Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

En attendant Bojangles

Couverture du livre « En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude
  • Date de parution :
  • Editeur : Finitude
  • EAN : 9782363390639
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Ici seule la fantaisie a le droit de cité ; travail, école, contingences sont oubliés. Celle qui donne le ton, c'est la mère, un véritable feu... Voir plus

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Ici seule la fantaisie a le droit de cité ; travail, école, contingences sont oubliés. Celle qui donne le ton, c'est la mère, un véritable feu follet, imprévisible et extravagante. C'est elle qui a adopté Mademoiselle Superfétatoire, une grue de Guinée qu'elle promène en laisse, qui arrose les meubles, qui change de prénom chaque jour. Elle entraîne sa famille dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour pourtant, elle va trop loin, et le monde rationnel s'invite chez eux. Père et enfant vont tout faire pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue coûte que coûte, pour la protéger. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Donner votre avis

Articles (8)

Avis (165)

  • J'ai adoré ce livre de A à Z. D'abord parce que c'est le premier livre d'un auteur jusqu'alors inconnu; ensuite par sa possible double interprétation. Vue à travers les yeux d'un enfant, l'histoire est pleine de positivisme, de douce folie, de bon goût musical et on a envie de se laisser...
    Voir plus

    J'ai adoré ce livre de A à Z. D'abord parce que c'est le premier livre d'un auteur jusqu'alors inconnu; ensuite par sa possible double interprétation. Vue à travers les yeux d'un enfant, l'histoire est pleine de positivisme, de douce folie, de bon goût musical et on a envie de se laisser emporter avec lui dans les délires de ses parents. Mais quand on se positionne en adulte, on réalise que la vie de cette famille n'est pas tellement rose, que ce sont des marginaux et on trouve le côté triste du livre. En tant que lecteur, nous pouvons donc choisir comment nous voulons vivre ce livre, et c'est ce qui en fait selon moi un chef d'œuvre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La mère, qu'on voit danser, le long d'un lac clair...

    Le lecteur est plongé au coeur d'une famille improbable, dans un appartement hors du commun. L'histoire est contée du point de vue de l'enfant, intelligent au point de faire la fierté de ses parents, intelligent au point qu'il n'a plus...
    Voir plus

    La mère, qu'on voit danser, le long d'un lac clair...

    Le lecteur est plongé au coeur d'une famille improbable, dans un appartement hors du commun. L'histoire est contée du point de vue de l'enfant, intelligent au point de faire la fierté de ses parents, intelligent au point qu'il n'a plus besoin d'aller à l'école ! Il reste donc dans l'appartement avec Mademoiselle Superfétatoire, un oiseau loufoque, à l'image du roman. Sous leurs yeux, les parents s'aiment, les parents dansent au son de Monsieur Bojangles, interprété par Nina Simone, ils invitent du monde chez eux pour des soirées de folie. Ils sont d'une insouciance telle que le courrier s'entasse dans l'entrée, sans jamais être ouvert.

    Tout cela prend fin lorsque les impôts viennent réclamer leur dû. L'appartement est vendu. Cap sur un château en Espagne. La fête continue. Mais finit mal...aussi mal qu'elle a été folle tout ce temps.

    Malgré la tragédie, ce roman dingue va vous laisser extatique et vous risquez de remettre en question de larges pans de votre vie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lorsque vous lisez ce recueil, petits et grands, vous ne pouvez qu’avoir des étoiles dans les yeux. L’espace de ces quelques lettres, vous retombez en enfance. Parce que l’on imagine que le Père Noël ne travaille que le mois de décembre, mais qu’en est-il de sa vie trépidante le reste de l’année...
    Voir plus

    Lorsque vous lisez ce recueil, petits et grands, vous ne pouvez qu’avoir des étoiles dans les yeux. L’espace de ces quelques lettres, vous retombez en enfance. Parce que l’on imagine que le Père Noël ne travaille que le mois de décembre, mais qu’en est-il de sa vie trépidante le reste de l’année ? L’Ours Polaire est attachant, avec ses bêtises, son langage approximatif et ses jolie fautes d’orthographe… Pour attendre Noël, une citation issue d’une de ces lettres… « L’Ours du Pôle Nord a demandé à sa cousine ( et amie lointaine) la Grande Ourse de briller plus fort pour nous, et cette semaine, j’ai engagé une comète pour m’éclairer lorsque je fais mes paquets, mais cela ne marche pas aussi bien ».

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lecture facilement assimilable, car un style fluide, de l'humour, du rocambolesque à souhait. Deux âmes qui se rencontrent et s'apprécient par leur petit grain de folie. Hélas pour l'un, la folie est réelle et grandit au fil de leur vie. Un enfant nait de cet amour, élevé au milieu d'un couple...
    Voir plus

    Lecture facilement assimilable, car un style fluide, de l'humour, du rocambolesque à souhait. Deux âmes qui se rencontrent et s'apprécient par leur petit grain de folie. Hélas pour l'un, la folie est réelle et grandit au fil de leur vie. Un enfant nait de cet amour, élevé au milieu d'un couple loufoque où le luxe et l'absurde se côtoient quotidiennement. J'aurais pu aimé ce côté un peu déjanté, mais j'avoue que pris au premier degré, il en devient pesant et dérangeant.

    J'ai conscience d'être peut-être passée à côté de ce roman, car après tout, il a reçu le prix France Télévisions en 2016. Je participais à ce prix l'année d'après, heureusement pour moi, car je ne l'aurais sans doute pas retenu.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Roman envoûtant, très belle écriture. On bondit et se tourmente au gré des sentiments du héros, soumis aux variations folles des humeurs parentales. Il regarde son père qui regarde sa mère s'évanouir, se détruire ou vivre passionnément. Boule d'émotions, de sensibilité, de joie et de tristesse,...
    Voir plus

    Roman envoûtant, très belle écriture. On bondit et se tourmente au gré des sentiments du héros, soumis aux variations folles des humeurs parentales. Il regarde son père qui regarde sa mère s'évanouir, se détruire ou vivre passionnément. Boule d'émotions, de sensibilité, de joie et de tristesse, de détresse. C'est magnifique.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Grand Prix RTL - Lire 2016, Prix France Culturel Télérama 2016, Prix France Télévisions 2016, un peu plus de 400 critiques sur Babelio, j'ai eu beau essayer, allergique que je suis aux phénomènes de masse, il m'a été impossible d'échapper à « En attendant Bojangles ». La faute à cette première...
    Voir plus

    Grand Prix RTL - Lire 2016, Prix France Culturel Télérama 2016, Prix France Télévisions 2016, un peu plus de 400 critiques sur Babelio, j'ai eu beau essayer, allergique que je suis aux phénomènes de masse, il m'a été impossible d'échapper à « En attendant Bojangles ». La faute à cette première de couverture qui lorgne du côté du pop-art façon Lichtenstein et à ce titre énigmatique dont le succès a dissipé le mystère. Comme chacun sait désormais, « En attendant Bojangles » fait référence à la chanson « Mister Bojangles » de Nina Simone que, soit dit en passant, je ne connaissais pas.

    Dans le roman, « Mister bojangles » n'est pas qu'une chanson, c'est un point d'ancrage, une balise à laquelle les trois principaux protagonistes se rattachent pour ne pas faire chavirer cette frêle embarcation qu'est leur vie singulière, un radeau qui navigue sur un océan de folie et qui voit les planches de fortune qui forment son bastingage se détacher au fur et à mesure.

    La folie, c'est justement tout le sujet de ce roman, une folie douce, en apparence, qui tempête dans le crâne de la fantasque mère, une douce "dinguerie" sur laquelle vient souffler le patriarche, aidé en cette tâche par un enfant qui se nourrit de ce bonheur avec toute l'insouciance de la jeunesse. Pour mettre en scène cette existence haute en couleurs, cette fête perpétuelle, ce refus des convenances, Olivier Bourdeaut a donné vie à une écriture légère comme une plume, emplie d'humour, de jeux de mots, de trouvailles stylistiques qui amènent régulièrement l'observateur de ce curieux manège à sourire et à prendre en note quelques mots qui feront de belles citations.

    La première moitié du roman est un véritable ravissement, on se laisse happer par l'ambiance singulière du roman, ses personnages décalés, ce sujet délicat traité avec une distance bienveillante et une naïveté rafraîchissante, une dualité que l'on doit à l'enchevêtrement des récits des deux narrateurs : le père d'un côté, fataliste mais désespérément amoureux et de l'autre le fils, à la fois spectateur et acteur de cette "dramédie" dont on devine trop facilement le dénouement final.

    Pour ce premier roman, l'auteur a mis en place un concept à la fois stylistique et narratif qui donne corps à une ambiance douce-amère dont il ne se départ jamais. Ce parti-pris, audacieux mais périlleux, parvient à tenir la longueur, mais il s'en faut de peu pour que le soufflet ne retombe. Les événements qui vont mettre à mal l'équilibre (le déséquilibre ?) familial étaient une bonne occasion de se poser en contre point de la folie ambiante, un narrateur extérieur, spectateur des événements, aurait pu, par exemple, exacerber encore l'originalité du mode de vie du trio en relatant les événements avec un regard neutre. Olivier Bourdeaut semble au contraire ne pas vouloir juger ses personnages, ne pas vouloir évoquer les conséquences de ce mode de vie sur l'enfant, préférant s'en tenir à leur fantaisie et à la magie des mot qu'il maîtrise d'ailleurs avec maestria.

    Cela m'arrive rarement, mais j'ai toutes les peines du monde à me faire un avis définitif sur ce roman. J'ai aimé le style de l'auteur, l'ambiance qu'il installe et ai ressenti une vive sympathie pour les personnages, mais je ne parviens pas à décider si cette légèreté manque oui non de substance. Que restera-t-il de cette lecture dans quelques mois ? La réponse sera peut-être dans le prochain roman d'Olivier Bourdeaut..

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L'un des romans coups de coeur de 2016, ce livre est un bijou de la littérature avec une profusion d'émotions dans laquelle le lecteur passe du rire aux larmes, de l'amusement à la surprise, de la nostalgie à la tristesse. L'histoire de cette famille autour d'une mère excentrique et différente...
    Voir plus

    L'un des romans coups de coeur de 2016, ce livre est un bijou de la littérature avec une profusion d'émotions dans laquelle le lecteur passe du rire aux larmes, de l'amusement à la surprise, de la nostalgie à la tristesse. L'histoire de cette famille autour d'une mère excentrique et différente est une ode à l'amour. La première chose qu'on pourrait se dire c'est que cela n'a pas dû être une vie facile pour le fils et le père de vivre dans ces conditions face aux exubérances et aux coups de sang de la mère. Pourtant, beaucoup de lecteurs vont sûrement éprouver de la sympathie et d'envie pour cette famille en se disant qu'ils vivent des aventures incroyables, loin d'une vie monotone et linéaire. Ce livre nous réconcilie quelque part sur le fait qu'il n'y a pas qu'une bonne façon de grandir et de vivre, comme un modèle imposé par la société et la bien-bien-pensance.
    A lire absolument tellement c'est beau et émouvant !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.