Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le pays des autres t.2 ; regardez-nous danser

Couverture du livre « Le pays des autres t.2 ; regardez-nous danser » de Leila Slimani aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072972553
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Année après année, Mathilde revint à la charge. Chaque été, quand soufflait le chergui et que la chaleur, écrasante, lui portait sur les nerfs, elle lançait cette idée de piscine qui révulsait son époux. Ils ne faisaient aucun mal, ils avaient bien le droit de profiter de la vie, eux qui... Voir plus

« Année après année, Mathilde revint à la charge. Chaque été, quand soufflait le chergui et que la chaleur, écrasante, lui portait sur les nerfs, elle lançait cette idée de piscine qui révulsait son époux. Ils ne faisaient aucun mal, ils avaient bien le droit de profiter de la vie, eux qui avaient sacrifié leurs plus belles années à la guerre puis à l'exploitation de cette ferme. Elle voulait cette piscine, elle la voulait en compensation de ses sacrifices, de sa solitude, de sa jeunesse perdue. » 1968 : à force de ténacité, Amine a fait de son domaine aride une entreprise florissante. Il appartient désormais à une nouvelle bourgeoisie qui prospère, fait la fête et croit en des lendemains heureux. Mais le Maroc indépendant peine à fonder son identité nouvelle, déchiré entre les archaïsmes et les tentations illusoires de la modernité occidentale, entre l'obsession de l'image et les plaies de la honte. C'est dans cette période trouble, entre hédonisme et répression, qu'une nouvelle génération va devoir faire des choix. Regardez-nous danser poursuit et enrichit une fresque familiale vibrante d'émotions, incarnée dans des figures inoubliables.

Donner votre avis

Avis (14)

  • Avec « Regardez-nous danser », Leïla Slimani nous offre le deuxième volet de sa saga familiale « Le pays des autres ».
    Après s'être attachée à la figure de sa grand-mère Mathilde, la robuste alsacienne venue au Maroc pour y vivre avec son rigide mari Amine, elle se concentre sur Aïcha, la fille...
    Voir plus

    Avec « Regardez-nous danser », Leïla Slimani nous offre le deuxième volet de sa saga familiale « Le pays des autres ».
    Après s'être attachée à la figure de sa grand-mère Mathilde, la robuste alsacienne venue au Maroc pour y vivre avec son rigide mari Amine, elle se concentre sur Aïcha, la fille du couple et mère de l'écrivaine.
    Même si la figure centrale est bien la jeune femme, étudiante en médecine en cette année 1968 où l'Occident va être traversé par une succession de crises, de nombreux personnages défilent tout au long des quelques 360 pages du récit et l'index les recensant au début du livre est bienvenu.
    Alors que Mathilde se lamente sur les sacrifices faits pour sa famille qui l'ont empêché de se réaliser, Aïcha poursuit ses études de médecine à Strasbourg et se prépare à rentrer au pays. Entre la France en pleine révolte étudiante, prémices d'un individualisme forcené, et le Maroc où le poids des communautés et des traditions est prégnant et le regard des autres toujours inquisiteur, le fossé civilisationnel est vertigineux.
    Sous le regard dubitatif de ses parents, « Aïcha n'était plus tout à fait chez elle ».
    Si Léïla Slimani mêle avec adresse récits intimes et événements historiques dans un Maroc où le roi muselle toutes les oppositions, elle a perdu le souffle romanesque qui faisait le sel du premier opus. L'écriture est un peu plate et les personnages peu attachants (Omar). On a l'impression que l'autrice s'est donné comme objectif d'évoquer tous les thèmes qui lui sont chers : la condition de la femme, la maternité, le poids des traditions et de la religion, les effets de la colonisation... À force, le parti pris de l'exhaustivité atténue la puissance du récit. Après « La Guerre, la guerre, la guerre » j'attends donc beaucoup du prochain volume qui clôturera la trilogie franco-marocaine.

    http://papivore.net/litterature-francophone/critique-regardez-nous-danser-leila-slimani-gallimard/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’ai retrouvé avec grand plaisir les personnages de cette famille et la plume de Leïla Slimani.

    A la fin des années 1960, Amine a transformé, grâce à son travail acharné et son opiniâtreté, son domaine en une entreprise florissante. Et Mathilde, son épouse, va enfin voir son rêve de piscine...
    Voir plus

    J’ai retrouvé avec grand plaisir les personnages de cette famille et la plume de Leïla Slimani.

    A la fin des années 1960, Amine a transformé, grâce à son travail acharné et son opiniâtreté, son domaine en une entreprise florissante. Et Mathilde, son épouse, va enfin voir son rêve de piscine dans son jardin se concrétiser. Aïcha, leur fille, est partie faire ses études de médecine à Strasbourg, ville d’origine de sa mère. Selim, leur fils, peine à trouver une place au sein de la famille et surtout la reconnaissance de son père.

    Dans ce Maroc post-colonial gravitent plusieurs mondes : les plus aisés copient le mode de vie à l’occidentale, les opportunistes cherchent à accéder au cercle proche de la royauté, des intellectuels rêvent de pouvoir changer le fonctionnement de la société et enfin les plus pauvres qui se raccrochent aux traditions même si elles sont archaïques.

    Pourtant tous devront composer avec la chape de plomb imposée par Hassan II, celle-ci impliquant répressions, disparitions et la corruption à tous les niveaux.

    Si Leïla Slimani nous fait découvrir l’histoire du Maroc, elle décrit également parfaitement la psychologie d’une société où tout le monde épie tout le monde avec les troubles que cela peut engendrer chez certains et le désir de fuite chez d’autres.

    J’ai dévoré ce roman en deux jours. J’aurais voulu avoir le troisième tome à portée de main pour connaître la suite. Malheureusement, il va falloir attendre quelques mois pour sa parution.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Après un tome 1 qui s’intéressait surtout aux parents, Amine et Mathilde, nous suivons dans ce roman la vie des deux enfants Aïcha et Selim. Le regard de Leila Slimani toujours aussi juste dans la vie qu’elle donne à ses personnages retient une attention qui parfois fait défaut mais revient ...
    Voir plus

    Après un tome 1 qui s’intéressait surtout aux parents, Amine et Mathilde, nous suivons dans ce roman la vie des deux enfants Aïcha et Selim. Le regard de Leila Slimani toujours aussi juste dans la vie qu’elle donne à ses personnages retient une attention qui parfois fait défaut mais revient plus fort ensuite. Le cadre de vie des enfants est imprégné des évolutions de la société marocaine évoquée avec justesse et subtilité par l’autrice. Le style brillant qu’on lui connaît renforce de façon magistrale une histoire qui sans cela eût pu être banale.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Regardez-nous danser est le deuxième volet de la trilogie d'inspiration familiale démarrée il y a deux ans par Leïla Slimani. le premier, le Pays des autres, était centré sur les grands-parents avec notamment l'installation de l'Alsacienne Mathilde, après son mariage avec le spahi Amine dans une...
    Voir plus

    Regardez-nous danser est le deuxième volet de la trilogie d'inspiration familiale démarrée il y a deux ans par Leïla Slimani. le premier, le Pays des autres, était centré sur les grands-parents avec notamment l'installation de l'Alsacienne Mathilde, après son mariage avec le spahi Amine dans une ferme ingrate de la région de Meknès, juste après la Seconde guerre mondiale. Dans le deuxième, douze ans ont passé et cette fois, le Maroc post colonial vit sous le règne d'Hassan II. L'éclairage est sur la génération suivante, en l'occurence Aïcha et Selim, les enfants de Mathilde et Amine.

    J'ai retrouvé avec bonheur la justesse du regard de Leïla Slimani, toujours à fleur de peau de ses personnages. Elle poursuit avec une acuité toute sensible sa double radioscopie de la famille, à la fois étouffante et protectrice, et d'un pays qui se construit après son indépendance. C'est cette confrontation entre destins individuels et destinée d'un pays qui m'a le plus convaincue, avec au coeur la question passionnante de l'identité.

    En 1968, Maroc et personnages ne sont qu'enchevêtrement de tensions et d'antagonisme entre conservatisme et aspiration à la modernité. le pays peine à se forger une identité propre. le néocolonialisme est insidieux, passant par exemple par des études universitaires dominées par les Européens ( Roland Barthes donne des cours à Rabat ) ou par la nécessité l'exil de la brillante Aïcha en Alsace pour étudier la médecine. Surtout, Leïla Slimani brosse un Maroc obsédé par le paraître et la suspicion, où chacun est soumis aux regards scrutateurs et à la surveillance implacable exercée par le régime autoritaire d'Hassan II qui réprime violemment des manifestations étudiantes tout en essuyant deux tentatives d'attentats régicides dans un pays aux inégalités sociales croissantes.

    Dans ce Maroc, très loin d'un simple décor sans profondeur ni densité, l'auteure montre parfaitement comment la société pénètre dans le microcosme familial, s'insinue dans les trajectoires individuelles, notamment celles des jeunes. Aïcha, Selim et Medhi ( le futur mari d'Aïcha ) aspirent à l'ascenseur social par les études, ou à l'hédonisme, tiraillés en permanence. Comment s'arranger avec soi-même pour arracher son droit à être heureux sans trahir ses rêves dans une société aussi complexe et étouffante ?

    Bizarrement, je n'ai pas été touchée par les personnages des « jeunes », notamment Selim, personnage pourtant intéressant, qui, élevé à l'occidentale, réalise qu'il a été arraché à une culture qu'il ne comprend plus, ni sa famille ni son pays, et se réfugie dans les paradis artificiels d'Essaouira, la hippie. Même chose pour Aïcha et Medhi, malgré les superbes pages finales dans lesquelles Medhi, plus âgé, s'interroge sur sa vie.

    « L'âge ne suffisait pas à effacer les illusions. Tout aurait été tellement plus facile si les idéaux mouraient vraiment. Si le temps les faisait disparaître pour toujours et qu'ils ne trouvaient plus, en votre for intérieur, aucune attache. Mais les illusions restaient là, tapies en vous, quelque part Abimées, flétries. Comme un remords ou une vieille blessure qui se réveille les soirs de mauvais temps. On ne s'en débarrasse pas. On fait semblant d'y être indifférent. Toutes ces années, il avait connu une sorte d'exil intérieur. Survivait en lui une personnalité clandestine, réduite au silence et à l'immobilité, et qu'il ne laissait s'échapper qu'à de très rares occasions. Toute sa vie, plus que des autres, il s'était méfié de lui-même. »

    Certains passages sont superbes mais je n'ai pas retrouvé le mordant et l'acidité du Pays des autres, ou alors de façon occasionnelle grâce au personnage de Mathilde désormais embourgeoisée après une vie à trimer ; et surtout celui de la tante mariée de force, Selma, superbe personnage de renégate toute en sensualité. Je me suis parfois un peu ennuyée, assoupie par un récit parfois sans relief qui peine à sortir d'un classicisme fluide mais sans aspérité. Quelques réserves, donc, mais qui ne n'empêcheront pas de me plonger dans le troisième tome.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Deux ans après "Le pays des autres", c'est un plaisir de retrouver Mathilde et Amine. Cette fois, l'histoire est centrée sur les enfants du couple, Aïcha et Selim et leurs amitiées, leurs amours.
    Toujours le même souffle romanesque, le même plaisir de lecture.

    Deux ans après "Le pays des autres", c'est un plaisir de retrouver Mathilde et Amine. Cette fois, l'histoire est centrée sur les enfants du couple, Aïcha et Selim et leurs amitiées, leurs amours.
    Toujours le même souffle romanesque, le même plaisir de lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’attendais ce deuxième opus avec impatience et c’est avec un grand plaisir que j’ai replongé dans ce Maroc des années 60.

    1956 : l’indépendance du Maroc. Nous avions laissé Mathilde et Amine dans cette ferme du côté de Meknès où ils s’évertuaient à la tâche. Nous les retrouvons douze ans...
    Voir plus

    J’attendais ce deuxième opus avec impatience et c’est avec un grand plaisir que j’ai replongé dans ce Maroc des années 60.

    1956 : l’indépendance du Maroc. Nous avions laissé Mathilde et Amine dans cette ferme du côté de Meknès où ils s’évertuaient à la tâche. Nous les retrouvons douze ans plus tard à la tête d’une florissante exploitation, membres du Rotary club (parce que ça se fait plus que par conviction).

    Ce second tome de la trilogie, c’est celui de la deuxième génération, celle d’Aïcha et de Selim, les enfants. J’évoque la fratrie mais à vrai dire c’est surtout d’Aïcha dont il est question. Elle a grandi, est étudiante en médecine à Strasbourg et se retrouve seule, isolée dans cette ville d’où est originaire sa mère. Elle acquiert son autonomie, devient indépendante, ne fait pas de vague mais forge son caractère.

    Ce roman aborde les rapports des générations de femmes entre elles, mais aussi celui de l’évolution complexe des femmes au Maroc (thème « Slimanien »), celles qui résistent, qui contournent car elles n’ont rien à perdre dans ce pays qui se modernise sous le joug d’un pouvoir de moins en moins démocratique.

    Et puis Regardez-nous danser, c’est le roman d’un homme qui voulait tout révolutionner et qui renoncera par amour (je vous recommande ce livre rien que pour la lettre d’amour que Mehdi adresse à Aïcha qui lui bat froid).

    Dans ce roman tiré de l’histoire familiale de l’autrice, tout est exact mais rien n’est vrai. Encore une fois Leïla Slimani réussit à rendre ces personnages tendrement romanesques en les replaçant dans l’histoire de ce pays plein d’ambivalences et de contradictions.

    La description du Maroc en pleine construction post indépendance est passionnante : les bourgeois qui remplacent les colons, le roi qui tisse sa toile pour tout contrôler (et son représentant zélé qui perd la vue au fur et à mesure qu’il prend conscience des incohérences de sa mission), le pays qui devient le paradis des hippies, le bidonville qui côtoie les jardins des privilégiés.

    Les personnages peuvent paraître nombreux, et je comprends mieux l’index qui leur est dédié en début d’ouvrage (je m’y suis référée à plusieurs reprises au commencement de ma lecture).

    Malgré ce petit bémol, c’est un roman porté par une écriture toujours aussi fluide, pleine de sensibilité et dont il se dégage une certaine mélancolie. Bref j’attends le tome 3 avec impatience !!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Leïla Slimani est une autrice que j'affectionne particulièrement. Sa plume m'envoute à chaque fois. J'aime ses mots, ses phrases et sa façonderaconter des histoires. J'ai lu et aimé chacun de ses romans, tous très différents. J'attendais avec une certaine impatience la sortie de ce dernier. En...
    Voir plus

    Leïla Slimani est une autrice que j'affectionne particulièrement. Sa plume m'envoute à chaque fois. J'aime ses mots, ses phrases et sa façonderaconter des histoires. J'ai lu et aimé chacun de ses romans, tous très différents. J'attendais avec une certaine impatience la sortie de ce dernier. En effet, Regardez-nous danser est le second tome de sa trilogie Le pays des autres. Une saga familiale autobiographique.

    J'ai aimé retrouvé Mathilde et Amine. Voir leur évolution quelques décennies plus tard. Découvrir Aïcha en jeune femme et son frère Selim dans son ombre. En apprendre sur la jeunesse marocaine.

    Le racisme au Maroc, mais aussi en France. Ce que provoque chez les gens l'arrivée de personnes différentes. Vraie dans les années 70 décrit dans le roman, mais vrai encore aujourd'hui. La jalousie au sein de la fratrie. L'émancipation des femmes au Maroc difficile sous le joug patriarcal, l'histoire du pays et là religion. Ce sont les thèmes retrouvé tout au long du récit. L'indépendance du Maroc et ses conséquences sur le peuple marocain est aussi abordé à travers les histoires des personnages.

    Dans ce tome, j'ai été moins prise par les couleurs et les odeurs. Comme Aïcha, j'ai eu quelques difficultés à retrouver une certaine émotion, à retrouver mes marques. Ma sensibilité a été moins touchée, même si cette lecture m'a tout autant emporté. Je ne connais pas le Maroc, et lire cette série est pour moi un dépaysement complet, un voyage.

    "La ville les envahissait, pensée abstraite et obsessionnelle, la ville dont bien souvent ils ne savaient rien. Elle progressait, comme une bête rampante, comme une menace. Chaque semaine, elle paraissait plus proche et ses lumières mangeaient la campagne. La ville était vivante. Elle palpitait, elle avançait et charriait les rumeurs et les rêves malfaisants."

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Voilà la suite du «  pays des autres »
    On y retrouve Mathilde «  l’Alsacienne » ; Amine son époux et leurs deux enfants Aïcha et Sélim
    Ces enfants portent le reflet des transformations que connaît le Maroc dans les années 60.
    Aïcha devient gynécologue alors que nombre de femmes accouchent...
    Voir plus

    Voilà la suite du «  pays des autres »
    On y retrouve Mathilde «  l’Alsacienne » ; Amine son époux et leurs deux enfants Aïcha et Sélim
    Ces enfants portent le reflet des transformations que connaît le Maroc dans les années 60.
    Aïcha devient gynécologue alors que nombre de femmes accouchent encore chez elles et souvent sans aide, et Selim se détourne de la ferme de son père, il ne veut pas vivre comme lui qui a voué sa vie à cette ferme et à son ambition, laissant sa famille avancer autour de son épouse.
    Comme toujours chez Leila Slimani les personnages sont décrits avec une grande finesse. Avec leurs qualités et leurs défauts, chacun se débat entre le conservatisme entourant certaines règles de société et l’évolution de cette société.
    Au-delà de cette histoire familiale, l’Auteure nous plonge dans l’histoire du Maroc, les mouvements politiques, l’opposition au roi, les attentats, le monde paysan, c’est une image du Maroc au sortir du colonialisme.
    Merci à L.Slimani de nous avoir ravi avec ce deuxième roman de la série, c’est toujours un plaisir de la lire.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.