phtisique" est dans un sanatorium sur es hauteurs de Salzbourg, la ville de Mozart. De juillet 1939 à août 1940, il va tenir son journal. Bien sûr, il y est question de la guerre, de l’annexion de l’Autriche par le régime nazi, d’Hitler, de ses « collègues d’infortune » mais il y a plus.
    Il raconte ses sorties ; Une représentation du Bourgeois Gentilhomme qu’il compare à Hitler « ce rustre qui se dandine avec des mimiques de grand seigneur, ce Monsieur Jourdain, imbu de lui-même, qui vocifère bien haut pour se donner des aires de tribun, n’est-ce pas un peu Hitler ? »
    La musique seule trouve grâce à ses yeux, surtout Mozart et Hans « On a discuté de Karajan, de sa carrière fulgurante, de ses concerts à Berlin. Je suis un peu jaloux. Alors j’ai dit à Hans que Karajan donnait trop dans la grosse cavalerie, qu’il gaspillait son talent pour plaire aux masses. Ça n’a pas plu à Hans, je ne sais pas s’il reviendra de sitôt. Il fallait bien que je dise quelque chose, pour avoir l’aire d’être au courant. Pour remplir. »
    La guerre gronde tout autour, sa juiveté l’effraie « les juifs ont été déplacés. Et les gitans. Ils contribuent à l’effort de guerre. » Un de ses voisins de chambrée a été dénoncé.
    Son ami Hans lui fera un ultime cadeau ne l’associant au le fameux Festspiele. Alors là, il va se déchaîner, se démener parce que « Faire du festival un vulgaire outil de propagande, un amusement troupier, c’est un comble. Prendre Mozart en otage. L’avilir ainsi. N’y a-t-il donc personne pour empêcher un tel outrage ? » un audacieux pied de nez se prépare !!!!

    Ce court roman est un bijou de ciselure, de mordant, d’humour décalé et d’amour.
    Mimi et Kathel, par leurs chroniques, m’avaient donné envie de le lire, il était dans les rayons de la bibliothèque et le livre passa dans mes mains. J’aime ces petits livres denses, ironiques, sarcastiques, avec de petits arrangements, mais si plein d’un amour que l’on n’ose dévoiler.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Chronique d'une fin annonçée, même si nous connaissons la destinée finale de notre personnage principal, celui-ci arrive à nous sensibiliser quand au climat de la montée au pouvoir du nazisme et de ces premières dérives, les descriptions sont sobres, l'ambiance des lieux et l'état d'esprit du...
    Voir plus

    Chronique d'une fin annonçée, même si nous connaissons la destinée finale de notre personnage principal, celui-ci arrive à nous sensibiliser quand au climat de la montée au pouvoir du nazisme et de ces premières dérives, les descriptions sont sobres, l'ambiance des lieux et l'état d'esprit du personnage sont bien reproduits, une décheance qui nous amènera à cet évènement que personne n'aurait pu imaginer et qui aurait bien pu marquer l'histoire. Pessimisme musicale et beau final sur un air coquin et subtil.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.