Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les contreforts

Couverture du livre « Les contreforts » de Guillaume Sire aux éditions Calmann-levy
Résumé:

"Un éclair découpa l'horizon, suivi de sa morsure sonore, et une goutte tomba, grosse comme un doigt - et le grand délire commença." Au seuil des Corbières, les Testasecca habitent un château fort fabuleux, fait d'une multitude anarchique de tourelles, de coursives, de chemins de ronde et de... Voir plus

"Un éclair découpa l'horizon, suivi de sa morsure sonore, et une goutte tomba, grosse comme un doigt - et le grand délire commença." Au seuil des Corbières, les Testasecca habitent un château fort fabuleux, fait d'une multitude anarchique de tourelles, de coursives, de chemins de ronde et de passages dérobés.
Clémence, dix-sept ans, bricoleuse de génie, rafistole le domaine au volant de son fidèle tracteur ; Pierre, quinze ans, hypersensible, braconne dans les hauts plateaux ; Léon, le père, vigneron lyrique et bagarreur, voit ses pouvoirs décroître à mesure que la vieillesse le prend ; Diane, la mère, essaie tant bien que mal de gérer la propriété.

Ruinés, ils sont menacés d'expulsion. Et la nature autour devient folle : des hordes de chevreuils désorientés ravagent les cultures. Frondeurs et orgueilleux, les Testasecca décident de défendre coûte que coûte le château.

Dans cette épopée baroque et tragique où on retrouve toute sa puissance romanesque, Guillaume Sire érige une mythologie sur la terre de son enfance.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (16)

  • Sur les contreforts des Corbières, à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne, se dresse dans un décor sauvage le château de de Montrafet, un château en piteux état. Pour y accéder depuis le plus proche village, Palaja : un chemin de gravier.
    Ce château fort fabuleux, classé, fait d’une...
    Voir plus

    Sur les contreforts des Corbières, à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne, se dresse dans un décor sauvage le château de de Montrafet, un château en piteux état. Pour y accéder depuis le plus proche village, Palaja : un chemin de gravier.
    Ce château fort fabuleux, classé, fait d’une multitude anarchique de tourelles, de coursives, de chemins de ronde et de passages dérobés appartient aux Testasecca depuis des générations, mais il est un véritable gouffre financier et tombe peu à peu en ruine, la famille n’arrivant plus à l’entretenir.
    Quand un arrêté de demeure en péril frappe le château et que la famille risque d’être expulsée, les parents, Léon « le Minotaure » et Diane « la princesse », tout comme leurs enfants Clémence « la bricoleuse de génie », 17 ans et Pierre « le baron perché », 15 ans feront tout pour sauver ce domaine qui est leur fierté, qui représente toute leur vie et pour lequel ils sont prêts à tout.
    C’est une véritable tragédie en cinq actes qui va se jouer, avec une ambiance qui va aller crescendo.
    Cette saga qui raconte comment une famille désargentée met tout en œuvre pour sauver ses racines, sa raison de vivre est une véritable épopée baroque. La nature avec ses hordes de chevreuils, la forteresse avec ses remparts, son donjon et sa tour carrée, le tout plus ou moins de guingois, la mine d’or d’Izambar, le tracteur Hyperélectreyon sont autant d’éléments qui mêlent le réel au fantastique pour notre plus grand bonheur, d’autant que se greffent sur ce décor fabuleux, les « synagries », ces démones invisibles qui habitent sur les pics des Corbières. Loghauss, l’une d’elles semble même avoir été nouée au destin de Pierre de Testasecca.
    Pour ce qui est de l’assaut final, l’auteur nous en offre une vision dantesque !
    L’attachement à la terre et aux racines, la relation fusionnelle entre le frère et la sœur, l’amour qui unit la famille, les sentiments d’amitié et de trahison, la menace de l’environnement par les promoteurs avides de rentabilité ramènent le lecteur à la réalité.
    Avec Les Contreforts, Guillaume Sire nous offre une légende du temps jadis, actualisée. Il nous fait rêver avec ses envolées descriptives de la terre de son enfance qui sont d’une rare beauté. La résistance dont vont faire preuve nos protagonistes peut parfois sembler burlesque et d’un autre temps et pourtant on ne peut que saluer leur détermination pour préserver les valeurs auxquelles ils sont tant attachés, principalement, leur dignité.
    Les Contreforts de Guillaume Sire peut être qualifié de roman un peu déjanté mais ô combien savoureux et poétique. Dès les premières lignes, j’ai été emportée par ce conte au style flamboyant.
    Avant la longue flamme rouge, son roman précédent, qui mettait en scène Saravouth, véritable héros anonyme de la guerre du Cambodge, avait obtenu de nombreux prix dont le Prix Orange du livre 2020. Ce livre m’avait particulièrement marquée et enthousiasmée. Avec cette saga au style vif et envoûtant sur un sujet absolument différent, Guillaume Sire a su m’enchanter à nouveau avec talent.
    Un excellent moment de lecture !

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je me souviens au bout d'une 50aine de pages m'être tournée vers mon mari et lui avoir dit "tu devrais lire ce livre, il te plairait", je me souviens également quelques jours plus tard l'avoir également dit à ma mère... et je pense que je vais continuer ainsi, à conseiller à tout le monde de...
    Voir plus

    Je me souviens au bout d'une 50aine de pages m'être tournée vers mon mari et lui avoir dit "tu devrais lire ce livre, il te plairait", je me souviens également quelques jours plus tard l'avoir également dit à ma mère... et je pense que je vais continuer ainsi, à conseiller à tout le monde de lire ce livre.

    Vous l'aurez compris, ce fut un coup de coeur.

    Je me suis complètement laissée emportée par l'écriture sublime et par l'histoire de cette famille d'aristocrates désargentés qui tentent par tous les moyens de sauver leur château.
    C'est très simple j'ai tout aimé dans ce livre! J'ai vibré avec les Testasecca, avec Diane la mère qui a laissée derrière elle une vie confortable pour vivre au jour le jour auprès de son amour, Léon, le "minotaure". Mais aussi et surtout avec les enfants Pierre et Clémence dont la relation est si belle qu'elle m'émeut encore au moment ou j'écris ces mots.
    Clémence justement, "le voilier", jeune femme intelligente et combative, touche-à-tout, est un personnage que je ne suis pas prête d'oublier! J'admire son courage et sa détermination même si cela l'amène parfois à mener des actions un peu extrêmes...

    Ahhhh je pourrais vous en parler des heures mais je vais résumer : LISEZ-LE!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Au coeur des Corbières, Guillaume Sire nous plonge dans une comédie humaine époustouflante, un drame en cinq actes dont on ne ressort pas indemne...
    Les Testasecca habitent depuis des générations l'incroyable château de Montrafet, une véritable forteresse dominant des hectares de vignes et de...
    Voir plus

    Au coeur des Corbières, Guillaume Sire nous plonge dans une comédie humaine époustouflante, un drame en cinq actes dont on ne ressort pas indemne...
    Les Testasecca habitent depuis des générations l'incroyable château de Montrafet, une véritable forteresse dominant des hectares de vignes et de hauts plateaux où la nature est reine, où elle ne fait pas de cadeau. Léon, le patriarche de cette famille haute en couleur est charismatique presque malgré lui et son énergie vitale démoniaque semble tout emporter sur son passage. Mais il a aussi ses faiblesses... Diane, son épouse, n'est pas en reste quand il faut faire entendre sa voix mais elle s'épuise à contenir les assauts de Léon, toujours prêt à en découdre. Leur fille Clémence, fière et débrouillarde, répare ce château qui tombe en ruine comme un chirurgien soignerait un patient, avec douceur et minutie, tandis que son frère Pierre, lunaire survivant d'un incendie, braconne dans les bruyères, suivi de près par son chien Bendico.
    Quatre personnages hauts en couleur qui, tous à leur manière, vont tenter de sauver cette propriété qui se délite et leur échappe, ce pays de cocagne déchu. Ruinés, ils vont être expulsés mais c'est sans compter leur rage folle, leur soif de liberté ou encore la maxime du grand Léon : "Qu'est-ce qui n'est pas impossible !".
    D'une écriture flamboyante, Guillaume Sire nous embarque dans une odyssée troublante et poétique au coeur d'un pays qu'il connait comme sa poche. Sa plume est romanesque et très subtile. Il décrit des personnages d'une intensité incroyable, tout en nuances, particulièrement Clémence, le "voilier", qu'on ne veut pas quitter, jusqu'au dénouement, sublime.
    Je remercie chaleureusement Lecteurs.com pour ce livre qui est pour moi un immense coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Leur patrimoine, Montrafet, est frappé d'un arrêté de mise en péril. Tout s'écroule ou menace de s'écrouler. Que ce soit Léon, le baron, tel Minotaure, régnant en maître despotique sur ses terres,  Diane, que rien ne prédestinait à s'occuper de devis, démarches, gouffre financier, relances...
    Voir plus

    Leur patrimoine, Montrafet, est frappé d'un arrêté de mise en péril. Tout s'écroule ou menace de s'écrouler. Que ce soit Léon, le baron, tel Minotaure, régnant en maître despotique sur ses terres,  Diane, que rien ne prédestinait à s'occuper de devis, démarches, gouffre financier, relances etc... car peu de ressources et trop de dépenses, Clémence, 17 ans, leur fille débrouillarde, bricoleuse, tenace et Pierre, 15 ans, leur fils, sensible et miraculé d'un orage, celui que l'on surnomme "le baron perché" car sauvé d'un orage par Loghauss la sinagrie d'après la légende villageoise, car ici nous sommes au coeur des Corbières que l'auteur connaît bien où les vieilles pierres et certains esprits peuplent la campagne.

    Ce récit tient de l'épopée, de celle que mène une famille qui vit en camp retranché sur ses terres, guettant (et quêtant) subventions et aides mais plus souvent d'espoirs , de ventes de stères des bois du domaine, de braconnages pour survivre en presque total autarcie. C'est un combat de chaque jour voire de chaque minute qu'il faut affronter, au fur et à mesure que tombent les pierres, que les étayages se succèdent et deviennent eux-mêmes dangereux, où il faut savoir mener l'Hyperélectreyon, la bétonnière et la truelle mais également l'administratif que cela demande à travers formulaires, réclamations et petites combines pour récupérer le moindre euro.

    "Clémence donnait les directives, véritable artisan maçon, chef de chantier, architecte des causes perdues. (p121)"

    Ils sont 4, les 4 contreforts qui se soutiennent et soutiennent une forteresse qui a perdu de sa superbe et se démantèle, ils la maintiennent vaille que vaille, car fier de leur passé et de leurs ancêtres, ils en font une question d'honneur pouvant aller jusqu'au sacrifice. 

    Alors ce n'est pas la maréchaussée, ni un notaire ou un promoteur immobilier qui vont les contraindre à renoncer, Léon n'hésitant pas à jouer de la voix et des poings pour rendre sa justice, Clémence, le voilier blanc qui ne plie jamais les voiles, et puis parce qu'ils y ont trop déjà perdu en amour, en amitié pour déserter. Alors dans tout combat il y a parfois une dernière bataille à mener, un champ du cor avant la curée. L'auteur dresse l'inventaire des sacrifices et pertes faits au nom de la bâtisse, qu'ils soient sentimentaux ou amicaux.

    Comme dans tout combat chacun des personnages a fait des sacrifices qu'ils soient personnels, sentimentaux ou amicaux mais sans pour autant renier leurs choix car quand on est un ou une de Testasecca on ne renonce pas, d'autant que la devise de la famille depuis des siècles leur insuffle l'énergie et les rattrape quand le sort s'acharne

    "Qu'est-ce qui n'est pas impossible ?"

    <a href="/auteur/Guillaume-Sire/297714" class="libelle">Guillaume Sire</a> dont j'avais énormément aimé Après la longue flamme rouge, que j'avais découvert avec <a href="/livres/Sire-Reelle/1052362" class="titre1">Réelle</a>, se lance, lui aussi, dans une aventure à chaque écriture, naviguant sur des  thème totalement différents car comment ne pas penser à ses familles qui héritent ou achètent des châteaux ou propriétés historiques délabrés ou en ruines, se lançant dans le faramineux travail de restauration et ce qu'il engendre d'abnégation, d'humilité pour leur garder superbe et dignité.

    J'ai retrouvé l'écriture de l'auteur, insufflant le souffle du romanesque et de l'épique pour faire de son roman un récit où se mêlent les déboires et tracasseries d'un clan unit par l'amour d'un lieu et de son environnement, car la nature y est omniprésente qu'elle soit au niveau du végétal mais également du monde animal. Ici tout fait corps. J'ai été parfois un peu perdue par tous les termes propres au lieu (qui auraient peut-être nécessités une définition en base de page), mais j'ai renoncé à tout savoir et me suis laissée porter par l'épopée de ces chevaliers d'une cause que l'on comprend perdue.

    Ce qui se lit au début comme le quotidien imprévisible des propriétaires des lieux, jamais à l'abri d'un effondrement, d'une chute de machicoulis ou autre coursive, ne possédant plus que leur ingéniosité et  imagination pour poser des emplâtres sur des "jambes de bois" qui ne demandent qu'à se briser, devient, au fil des pages, un dernier combat héroïque d'une rare intensité.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Merci pour ce livre que j ai gagné grâce à Lecteur.com suite à une sélection.
    Ce livre est un récit épique de la croisade de la Famille TESTASECCA dans les contreforts des Corbières pour arriver à garder son patrimoine familial et ancestral.
    Contre vents et tempêtes cette famille se démène à...
    Voir plus

    Merci pour ce livre que j ai gagné grâce à Lecteur.com suite à une sélection.
    Ce livre est un récit épique de la croisade de la Famille TESTASECCA dans les contreforts des Corbières pour arriver à garder son patrimoine familial et ancestral.
    Contre vents et tempêtes cette famille se démène à conjurer la fin annoncée d une dynastie.
    L histoire débute doucement , tranquillement mais peu à peu s accélère et captive le lecteur.
    J ai été comme ensorcelé par ce récit qui éveille un côté médiéval par l approche de l effondrement du château opposé à un récit bien actuel ou les "obligations" administratives de notre siècle déclenchent cette épopée.
    Si la plume de l auteur Guillaume SIRE fait émerger une ode à La nature,aux odeurs ,aux goûts ,au rural, aux mythes et aux citadelles. La description du ciel ,de la terre des fleurs, des arbres ,des animaux, des remparts ,du village et de ces habitants tisse un sortilège qui peut émerveiller la lectrice que je suis. Tout devient image et poésie.
    A l impossible nul n est tenu n est pas le cheval de bataille des Testasecca.
    Leur devise est tout autre : qu est ce qui n est pas impossible?
    Le combat est inégal, la guerre est déclarée.
    La croisade commence par cette épopée empreinte du poids des traditions.
    La quête en devient touchante.
    Les contreforts de ce château, coeur du roman dissimulent un labyrinthe obscur empreint de lumière d espoir.
    A lire absolument
    Et je vais de ce pas lire " Avant la longue flamme rouge"
    Du même auteur afin de me faire une idée plus précise de ces récits.
    Éliane

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Moults mercis aux éditions Calmann Levy et à Lecteurs.com pour l'envoi de ce second roman de Guillaume Sire qui vous cueille dès les premiers mots et vous transporte dans un autre univers!Loin de l'atmosphère d'"Avant la longue flamme rouge",du Cambodge,"Les Contreforts"s'enracinent au sud-est...
    Voir plus

    Moults mercis aux éditions Calmann Levy et à Lecteurs.com pour l'envoi de ce second roman de Guillaume Sire qui vous cueille dès les premiers mots et vous transporte dans un autre univers!Loin de l'atmosphère d'"Avant la longue flamme rouge",du Cambodge,"Les Contreforts"s'enracinent au sud-est de Carcassonne dans les Corbières.
    "Quarante hectares de vigne font au château une traine de mariée tantôt d'émeraude,tantôt de rubis ou d'or mat,transmuée dans l'hiver en mantille de veuve."
    La devise de Montjarret "Qu'est-ce qui n'est pas impossible"est celle du légionnaire Clodomir,que les Testasecca conservent.Le lecteur est propulsé dans un univers parallèle,mythologique où plane également,à mon sens,l'ombre de Don Quichotte...
    Seule Diane,la femme de Léon,"poète déjanté"est aux prises avec le réel et ses difficultés.
    "Le Minotaure des Corbières a enlevé la princesse parisienne...qui s'est retrouvée du jour au lendemain dans un château en ruine,sur les contreforts d'un désert,amoureuse éperdue d'un dingue bagarreur."

    Le château tombe en ruine,on veut les spolier.Clémence,17 ans,un petit génie,sorte de Léonard de Vinci en herbe,passionnée et rebelle ,surprotège son frère Pierre,15 ans,en osmose avec la nature.Celui a survécu plus jeune à un incendie grâce à Loghauss?Les villageois,superstitieux,adeptes de vieilles légendes le croient.Les chevreuils deviennent agressifs et détruisent tout.Léon a une solution à tout mais n'agit guère.
    Et la tragédie pointe hypocritement son nez.L'émotion étreint le lecteur qui peut cependant s'empêcher de rires à la lecture de scènes cocasses,baroques.
    L'écriture séduisante dès les premières pages vous enveloppe dans un style poétique,ciselé, soutenu par un vocabulaire également très technique:un petit côté Jules Verne!?!
    Quel talent:un livre addictif,remarquable tant par l'écriture que par l'originalité de la narration:EXCELLENT!!!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Extravagant, flamboyant, truculent, picaresque, comique, dramatique, excentrique, épique... et bien-sûr passionnant. Je ne connais pas assez de mots pour qualifier ce magnifique roman de Guillaume Sire, un récit contemporain et cependant hors du temps. Dans un château fort au bord de la ruine,...
    Voir plus

    Extravagant, flamboyant, truculent, picaresque, comique, dramatique, excentrique, épique... et bien-sûr passionnant. Je ne connais pas assez de mots pour qualifier ce magnifique roman de Guillaume Sire, un récit contemporain et cependant hors du temps. Dans un château fort au bord de la ruine, une famille d'aristocrates, complètement désargentée et tout à fait déjantée, m'a fait découvrir la nature sauvage du petit coin de France où elle est ancrée depuis des générations.
    A Palaja, dans les Corbières, se dressent les impressionnantes ruines du château de Montrafet où l'incroyable famille Testasecca survit, comme elle peut, attachée à sa demeure moyenâgeuse. Il y Léon, le père, force de la nature, grand buveur de son vin et de celui des autres, toujours prêt à se battre, idéaliste, têtu, tout en parole et surnommé le Minotaure. Diane, la mère, est bien obligée d'être la tête pensante de la famille et de se débrouiller avec les banques et les administrations tout en assurant l'instruction des enfants. Clémence à 17 ans est une incroyable bricoleuse, pleine de ressources, souvent juchée sur un vieux tracteur, dotée d'un fort caractère, frondeuse qui, par ailleurs, aimerait tant être scolarisée comme les autres. Enfin, il y a Pierre, 15 ans, le doux rêveur, le solitaire, pas vraiment adapté au monde moderne, le chasseur, l'amoureux fou de la nature et de son chien.
    Tous les 4 vont se battre comme des lions pour sauvegarder leur domaine, bataille qui va se terminer par un affrontement avec les gendarmes sur fond d'un gigantesque incendie. L'atmosphère devient de plus en plus lourde, la tension monte, vont-ils céder face à la gendarmerie?
    Avec Contreforts Guillaume Sire nous offre une tragi-comédie en 5 actes, un grand roman d'aventure jubilatoire. Il frôle le conte avec les anciennes superstitions et les légendes des Sinagries. J'ai été emportée par le récit bien rythmé aux phrases courtes et efficaces. Le texte est poétique, ce qui n'empêche pas les scènes cocasses. Les personnages hauts en couleur sont bien campés et attachants. L'amour que Guillaume Sire porte à ce pays des Corbières transperce entre chaque ligne.
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2021/09/13/les-contreforts-de-guillaume-sire/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Emballée je l'avais été par «  avant la longue flamme rouge » l'an dernier, j'ai sauté sur ce nouveau roman, m'attendant au même genre d'épopée lointaine, me faisant découvrir des contrées inconnues et ses habitants typiques.
    Surprise, surprise, le nouveau roman se déroule.. dans le jardin de...
    Voir plus

    Emballée je l'avais été par «  avant la longue flamme rouge » l'an dernier, j'ai sauté sur ce nouveau roman, m'attendant au même genre d'épopée lointaine, me faisant découvrir des contrées inconnues et ses habitants typiques.
    Surprise, surprise, le nouveau roman se déroule.. dans le jardin de ma belle famille, Carcassonne et les Corbières, terre de soleil et de rochers, desséchée par le vent qui y souffle 300 jours par an au moins !
    Sec, c'est le nom de la famille Testasecca, propriétaires d'un château en ruinification, des terres qui l'entourent trop giboyeuses.. !, de vignes produisant un vin recherché, de grottes et de souterrains propices aux jeux des enfants et cousins, une vie bien pleine de rires et de joies, de difficultés également car entretenir ce genre de propriété de nos jours est ruineux, surtout si les seuls revenus sont la production de vins, les stères de bois vendues et les subventions européennes pour lesquelles des dossiers sont toujours en cours de rédaction.
    Léon le père, Diane la mère, Clémence et Pierre les enfants vont faire face à la cupidité locale pour les terrains à bâtir qui leur appartiennent encore, et vont se battre jusqu'à la fin pour sauvegarder ce qui a été dans leur famille depuis des siècles !
    Épopée en cinq actes avec des envolées lyriques, des descriptions de la nature environnante à vous couper le souffle, des combats physiques et métaphysiques, de la rébellion et de la soumission, de tout beaucoup et parfois trop !
    Passionnant car j'ai reconnu des paysages, retrouvé des odeurs, la lavande de garrigue, des parlers du coin, des personnages hauts en couleurs,
    étourdissant dans la plume flamboyante de l'auteur
    exubérant comme le père, tartarin des temps modernes
    troublant comme le fils, timide et renfermé
    magistrales comme les deux femmes, mère et fille qui en fait, gèrent le domaine et réparent des ans l'outrage fait au château et à leur nom.
    Parfois un peu trop, avec ce qu'il faut d'exubérance pour changer le monde en gardant les traditions .
    Merci à netgalley pour cette lecture

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.