Einstein, le sexe et moi

Couverture du livre « Einstein, le sexe et moi » de Olivier Liron aux éditions Alma Editeur
  • Date de parution :
  • Editeur : Alma Editeur
  • EAN : 9782362792878
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Voilà une jolie surprise de la nouvelle sélection des 68 premières fois. A la lecture de la quatrième de couverture, je ne pouvais pas imaginer combien ce petit livre allait m’amuser et me plaire. Olivier Liron raconte avec beaucoup d’humour sa participation au jeu Question pour un Champion et...
    Voir plus

    Voilà une jolie surprise de la nouvelle sélection des 68 premières fois. A la lecture de la quatrième de couverture, je ne pouvais pas imaginer combien ce petit livre allait m’amuser et me plaire. Olivier Liron raconte avec beaucoup d’humour sa participation au jeu Question pour un Champion et partage, de manière beaucoup plus grave, son expérience de la vie et de son rapport aux autres teinté de son syndrome d’Asperger. Comme les différentes étapes du jeu, le rythme du livre est rapide et, au fil des questions, Olivier Giron dévoile des épisodes de sa vie qui lui reviennent à l’évocation des thèmes du jeu, parfois des moments douloureux liés à sa différence, toujours des moments personnels et chargés d’émotion. Les dialogues du jeu, les tics et les expressions de l’animateur et des participants sont rapportés avec une précision millimétrique et ces détails, qui passent quasiment inaperçus à la télévision, deviennent comiques par le biais de l’écriture et du recul qu’elle apporte. J’ai vraiment passé un bon moment avec Einstein, le sexe et moi, alternant les moments drôles et les moments d’émotion.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sur fond de sa participation à question pour un champion, Olivier Liron se dévoile par petit bout. Il nous décrit son malaise, sa différence, son instinct de survie.

    Il y a la brutalité à l'école, la méchanceté gratuite qui a pour cause la différence. Mais nous sommes tous différents,...
    Voir plus

    Sur fond de sa participation à question pour un champion, Olivier Liron se dévoile par petit bout. Il nous décrit son malaise, sa différence, son instinct de survie.

    Il y a la brutalité à l'école, la méchanceté gratuite qui a pour cause la différence. Mais nous sommes tous différents, acceptons nous. Olivier Liron y décrit la colère, il en ressort des mots violents. Cette colère est contenue et toujours présente, même des années après "Le plus drole, ou le plus énervant, comme on veut, ce n'est pas tant la difficulté d'être différent, c'est l'absence de toute prise en compte de cette différence à l'école par les adultes." Comment un enfant, un adolescent peut se construire après tant d'horreur et de violence. C'est une descente aux enfers qui le conduit à l'alcool et à la consommation de drogues, à la dépression et aux pensées suicidaires "Ce qui ne tue pas rend plus fort... à condition que par miracle on en réchappe et qu'on ne meure pas avant de désespoir oude résignation." La poésie va le sauver et l'écriture aussi bien entendu.

    Olivier ne connait pas les codes de séductions, ne sait comment s'exprimer, ni comment se comporter. Son corps est sa prison. J'ai pleuré devant son amour pour Barbara qu'il ne sait comment exprimer.

    Gangner question pour un champion est une question de survie, une question de vie ou de mort. Les passages du jeux sont croustillants, jubilatoires. Il y a René-Thérèse et sa chorale, Jean-Michel l'ingénieur aéronautique, Michel l'informaticien, Caroline et son malaise, et puis bien sûr Julien Lepers et ses questions. Et Olivier a choisi la vie, car il a été dix fois champion.

    Ce roman m'a mise en colère, m'a ému, m'a fait rire aussi. C'est un raz de marée d'émotions lors de la lecture.
    J'ai adoré.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Décidément cette nouvelle édition des 68 Premières Fois me réserve bien des pépites de lecture et un nouvel auteur diablement proche de ses lecteurs, sincére et attachant comme irrésistible dans sa communication.

    Cela partait pourtant mal quand, avant de le lire, je découvre que cela se passe...
    Voir plus

    Décidément cette nouvelle édition des 68 Premières Fois me réserve bien des pépites de lecture et un nouvel auteur diablement proche de ses lecteurs, sincére et attachant comme irrésistible dans sa communication.

    Cela partait pourtant mal quand, avant de le lire, je découvre que cela se passe sur fond de Questions pour un champion sous la férule de Julien Lepers (dont j'appréciais peu ses prestations lol) mais heureusement ce ne fut qu'au tout début du livre.... et c'est le choc du mode de narration à la première personne d'un être un peu perdu, sensible mais si volontaire face aux travers de l'autisme.

    Diablement percutant comme style, chaque étape de son évolution dans les étapes finales de ce jeu est l'occasion pour Olivier d'établir des passerelles sur ses propres souvenirs intimes, d'enfance comme d'étudiant avec humour et sans aucun pathos (il n'y a pas lieu d'en avoir du reste...) et de dresser les portraits cocasses de ses adversaires, des coulisses du jeu comme des travers de nos propres préjugés sur l'autisme. Il n'y a aucune volonté de susciter chez ses lecteurs une quelconque forme de pitié mais de le faire lire et de mieux cerner cette forme d'Autisme.

    Style fluide, clair, pétillant et d'une grande clarté.

    Il faut lire, relire ce roman et le diffuser le plus largement possible, cet auteur on ne peut avoir que l'envie de le rencontrer, d'échanger et de s'en faire un ami.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Excusez moi si je suis essoufflée ,je viens de gagner au jeu "Question pour un champion " !!
    Avec ce titre qui accroche on se dit au début :"Bon soit,il est Asperger et alors ?" puis viens le moment de l’entrée en ascension où le "héros" va participer à cette émission mythique où on gagne des...
    Voir plus

    Excusez moi si je suis essoufflée ,je viens de gagner au jeu "Question pour un champion " !!
    Avec ce titre qui accroche on se dit au début :"Bon soit,il est Asperger et alors ?" puis viens le moment de l’entrée en ascension où le "héros" va participer à cette émission mythique où on gagne des dictionnaires et des encyclopédies (alors qu'on a largement prouvé l’étendue de ses connaissances ....va comprendre )
    et c'est toute la magie de l'humour sans filtre qui opère .
    On pense avoir un regard détaché de lecteur mais on tombe dans le rythme des émissions qui se succèdent et on vit chaque instant des épreuves en retenant son souffle . J'ai ma foi chercher plusieurs fois le buzzer alors que je savais très bien que j'étais éliminée !
    Une belle démonstration de bonne humeur et d'instant vérité où l’écrivain se livre sans détours .Un livre qui fait du bien mais qui met aussi en lumière (et non sous les projecteurs) la particularité de cette coquetterie qu'on appelle Asperger sans se départir des moments sombres que vivent ces enfants différents qui à l'instar du vilain petit canard deviennent de magnifiques cygnes en prenant leur revanche .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'action se déroule durant l'émission QUESTIONS POUR UN CHAMPION et on va suivre le candidat du début de l'enregistrement jusqu'à la fin du match !

    Dit comme ça, ça peut paraître étrange et pas très vendeur.

    Pourtant on a là un ovni littéraire des plus jubilatoires !

    Olivier Liron, en...
    Voir plus

    L'action se déroule durant l'émission QUESTIONS POUR UN CHAMPION et on va suivre le candidat du début de l'enregistrement jusqu'à la fin du match !

    Dit comme ça, ça peut paraître étrange et pas très vendeur.

    Pourtant on a là un ovni littéraire des plus jubilatoires !

    Olivier Liron, en peu de pages, nous offre un bien beau moment de lecture. Les questions de Julien Lepers (c'était encore lui le présentateur à l'époque !) sont prétextes à des souvenirs d'enfance, des moments de vie.

    Tout se mélange, le jeu et la vie, le rire et l'amour, l'émotion et la culture générale.

    Car Olivier Liron est différent. Beau de sa différence. Il est autiste Asperger. Et comme il le dit si bien, « ce n'est pas une maladie, c'est une différence. » Il ne pouvait alors qu'écrire un livre différent qui éblouit de maîtrise et de liberté.

    Ouvrage à la croisée des chemins entre confidences touchantes et profondément douloureuses sur une enfance compliquée face au regard des autres. Un récit sans faux semblants, plein de vérités qui touchent au cœur et souvent nous offre de jolis sourires tant l'auteur a les sens de la formule !

    Que ce soit dans les descriptions hilarantes des autres candidats ou dans le portrait de Julien Lepers himself (je ne me suis pas remis de sa ressemblance avec un « brocoli »), je suis souvent passé du sourire à l'émotion pure. C'est poignant parfois. Poilant souvent. Prenant, tout le temps !

    Madeleine de Proust trempée dans le coca de cette rentrée littéraire 2018, ce livre est original, ne passez pas à côté de cette lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 2012, Olivier, autiste Asperger, se retrouve sur le plateau de Questions pour un champion, opposé à des supers champions. Son but ? Gagner évidemment. La partie sera rude, entrecoupée d'épisodes de sa vie, de ses pensées intimes ou pas, de ses rêves, ...

    Résumé volontairement succinct, car...
    Voir plus

    2012, Olivier, autiste Asperger, se retrouve sur le plateau de Questions pour un champion, opposé à des supers champions. Son but ? Gagner évidemment. La partie sera rude, entrecoupée d'épisodes de sa vie, de ses pensées intimes ou pas, de ses rêves, ...

    Résumé volontairement succinct, car finalement ce livre n'est que cela. Mais quel brio ! Il débute avec un court autoportrait fait de petites phrases, parfois drôles, parfois moins, à la manière de l'Autoportrait d'Edouard Levé, que j'ai beaucoup aimé et qui traîne encore et toujours sur mon chevet. "Je suis autiste Asperger. Ce n'est pas une maladie, je vous rassure. C'est une différence. Je préfère réaliser des activités seul plutôt qu'avec d'autres personnes. J'aime faire les choses de la même manière. Je prépare toujours les croque-monsieur avec le même Leerdammer." (p.11) (à lire l'entièreté de ces pages, je dois avoir des côtés Asperger)

    Puis, construit en chapitres qui reprennent les manches -enfin, c'est ce que j'ai compris, n'ayant jamais regardé ce jeu-de Questions pour un champion (QPUC pour les initiés) : Les neuf poins gagnants, Le quatre à la suite, Le face-à-face, Super champion, ce livre sous-titré : romance télévisuelle avec mésanges parle d'Olivier, de son enfance et adolescence pas facile avec sa différence que les autres collégiens lui ont fait payer au prix fort, certains profs également, de sa difficulté à nouer des relations avec ses pairs, avec les femmes. Non-amateurs ou non-connaisseurs de l'émission naguère présentée par l’inénarrable Julien Lepers, ne fuyez pas, je le disais plus haut, je n'ai jamais regardé ce programme et j'ai beaucoup aimé cette "romance télévisuelle". Là où certains prennent le prétexte d'un auteur ou d'une oeuvre pour parler d'eux, de leurs peurs, leurs questions, leurs désirs, leurs points de vue sur la société, ... (cf. par exemple, l'excellentissime Quichotte, portrait chevaleresque de Eric Pessan), Olivier Liron prend un jeu populaire. Il parle de ses origines, de sa mère, de la violence qu'il a subi enfant, de sa découverte de la peinture, notamment Mark Rothko : "Je me suis assis et j'ai regardé le pourpre. J'ai commencé à percevoir des nuances extrêmement fortes. Du rouge brunâtre, du carmin, du vermillon et du bleu lilas, du rose lilas, des couleurs boueuses... Et à force de regarder le pourpre, je suis entré dans le pourpre, j'ai senti une petite secousse de plaisir dans le bas du dos, une secousse de plaisir qui a explosé en moi en millions d'échardes de lumière. J'avais des orgasmes de nuance." (p.106/107)

    Puis, retour au jeu et au suspense puisque évidemment, j'ai eu très envie qu'il gagne voire qu'il pulvérise les autres candidats -qui, d'ailleurs s'ils lisent ce livre risquent d'être surpris de leurs portraits pas toujours flatteurs, mais vus par les yeux d'un adversaire. Olivier Liron construit son roman comme un polar, faisant durer le plaisir et le suspense, ses apartés jouant le rôle de repos du lecteur mais aussi avec son impatience à connaître le dénouement de la partie.

    "Quand on ne peut pas parler, on construit des forteresses. Ma forteresse à moi est faite de solitude et de colère. Ma forteresse à moi est faite de poésie et de silence. Ma forteresse à moi est faite d'un long hurlement. Ma forteresse à moi est imprenable. Et j'en suis le prisonnier." (p.152) Dernier extrait qui, pour moi, résume assez bien son livre, entre douceur et violence.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/09/einstein-le-sexe-et-moi-dolivier-liron.html

    " Bienvenue dans mon monde."

    Olivier Liron a participé à l'émission Questions pour un Champion lorsqu'il avait 25 ans, il nous relate ici la finale de ce jeu télévisuel animé par Julien Lepers. Le...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/09/einstein-le-sexe-et-moi-dolivier-liron.html

    " Bienvenue dans mon monde."

    Olivier Liron a participé à l'émission Questions pour un Champion lorsqu'il avait 25 ans, il nous relate ici la finale de ce jeu télévisuel animé par Julien Lepers. Le récit de l'émission déborde d'humour et de légèreté mais ce n'est qu'un prétexte pour faire resurgir ses souvenirs d'enfance et d'adolescence qui lui reviennent au hasard des questions de l'animateur. Souvenirs d'un être différent, atteint d'une différence qui ne se voit pas d'emblée, Olivier est autiste Asperger, tel qu'il l'annonce dès le début de son livre. " Je suis autiste Asperger. Ce n'est pas une maladie, je vous rassure. C'est une différence."

    Il revient sur sa scolarisation, excellent élève personne ne comprend son mal-être, lui même ne peut pas l'expliquer, il déplore l'absence de prise en compte de la différence par les enseignants et la violence des mots des enfants, plus violents que les coups, lui qui a tant de fois été traité de Gogol, de Forrest Gump.

    Doté d'une intelligence et d'une capacité de mémorisation hors du commun " Je me suis rempli la tête d'informations pour peupler ma solitude". " Ma mémoire est un enfer. L'oubli est un long chemin qui mène au pays du bonheur" , il est cependant incapable de décrire ses émotions et de comprendre les autres. Plus tard ce sera compliqué avec les filles, il n'aura pas les codes et aura honte de son corps.

    " Je ne m'accordais pas le droit d'être moi même, on ne m'avait jamais accordé le droit d'être moi-même"
    " Ma forteresse à moi est faite de solitude et de colère. Ma forteresse à moi est faite de poésie et de silence."

    Il nous parle aussi du salut qu'il a trouvé dans l'écriture " Voilà c'est peut-être cela écrire, pour moi, chercher à ouvrir la prison, aimer, aller à la rencontre des autres, tout simplement."

    Olivier Liron a eu la belle idée d'associer le récit de l'émission à ses souvenirs, alternant ainsi légèreté et gravité dans un très bon dosage. Les parties légères pleines d’humour ont été pour moi de vraies bouffées d'oxygène car ce qu'il nous raconte de sa vie est infiniment fort et bouleversant. J'ai aimé l'alternance de tons dans son récit, oral et vif lors des dialogues du jeu télévisuel, grave et profond lorsqu'il se remémore ses souvenirs. On ressent toute sa colère contre l'école et la société qui n'admettent pas la différence, qui excluent en voulant mettre tout le monde dans le même moule. On perçoit aussi sa solitude et le combat qu'il a dû mener pour s'accepter avec sa différence, pour accepter de ne pas rentrer dans la norme et pour affronter le rejet. Au-delà de son cas particulier, son propos s'applique à tous les enfants différents, qui ne rentrent pas dans les diktats de la norme. " Le pouvoir hideux et haineux de la norme".
    Ce récit autobiographique met en évidence la force intérieure de cet homme hors du commun doté d'un solide amour de la vie qui parvient à nous raconter son histoire avec une réelle distance, sans aucun pathos. Un témoignage sincère, profond et nécessaire qu'il convient de lire avec une bonne réserve de post-it à portée de main tant il y a de passages à retenir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Olivier Liron a participé à question pour un champion et en a été un, de champion.
    Son livre relate cette expérience. Découpé en fonction des différentes parties du jeu, il nous décrit à la fois le jeu et les enjeux pour chaque concurrent mais également sa vie sous difficile et bouleversée par...
    Voir plus

    Olivier Liron a participé à question pour un champion et en a été un, de champion.
    Son livre relate cette expérience. Découpé en fonction des différentes parties du jeu, il nous décrit à la fois le jeu et les enjeux pour chaque concurrent mais également sa vie sous difficile et bouleversée par la violence du monde si rapide à rejeter et exclure toute différence.
    Le ton est clairement satirique et rempli d’humour. Un cours roman qui se dévore, attrapé par le suspens du jeu, on se surprend vouloir appuyer sur le buzzer. On retrouve le ton un peu fou de Julien Lepers très bien rendu à l’écrit (ce qui m’a beaucoup amusé).
    Bref un très joli livre, dévoré avec un plaisir non feint !
    Bravo

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Olivier Liron livre un récit drôle, sans pudeur, avec beaucoup de recul et d’autodérision sur la différence dans une société aussi normée que la nôtre, mais aussi la violence qui peut en surgir dans la sphère publique ou intime.
    Le ton est drôle, le vocabulaire percutant et souvent satirique,...
    Voir plus

    Olivier Liron livre un récit drôle, sans pudeur, avec beaucoup de recul et d’autodérision sur la différence dans une société aussi normée que la nôtre, mais aussi la violence qui peut en surgir dans la sphère publique ou intime.
    Le ton est drôle, le vocabulaire percutant et souvent satirique, le rythme vif, l’histoire touchante, l’auteur (autiste Asperger) doté d’une réelle soif de vie. Le tout avec pour toile de fond l’émission Questions pour un champion de Julien Lepers, à laquelle Olivier Liron a participé, et dont il nous dévoile l’envers du décor. Cet élément du récit m’a toutefois déstabilisée : certes partie intégrante de la vie de l’auteur, et expérience humaine visiblement forte pour lui. J’avoue cependant que les dialogues de l’émission, très présents dans le récit, ont à mon goût quelque peu étouffé le propos, là où d’autres y verront,j’en suis sûre, une touche supplémentaire d’auto-dérision. La vie n’est qu’un jeu après tout, tout comme cette émission télévisée?! Avec un chemin plus tortueux pour certains que pour d’autres.
    https://accrochelivres.wordpress.com/2018/09/23/einstein-le-sexe-et-moi-olivier-liron/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bon, disons-le clairement, Olivier Liron est notre CHOUCHOU de cette rentrée littéraire : tout le monde craque, a craqué ou craquera et MOI LA PREMIÈRE.
    Il faut dire qu'il a TOUT pour lui, ce garçon (au fait, il est marié?) Allez, je plaisante ! (C'est pas pour moi, c'est pour ma fille…...
    Voir plus

    Bon, disons-le clairement, Olivier Liron est notre CHOUCHOU de cette rentrée littéraire : tout le monde craque, a craqué ou craquera et MOI LA PREMIÈRE.
    Il faut dire qu'il a TOUT pour lui, ce garçon (au fait, il est marié?) Allez, je plaisante ! (C'est pas pour moi, c'est pour ma fille… quoique...hum, hum) Oui, il a TOUT pour lui (je me sens prête à faire une surconsommation de majuscules pour cet article) : il est drôle, sensible, intelligent, il écrit vachement bien, il connaît des kilomètres de trucs dont je n'ai absolument JAMAIS entendu parler - et en plus, il s'en souvient - , il est cultivé, parfois un peu foutraque (juste ce qu'il faut pour qu'on craque), souvent en retard. Il aime le coca et les madeleines, les croque-monsieur au Leerdammer, les chapitres sur le divertissement dans les Pensées de Pascal (ben oui, j'connais et surtout ce chapitre-là!) et le chocolat à l'orange.
    Bref, il a tout pour plaire et je l'aime, je l'aime, je l'aime. D'ailleurs, je le lui ai déjà dit (si, si mais c'est entre nous, je ne peux pas vous en dire plus… )
    Son livre ? Comme lui : un délice de drôlerie mais pas seulement !
    Olivier Liron nous raconte comment il a participé à Questions pour un champion. Vous savez, avec Julien Lepers. Eh bien, croyez-moi, même si vous n'êtes pas féru de cette émission, vous allez trembler et avoir les mains moites : car on veut qu'il gagne, notre Olivier au pull-over rouge ! Et on se prend au jeu, on frémit pour lui, on maudit les autres candidats, on les déteste. Ils ne DOIVENT pas gagner, ils NE PEUVENT PAS gagner. On s'est tellement attaché à notre Olivier qu'il est notre pote, notre frangin. On veut qu'il gagne ! Et sur un rythme effréné, nous voilà transportés dans un jeu qu'on ne regarde jamais à la télé. Limite d'ailleurs si la plume d'Olivier Liron ne nous inciterait pas à jeter un œil sur l'émission (ça passe encore? J'ai un doute) Donc, le suspense est terrible, oui TERRIBLE. Notre crack en botanique et en ornithologie est parfois au plus mal devant des adversaires REDOUTABLES. Et le truc le plus fou, c'est qu'il est capable de rendre Thor Heyerdahl (quoi, vous ne connaissez pas?) et l'expédition sur le Kon-Tiki (faut pas que je me plante en l'écrivant!) complètement passionnants.
    De toute façon, je vais vous dire, il pourrait nous parler de n'importe quoi, ce serait un pur bonheur parce qu'il écrit tellement bien et il a un tel humour (je me répète, je sais), une telle autodérision aussi, un tel sens du rythme et de la poésie que moi, je prends TOUT !
    Mais, il n'y a pas que ça dans ce livre (et soudain, je me rends compte que j'ai oublié de vous dire qu'Olivier est autiste, autiste Asperger) : Olivier nous raconte le cauchemar de ses années collège, il nous parle aussi de sa grand-mère, de ses parents, de ses histoires d'amour. C'est hyper touchant, hyper sensible. C'est magnifique, MAGNIFIQUE !!! On est ému aux larmes !
    Allez, lisez-le, lisez-le, lisez-le.
    Bravo Olivier pour ce que vous êtes !
    Qu'est-ce qu'on vous aime !

    LIRE AU LIT le blog

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com