Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le souffle

Couverture du livre « Le souffle » de Dimay Lou aux éditions Blast
  • Date de parution :
  • Editeur : Blast
  • EAN : 9782956773542
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Mon activité professionnelle se répand dans tous les espaces, empiète sur mon sommeil. La masse de travail assomme, le quotidien en acceléré. La fatigue m'entame et engourdit mon indignation et ma vigilance.

C'est à Guède, dans les replis de l'indigo et du pastel, qu'Irène perd le souffle.... Voir plus

Mon activité professionnelle se répand dans tous les espaces, empiète sur mon sommeil. La masse de travail assomme, le quotidien en acceléré. La fatigue m'entame et engourdit mon indignation et ma vigilance.

C'est à Guède, dans les replis de l'indigo et du pastel, qu'Irène perd le souffle. Dans l'entreprise qui l'embauche, la verticalité l'assomme. À mesure qu'elle incorpore les directives qu'elle reçoit et dont elle est relai, elle assiste à son propre effacement. Quelque chose dysfonctionne au bureau : la hiérarchie, les objectifs de la boîte, les rapports de pouvoir entre services et personnes, le sexisme décomplexé. Le climat propice à l'emprise exacerbe l'absurdité et la violence du travail. Les bureaux, comme les cuves où macèrent les couleurs, deviennent un étau. C'est à Guède qu'Irène étouffe et lutte pour retrouver sa voix face au contrôle, mais cela aurait pu être partout ailleurs.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Dans un percutant premier roman, Lou Dimay raconte l’horreur économique. La pression mise sur une cadre supérieure pour réussir un projet industriel sous le regard croisé de ses supérieurs et de ses collaborateurs.

    Irène a quitté sa ville pour un nouvel emploi. En arrivant à Guède, elle...
    Voir plus

    Dans un percutant premier roman, Lou Dimay raconte l’horreur économique. La pression mise sur une cadre supérieure pour réussir un projet industriel sous le regard croisé de ses supérieurs et de ses collaborateurs.

    Irène a quitté sa ville pour un nouvel emploi. En arrivant à Guède, elle trouve un petit hôtel, mais pourra très vite le quitter pour un logement que lui a proposé Jihane, lorsqu'elle s'est rendue compte qu'elle était nouvelle dans la région.
    Côté travail, il y a tout à faire. Son poste d'«interfaceuse» vient d'être créé, dans le but de rassembler les productions d’indigo et de pastel, jusque-là en concurrence. «Notre rôle est de les connecter, de les mettre en synergie pour construire de nouvelles procédures, inventives mais rentables, pour que les teintes produites se diversifient en réponse à la demande du marché.» Projet ambitieux dans lequel elle s'investit totalement sous l'œil de Romuald qui a tracé sa route et avec l'aide de Colombe qui avait un temps lorgné son poste de direction. L'équipe se compose en outre de Camille, Julie, Angèle et Frank. Après les premiers tâtonnements, les problèmes de communication, le projet semble avancer, les rôles bien répartis. Mais la charge de travail devient de plus en plus lourde: «Pause méridienne raccourcie, Sandwich avalé rapidement. Ventres alimentés devant les écrans bleus. Abattre le travail, nourrir les machines, rédaction de conventions, préparation de guides financiers, rapports d'activité intermédiaires, lettres officielles, travaux à superviser, avenants...» Une pression qui transforme les relations, crispe les hiérarchies et pousse au crime. La jalousie vient se mêler à la tension, le sexisme à la rivalité, l'envie à la vengeance.
    Lou Dimay raconte dans ce petit conte cruel la vie de l'entreprise qui, sous couvert de performance et de grands projets, met les cadres sous pression et les pousse à bout. Quand quelqu'un réussit, alors cette personne est mise en lumière. Mais toute lumière déploie sa part d'ombre. Une ombre propice aux tractations secrètes et aux coups bas. Le tout s'achevant dans un bain... d'indigo.
    Ce fulgurant récit de la violence économique gagnerait à être distribué dans toutes les écoles de commerce!
    Seul petit bémol, l’emploi de l’écriture inclusive qui entrave la lisibilité du texte.
    https://urlz.fr/fuSe

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.