On aime, on vous fait gagner des places pour "Chanson douce" au cinéma et le roman de Leïla Slimani !

mardi 05 novembre 2019

L'adaptation à l'écran du Prix Goncourt 2016 est une réussite saisissante...

On aime, on vous fait gagner des places pour "Chanson douce" au cinéma et le roman de Leïla Slimani !

En 2016, Leïla Slimani décrochait le Prix Goncourt avec Chanson douce et était propulsée au rang d’écrivain majeur de la littérature française. Les avis sur ce roman instantanément devenu culte confirment ce statut à part chez celles et ceux qui l’ont lu - et ils sont nombreux comme vous pouvez le constater ici.

L’histoire en quelques mots ? Myriam et Paul ont deux très jeunes enfants ; ils engagent une nounou, Louise, qui leur semble à la fois sérieuse et dévouée. Mais bien vite, cette femme étrange devient envahissante, le malaise s’installe…

 

Trois raisons d’aller voir Chanson douce au cinéma à partir du 27 novembre

Le 27 novembre 2019, Chanson douce est porté à l’écran dans une adaptation réalisée par Lucie Borleteau, avec dans les rôles principaux Karin Viard, Leïla Bekhti et Antoine Reinartz.

Nous avons eu la chance de découvrir le film : le résultat est à la hauteur des attentes suscitées par l’immense succès du roman de Leïla Slimani, et voici pourquoi !

 

Une adaptation ambitieuse… et parfaitement réussie

La réalisatrice Lucie Borleteau a également co-signé l’adaptation du livre, avec Jérémie Elkaïm et Maïwenn. La cinéaste souligne la finesse du parti pris de la romancière : « Chanson douce a quelque chose de magnétique. Je me souviens d’un fort sentiment de vertige, comme face à un puits sans fond. Ce qui est intéressant, c’est que Leïla Slimani ne condamne pas cette criminelle, pas plus que les parents ; j’y ai donc vu une peinture très cruelle de la société actuelle, qui dévore ses enfants ».

Mais cette admiration pour l’œuvre littéraire doit être dépassée au moment de l’adaptation pour en faire un solide scénario de long-métrage. C’est le cas ici, et ceux qui ont lu le livre remarqueront l’absence de certains personnages secondaires, mais aussi une structure chronologiquement différente.

Leïla Slimani s’est même réjouie que l’on ajoute à l’écran des éléments qui n’apparaissaient pas dans le roman. C’est le cas d’une scène du film particulièrement dérangeante (on ne vous en dira pas plus, mais le passage tourne autour d’un pot de chambre…), à propose de laquelle elle confie : « C’est une invention de Jérémie Elkaïm, qui m’a ravie. Cette scène met très mal à l’aise ! »

Le résultat, c’est une vraie œuvre de cinéma, qui éclaire d’une façon puissante et convaincante  le récit et les personnages créés par Leïla Slimani.

 

Karin Viard et Leïla Bekhti, subtiles et magistrales

Au premier rang de ces personnages, on trouve bien sûr Karin Viard dans le rôle de Louise, la nounou, ainsi que Leïla Bekhti dans le rôle de Myriam, la maman, pour un face-à-face qui est l’un des points forts de Chanson douce. Souvent vue dans des rôles sympathiques, drôles ou touchants, Karin Viard se montre sous un jour glaçant et inquiétant. Elle revient sur la démarche qui l’a guidée au moment d’aborder son personnage : « Je me suis dit qu’il ne fallait pas qu’on l’aime, mais qu’il fallait qu’elle nous passionne, nous attire, nous intrigue ».

De son côté, dans le rôle d’une mère qui souhaite revenir à la vie professionnelle mais appréhende le fait de s’éloigner de ses enfants, Leïla Bekhti est tout aussi stupéfiante, capable d’exprimer en un geste ou un regard une multitude de sentiments complexes et parfois contradictoires. L’actrice s’en explique : « J’avais à cœur de faire de Myriam un personnage paradoxal, car elle culpabilise de travailler beaucoup, mais ne peut s’en empêcher ».

Le reste du casting est au diapason, à commencer par Antoine Reinartz dans le rôle de Paul, le père de famille. Mentions spéciales également à la petite fille Assya Da Silva (Mila), incroyablement juste dans les émotions dégagées, et à Noëlle Renaude qui interprète la grand-mère, Sylvie, à la fois agaçante et seule à faire preuve de clairvoyance par rapport à Louise…

 

Un film singulier et inclassable

A l’instar du roman de Leïla Slimani, le film Chanson douce de Lucie Borleteau est assez inclassable, jouant subtilement avec les codes de différents genres cinématographiques. On semble parfois s’installer dans une sorte de chronique d’un quotidien familier et parfois même léger, avant de glisser vers le drame ou le thriller psychologique.

Quand le récit bascule dans l’angoisse et touche au film d’horreur ou d’épouvante, le résultat est d’autant plus saisissant que la tonalité du film et sa photographie nous placent dans une forme de confort. La réalisatrice revient sur cette dimension : « C’est un film où les pires événements se passent en plein jour. L’angoisse dans Chanson douce vient de choses très quotidiennes. Avec Alexis Kavyrchine (NDLR : directeur de la directeur de la photo), nous avons cherché à bousculer l’imagerie du film d’horreur, avec des couleurs vives même en nuit. Je voulais que les mouvements de caméra donnent la sensation d’une caresse, comme pour faire écho à l’envoûtement que procure Louise. C’est un aspect plus accentué que dans le roman, mais cette femme a parfois des reflets lointains de femme-sorcière. C’est une façon de faire rentrer du merveilleux ou de l’étrange dans un récit réaliste, urbain et quotidien. »

 

Bande-annonce officielle de Chanson Douce, au cinéma le 27 novembre 2019

 

On aime, on vous fait gagner des places de cinéma pour Chanson douce et des exemplaires du roman de Leïla Slimani !

En partenariat avec Studiocanal, nous vous offrons la possibilité de gagner des lots de 2 places pour aller voir le film Chanson douce, au cinéma à partir du 27 novembre 2019. Et grâce aux éditions Gallimard, si vous le préférez, vous pouvez jouer plutôt pour recevoir un exemplaire du roman de Leïla Slimani (Folio).

Pour participer, dites-nous ce qui vous attire dans ce film ou dans le roman, et précisez-nous bien en commentaire ci-dessous pour quel lot vous jouez.

N’oubliez pas que pour participer et poster votre commentaire, vous devez être connecté avec votre profil, et l'avoir complété avec au moins vos 10 livres préférés et quelques avis sur vos lectures. Attention, pensez à vérifier que vos coordonnées (nom, prénom, adresse) sont bien inscrites dans votre profil. Vous avez jusqu’au 24 novembre.

 

© Photos : Jean-Claude Lother

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Partenariat"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Chanson douce » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions