Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Raphael Jerusalmy

Raphael Jerusalmy
Si Raphaël Jerusalmy a choisi d'entrer dans la peau d'Apollinaire c'est qu'il
partage avec lui cet étrange ADN, cette mixture bizarre et paradoxale du soldat et du
pacifiste, du baroudeur et de l'esthète, du marginal que même les marginaux tiennent à
l'écart. De celui qui, bien qu'engagé partout, ne... Voir plus
Si Raphaël Jerusalmy a choisi d'entrer dans la peau d'Apollinaire c'est qu'il
partage avec lui cet étrange ADN, cette mixture bizarre et paradoxale du soldat et du
pacifiste, du baroudeur et de l'esthète, du marginal que même les marginaux tiennent à
l'écart. De celui qui, bien qu'engagé partout, ne se laisse embrigader nulle part. Ce
normalien, qui fut agent de liaison israélien, est marchand de livres anciens et auteur de
romans à succès (Sauvez Mozart, La confrérie des chasseurs de livres).

Articles en lien avec Raphael Jerusalmy (3)

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

  • Des livres attendus pour la rentrée littéraire 2014
    Des livres attendus pour la rentrée littéraire 2014

    Comme toute rentrée littéraire de septembre, pointent quelques titres qui d'emblée laissent supposer le succès à venir. Parmi eux, des auteurs incontournables qui semblent une fois de plus très inspirés, des auteurs qui confirment leurs talents. Une rentrée foisonnante où les personnages historiques ont encore breaucoup de choses à révéler, des enchevêtrements familiaux aux sources inattendues, de quoi surprendre et satisfaire la curiosité des lecteurs !  

  • La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy
    La confrérie des chasseurs de livres

    Prendre pour héros François Villon et lui inventer une nouvelle vie, voilà qui ne manque pas de panache ! C'est ce à quoi s'est attelé Raphael Jerusalmy, érudit et aventurier, homme, lui aussi, de plusieurs vies.Avec son premier roman , Sauver Mozart, immédiatement remarqué par la critique, il obtient le prix Roblès 2013.

Avis sur cet auteur (28)

  • add_box
    Couverture du livre « In absentia » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud

    Nicolemotspourmots sur In absentia de Raphael Jerusalmy

    "Mais si tu n'écris plus, dans quel ailleurs iras-tu te réfugier ? Dans quelle absence ?" Celui qui se pose cette question est écrivain. Enfin il l'était avant d'être emprisonné au Struthof, seul camp de concentration nazi sur le territoire français. Pierre Delmain n'écrit plus mais il s'évade...
    Voir plus

    "Mais si tu n'écris plus, dans quel ailleurs iras-tu te réfugier ? Dans quelle absence ?" Celui qui se pose cette question est écrivain. Enfin il l'était avant d'être emprisonné au Struthof, seul camp de concentration nazi sur le territoire français. Pierre Delmain n'écrit plus mais il s'évade par la pensée, brode des histoires à partir de bribes où se mélangent fiction et réalité. C'est ainsi qu'il tient. Ainsi qu'il parvient à assumer la fonction qui lui est assignée : achever à mains nues les déportés agonisants, rendus inutiles aux expérimentations "scientifiques" des nazis. Il le fait avec empathie, le maximum d'humanité malgré le contexte qui vise à en supprimer chaque parcelle. De son côté, Saül Bernstein, collectionneur d'art sent l'étau se resserrer même s'il s'acharne à continuer à ignorer le danger. Les routes de ces deux hommes vont se croiser pour quelques heures, où l'horreur se dispute à l'absurde et qui resteront à jamais gravées dans l'esprit de celui qui retrouvera miraculeusement la liberté.

    A partir d'un événement historique réel révélé en fin de volume et dont j'ignorais tout, Raphaël Jerusalmy nous offre une histoire terrible, poignante et pourtant lumineuse. A l'horreur il oppose la beauté et la force des Arts, qu'il s'agisse d'écriture, de peinture ou de musique. Aux velléités d'annihilation il oppose les parcelles d'humanité qui résistent et se glissent dans chaque interstice accessible. La précision de l'écriture donne une force saisissante à ce récit à la tension impeccablement maîtrisée. Il fait de ces deux hommes et de la force de l'esprit les derniers remparts face à l'abomination. Et de la littérature, le vecteur indispensable de la liberté et de la mémoire. A lire, parce que malheureusement nous n'en avons jamais fini avec l'horreur, mais heureusement les étincelles susceptibles de ranimer la flamme sont là. Et nous les connaissons.

    "Si Bernstein, du fond de l'horreur, persiste à se référer aux canons de la beauté et de l'art, il n'y peut rien. C'est là l'échelle de valeurs dont il dispose et à laquelle, chez lui, tout se ramène. Tel un médecin qui ne peut s'empêcher de diagnostiquer. Ou un magistrat de passer jugement. Tant qu'il le peut encore."

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

  • add_box
    Couverture du livre « La confrérie des chasseurs de livres » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud

    Colette LORBAT sur La confrérie des chasseurs de livres de Raphael Jerusalmy

    « ...En 1462, à l’âge de trente et un ans, il (François Villon) est arrêté, torturé et condamné à être pendu et étranglé ». Le 5 janvier 1463, le Parlement casse le jugement et le bannit de Paris. Nul ne sait ce qu’il advint de lui par la suite... »

    Raphaël Jerusalmy trouve une suite à cette...
    Voir plus

    « ...En 1462, à l’âge de trente et un ans, il (François Villon) est arrêté, torturé et condamné à être pendu et étranglé ». Le 5 janvier 1463, le Parlement casse le jugement et le bannit de Paris. Nul ne sait ce qu’il advint de lui par la suite... »

    Raphaël Jerusalmy trouve une suite à cette disparition. François Villon a une dimension romanesque ; rebelle, amoureux de la littérature, un brin voleur… Tout ce qu’il faut pour un roman d’aventures épique.

    Or donc, Louis XI, désireux d’asseoir son pouvoir par rapport à Rome, veut que les livres circulent en son pays. Bien entendu, la papauté s’y refuse, elle qui a la main sur tout ce qui se lit par le biais de ses copistes. « Le roi de France cherche à affaiblir le pouvoir du Vatican, afin de consolider le sien propre. Or, une industrie naissante mine soudain la suprématie papale. A la différence des moins copistes, l’imprimerie n’est pas assujettie à l’Église. Habilement utilisée, elle pourrait conférer bien de la puissance à ceux qui en assurent le contrôle. Il est donc regrettable qu’il n’y ait encore aucune presse en France". Louis XI veut unifier la France et la langue est un vecteur important. Et puis, il y a le motif bassement matérialiste « Il s’agit d’une simple question de finances. A cette heure, tout ce qui vient de Byzance, d’Alexandrie ou du Levant passe par la vallée du Rhône. La suzeraineté papale sur Avignon et le Comtat venaissin lèse donc le roi de gains énormes provenant des droits de passage et de taxation des denrées. C’est le légat pontifical qui les perçoit, renflouant ainsi les caisses de Rome plutôt que celles de Louis XI. »

    Il fait libérer un François Villon en mauvais état suite aux tortures qu’il a subies et l’envoie retrouver son comparse coquillard, maître Colin de Cayeux, démarcher un certain Johann Fust pour qu’il ouvre une imprimerie à Paris, en échange de quelques livres très précieux. « François reste assis. Il range les précieux volumes dans sa besace, sans rien dire. Il n’a pas le sentiment d’une victoire. Il s’en veut d’être le courtier de Guillaume Chartier, d’obéir docilement aux consignes de ce faux jeton ecclésiastique. Et, surtout, de trahir les livres. »

    Ce n‘est pas tout, ensuite, il l’envoie sur les traces de la Confrérie des chasseurs de livres en Galilée.

    C’est parti pour des aventures, des mensonges, des chausses-trappes, des manipulations, des complots, de l’espionnage, pour un roman épique, polar, récit historique (vrai ou faux), roman d’aventures… desservi par une belle écriture où Villon découvre deux Jérusalem, celle du haut et celle du bas où des livres uniques sont cachés. Jérusalem, à l’époque, est une cité cosmopolite où se côtoient juifs, musulmans, chrétiens. Les érudits sont là, en terre sainte. Des hommes d’un grand savoir temporel et ou spirituel. Il s’y trame des alliances inattendues, voire contre-nature, cachées mais à grande portée politique

    Un dur parcours initiatique vers une vie plus spirituelle pour François Villon via les Médicis, la Confrérie des chasseurs de livres, le désert… Peut-être n’est-ce pas toujours très crédible, mais après tout, c’est un roman écrit avec beaucoup de talent et une certaine érudition. Raphaël Jerusalmy m’a conquise une nouvelle fois. J’ai pris plus que du plaisir à cette lecture qui va de retournements en chausse-trappe et de rebondissements en découvertes.

    Les descriptions sont très visuelles, voire en odorama :

    « La place du marché s’éveille, emmitouflée dans l’épaisse brume du matin. Des sont tout d’abord timides, épars, picorent quelques grains de silence. »

    « Les tréteaux de bois croulent sous le poids des caisses et des amphores. L’air est chargé de senteurs d’épices, d’essences de parfum, de vapeurs de vin, d’extraits de teinture. »

    « Les ruelles étroites déroulent leurs méandres. Des silhouettes furtives trottinent le long des murs. Les rares enfants qui traînent dehors sont éclopés ou rachitiques. Ils jouent dans la crasse, criant en arabe, en hébreu, en arménien, en grec. »

    Avec cette lecture, je diminue ma PAL et participe au challenge de Moka En sortir 21 en 21

  • add_box
    Couverture du livre « La confrérie des chasseurs de livres » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud

    plume parisienne sur La confrérie des chasseurs de livres de Raphael Jerusalmy

    L'une de mes trouvailles lors de ma dernière virée à la bibliothèque à côté de mon bureau. Le plus souvent j'ai maximum 20 minutes devant moi pour recharger la besace. Je privilégie donc les livres mis en avant. Celui-ci en faisait partie.

    François Villon croupit dans les prisons de Louis XI...
    Voir plus

    L'une de mes trouvailles lors de ma dernière virée à la bibliothèque à côté de mon bureau. Le plus souvent j'ai maximum 20 minutes devant moi pour recharger la besace. Je privilégie donc les livres mis en avant. Celui-ci en faisait partie.

    François Villon croupit dans les prisons de Louis XI lorsque l'évêque de Paris vient le convaincre de participer à une mission qui le mènera au pays des premiers chrétiens. Le but : ramener des livres subversifs qui, imprimés et diffusés subrepticement, affaibliront la papauté et permettront au roi de France de renforcer son pouvoir.
    Accompagné par le fidèle coquillard Colin, François trouvera sur son chemin complots, contre-complots et plus encore.
    Roman formidablement bien écrit, passionnant où l'aventure croise la grande Histoire et les racines de la Chrétienté.

    "Son regard longe les veinures du bois, remontant les rivières qu'elles tracent sur la carte d'un pays inconnu."

    "... pour eux, le destin de Jerusalem n'est point gravé dans les guerres mais dans les textes, les Ecritures. C'est une ville non tant bâtie de pierres et de briques que maçonnée de palabres et de rêves."

    "François observe intensément les paysages qu'il traverse. Il voudrait tant briser le mutisme de cette terre. Il l'entend parfois murmurer dans le bruissement des feuillages, l'appeler d'un claquement d'ailes, l'encourager d'un souffle de vent chaud."

    "La nuit ne tombe pas ici comme à Paris ou en Champagne. Elle s'élève."

  • add_box
    Couverture du livre « La confrérie des chasseurs de livres » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud

    Elizabeth Pianon sur La confrérie des chasseurs de livres de Raphael Jerusalmy

    François Villon attend son exécution lorsque l’évêque de Paris lui confie une mission qui le mènera jusqu’à Jérusalem.
    Partant du vécu de François Villon, l’auteur extrapole sur la suite de sa vie qui n’est en réalité pas connue.
    J’ai été intéressée par la première partie, bien écrite, bien...
    Voir plus

    François Villon attend son exécution lorsque l’évêque de Paris lui confie une mission qui le mènera jusqu’à Jérusalem.
    Partant du vécu de François Villon, l’auteur extrapole sur la suite de sa vie qui n’est en réalité pas connue.
    J’ai été intéressée par la première partie, bien écrite, bien documentée.
    Par contre, son voyage en Palestine prend des tours tellement tortueux que je m’y suis perdue et m’en suis lassée.
    Du coup je l’ai abandonné dans ses tribulations en refermant le livre

Ils suivent Raphael Jerusalmy

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !