Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le complot contre l'Amérique

Couverture du livre « Le complot contre l'Amérique » de Philip Roth aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070337903
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Lorsque le célèbre aviateur Charles Lindbergh battit le président Roosevelt aux élections présidentielles de 1940, la peur s'empara des Juifs américains. Non seulement Lindbergh avait, dans son discours radiophonique à la nation, reproché aux Juifs de pousser l'Amérique à entreprendre une guerre... Voir plus

Lorsque le célèbre aviateur Charles Lindbergh battit le président Roosevelt aux élections présidentielles de 1940, la peur s'empara des Juifs américains. Non seulement Lindbergh avait, dans son discours radiophonique à la nation, reproché aux Juifs de pousser l'Amérique à entreprendre une guerre inutile avec l'Allemagne nazie, mais, en devenant trente-troisième président des États-Unis, il s'empressa de signer un pacte de non-agression avec Hitler. Alors la terreur pénétra dans les foyers juifs, notamment dans celui de la famille Roth.
Ce contexte sert de décor historique au Complot contre l'Amérique, un roman où Philip Roth, qui avait sept ans à l'époque, raconte ce que vécut et ressentit sa famille - et des millions de familles semblables dans tout le pays - lors des lourdes années où s'exerça la présidence de Lindbergh, quand les citoyens américains qui étaient aussi des Juifs avaient de bonnes raisons de craindre le pire. Ce faisant, il nous offre un nouveau chef-d'oeuvre.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (11)

  • Merci Mr Roth. Ce livre est une très belle oeuvre, et si l'histoire avait été différente elle aurait brisée bien des jeunes gens innocents. La Grande et la petite Histoire s'entremele, sa vie de famille autobiographique, la corruption, la soif de pouvoir tout y est.
    Une belle écriture fluide...
    Voir plus

    Merci Mr Roth. Ce livre est une très belle oeuvre, et si l'histoire avait été différente elle aurait brisée bien des jeunes gens innocents. La Grande et la petite Histoire s'entremele, sa vie de famille autobiographique, la corruption, la soif de pouvoir tout y est.
    Une belle écriture fluide qui m'a séduit de bout en bout

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après la lecture de ce Complot contre l'Amérique, il ne fait plus aucun doute que Philip Roth eut été un excellent prix Nobel de littérature. Dans cette uchronie dystopique, l'écrivain américain nous invite à réfléchir sur la place de l'antisémitisme aux Etats-Unis dans les années 40 à travers...
    Voir plus

    Après la lecture de ce Complot contre l'Amérique, il ne fait plus aucun doute que Philip Roth eut été un excellent prix Nobel de littérature. Dans cette uchronie dystopique, l'écrivain américain nous invite à réfléchir sur la place de l'antisémitisme aux Etats-Unis dans les années 40 à travers la figure
    emblématique de Charles Lindbergh. L'image de l'aviateur célèbre s'efface peu à peu devant un personnage trouble, ambiguë, animé par un antisémitisme forcené. Philip Roth situe l'action de son roman en 1940 : en Europe, la guerre point; aux Etats-Unis, Charles Lindbergh vient d'être élu Président. Antisémite et germanophile, son élection provoque stupeur et inquiétude parmi les juifs américains. Aidé par une écriture splendide et lumineuse, le Complot contre l'Amérique brouille habilement les pistes entre fiction et réalité. L'occasion pour Philip Roth d'exorciser ses propres angoisses, et de dresser un portrait pour le moins inhabituel de l'Amérique des années 40.Merci à lecteurs.com pour cette superbe découverte!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Charles Lindbergh, premier homme a avoir réussi à traverser l'Atlantique Nord en avion quelques années auparavant et fort de sa notoriété, se présente contre Franklin Delano Roosevelt aux élections présidentielles de 1940 et l'emporte. Gros bémol, Lindbergh est considéré comme antisémite et...
    Voir plus

    Charles Lindbergh, premier homme a avoir réussi à traverser l'Atlantique Nord en avion quelques années auparavant et fort de sa notoriété, se présente contre Franklin Delano Roosevelt aux élections présidentielles de 1940 et l'emporte. Gros bémol, Lindbergh est considéré comme antisémite et partisan de la cause nazi. Dés lors la communauté juive à travers ses plus éminents personnages, à l'exception du Rabbin Bengelsdorf et de quelques autres, ressentent une peur légitime et commencent à protester contre le nouveau Président. Philip Roth âgé alors de 7 ans se place comme narrateur de ce roman où il place sa famille, ses amis.
    C'est un véritable défi que relève l'auteur dans ce roman, imaginer le sort de l'Amérique au début de la Seconde guerre mondiale différent de la véritable histoire, le narrer à travers le quotidien de ses parents, celui de son frère, de ses amis, de son entourage juif. Et j'avoue que je me suis laissé prendre à lire ce roman comme s'il s'agissait d'une histoire vraie.
    Tout paraît possible, probable, effrayant, placé les Etats-Unis au même titre que les pays occupés par les Allemands, à l'exception près qu'il n'y a pas de troupes allemandes, mais l'unique promesse de Lindbergh de maintenir la paix dans son pays, semble être une éventualité sérieuse.
    Tout au long de ce roman, les aventures du jeune Philip, les tracasseries quotidiennes de sa famille, sur fond de la politique du nouveau gouvernement qui commence à mettre en place des dispositifs pour séparer les familles juives de leur communauté, sont développes.
    L'auteur manie merveilleusement bien l'art de la description pour toutes les situations que ce soit vécu directement par lui-même ou par son entourage dans son imagination, c'est un plaisir mais aussi parfois un peu long, cependant nécessaire pour la bonne compréhension, la prise de conscience.
    Le génie imaginatif de Philip Roth prend toute sa valeur lorsque nous approchons de la fin de l'histoire, j'oserai dire qu'il a habité son sujet.
    C'est le premier roman de cet écrivain que je lis tenté que j'étais par le sujet, mais surpris par la vision, l'appréhension de celui-ci, je m'attendais à une ingérence plus soutenue de l'Allemagne nazie à une version de la vraie Histoire totalement bousculée. Il n'en a rien été et c'est d'autant plus marquant vécu de l'intérieur comme il l'écrit. Et si cela avait été le cas ? Que serait notre monde aujourd'hui ?
    Et par extension, ce qui est décrit dans ce roman pourrait malheureusement se prêter à toutes les franges de la population dès lors que l'on veuille pour un quelconque prétexte s'en débarrasser.
    Un important bonus en fin d'ouvrage, ce sont les résumés biographiques des personnages les plus importants mais aussi de certains personnages moins connus de la grande histoire.
    Je remercie Lecteurs.com et les Editions Gallimard pour m'avoir offert ce livre et aussi Philip Roth pour sa créativité, son imagination, sa culture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Newark, New-Jersey, 1940- Charles Lindberg, héros de l'aviation suite à sa traversée de l'Atlantique en solitaire à bord du Spirit of Saint-Louis, devient le 33ème président des Etats-Unis en battant F.D.Roosevelt.
    Pro Nazi décoré de la Croix de l'Aigle Allemand et isolationniste, il signe une...
    Voir plus

    Newark, New-Jersey, 1940- Charles Lindberg, héros de l'aviation suite à sa traversée de l'Atlantique en solitaire à bord du Spirit of Saint-Louis, devient le 33ème président des Etats-Unis en battant F.D.Roosevelt.
    Pro Nazi décoré de la Croix de l'Aigle Allemand et isolationniste, il signe une fois élu, un pacte de non-agression avec Hitler.
    C'est à travers les yeux de Philip, enfant juif de 7 ans, que nous découvrons ce qu'aurait pu être l'Amérique si cela était réellement arrivé.

    L'illusion est parfaite, Philip Roth réussi le pari de nous plonger dans l'ambiance des années 40 et de nous faire ressentir la peur qui aurait pu être celle de millions de familles juives vivants aux Etats-Unis.

    Le seul petit bémol est, à mon avis, que le point de vue du petit Philip sur ce qui se trame autour de lui est beaucoup trop "adulte" pour un enfant de cet âge là, ce qui par moment peut être dérangeant "Le fait que Lindberg n'ait pas parlé des Juifs dans son discours d'investiture pouvait être de bon augure, me disais-je". Vraiment ? Est ce qu'un enfant de 7 ans peut se faire ce genre de réflexion ?

    Le post-scriptum est très utile si comme moi on aime aller plus loin dans sa lecture et connaitre la véritable biographie des personnages historiques présent dans le roman. Le discours de Lindberg, quant à lui, fait froid dans le dos et nous rappelle qu'un rien peut faire basculer l'Histoire...

    Mon premier Philip Roth et je suis conquise !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Uchronie et auto fiction,tout un programme littéraire que ce somptueux roman de Philippe Roth !
    Reconstruction fictive de l'Histoire avec des faits tels qu'ils auraient pu se produire, mâtinée d'un croisement entre récit réel de la vie de l'auteur et récit fictif explorant une expérience vécue...
    Voir plus

    Uchronie et auto fiction,tout un programme littéraire que ce somptueux roman de Philippe Roth !
    Reconstruction fictive de l'Histoire avec des faits tels qu'ils auraient pu se produire, mâtinée d'un croisement entre récit réel de la vie de l'auteur et récit fictif explorant une expérience vécue par lui.
    Dans cette création littéraire, le point de divergence, instant où le cours de l'Histoire réelle est modifié, se situe lors des élections présidentielles de 1940 lorsque le célèbre aviateur Lindbergh l'emporte sur le président sortant, le démocrate FD Roosevelt.
    Philippe Roth se replace dans cette période charnière, ainsi que sa famille "des gens ordinaires, juifs par hasard". Alors âgé de 7 ans, c'est à hauteur d'enfant qu'il narre le destin de sa famille et le ressenti de la communauté juive entre 1939 et 1942.
    Et donc, c'est l'arrivée au pouvoir de Lindbergh, véritable héros national par ailleurs du fait de ses exploits en tant qu'aviateur, , Lindbergh , partisan d'une neutralité bienveillante envers l'Allemagne nazie, c'est bien lui qui vient perturber l'existence du petit Philippe et de sa famille. Une famille dès lors divisée, dans laquelle on retrouve les mêmes dissensions que dans la communauté juive, entre les pro et les anti-Lindbergh.
    Et à la tête de cette famille, le père Herman, l'homme fort et combatif, qui revendique totalement son identité américaine d'abord .
    Il assiste à la montée de la violence antisémite dans son pays et dès lors craint le pire, au regard de ce qui se passe en Europe.
    "la terreur de l'imprévu, voilà ce qu'occulte la science de l'Histoire, qui fait d'un désastre une épopée".
    Fin de l'enfance pour Philippe, début d'une forme de fatalisme cruel pour Herman qui fait l'amer constat qu'il n'est plus maître de son destin et que les événements viennent de le priver de sa capacité à diriger sa vie.
    Roman quasi visionnaire si l'on établit certain parallèle avec des dirigeants actuels !
    Ainsi, le Lindbergh du roman, isolationniste, germanophile ( le vrai Lindbergh l'était aussi) ....l'AFC ( American First Committee) groupe de pression noyauté par des antisémites, réclamant la neutralité des Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale . Leur slogan "America First".
    On ne peut s'empêcher de penser à un certain D. Trump et à certaines de ses lignes directrices et à "Make America great again". Et cela donne à réfléchir sur la fragilité des démocraties en général et de l'Amérique en particulier.
    De nombreux passages bouleversants dans ce roman "politico-romanesque" : ainsi l'émotion de Herman devant la plaque se référant au discours de Lincoln (Gettysburg 1863) sur l'égalité entre les hommes et la nécessité de la liberté.
    Le maintien de la démocratie est un combat perpétuel, car la "bête" est toujours vivante et à l'affût.
    Ce roman est une merveille, un enchevêtrement si brillant de détails réels et fictifs pour une démonstration efficace et laminante de la montée d'une terreur perverse.
    Une histoire si crédible que l'on se prend à imaginer qu'elle aurait pu arriver..... qu'elle pourrait encore arriver ......

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mille mercis à lecteurs.com pour ce livre formidable ! Premier livre du grand M. Philip Roth que je lis, j’ai été saisi par la capacité de l’écrivain américain à mélanger si habilement la grande Histoire et la petite Histoire, qui plus est dans une uchronie. Comme l’a dit Pascal dans ses...
    Voir plus

    Mille mercis à lecteurs.com pour ce livre formidable ! Premier livre du grand M. Philip Roth que je lis, j’ai été saisi par la capacité de l’écrivain américain à mélanger si habilement la grande Histoire et la petite Histoire, qui plus est dans une uchronie. Comme l’a dit Pascal dans ses Pensées, « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé ». Ici, ce n’est point la taille du nez de la reine égyptienne qui est en jeu, mais l’élection en 1940 de Charles Lindbergh à la présidence des Etats-Unis, vainqueur de Franklin Delano Roosevelt. Résultat, la face de la terre change, l’Amérique devient l’allié des nazis, Ribbentrop est reçu en grandes pompes à la Maison Blanche, un Bureau d’Assimilation est créé, suite du programme des Gens parmi d’Autres, qui rappelle les premières mesures prises à l’encontre du peuple Juif par les nazis, et fait craindre le pire à la communauté juif de Newark, au sein duquel grandit le jeune Philip Roth, âgé de 7 ans au début de ce récit.

    Ensuite, tout au long des plus de 500 pages de ce complot contre l’Amérique, le narrateur nous fait vivre les souvenirs de cette jeunesse fictive, en mêlant habilement le faux au vrai, en nous permettant de frissonner en se disant qu’après tout, il n’a pas tenu à grand-chose que ce passé n’advienne, et à nous interroger sur les rapprochements avec la réalité d’autres époques. J’ai lu qu’à sa sortie, le rapprochement avec la politique de Bush Junior a été effectué, tout comme après l’élection de Trump, candidat improbable partageant quelques points communs avec Lindbergh, comme la fortune, l’avion privée, l’isolationnisme, ou encore le « America First ». Je ne pense pas que cela soit pertinent, mais il n’en est pas moins vrai qu’en matière d’histoire, l’imprévisibilité règne, et que les chaînes causales menant à un évènement ne sont parfaitement lisible qu’après qu’il se soit produit. Avant, il ne s’agit que d’hypothèses ou de possibles non encore advenus. La grande réussite de ce roman est de nous faire vivre un passé qui n’a pas eu lieu et de le rendre crédible, en mêlant les vrais souvenirs de son enfance, de sa famille, de sa communauté, et des personnalités historiques de l’époque, aux faux souvenirs issues de son imagination, sur ce nouveau régime américain et les funestes conséquences de celui-ci.

    Quant au talent de M. Roth comme écrivain, il est indéniable. Je n’ai pas d’autres références puisque c’est le premier livre de lui que je lis, mais j’ai noté nombre de passages admirables, et adoré sa facilité à changer de point de vue, et à nous plonger dans le regard de cet enfant. Une scène particulièrement réussie, la bataille entre le père et le cousin, où il ne nous raconte pas l’effroyable bagarre mais se focalise sur ces conséquences, sur les dégâts infligés aux deux protagonistes ainsi qu’au mobilier de la résidence familiale, comme le guéridon en acajou sombre et au plateau de verre de sa mère, réduit en miette par l’inimitable poussée de violences. Qui se produit au moment où la situation politique du récit amène aux pogroms contre les juifs après la disparition de Lindbergh, dont on les accuse évidemment. Bref, il y a là un savoir-faire dans la narration et dans la construction du récit digne des plus grands, et je ne manquerai pas de poursuivre mon exploration de l’univers du fils de Bess et Herman Roth, de ce petit juif du quartier de Weequahic devenu un écrivain à la renommée mondiale.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Novembre 1940 aux Etats-Unis, Roosevelt n’est pas réélu Président pour un troisième mandat. Charles Lindbergh prend la tête du pays. Cet aviateur à la fois héros grâce à ces exploits aéronautiques et martyr après l’enlèvement et la meurtre de son enfant devient le trente-troisième Président....
    Voir plus

    Novembre 1940 aux Etats-Unis, Roosevelt n’est pas réélu Président pour un troisième mandat. Charles Lindbergh prend la tête du pays. Cet aviateur à la fois héros grâce à ces exploits aéronautiques et martyr après l’enlèvement et la meurtre de son enfant devient le trente-troisième Président. L’un de ses premiers actes sera de signer un pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie d’Hitler. La peur s’empare alors des Juifs américains et la famille Roth se retrouve embarquée dans une page d’histoire terrifiante.

    Sur cette trame inventée qui ressemble à un cauchemar, Philip Roth entraîne le lecteur dans une Amérique hantée par l’antisémitisme et dans les pas d’une famille, la sienne, qui se déchire et dont les pires craintes vont se réaliser durant le temps que va durer la présidence de Lindbergh.

    J’avoue avoir été déconcertée au début de ma lecture. Ce roman me semble être à part dans l’œuvre de Philip Roth (du moins pour ce que j’en connais). Plus sombre, sans trace de cet humour qui caractérise les livres que j’ai lus jusqu’ici, ce récit est habité par une véritable inquiétude qui laisse transparaître les préoccupations de l’auteur à travers cette histoire qui se passe en 1940 mais dans laquelle on ne peut s’empêcher de voir une certaine universalité. 

    Racontée du point de vu d’un Philip de 7 à 9 ans pour lequel beaucoup de choses restent incompréhensibles, le récit met en scène des personnages qui vont être confrontés à des choix cruciaux. La famille se déchire assez vite entre les parents Roth révoltés par ce qui se passe dans leur pays et le fils aîné Sandy qui soutient les actions de Lindbergh et qui s’oppose à ses parents entraîné par sa tante. Alors que les persécutions se font de plus en plus précises et que les violences envers les juifs sont de plus en plus nombreuses, le pays et la famille Roth avec lui sont entraînés dans une spirale de terreur. La tension monte tout au long du livre faisant vivre au lecteur de véritables moments d’angoisse, l’amenant presque à oublier qu’il ne s’agit pas de la véritable histoire. Le récit est d’autant plus crédible qu’il est raconté à hauteur d’un enfant pour qui de multiples moments personnels vont aussi être des drames (la perte de son album de timbres, le départ de son petit voisin et de sa mère pour lequel Philip va se sentir coupable, la bagarre sanglante qui éclate entre son père et le cousin Alvin). 

    La fin m’a parue par contre un peu expédiée, avec cette étrange justification de l’arrivée au pouvoir et des actes de Lindbergh qui m’a laissée un peu pantoise  et sceptique. La part qui selon moi serait la moins vraisemblable dans un récit qui semble par ailleurs terriblement possible.

    Indispensables à lire en fin d’ouvrage, la véritable chronologie des faits et les biographies des personnages du livre qui permettent de faire la part de l’inventé et du réel et qui remettent en perspective les faits racontés dans le roman. Ainsi du discours antisémite de Lindbergh qu’il a réellement prononcé en 1941.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Philip Roth est un grand auteur Américain.Avant de s'essayer à l'écriture au début des années 60 ,il enseigne l'écriture et les lettres dans différentes universités.

    Il a reçu de nombreux prix(25).Son oeuvre est un mélange de fiction et d'autobiographie.C'est pour cela que l'on dit souvent de...
    Voir plus

    Philip Roth est un grand auteur Américain.Avant de s'essayer à l'écriture au début des années 60 ,il enseigne l'écriture et les lettres dans différentes universités.

    Il a reçu de nombreux prix(25).Son oeuvre est un mélange de fiction et d'autobiographie.C'est pour cela que l'on dit souvent de lui qu'il est le maitre de l'auto fiction. Parfois il aime même s'exprimer en utilisant un style satirique.

    "Le complot contre l'Amérique"sorti en 2004 et qui a été aussi adapté en série visible sur 0CS est une uchronie. L'auteur est donc parti d'une situation historique existante et il en a modifié l'issue pour ensuite en imaginer les différentes conséquences possibles.

    Nous allons donc suivre Philip (l'auteur lui même qui va être le narrateur du récit) âgé de 7 à 9 ans , l'histoire se déroulant de juin 1940 à octobre 1942.Il vit plutôt paisiblement dans un quartier de la petite classe moyenne juive de Newark, ville portuaire du New Jersey au sein d'une famille aimante.Pour lui sa patrie est l'Amérique jusqu'au jour où tout changea en 1940 suite à l'élection du nouveau président des Etats unis Charles Lindbergh, le célèbre aviateur.Ce dernier est reconnu comme étant isolationniste et antisémite et ne cachant pas sa sympathie pour Hitler.Il dit ne pas vouloir perdre ses jeunes et surtout il veut établir une neutralité pour épargner au pays les affres d'une nouvelle grande guerre.
    Cela va être le début pour Phil de ressentir ses premières angoisses et peurs car il va se rendre compte qu'être juif en cette période difficile n'est pas simple tous les jours.Il va être confronté à l'hystérie, l'ignorance, la malveillance, la bêtise, la haine, le mensonge, la cruauté, la folie.Cela va devenir son quotidien même si ses parents le protègent au mieux.
    C'est un point de vue intéressant de vivre cette histoire au travers des yeux d'un enfant.
    Même s'il s'agit d'une fiction ,des évènements y sont relatés avec précisions.(faits, discours ,rencontres....)Et c'est ce mélange très bien orchestré ,où on ne sait plus trop ce qui est réel ou non, qui m'a embarqué.On arrive même à y croire.
    Malgré les 514 pages ,j'ai avancé assez rapidement dans ma lecture car j'avais envie de savoir comment la situation allait évoluer et sur quel évènement historique la page allait se tourner.Vers la fin j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs du fait de l'enchainement des évènements et du nombre importants de personnages mais j'ai été ravie de découvrir cet auteur.Il sait très bien jongler entre la fiction et la réalité et son histoire tient bien la route.
    Un petit plus nous est apporté par Philip Roth sur une quarantaine de pages en fin de livre.Il nous adresse un post scriptum dans lequel il y a la chronologie véritable des personnages principaux cela nous permettant de savoir où s'arrête l'histoire et où intervient l'imagination.On se rend compte alors du travail effectué.
    Je conseille donc vivement cette lecture et je découvrirai avec plaisir ses autres romans.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.