Les loyautés

Couverture du livre « Les loyautés » de Delphine De Vigan aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709661584
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« J'ai pensé que le gamin était maltraité, j'y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c'était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par coeur, une manière de se fondre dans le décor, de... Voir plus

« J'ai pensé que le gamin était maltraité, j'y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c'était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par coeur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu'avec moi, ça ne marche pas.» Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l'enfance violentée, s'inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille ?
Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils.
Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • La loyauté, c'est ce lien qui nous lie à nos proches et qui nous interdit de les contredire en public, même s'ils enjolivent la réalité.

    La loyauté, c'est cacher les réalités de sa famille, aux personnes qui en sont extérieures, même s'il s'agit d'amis très proches.

    La loyauté, c'est...
    Voir plus

    La loyauté, c'est ce lien qui nous lie à nos proches et qui nous interdit de les contredire en public, même s'ils enjolivent la réalité.

    La loyauté, c'est cacher les réalités de sa famille, aux personnes qui en sont extérieures, même s'il s'agit d'amis très proches.

    La loyauté, c'est davantage que la fidélité 

    La loyauté, c'est aussi ce qui grignote l'intérieur, ce qu'on s'oblige à masquer mais qui nous ronge ... 

    La loyauté, c'est tout autant que l'amour-propre, ce qui fait accepter les coups et l'inacceptable 

    Dans ce roman, Delphine  de Vigan dresse des scènes de vie quotidienne, chez un père divorcé en fin de droits et à bout de course, chez une professeur de collège dont l'enfance et la vie ont été ruinées, chez une mère au foyer qui fouille et découvre la vie cachée de son mari, chez une mère qui hait tellement son ex-mari qu'elle ne parle pas à son fils durant les heures qui suivent son retour de garde alternée ...

    Un roman si noir et désespéré qu'il aurait pu être écrit par Olivier  Adam :) 

    Jusqu'au dernier chapitre, aux dernières lignes même,  où dans l'horreur apparaît enfin une lueur d'espoir ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai aimé ce nouveau roman de Delphine de Vigan. L’ecriture est fluide, le point de vue des différents personnages apporte une belle dynamique à ce roman. L’histoire est poignante, le seul bémol c’est que j’au aimé connaître la suite...

    J’ai aimé ce nouveau roman de Delphine de Vigan. L’ecriture est fluide, le point de vue des différents personnages apporte une belle dynamique à ce roman. L’histoire est poignante, le seul bémol c’est que j’au aimé connaître la suite...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les romans de Delphine de Vigan sont une valeur sure !
    Elle sait heurter nos consciences en analysant les faiblesses de l’âme humaine.
    Dès les premières pages le ton est donné et vous ne pourrez pas lâcher ce livre troublant. Impossible d’être indifférent, surtout si vous êtes parents ou...
    Voir plus

    Les romans de Delphine de Vigan sont une valeur sure !
    Elle sait heurter nos consciences en analysant les faiblesses de l’âme humaine.
    Dès les premières pages le ton est donné et vous ne pourrez pas lâcher ce livre troublant. Impossible d’être indifférent, surtout si vous êtes parents ou enseignants.

    C’est d’autant plus prenant qu’il s’agit d’adolescents de 12/13 ans. Enfants vulnérables à la lisière de la délinquance mais toujours fidèles à leurs amis. Ils ont appris à jouer le rôle que leurs parents attendaient d’eux. Mais à quel prix ?

    Hélène professeur de Collège est intriguée par l’attitude fermée et fuyante de son élève Théo. Elle ressent à fleur de peau son mal-être. Quel drame se joue dans cette famille? les parents sont séparés. Théo est balloté, en garde partagée. Des parents qui se sont aimés se détestent maintenant.
    Il assiste impuissant à leur déchirure.
    Hélène est la seule à ressentir le malaise de cet enfant. Est-il maltraité ? L’infirmière du collège ne voit qu’un élève fatigué !
    Que cache t-il avec son copain Mathis ? Ce dernier se rend bien compte qu’ils vont trop loin avec Théo, que leurs agissements deviennent dangereux et il se demande "Est-ce que je dois trahir mon copain ? dois-je rester loyal envers lui ?
    Delphine de Vigan nous présente des adultes capables de mener une existence de dupes, des pères au chômage, ou menant une double vie, des mères névrosées, et nous lecteurs sommes témoins de leur dérive.
    La mère de Mathis ne dit-elle pas que le couple est une « association de malfaiteurs » !
    mais pire nous assistons à la descente aux enfers des adolescents.
    Par contre le lecteur peut être désappointé par le dénouement de ce roman très court. Mais l histoire reste avec nous bien après la dernière page lue !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Récit passionnant sur ces secrets de famille ou d'amitié que l'on tait par loyauté, sans pouvoir contrer la catastrophe qui s'annonce. Les loyautés, "nos ailes ou nos carcans" annonce Delphine de Vigan dans le prologue. Deux enfants dont l'un commence à sombrer dans l'alcoolisme parce qu'il doit...
    Voir plus

    Récit passionnant sur ces secrets de famille ou d'amitié que l'on tait par loyauté, sans pouvoir contrer la catastrophe qui s'annonce. Les loyautés, "nos ailes ou nos carcans" annonce Delphine de Vigan dans le prologue. Deux enfants dont l'un commence à sombrer dans l'alcoolisme parce qu'il doit affronter des responsabilités trop lourdes pour lui, son ami qui ne sait plus comment l'aider, les mères de chacun d'entre eux qui tentent chacune de protéger leur fils à leur manière... Et une prof, qui sort de sa zone de confort et se met à dos toute l'équipe pédagogique parce qu'elle a reconnu la fragilité de son élève et tente d'établir un dialogue avec lui. Un court roman qui alterne quatre points de vue et se lit d'une traite!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les loyautés ce sont « Les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves. ».

    Dans son dernier livre, Delphine de Vigan mêle le destin de quatre personnages. Hélène professeur dans un collège s’inquiète pour Théo. Elle est un peu...
    Voir plus

    Les loyautés ce sont « Les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves. ».

    Dans son dernier livre, Delphine de Vigan mêle le destin de quatre personnages. Hélène professeur dans un collège s’inquiète pour Théo. Elle est un peu borderline dans cette inquiétude Hélène mais le comportement de Théo, fils de parents divorcés, lui rappelle la détresse de sa propre enfance. Théo a un ami, Mathis à moins que ce ne soit Mathis qui ait un ami, Théo et que ce dernier ne l’entraîne vers des chemins dangereux. Du coup, Cécile, la maman de Mathis s’interroge sur les mauvaises fréquentations de son fils. Deux adultes, deux enfants, des destins liés et surtout des conflits de loyautés. La loyauté des adolescents l’un envers l’autre, la loyauté d’un enfant envers ses deux parents, même séparés, la loyauté d’une enseignante face à ses convictions et envers la hiérarchie, la loyauté dans le couples

    Le roman est sombre, les personnages sont bouleversants et l’alternance des voix, en titre de chaque chapitre donne imprime le rythme. Les enfants sont racontés et ce sont les adultes qui parlent.  Le livre se lit avec une émotion croissante, d’une traite.

    Delphine de Vigan explore une nouvelle fois l’intime et les violences invisibles avec un infinie délicatesse. Une belle lecture, même si j’ai trouvé le livre un feu « facile » (sans doute trop court).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman poignant et terrible de certaines vérités. J'ai adoré retrouver la plume de Delphine de Vian

    Un roman poignant et terrible de certaines vérités. J'ai adoré retrouver la plume de Delphine de Vian

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Delphine de Vigan nous explique ce que sont les loyautés, un mot que l’on utilise moins mais que nous avons tous intégré en nous.
    Les deux protagonistes principaux sont Hélène, professeur principal d’une classe de cinquième et Théo un de ses élèves.
    Très tôt, après la rentrée, Hélène sait lire...
    Voir plus

    Delphine de Vigan nous explique ce que sont les loyautés, un mot que l’on utilise moins mais que nous avons tous intégré en nous.
    Les deux protagonistes principaux sont Hélène, professeur principal d’une classe de cinquième et Théo un de ses élèves.
    Très tôt, après la rentrée, Hélène sait lire le langage du corps de Théo et elle voit qu’il ne va pas bien.
    Elle sait que ses parents sont divorcés et qu’ils pratiquent la garde alternée.
    Théo vit ce mode de garde, comme s’il était une balle de ping-pong arrêtée en plein vol, juste au-dessus du filet, suspendue, jusqu’à l’explosion.
    Car depuis presque huit ans, il vit dans le monde du silence, la mère aigrie par la séparation, ne veut rien savoir de ce qu’il fait la semaine où il est chez le père. Pire elle l’oblige à se débarrasser de ses affaires, à les nettoyer et à se doucher, aussitôt arrivé, comme pour effacer toute trace. Ainsi s’installe silence et absence de contact, il est devenu grand, il doit assumer, plus de câlins d’autant que son fils lui rappelle l’homme qu’elle a épousé. Le fil est rompu.
    Le père a fini par perdre son emploi et tout repère, Théo le prend en charge, il veille sur lui pour qu’une catastrophe n’arrive pas.
    Mais lui, comment fait-il ? Il a son ami Mathis, son complice par loyauté, qui va le regarder et l’accompagner dans sa dérive. Toujours plus, toujours plus loin.
    Ils vont tout cacher, car l’un et l’autre pour des raisons différentes, ne peuvent pas parler, se faire aider.
    Hélène sait dans sa chair que Théo subit l’innommable, pas la maltraitance physique ou des abus sexuels, non la maltraitance invisible, celle qui place un enfant dans une situation insupportable. Elle essaie de tirer la sonnette d’alarme, mais personne n’écoute, il ne faut pas s’immiscer dans la vie des autres, il faut s’endurcir, elle est là pour instruire les enfants et basta.
    « L’autre soir, j’ai tenté d’expliquer cette sensation de compte à rebours qui m’oppresse depuis quelques jours, comme si le minuteur avait été remonté à notre insu et qu’un temps précieux s’écoulait sans que nous puissions l’entendre, nous conduisant en cortège silencieux vers quelque chose d’absurde dont nous sommes incapables d’imaginer l’impact. »
    Voilà le tableau sombre, sous nos yeux de lecteur que Delphine de Vigan dépeint.
    L’impuissance de Hélène, la seule à comprendre, qui malgré ses tentatives n’est pas suivie. Pire le professeur de sport inflige à Théo une humiliation telle qu’il se retrouvera à l’infirmerie, même à ce moment-là, rien ne se passera.
    C’est un cri que pousse l’auteur, du plus profond de tous les silences de ces milliers d’enfants qui endurent et se taisent.
    Le lecteur est atteint par un uppercut, il sait ce que Hélène suppose, il dérive avec Théo, il en sort minable, suffoquant, le corps crispé, écorché vif.
    Hélène est démolie, le lecteur se sent impuissant comme elle, il angoisse jusqu’à étouffer.
    L’auteur avec simplicité, justesse, décrit le langage du corps. Langage qui trahit les maux, qui étouffe les mots.
    Tous les jours la presse nous livre son lot d’atrocités ordinaires.
    Ici, pas de jugement, juste faire attention de laisser une main tendue.
    Un roman fort, poignant, avec effet boomerang.
    Une fois de plus Delphine de Vigan place le curseur très haut et elle réussit totalement à nous emprisonner sous cette chappe de maltraitance invisible. Un éveil des consciences à l’heure du chacun pour soi. La façon, dont les enfants sont élevés, forme les adultes de demain qui feront notre monde.
    Je crois que l’auteur correspond totalement à ce que Flaubert écrivait : « Je suis doué d'une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire. »
    La sensibilité de Delphine de Vigan n’est véritablement pas absurde, bien au contraire, et de livre en livre elle trace un sillon qui s’inscrit dans une œuvre cohérente et incarnée.
    Chantal Lafon-Litteratum Amor 02 avril 2018

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un texte agréable et facile à lire, dans la verve de No et moi. Une histoire émouvante qui raconte la souffrance d'un enfant dont les parents sont divorcés, et qui va fuir dans l'alcool. Une forme de souffrance, de celle qu'on ne voit pas et surtout dont on ne parle pas. Un seul personnage :...
    Voir plus

    Un texte agréable et facile à lire, dans la verve de No et moi. Une histoire émouvante qui raconte la souffrance d'un enfant dont les parents sont divorcés, et qui va fuir dans l'alcool. Une forme de souffrance, de celle qu'on ne voit pas et surtout dont on ne parle pas. Un seul personnage : Hélène, prof est consciente de ce gouffre dans lequel tombe Théo, sans connaître réellement la cause qu'elle imagine autre, renouant avec son propre vécu. Une histoire de souffrances donc, d'autres sont approchées : conjugale ...Mais malgré de beaux sentiments, une douloureuse approche du rejet, de la solitude , je n'ai pas vibré avec ce texte. Je m'interroge même sur le titre : Les loyautés que je ne distingue pas plus que de façon superficielle . Bref un texte agréable à lire, mais après le précédent roman et la puissance de son écriture, celui ci me paraît bien pâle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Encore une fois, charmée par l'écriture de Delphine de Vigan. Un autre roman que j'ai adoré malgré la barre qui était haute à la suite de son dernier roman. Une histoire qui se lit rapidement et que j'ai adorée.

    Encore une fois, charmée par l'écriture de Delphine de Vigan. Un autre roman que j'ai adoré malgré la barre qui était haute à la suite de son dernier roman. Une histoire qui se lit rapidement et que j'ai adorée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les relations entre enfants, profs et parents. Hélène qui sent, perçoit un mal être un danger chez Théo un ado de sa classe.Comment le sauver? Les parents qui ont des œillères trop pris par leur propre vie. Le copain Mathis qui voudrait l'aider sans le trahir. C'est un bon roman mais...
    Voir plus

    Les relations entre enfants, profs et parents. Hélène qui sent, perçoit un mal être un danger chez Théo un ado de sa classe.Comment le sauver? Les parents qui ont des œillères trop pris par leur propre vie. Le copain Mathis qui voudrait l'aider sans le trahir. C'est un bon roman mais personnellement j'aime les fins plus tranchées.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions