Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La tache

Couverture du livre « La tache » de Philip Roth aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070315932
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

À la veille de la retraite, un professeur de lettres classiques, accusé d'avoir tenu des propos racistes envers ses étudiants, préfère démissionner plutôt que de livrer le secret qui pourrait l'innocenter.
Tandis que l'affaire Lewinski défraie les chroniques bien-pensantes, Nathan Zuckerman... Voir plus

À la veille de la retraite, un professeur de lettres classiques, accusé d'avoir tenu des propos racistes envers ses étudiants, préfère démissionner plutôt que de livrer le secret qui pourrait l'innocenter.
Tandis que l'affaire Lewinski défraie les chroniques bien-pensantes, Nathan Zuckerman ouvre le dossier de son voisin Coleman Silk et découvre derrière la vie très rangée de l'ancien doyen un passé inouï, celui d'un homme qui s'est littéralement réinventé, et un présent non moins ravageur : sa liaison avec la sensuelle Faunia, femme de ménage et vachère de trente-quatre ans, prétendument illettrée, et talonnée par un ex-mari vétéran du Vietnam, obsédé par la vengeance et le meurtre.
Après Pastorale américaine et J'ai épousé un communiste, La tache, roman brutal et subtil, complète la trilogie de Philip Roth sur l'identité de l'individu dans les grands bouleversements de l'Amérique de l'après-guerre, où tout est équivoque et rien n'est sans mélange, car la tache «est en chacun, inhérente, à demeure, constitutive, elle qui préexiste à la désobéissance, qui englobe la désobéisssance, défie toute explication, toute compréhension. C'est pourquoi laver cette souillure n'est qu'une plaisanterie de barbare et le fantasme de pureté terrifiant.»

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (13)

  • Ce livre est plein de surprises et de rebondissements. Comment mentir, renier sa famille pour faire face à cette ségrégation raciale ne permettant pas au héros d'accomplir ses rêves et voir qu'au bout du compte tout s'effondre.

    Ce livre est plein de surprises et de rebondissements. Comment mentir, renier sa famille pour faire face à cette ségrégation raciale ne permettant pas au héros d'accomplir ses rêves et voir qu'au bout du compte tout s'effondre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un super roman d'un grand écrivain.
    Ce livre parle des secrets que nous gardons et qui nous ont permis de sauver notre peau à un moment donné. Mais ne refont-ils pas surface à un moment donné ? N'est-ce pas fatiguant à la longue.

    Un super roman d'un grand écrivain.
    Ce livre parle des secrets que nous gardons et qui nous ont permis de sauver notre peau à un moment donné. Mais ne refont-ils pas surface à un moment donné ? N'est-ce pas fatiguant à la longue.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Écrit au moment de l’affaire Lewinsky, ce roman évoque une Amérique en proie à deux de ses démons récurrents : le racisme et la pudibonderie.
    Philip Roth, avec une plume afûtée, décrit la psychologie d’un self-made man parvenu à une ascension sociale remarquable, archétype du rêve américain,...
    Voir plus

    Écrit au moment de l’affaire Lewinsky, ce roman évoque une Amérique en proie à deux de ses démons récurrents : le racisme et la pudibonderie.
    Philip Roth, avec une plume afûtée, décrit la psychologie d’un self-made man parvenu à une ascension sociale remarquable, archétype du rêve américain, avant que le rêve ne se transforme en cauchemar à partir de simples rumeurs et de l’interprétation malveillantes de ses propos.
    La lecture de ce livre, à l’heure des réseaux sociaux et des déferlements de haine qu’ils favorisent en terme de racisme, d’homophobie ou de sexisme, nous montre la fragilité des réputations, en apparence les mieux établies, lorsque la bêtise et la méchanceté des uns se conjuguent avec l’ambition des autres.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je découvre cet auteur disparu cette année avec le roman "la tache". Livre dont l'histoire se déroule aux Etats Unis où l'on découvre la vie d'un ancien doyen de faculté qui a démissionné suite à des propos racistes.
    J'ai trouvé l'écriture assez dense, chargé de vocabulaire avec énormément de...
    Voir plus

    Je découvre cet auteur disparu cette année avec le roman "la tache". Livre dont l'histoire se déroule aux Etats Unis où l'on découvre la vie d'un ancien doyen de faculté qui a démissionné suite à des propos racistes.
    J'ai trouvé l'écriture assez dense, chargé de vocabulaire avec énormément de description, et des passages un peu long. J'ai apprécié les personnages, leur histoire et les réflexions que l'auteur se pose sur l'existence et les choix de chacun.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L’Amérique en janvier 1998 est en pleine effervescence, le Président Bill Clinton fait une allocution télévisée mondialement exploitée concernant ses relations avec Monica Lewinski.
    Ce sera le point central pour l’auteur de faire une critique acerbe de la société américaine et de son...
    Voir plus

    L’Amérique en janvier 1998 est en pleine effervescence, le Président Bill Clinton fait une allocution télévisée mondialement exploitée concernant ses relations avec Monica Lewinski.
    Ce sera le point central pour l’auteur de faire une critique acerbe de la société américaine et de son puritanisme.
    Le double de l’auteur Nathan Zukerman, s’interroge à travers le parcours de Coleman Silk. Retraité de fraîche date, ancien professeur universitaire et doyen, qui est démoli par l’érosion profonde du savoir dans son pays qui résume cet état de fait ainsi : « Du temps de mes parents, et encore du mien et du vôtre, les ratages étaient mis sur le compte de l’individu. Maintenant, on remet la matière en cause. C’est trop difficile d’étudier les auteurs de l’Antiquité, donc c’est la faute de ces auteurs. Aujourd’hui, l’étudiant se prévaut de son incompétence comme d’un privilège. Je n’y arrive pas c’est que la matière pèche, c’est surtout que pèche ce mauvais professeur qui s’obstine à l’enseigner. »
    Cet homme aura transgressé toute sa vie.
    Il a voulu redorer le blason intellectuel de l’université dont il avait la charge en virant tous les médiocres, paresseux et il a engagé le premier enseignant noir.
    Donc très vite il a été l’homme à abattre. Il s’est vu accusé de racisme pour avoir employé un mot dans sa juste acception par deux étudiants qu’il n’avait jamais vu en cours, doit-on préciser que ces deux étudiants sont noirs. Ce fut l’hallali même celui qui lui devait sa carrière ne l’a pas soutenu.
    La machine s’emballe, il doit démissionner, sa femme meurt…
    Ce thème de la veulerie et de l’opportunisme est omniprésent.
    Nathan Zuckerman est chargé par Coleman Silk d’écrire sa vie.
    Sont également abordés les sujets des anciens du Viêt-Nam et la façon dont ils sont traités, traumatisés, peu aptes à reprendre une vie « normale » cela fait beaucoup de laissés pour compte dans une société qui s’énorgueillit de sa puissance militaire.
    Autres délaissés, les petites gens, Coleman Silk a une liaison avec une femme de ménage de l’université qui a la moitié de son âge et qui est noire.
    L’auteur nous montre toute l’exploitation de ceux-ci, comme si c’était une minorité, comme si l’Amérique regorgeait de supers héros, d’hommes et de femmes brillantissimes. Il n’y a vraiment pas de place pour eux.
    Philip Roth décortique cette Amérique puritaniste, tragique, celle où l’humain n’a pas de place. Il considère que c’est le rôle de l’écrivain de dénoncer, d’engloutir toutes ces informations pour mieux les retranscrire et mettre en exergue une société qui bafoue les vraies valeurs.
    Les personnages sont fouillés, les métaphores traduites par Josée Kamoun sont superbes, l’écriture est d’une incroyable force et d’une subtilité inouïe.
    L’auteur une fois de plus excelle à nous immerger dans cette Amérique qu’il exècre et pour lui la tache ce n’est pas celle dont toute l’Amérique se gausse, celle de la robe de Monica mais bien celle de cette déliquescence des valeurs qui font à ses yeux une Amérique souillée à jamais, car il ne voit pas comment il serait possible de revenir en arrière dans cette course à la médiocrité.
    Un constat lucide et amer que pour ma part je reprends pour la France qui imite l’Amérique dans ce qu’elle a de pire.
    Chantal Lafon-Litteratum Amor 30 mai 2018.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un début un peu difficile avec mon premier Philip Roth, mais je ne regrette pas de m'être accrochée et d'avoir fini par rentrer dans son univers. Au travers de la vie de Coleman Silk, nous découvrons des thèmes typiquement américains mais aussi universels.

    Un début un peu difficile avec mon premier Philip Roth, mais je ne regrette pas de m'être accrochée et d'avoir fini par rentrer dans son univers. Au travers de la vie de Coleman Silk, nous découvrons des thèmes typiquement américains mais aussi universels.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • lien vers ma chronique: http://www.lesmiscellaneesdepapier.com/la-tache-philip-roth.html

    Le mot de la fin : Une fois encore, Philip Roth nous livre un ouvrage dénonciateur de la société. L’affaire Lewinski, le racisme, la guerre du Vietnam, rien n’est épargné. L’identité et les difficultés...
    Voir plus

    lien vers ma chronique: http://www.lesmiscellaneesdepapier.com/la-tache-philip-roth.html

    Le mot de la fin : Une fois encore, Philip Roth nous livre un ouvrage dénonciateur de la société. L’affaire Lewinski, le racisme, la guerre du Vietnam, rien n’est épargné. L’identité et les difficultés inhérentes à l’appartenance à des communautés ethniques ou religieuses sont au cœur de ce roman. J’ai été très abasourdie par l’entêtement de Coleman à ne pas révéler ce noir secret qui aurait pu lui sauver la vie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La lecture de ce roman qui débute par une diatribe contre le puritanisme nauséabond, moralisateur et réactionnaire m'a laissé perplexe, partagé et laisse un goût amer. "La tache" aborde un sujet très intéressant puisqu'il traite de l'intolérance (mère de tous les vices) raciale, sociale,...
    Voir plus

    La lecture de ce roman qui débute par une diatribe contre le puritanisme nauséabond, moralisateur et réactionnaire m'a laissé perplexe, partagé et laisse un goût amer. "La tache" aborde un sujet très intéressant puisqu'il traite de l'intolérance (mère de tous les vices) raciale, sociale, intolérance face à la liberté de disposer librement de son esprit et de son corps, intolérance engendrée par la guerre également (la guerre du Vietnam marque toujours au plus profond et de manière indélébile bon nombre des personnages de ce roman.
    "La tâche" est un roman trop cérébral et sans trop de longueurs, ce livre eut été bon car Philip Roth est toujours capable de nous transporter irrésistiblement dans des envolées narratives dont il a le secret. "La tâche" n'est certes pas le meilleur livre de Philip Roth mais, par contre, c'est celui qui nous donne le plus à réfléchir sur la condition de l'être humain et sur la condition de l'être humain vivant aux USA en particulier. Et cela permet de le terminer ce livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.