L'art de la joie

Couverture du livre « L'art de la joie » de Goliarda Sapienza aux éditions Le Tripode
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Tripode
  • EAN : 9782370551023
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

« Le vent de ses yeux m'emporte vers lui, et même si mon corps immobile résiste, ma main se retourne pour rencontrer sa paume. Dans le cercle de lumière la vie de ma main se perd dans la sienne et je ferme les yeux. Il me soulève de terre, et dans des gestes connus l'enchantement de mes sens... Voir plus

« Le vent de ses yeux m'emporte vers lui, et même si mon corps immobile résiste, ma main se retourne pour rencontrer sa paume. Dans le cercle de lumière la vie de ma main se perd dans la sienne et je ferme les yeux. Il me soulève de terre, et dans des gestes connus l'enchantement de mes sens ressuscite, réveillant à la joie mes nerfs et mes veines. Je ne m'étais pas trompée, la Mort me surveille à distance, mais juste pour me mettre à l'épreuve. Il faut que j'accepte le danger, si seul ce danger a le pouvoir de rendre vie à mes sens, mais avec calme, sans tremblements d'enfance. » L'Art de la joie est principalement le roman d'une vie, celle de Modesta, personnage magnifique né le 1er janvier 1900 sur les pentes de l'Etna, en Sicile. Du chaos misérable de son enfance aux hasards de la vie qui feront d'elle l'héritière insoumise d'une famille dégénérée de nobles siciliens, c'est en fait à un apprentissage de la liberté que cette oeuvre nous invite.

Donner votre avis

Avis(7)

  • Une immersion de près de 800 pages dans la Sicile du XXe siècle, auprès de Modesta, une héroïne hors du commun...
    Elle est née le 1er janvier 1900, dans une famille d’une grande pauvreté (mère résignée et inaccessible, sœur « mongolienne « ), se retrouve au couvent, puis dans une vie de...
    Voir plus

    Une immersion de près de 800 pages dans la Sicile du XXe siècle, auprès de Modesta, une héroïne hors du commun...
    Elle est née le 1er janvier 1900, dans une famille d’une grande pauvreté (mère résignée et inaccessible, sœur « mongolienne « ), se retrouve au couvent, puis dans une vie de Princesse.
    Destin atypique, qui tend un peu vers la fable. Ouvrage fourmillant, dense et inclassable, anticonformiste et sensuel, qui offre des moments de grâce et des longueurs.
    Un style varié et variable, descriptif, dialogué, plus ou moins soutenu, alternant le Je de la narratrice et le Elle, parfois d’une phrase à l’autre.
    Livre passionnant et déroutant, qui évoque les bouleversements politiques et l’évolution des mœurs dans ce siècle tumultueux : Le rejet de l’Eglise, l’apparition du socialisme et du communisme, la montée du fascisme, les guerres, la maternité, les amours multiples et diverses...
    La toile de fond reste surtout et essentiellement la question de la place de la femme. Ce roman est un formidable manifeste féministe. Le personnage principal, tour à tour irritante et fascinante, mais toujours libre, offre des réflexions précieuses sur de nombreux sujets. Elle semble avoir de nombreux points communs avec l’auteure, si je me fie à ce que j’ai lu à son propos.
    Une expérience littéraire, tant dans la forme que dans le fond, qui mérite d’être tentée ! Je suis ravie de m’être plongée dans ce pavé. Il faut réellement prendre le temps de se laisser absorber.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ça fait une éternité que j’ai envie de découvrir ce livre, depuis plus de cinq ans je pense, avec ma découverte de L’université de Rebibbia, paru en fin d’année 2013 au Tripode. Je l’ai reçu l’an dernier en mars dans mon abonnement Exploratology, et depuis, je le regarde, mis en avant dans ma...
    Voir plus

    Ça fait une éternité que j’ai envie de découvrir ce livre, depuis plus de cinq ans je pense, avec ma découverte de L’université de Rebibbia, paru en fin d’année 2013 au Tripode. Je l’ai reçu l’an dernier en mars dans mon abonnement Exploratology, et depuis, je le regarde, mis en avant dans ma bibliothèque, sans oser me lancer dans ces près de 800 pages. Le fait qu’il soit sélectionné pour le Prix Audiolib 2019 a été le coup de pouce nécessaire au début de cette aventure… Car ce livre est une aventure. Il retrace toute la vie de Modesta, mais aussi en parallèle, l’histoire du siècle en Italie… L’histoire d’une femme dans la tourmente de l’Histoire, avec son quotidien qui ressemble parfois à l’enfer. L’histoire d’une femme qui a lutté pour son indépendance, une femme très moderne. Il n’est pas étonnant que ce livre soit devenu un classique, tant il est actuel, et tant il parle aux femmes de leurs vies, de leurs difficultés.
    La narration de Valérie Muzzi se marie je trouve à merveille avec les mots de Goliarda Sapienza. Elle incarne Modesta d’une manière très juste, nous faisant partager au plus près son quotidien, et son évolution dans la vie. Cette proximité, si elle est très agréable à l’oreille, m’a cependant fait occulter par moments l’intérêt historique du roman, tant j’étais happée par la vie de l’héroïne. Comme quoi une excellente narration peut aussi avoir ses défauts !!! Même si ce défaut est moindre, j’ai parfois repris des passages dans ma version papier pour essayer de ne rien manquer, dans ce roman si foisonnant.
    Je le disais, la version papier fait près de 800 pages, et de fait, la version audio est aussi très longue : 23h10. J’écoute certains livres audio en accélérant légèrement la vitesse, sans que ça n’enlève rien à la compréhension de l’histoire (je vais en gros à ma vitesse de lecture papier), j’ai essayé avec celui-ci, mais impossible, j’avais l’impression de manquer trop de détails. Cette lecture a en effet été plus de 23h d’écoute intense, concentrée sur le roman, avec de temps en temps, quand je le pouvais, la version papier à portée de main. C’est un livre que j’aurais mis beaucoup de temps à lire en version papier uniquement, un livre dense, qui nécessite de la concentration. J’ai adoré la complémentarité des deux médiums, audio et papier.
    Je suis heureuse d’avoir pu enfin découvrir ce roman dont j’entendais parler depuis si longtemps. C’est une oeuvre hors du temps, féministe, pleine d’humanité, tout en ayant un regard acéré sur l’Italie au cours du XXème siècle. Modesta est une enfant de son siècle, elle a évolué avec lui, même si elle a toujours refusé de se plier aux volontés des autres. J’ai rarement lu les aventures d’un personnage aussi fort, aussi intense, aussi déterminé, qu’il s’agisse d’une femme ou un homme d’ailleurs.
    Je ne peux que conseiller l’expérience à qui serait tenté, c’est un texte magnifique, et cette version audio est somptueuse, même si je vous conseillerais de vous munir aussi d’un exemplaire papier (pourquoi pas en médiathèque), pour une lecture encore plus intense. Et pour ceux que la longueur du texte rebuterait, mais qui voudrait découvrir l’autrice, je vous conseille L’université de Rebibbia, beaucoup plus court, mais très intense aussi, où Goliarda Sapienza raconte son expérience de prisonnière à Rebibbia. Peut-être un jour sera-t-il disponible en version audio ???
    J’ai reçu la version CD audio de ce livre dans le cadre de ma participation au jury du Prix Audiolib 2019. Merci à eux pour la confiance.

    https://leslecturesdesophieblog.wordpress.com/2019/05/25/audio-lart-de-la-joie-goliarda-sapienza-lu-par-valerie-muzzi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • écouté chez Audiolib (dans la sélection du prix 2019); il me semble que la version papier me conviendra mieux: mon lecteur ne me permet pas de retrouver précisément le passage que je recherche et ce livre contient tant de personnages que je m'y suis perdue. Modesta m'a intéressée puis...
    Voir plus

    écouté chez Audiolib (dans la sélection du prix 2019); il me semble que la version papier me conviendra mieux: mon lecteur ne me permet pas de retrouver précisément le passage que je recherche et ce livre contient tant de personnages que je m'y suis perdue. Modesta m'a intéressée puis ennuyée...se laisser aller à vivre, c'est presque indécent: elle a connu les deux guerres et le fascisme; mais elle est sincèrement socialiste, voire communiste mais sans trop d'illusion. Féministe, princesse par accident: elle vivait misérablement avec sa soeur mongolienne et sa "mère", elle n'a connu qu'un instant celui qui a prétendu être son père et l'a violée (me semble-t-il); elle se retrouve au couvent mais est très critique par rapport à la religion et se déclarera athée; elle quitte le couvent pour une riche famille princière, un peu compliquée. Un fils, appelé "la chose" est soustrait à la vue et séquestrée mais Modesta va l'apprivoiser, la mère d'hypolito les marie pour que la jeune fille entre dans la famille et soit l'héritière.Elle a un mari mais c'est un amant qui l'initiera au plaisir sexuel; en fait elle est bi sexuelle, sans honte. Elle a un enfant avec ce vieil amant mais aura des relations avec la fille de la maison et tant d'autres mâle ou femelle. En plus de son fils, elle est entourée d'autres enfants dont les origines m'ont parues difficiles à suivre.
    Je ne partage pas l'enthousiasme qu'a suscité ce livre même si par certains aspects Modesta m'est sympathique notamment par sa lutte contre le fascisme, son "socialisme"éclairé, sa défense des communistes, son féminisme...son intérêt pour les livres, l'écriture, la poésie.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • On m’en avait beaucoup parlé et dit beaucoup de bien, du coup j’attendais énormément de « L’art de la joie » de Giolarda Sapienza. 5 étoiles par ci, des critiques dithyrambiques par là, je me suis lancée dans cet énorme pavé (plus de 600 pages) sans hésitation. Arrivé (très difficilement) au...
    Voir plus

    On m’en avait beaucoup parlé et dit beaucoup de bien, du coup j’attendais énormément de « L’art de la joie » de Giolarda Sapienza. 5 étoiles par ci, des critiques dithyrambiques par là, je me suis lancée dans cet énorme pavé (plus de 600 pages) sans hésitation. Arrivé (très difficilement) au bout du gros pavé, après avoir eu envie de laisser tomber des dizaines de fois, je dois être honnête et dire que je ne suis JAMAIS rentrée dedans. Du 1er chapitre au dernier, je n’ai été touché par rien ni aucun personnage. Pourtant, l’histoire de Modesta, petite fille née en Sicile le 1er janvier 1900, et qui va traverser tout le XXème siècle, connaitre le viol, le couvent, un mariage plus ou moins arrangé avec un handicapé mental, va connaitre la prison pour antifascisme, qui va aimer des hommes, des femmes, faire un enfants, élever ceux des autres, toute cette histoire aurait pu être passionnante. Elle l’est surement mais elle n’a pas fonctionné dur moi. A cause de plein de choses mais d’abord du style, avec des scènes dialoguées interminables, un langage parlé très peu moderne, un nombre de personnage étourdissant et que j’ai finit par confondre entre eux, et plein d’autre petites choses très rebutantes à mes yeux. Ca me désole de ne pas avoir été touché outre mesure par la destinée de cette féministe avant l’heure, de cette opposante au fascisme lucide néanmoins sur la vie politique italienne de l’après-guerre. Ce livre est tellement couvert d’éloge que je m’interroge : dois-je le conseiller ou pas ?

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • C'est l'an dernier, en voiture, que j'ai entendu l'incipit en italien sur France Culture, je crois. C'était sa traductrice en français qui ensuite, l'a lu en français. Et tout de suite, charmée et troublée par cette petite fille qui tire un énorme bout de bois derrière elle et par la langue de...
    Voir plus

    C'est l'an dernier, en voiture, que j'ai entendu l'incipit en italien sur France Culture, je crois. C'était sa traductrice en français qui ensuite, l'a lu en français. Et tout de suite, charmée et troublée par cette petite fille qui tire un énorme bout de bois derrière elle et par la langue de Goliarda Sapienza. C'est un pavé qui n'a pas tenu tout l'été mais qui m'a littéralement engloutie dans ses filets tant ce personnage de femme, Modesta, est envoûtant et puissant. Elle traverse toutes les horreurs et calamités de son époque, dans sa chair et dans son sang, mais continue de se battre pour ce à quoi elle croit: son île (Sicile), sa famille, ses amis, le socialisme, l'amour (jusque très tard dans sa vie) et la force de la joie. Modesta porte si mal son nom. Un roman que l'on n'oublie pas.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’art de la joie, le titre incarne bien le personnage, son combat pour la liberté. Modesta a une volonté de fer, bien décidée à réussir sa vie. Née en 1900 en Sicile près d’une mère pratiquement muette et une sœur handicapée, elle réussira à force de détermination à se hausser dans la société en...
    Voir plus

    L’art de la joie, le titre incarne bien le personnage, son combat pour la liberté. Modesta a une volonté de fer, bien décidée à réussir sa vie. Née en 1900 en Sicile près d’une mère pratiquement muette et une sœur handicapée, elle réussira à force de détermination à se hausser dans la société en luttant contre tout ce qui pourrait l’en empêcher, c’est une femme féministe faisant sauter le carcan de la société, de la religion. Un beau roman sur la femme et ses luttes pour être considérée comme individu à part entière, au même niveau que les hommes.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Un livre exceptionnel, de par les personnages accrocheurs (qu'on les aiment ou non) et de l'histoire en elle même, qui se déroule sur une très longue période. C'est un livre coup de coeur, qui restera à jamais gravé dans ma mémoire...Un très bon moment de lecture!

    Un livre exceptionnel, de par les personnages accrocheurs (qu'on les aiment ou non) et de l'histoire en elle même, qui se déroule sur une très longue période. C'est un livre coup de coeur, qui restera à jamais gravé dans ma mémoire...Un très bon moment de lecture!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions