Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

"Les Contreforts" de Guillaume Sire : Un clan uni par l'amour d'un lieu et de son environnement

"Un millésime tannique, alliant des arômes boisés à une minéralité énergisante".

"Les Contreforts" de Guillaume Sire : Un clan uni par l'amour d'un lieu et de son environnement

Il y a quelques semaines, nous vous avions parlé du livre Les Contreforts de  Guillaume Sire (Editions Calmann-Lévy) dans le cadre de la rubrique "On aime on vous fait gagner", en vous proposant d’en remporter des exemplaires. Rappelons que Guillaume Sire a été lauréat du Prix Orange du Livre 2020 pour son roman Avant la longue flamme rouge.

Les avis ont commencé à être publiés et aujourd'hui, nous avons le plaisir de partager avec vous la chronique de Nicolemotspourmots … qui donne très envie de découvrir cet ouvrage.

 

L'avis de Nicolemotspourmots :

 

"Guillaume Sire aurait pu commencer ce nouveau roman par "Il était une fois..." mais ce n'est pas parce que le décor est un château que nous avons affaire à un conte de fées. On serait plutôt du côté de l'épopée, de l'odyssée, avec ce qu'il faut de matière pour lorgner du côté des légendes ; en tout cas, avec ce petit décalage extraordinaire qui crée toute la singularité d'une histoire qui se déroule bien de nos jours mais semble hors du temps. Il faut dire que lorsque la maison de famille est un château-fort moyenâgeux planté sur les hauteurs des Corbières, on ne vit pas tout à fait comme tout le monde.

Ce fabuleux endroit, c'est celui des Testasecca. Le baron, Léon, bon vivant, beau parleur et prompt à s'enflammer, un physique de mousquetaire. Sa femme, Diane, ex-parisienne devenue châtelaine, agricultrice et reine de la débrouillardise par amour. Clémence, 17 ans, bricoleuse et bidouilleuse à tout faire. Pierre, 15 ans, as du braconnage. Parce qu'il en faut des idées pour gérer le domaine, les différentes productions agricoles et rafistoler tant bien que mal le château dont les murs menacent de s'effondrer à tout moment. Partir à la chasse aux aides et autres subventions, remplir des formulaires alambiqués, faire du recouvrement de factures auprès de clients indélicats. Non, la vie de château n'a rien de simple contrairement à ce que certains pensent. Mais pour ces quatre-là, c'est le paradis, imaginez un peu le bonheur des enfants qui ont grandi dans cet environnement, personne n'imagine faire autrement. Jusqu'à ce que l'état, un peu aidé par des promoteurs immobiliers, s'en mêle et décide d'exproprier la famille qui n'a pas les moyens d'entretenir correctement le domaine. Hors de question bien sûr pour le quatuor de céder, quitte à déclencher une guerre sans merci pour défendre son bien.

Mais quel souffle dans ce roman ! On y sent toute la puissance de la terre, ou plutôt d'un territoire et de ses fruits. On s'immerge dans une nature omniprésente, vivante, actrice de l'histoire au point d'en devenir incontrôlable. Impossible de ne pas prendre fait et cause pour ces personnages frondeurs et bien décidés à combattre l'injustice seuls contre tous. En filigrane, des débats bien actuels autour de la préservation de l'environnement face aux appétits féroces des bétonneurs. Mais aussi et surtout, une formidable invitation à croire, à laisser faire son imaginaire, à créer ses propres mondes, qui tranche tellement avec les divertissements prémâchés auxquels nous nous adonnons désormais. Dans ce roman, on rencontre un tracteur tout droit sorti de Mad Max, une apprentie McGyver, une démone baptisée Loghaus, on achète une bétonneuse sur Le bon coin pour combler les trous des remparts, on compose avec des hordes de chevreuils déchaînés et on joue les chercheurs d'or. Ah, j'oubliais, on est très porté sur le vin, surtout de la région, le baron ne rêve que de produire le sien. On l'aime gouleyant mais avec du caractère, bien porté sur les fruits noirs avec les tannins longs en bouche. Tout le portrait de ce texte qui se déguste avec un vrai bonheur et une gourmandise un peu coupable puisque, je l'ai dit plus haut, tout ceci n'a rien d'un conte de fées.

Quant à Guillaume Sire, chacune de ses cuvées est une vraie découverte, son écriture épouse à merveille ses sujets, elle se fait ici charnelle teintée d'une pointe de lyrisme pour mieux déployer la puissance romanesque de l'ensemble. On se souviendra de ce millésime tannique, alliant des arômes boisés à une minéralité énergisante. Bravo !"

Merci à Nicolemotspourmots !

Pour découvrir les autres avis sur ce livre, c'est ici : Les Contreforts

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Paroles de lecteurs"

Commentaires (2)