Leila Slimani

Leila Slimani

Leïla Slimani, née le 3 octobre 1981 à Rabat au Maroc, d'une mère franco-algérienne et d'un père marocain, est une journaliste et écrivain franco-marocaine.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (121)

  • Couverture du livre « Chanson douce » de Leila Slimani aux éditions Gallimard

    Cathy13600 sur Chanson douce de Leila Slimani

    Clap de fin pour « Chanson douce » de Leïla Slimani. J'ai enfin lu ce roman et c'est avec le plus grand plaisir que je vous livre mes impressions en concédant que « j'arrive après la bataille » vu le nombre de critiques déjà publiées.
    Ce n'est pas parce qu'un livre reçoit le prix Goncourt que...
    Voir plus

    Clap de fin pour « Chanson douce » de Leïla Slimani. J'ai enfin lu ce roman et c'est avec le plus grand plaisir que je vous livre mes impressions en concédant que « j'arrive après la bataille » vu le nombre de critiques déjà publiées.
    Ce n'est pas parce qu'un livre reçoit le prix Goncourt que je me précipite pour l'acheter mais plutôt parce que les retours de lecture sont positifs ou qu'on me l'a vivement conseillé. Dans le cas présent, c'est une amie qui me l'a recommandé et j'ai donc obtempéré.
    « le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. » Dès les deux premières phrases, le ton est donné. Pas de fioritures. On est le témoin privilégié d'un drame : deux enfants sont morts avec, à leurs côtés, la nounou qui a tenté de se suicider.
    Bienvenu dans ce récit qui commence étonnamment par la fin.
    Le premier chapitre terminé, on remonte le temps à rebours pour essayer de comprendre ce qui s'est passé et les raisons d'un tel carnage.
    On rencontre Paul, Myriam et leurs deux enfants en bas âge, Mila et Adam. La mère, malheureuse dans sa vie de femme au foyer décide de retravailler et de remettre sa robe d'avocat au sein d'un cabinet tenu par Pascal, ancien collègue de faculté.
    Réticent au début, le père accepte néanmoins. Notre jeune couple se met alors à la recherche d'une nounou et trouve « la perle rare » en la personne de Louise qui va vite se rendre indispensable et devenir le pilier de cette famille contemporaine.
    Cette « seconde maman » d'adoption n'est-elle pas trop parfaite ? Que cache son dévouement extrême au point de ne pas avoir de vie privée ? Sa douceur n'est-elle pas le prémices d'une cruauté refoulée qui ne demande qu'à s'exprimer, s'extérioriser ? Vous voulez le savoir ? Lisez cet opus…
    Notre écrivaine a eu la malice de ne pas détailler le crime pour s'épancher sur les mois qui l'ont précédé.
    Elle nous explique que le personnage central a bien été sélectionné avec soin dans l'intérêt des deux bambins. "Pas trop vieille, pas voilée et pas fumeuse"
    La force essentielle de Leïla c'est de réussir, par sa plume fluide, entraînante, captivante à nous embarquer dans un univers tragique, malsain que nous ne pouvons abandonner même si nous connaissons déjà l'horrible dénouement. On s'immerge totalement dans leur quotidien en attendant la vérité…
    L.S dépeint admirablement bien la famille bourgeoise de la société actuelle. A savoir, un couple obnubilé par sa réussite professionnelle. Aimant sa progéniture mais laissant à d'autres, par manque de temps, le soin de l'éduquer.
    Les protagonistes sont représentés comme instables. En disant cela, je pense surtout à Louise dont on s'attend à percer les secrets. On mesure sa fragilité et l'on perçoit sa descente aux enfers.
    J'ai été gênée par le fait que les parents ne remettent pas en question l'attitude étrange de leur employée lors de certaines scènes. Peut-être que l'auteure l'a voulu ainsi pour nous signifier dans quel état de stress et d'aveuglement vivent la majorité d'entre nous ?
    Les chapitres sont courts, écrits de manière rythmée, effrénée ce qui est un atout majeur.
    Après avoir fini les premières pages d'introduction, j'étais certaine de comprendre à la fin le geste fou de cette nourrice. le bouquin définitivement refermé, je n'ai aucune explication et je suis frustrée. Je n'ai pas eu de véritable conclusion ! Snif, snif
    C'est à mon sens, le gros défaut de cette intrique. Madame Slimani, pourquoi nous avoir concocté un final aussi plat ?
    Bon, comment synthétiser mon ressenti ? Je vous dirais que globalement j'ai aimé, je me suis facilement laissée porter par l'histoire. Je tournais les pages avec avidité en espérant y trouver toujours plus de rebondissements. Je ne suis pas sortie indemne de cette histoire mais… Je n'ai pas été bouleversée, oppressée ni tourmenté comme ce à quoi je m'attendais. Il me reste un sentiment d'inachevé.

  • Couverture du livre « Chanson douce » de Leila Slimani aux éditions Gallimard

    kryan soler sur Chanson douce de Leila Slimani

    Ce roman est glaçant! Je l'ai lu d'une traite ou presque vu l'intensité!

    Ce roman est glaçant! Je l'ai lu d'une traite ou presque vu l'intensité!

  • Couverture du livre « Chanson douce » de Leila Slimani aux éditions Gallimard

    WORMSER sur Chanson douce de Leila Slimani

    J'ai longuement hésité avant d'acheter ce livre : une nounou qui tue les enfants qu'elle garde. J'ai moi-même vécu deux aventures avec des nounous qui auraient pu très très mal finir et dans les deux cas nous avons eu une chance inouïe, je craignais de ressentir un stress, un malaise à cette...
    Voir plus

    J'ai longuement hésité avant d'acheter ce livre : une nounou qui tue les enfants qu'elle garde. J'ai moi-même vécu deux aventures avec des nounous qui auraient pu très très mal finir et dans les deux cas nous avons eu une chance inouïe, je craignais de ressentir un stress, un malaise à cette lecture.
    Cet été je n'ai plus de nounou et nous allons nous organiser à la rentrée pour nous en passer définitivement.
    Du coup, je me plonge dans cette oeuvre. Et là une découverte. Une écriture parfaite chaque mot est à sa place pour décrire notre société tout en stimulant notre imaginaire et nos émotions. Je vais lire d'autre livre de cette auteure.

Voir tous les avis

Récemment sur lecteurs.com