Philip Roth

Philip Roth
Après une enfance passée à Newark, ville portuaire proche de Manhattan, dont est également issu l'écrivain Nick Tosches, Philip Roth étudie à l'université. Son mariage, qui tourne au désastre, est à l'origine des thèmes de ses premiers romans qui soulèveront la polémique, à cause de leur caractèr... Voir plus
Après une enfance passée à Newark, ville portuaire proche de Manhattan, dont est également issu l'écrivain Nick Tosches, Philip Roth étudie à l'université. Son mariage, qui tourne au désastre, est à l'origine des thèmes de ses premiers romans qui soulèveront la polémique, à cause de leur caractère cru et provocateur comme 'Portnoy et son complexe'. Malgré le scandale, Roth est très vite considéré comme un auteur influent. L'écrivain s'engage alors dans ce qu'il définit lui-même comme un combat avec 'les femmes, les rabbins, les hommes politiques, les psychanalystes et les critiques littéraires'. L'oeuvre de Roth, bien qu'essentiellement autobiographique, mélange les genres et passe sans retenue de la fiction à la confession, dans un style jubilatoire.

Articles (6)

  • La fin du pénis : trois romans pour saluer le génie de Philip Roth
    La fin du pénis : trois romans pour saluer le génie de Philip Roth

    L'immense romancier américain s'est éteint : que lire de Philip Roth ?

  • Entretien avec Vincent Jaury, fondateur de la revue "Transfuge"
    Entretien avec Vincent Jaury, fondateur de "Transfuge"

    En 2004, il crée Transfuge avec peu de moyen, un ami et contre l’avis de tous. L’idée est simple : rendre à l’exercice de la critique ses lettres de noblesse et s’attacher à l’approche esthétique des œuvres littéraires et cinématographiques. Grâce à son talent, à sa générosité et à son énergie, Vincent Jaury a fait de Transfuge l’un des meilleurs magazines culturels d’aujourd’hui.

  • Interview de Simonetta Greggio à propos de Dolce Vita
    Dolce Vita : 1959-1979

    De Mastroianni aux Brigades rouges, la Dolce Vita de Simonetta Greggio raconte toute l’histoire de l’Italie des années de plomb. Magistral, fascinant, ambitieux, le roman a manqué d’une voix le prestigieux Prix Renaudot, mais a reçu le Prix européen Madeleine Zepter. 

  • Philip Roth
    Philip Roth

    Ecrivain américain né le 19 mars 1933 à Newark, dans le New Jersey, Philip Roth est une figure emblématique du monde littéraire international et considéré comme un des principaux représentants du courant post-moderne de la littérature américaine.

Voir tous les articles

Avis (44)

  • Couverture du livre « Le complot contre l'Amérique » de Philip Roth aux éditions Gallimard

    Nicole Grundlinger sur Le complot contre l'Amérique de Philip Roth

    Comment parler d'une telle claque littéraire ? Comment expliquer cette sensation très particulière qui prend d'abord au niveau du plexus, se diffuse ensuite au creux du ventre avant de venir exploser dans les poumons en une sorte de jubilation ? Ce doit être l'effet produit par un chef d’œuvre....
    Voir plus

    Comment parler d'une telle claque littéraire ? Comment expliquer cette sensation très particulière qui prend d'abord au niveau du plexus, se diffuse ensuite au creux du ventre avant de venir exploser dans les poumons en une sorte de jubilation ? Ce doit être l'effet produit par un chef d’œuvre. Oui, un chef d’œuvre, ce mot trop souvent galvaudé et que j'hésite tant à employer mais qui s'impose naturellement pour parler de ce roman. Avec ce sentiment que, si je ne l'avais pas lu, j'aurais vraiment raté quelque chose.

    Le complot contre l'Amérique est une uchronie qui fait douloureusement écho au présent dans son auscultation des États-Unis. Publié initialement en 2004, ce roman, en modifiant le passé à un moment clé pour l'ensemble du monde, offre un angle de vue aussi puissant qu'intelligent sur les ressorts psychologiques qui entraînent les individus et peuvent modifier le sens de l'Histoire. Et, effet encore plus étonnant, il semble incroyablement prémonitoire à l'aune des comportements que nous connaissons aujourd'hui.

    Philip Roth se souvient ici de l'année 1940, qui vit Charles Lindbergh gagner les élections présidentielles face à Roosevelt candidat à sa propre succession. Célèbre aviateur, douloureusement frappé par le destin (cf. l'enlèvement de son fils) et connu pour ses sympathies affichées pour le régime d'Hitler qu'il est même allé saluer en Allemagne en 1936. Si Lindbergh a gagné ces élections, c'est sur la promesse de ne pas entrainer les États-Unis dans un nouveau conflit mondial. Ne pas s'en mêler. Conclure un pacte avec les forces de l'Axe et les laisser se débrouiller. On imagine bien la panique au sein de l'importante communauté juive américaine. On connaît les objectifs affichés par Hitler et ses amis. Ne pas s'engager contre, c'est quelque part approuver. Et ouvrir la porte à tous les excès, y compris sur un territoire choisi par beaucoup pour ses idéaux de liberté, de sécurité et de démocratie.

    A travers l'histoire de la famille Roth au cours de la présidence Lindbergh, l'auteur propose une analyse particulièrement fine et clairvoyante de ce qui motive, inspire, entraîne un individu. A l'intérieur même de la communauté juive, les avis divergent. Certains sont persuadés que le pire est à craindre et que bientôt, le drapeau à croix gammée flottera sur le Capitole. Leur salut consiste à passer au Canada qui lui, est entré en guerre aux côtés du Royaume-Uni. D'autres prêchent pour l'intégration, le profil bas, l'assimilation... On est en Amérique, quand même, rien de grave ne peut arriver pensent-ils. Dans la famille Roth, le père refuse de céder aux injonctions de sa femme : hors de question de fuir, la communauté de Newark est la sienne, il est un américain comme les autres. On assiste peu à peu à la mise en place de mesures concernant les Juifs qui, de façon bien plus insidieuse que ce que l'on connait de l'autre côté de l'Atlantique tissent une toile malsaine et font céder certaines des digues qui présidaient jusque-là à la cohésion de la société.

    La pensée, le libre-arbitre, la capacité à se faire une opinion face aux mécanismes de propagande, tout ceci est exploré de façon brillante et quelque peu terrifiante. Car il ne s'agit pas de science-fiction. Les décisions prises ne relèvent en rien de l'exceptionnel ou du spectaculaire. Les réactions des uns et des autres sont terriblement humaines. L'égoïsme, le racisme, l'égocentrisme, la peur de l'autre, le réflexe de protectionnisme... Le romancier n'a pas besoin de trop d'imagination, il suffit de puiser dans le terreau des sentiments humains. Et d'observer. La propagande, le populisme, l'aveuglement volontaire. Dans ce que décrit Roth, tout est vrai. A un tout petit détail près. Tout est vrai encore aujourd'hui. Les ressorts sont les mêmes. C'est extrêmement troublant.

    Après la lecture de ces Mémoires, on est à la fois soulagé de lire les biographies réelles des personnages cités et frappé par la finesse du fil qui tisse les valeurs de la démocratie et de la liberté. Frappé par la facilité et la vitesse avec lesquelles le monde peut changer. Sur un malentendu par exemple. Décontenancé de constater, une fois encore, la complexité, la faillibilité de la nature humaine. Impressionné par cette brillante démonstration. Et pas très rassuré...

    Le complot contre l'Amérique est à ranger définitivement dans la catégorie des lectures indispensables. Celles qui vous éclairent, vous bousculent, vous transforment, peut-être.

  • Couverture du livre « La tache » de Philip Roth aux éditions Gallimard

    Zaza sur La tache de Philip Roth

    Je découvre cet auteur disparu cette année avec le roman "la tache". Livre dont l'histoire se déroule aux Etats Unis où l'on découvre la vie d'un ancien doyen de faculté qui a démissionné suite à des propos racistes.
    J'ai trouvé l'écriture assez dense, chargé de vocabulaire avec énormément de...
    Voir plus

    Je découvre cet auteur disparu cette année avec le roman "la tache". Livre dont l'histoire se déroule aux Etats Unis où l'on découvre la vie d'un ancien doyen de faculté qui a démissionné suite à des propos racistes.
    J'ai trouvé l'écriture assez dense, chargé de vocabulaire avec énormément de description, et des passages un peu long. J'ai apprécié les personnages, leur histoire et les réflexions que l'auteur se pose sur l'existence et les choix de chacun.

  • Couverture du livre « Le complot contre l'Amérique » de Philip Roth aux éditions Gallimard

    Bagus35 sur Le complot contre l'Amérique de Philip Roth

    Philippe Roth réécrit l'histoire en faisant de Lindbergh le 33ème président des Etats-Unis.Le sort des juifs américains va en être complètement bouleversé.Et particulièrement une petite famille sans histoires dont la vie va être chamboulée.Un bon moment de lecture.

    Philippe Roth réécrit l'histoire en faisant de Lindbergh le 33ème président des Etats-Unis.Le sort des juifs américains va en être complètement bouleversé.Et particulièrement une petite famille sans histoires dont la vie va être chamboulée.Un bon moment de lecture.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com