Changer l'eau des fleurs

Couverture du livre « Changer l'eau des fleurs » de Valerie Perrin aux éditions Albin Michel
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel
  • EAN : 9782226403049
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu'elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu'un homme et une femme... Voir plus

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu'elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu'un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l'on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l'émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l'histoire intense d'une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l'ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d'humanité.Un hymne au merveilleux des choses simples.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Changer l'eau des fleurs, c'est le premier roman de Valérie Perrin que je lis et je ne suis pas déçue. Une belle histoire que celle de Violette Toussaint qui devient garde-cimetière après avoir vécu quelques tragédies dans sa vie que je vous laisse découvrir à travers la lecture du roman.

    Le...
    Voir plus

    Changer l'eau des fleurs, c'est le premier roman de Valérie Perrin que je lis et je ne suis pas déçue. Une belle histoire que celle de Violette Toussaint qui devient garde-cimetière après avoir vécu quelques tragédies dans sa vie que je vous laisse découvrir à travers la lecture du roman.

    Le bonheur est là même lorsque la vie réserve des souffrances indélébiles. Rester éveiller aux rencontres, suivre ses envies, se respecter peut ouvrir de nouvelles perspectives n'est ce pas ? Violette, cette femme sous des apparences très ordinaires est au fond une femme extraordinaire, qui va faire de son quotidien des petites merveilles avec des petits riens. J'adore ces personnes, hors castes, hors tout mais qui savent l'essentiel : oser être.

    Un beau roman qui se lit à l'ombre d'un arbre dans son jardin, une histoire qui a la senteur de la vie avec ses joies et ses peines. Une histoire qui se dévoile à chaque page, des personnages attachants que l'on découvre tout au long du roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Coup de coeur !!!!

    "Changer l'eau des fleurs" est un roman pleins d'émotions, de délicatesses, de rires, de pleurs, d'amours.
    Ne pas se fiez à la couverture assez épuré, a la calligraphie affreuse, a ce titre assez "feel-good" et à un résumé banal. Ce roman est un petit bijou.

    Valérie...
    Voir plus

    Coup de coeur !!!!

    "Changer l'eau des fleurs" est un roman pleins d'émotions, de délicatesses, de rires, de pleurs, d'amours.
    Ne pas se fiez à la couverture assez épuré, a la calligraphie affreuse, a ce titre assez "feel-good" et à un résumé banal. Ce roman est un petit bijou.

    Valérie Perrin est une découverte, une révélation, une plume sensible, réaliste, envoutante, qui nous embarque dans une histoire tellement dramatique mais aussi lumineuse.
    Il fallait oser écrire tout un roman qui se déroule dans un cimetière ; et ça fonctionne.

    Le personnage principal, Violette, est tellement attachante, qu'on a envie de pousser sa porte, de boire un thé en sa compagnie, de découvrir son jardin et de la serrer dans nos bras.
    Les petites "épitaphes" de chaque début de chapitre sont d'une merveille et d'une grande poésie.

    Valérie Perrin transforme l'ordinaire en extraordinaire grâce à sa plume, un hymne à la vie et à l'humanité.
    Valérie Perrin mérite amplement son titre de "Prix Maison de la Presse 2018" qu'elle vient tout juste de recevoir. Surement le premier d'une longue liste.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après les oubliés du dimanche et les maisons de retraite, Valérie Perrin s'attaque aux cimetières et à ceux qui y vivent...oui oui ceux qui y vivent pas les morts. Il y a ceux qui y travaillent chaque jour comme l'héroïne qui en est la gardienne, ou les jardiniers, croques morts etc.. il y a les...
    Voir plus

    Après les oubliés du dimanche et les maisons de retraite, Valérie Perrin s'attaque aux cimetières et à ceux qui y vivent...oui oui ceux qui y vivent pas les morts. Il y a ceux qui y travaillent chaque jour comme l'héroïne qui en est la gardienne, ou les jardiniers, croques morts etc.. il y a les visiteurs, réguliers ou occasionnels..un très bon livre tout doux plein d'humour et d'affectif que je vous conseille

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour être honnête je ne connaissais pas cette auteure et le titre que je jugeais un peu trop à l'eau de rose ne m'attirait guère. Ô la malheureuse que je suis aurait été bien stupide de le refuser. Une fois lancée dans ma lecture je ne l'ai plus lâchée.
    Violette est garde-cimetière, non non ne...
    Voir plus

    Pour être honnête je ne connaissais pas cette auteure et le titre que je jugeais un peu trop à l'eau de rose ne m'attirait guère. Ô la malheureuse que je suis aurait été bien stupide de le refuser. Une fois lancée dans ma lecture je ne l'ai plus lâchée.
    Violette est garde-cimetière, non non ne flippez pas car c'est tout ce qui fait son charme. C'est une femme aimante, généreuse et dévouée. « Je déguste la vie, je la bois à petites gorgées comme du thé au jasmin mélangé à du miel. Et quand arrive le soir, que les grilles de mon cimetière sont fermées et la clé accrochée à ma porte de salle de bains, je suis au paradis. » Nous la suivons dans son quotidien semé d'anecdotes toutes plus folles les unes que les autres, de fous rires avec ses comparses : Nono, Gaston, Elvis … « J'adore rire de la mort, me moquer d'elle. C'est ma façon de l'écraser. Comme ça, elle fait moins son importante. En me jouant d'elle, je laisse la vie prendre le dessus, prendre le pouvoir. » Et puis, peu à peu, au fil des pages elle nous livre ses souvenirs, ses pensées douloureuses, ses chagrins. Un inconnu vient ébrécher ce cocon, qu'elle s'est fabriqué pour une raison bien précise. Celui qui vient à elle souhaite déposer les cendres de sa mère sur la tombe d'un certain Gabriel Prudent. Qui est-il ? de cette rencontre inattendue découle une histoire ou plutôt des histoires mais je ne peux pas tout vous dire, il y en a certaines qui ne s'écoutent pas mais se vivent...

    Le roman se déroule principalement dans un cimetière mais n'allez pas croire que cela en plombe le contenu. Bien au contraire, c'est beau et rempli d'espoir. Valérie Perrin donne mille vies à Violette et tout y passe : la naissance, le mariage, le travail, les amis, le décès, l'attente, l'abandon. Elle nous fait passer par une palette d'émotions variée. J'ai détesté Philippe à en grogner, encouragé Violette à m'en user la voix, eu un fou-rire avec Gaston, soutenu Julien par l'épaule… Les personnages ne sont pas épargnés, chacun sa dose d'épreuve. À aucun moment mon attention ne s'est détournée du texte, le travail de construction est bien mené, me rendant accro. C'est un roman touchant et tellement lumineux. Oui j'ai pleuré mais mon sourire en le refermant m'en a fait ressentir le plus grand bien.

    www.mesecritsdunjour.com/archives/2018/03/27/36265544.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ses voisins de palier, n'ont pas de soucis, ils ne payent pas d'impôts, ils sont morts, Violette Toussaint est garde-cimetière. À chaque enterrement, elle note dans des cahiers les mots, les poèmes, les chansons, les hommages, elle décrit les gens présents, la météo qu'il faisait, si un chat ou...
    Voir plus

    Ses voisins de palier, n'ont pas de soucis, ils ne payent pas d'impôts, ils sont morts, Violette Toussaint est garde-cimetière. À chaque enterrement, elle note dans des cahiers les mots, les poèmes, les chansons, les hommages, elle décrit les gens présents, la météo qu'il faisait, si un chat ou un oiseau s'est approché de la tombe.

    Elle est née sous x, avec son mari ils ont été gardes-barrière. Ils ont eu une fille Léonie, une magicienne. Pour cette fille, elle réapprend à lire correctement, pour le jour où elle rentrera à la maternelle. Mais avec son kit de magicienne, Léonie a vraiment disparu avec trois de ses camarades dans un incendie, quatre petites vies tombées en poussière. Son mari n'est plus là, il est parti sur sa moto faire un tour, il n'est jamais revenu.

    Avec ses trois amis fossoyeurs, Nono, Gaston Elvis et les frères Lucchini officiers des pompes funèbres, elle boit du café avec de grosses larmes d'eau-de-vie.

    Valérie Perrin nous fait partager la vie d'une femme simple qui vit au rythme des enterrements, une femme qui ne rentre pas dans les cases, qui n'est jamais rentrée dans les cases. Une écriture limpide, joyeuse et poétique, il faut savourer chaque mot. Quand le roman se fait noir, le lecteur est un peu déçu de perdre l'univers calme et reposant du cimetière, mais c'est pour nous conter un drame qui a marqué les personnages avec une fin inattendue, d'ailleurs aucune vie n'est un chemin tranquille.
    Des personnages attachants, tels le vieux Sasha,l'ancien gardien du cimetière, le père Cédric, le curé qui rêve d'être père, ou Julien Seul le bien nommé.

    Un récit tout en sensibilité, des passages à déguster comme un bonbon qu'on laisse fondre lentement dans sa bouche, pour faire durer le plaisir plus longtemps.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On ne sort pas indemne des romans de Valérie Perrin. On y laisse toujours un peu de soi ( des larmes, des doutes) et on embarque un peu de ses personnages ( de l’esperance et la contemplation des bonheurs simples).
    Je n’hesite pas à qualifier cette œuvre de magique, sensible et profondément...
    Voir plus

    On ne sort pas indemne des romans de Valérie Perrin. On y laisse toujours un peu de soi ( des larmes, des doutes) et on embarque un peu de ses personnages ( de l’esperance et la contemplation des bonheurs simples).
    Je n’hesite pas à qualifier cette œuvre de magique, sensible et profondément humaine . Bref , quelle chance de ne pas l’avoir encore lu! ❤️

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est un roman que j’ai pris le temps de déguster. Valérie Perrin décrit la vie avec beaucoup de tendresse et c’est avec plaisir que l’on se laisse porter par ses écrits.

    Violette est un personnage très attachant, plein de résilience et de bienveillance. Elle n’a pas été épargnée par la vie,...
    Voir plus

    C’est un roman que j’ai pris le temps de déguster. Valérie Perrin décrit la vie avec beaucoup de tendresse et c’est avec plaisir que l’on se laisse porter par ses écrits.

    Violette est un personnage très attachant, plein de résilience et de bienveillance. Elle n’a pas été épargnée par la vie, par l’amour, par la mort. Elle reste pourtant une femme adorable que l’on aimerait aider du plus profond de notre cœur. Malgré une profession pour le moins originale (un personnage principal garde-cimetière, ce n’est pas commun !) qui peut sembler assez sinistre au premier abord, le récit transpire avant tout d’une grande humanité où les choses simples ont la part belle.
    Héroïne du quotidien, Violette va voir sa vie se chambouler après qu’une femme, Irène, ait décidé dans ses dernières volontés de reposer auprès d’un homme, Gabriel, qui n’est pas son défunt mari. De là part une sorte d’enquête familiale ponctuée de lettres, de secrets qui finissent par ne plus en être, tout en pudeur et retenue. Et c’est aussi à travers cette histoire que notre douce Violette se remémore la sienne et au fil des chapitres, elle découvre elle aussi sa famille sous un nouveau jour, et notamment son mari subitement disparu il y a de nombreuses années. Parti en moto et jamais revenu. Envolé ! Mais d’un homme décrit comme détestable, nous apprenons à connaître qui il était vraiment, au fur et à mesure, en même temps que Violette. J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteure changeait peu à peu notre regard sur lui.

    Toujours est-il que l’on espère de tout notre cœur, et ce jusqu’aux dernières lignes, que Violette réussisse à aller réellement de l’avant, à sauter les barrières qu’elle a érigées pour se protéger, à vivre les rêves qu’elle a enfouis, à changer l’eau des fleurs.

    « Dès qu’il a ouvert la bouche, j’ai senti la solitude se détacher de moi comme une peau morte. Sa voix m’a fait l’effet d’une éclaircie, comme s’il avait allumé un lampadaire au-dessus de ma tête. »

    Entre parenthèse, j’ai vécu en Bourgogne de nombreuses années, alors les noms des villes et villages résonnaient en moi. C’était réjouissant de partir en terrain connu ! Cela a certainement contribué à ce que je me projette encore plus dans l’histoire.

    J’émets toutefois un tout petit bémol sur l’effet de répétition concernant le passé de Violette, on aimerait parfois en découvrir davantage et un peu plus vite. Mais ce roman reste un très bel hommage à la vie, pas du tout déprimant, parfois drôle et souvent tendre. On finit même par considérer les cimetières et les métiers afférents d’une autre manière, sous un autre point de vue. Le jardinage, les plantes, les fleurs sont aussi omniprésents et cela donne une plongée printanière qui n’est pas de refus !

    J’ai aussi aimé les petits rebondissements dans le dénouement, des révélations qui surgissent où on ne les attend pas. Des petites cerises sur le gâteau qui redonnent un petit rythme appréciable.

    En bref, l’auteure sait merveilleusement décrire les liens qui unissent les Hommes. Son écriture est poétique et furieusement humaine. De la douleur qui surgit parfois dans nos vies, elle en extirpe tout l’espoir et nous offre un roman qui nous illumine de bien des façons. C’est un roman sur l’amour et l’amitié, qui met en avant les belles rencontres qui jalonnent la vie. On en ressort le cœur gonflé à bloc, du bonheur.

    https://ducalmelucette.wordpress.com/2018/03/26/lecture-changer-leau-des-fleurs-de-valerie-perrin/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J aimerais bien le decouvrir se livre attachant et d être en contact avec des personnes étrangères les decouvrir et passer des moments ensemble et on se sent moins seule ,car là solitude existe bien ....

    J aimerais bien le decouvrir se livre attachant et d être en contact avec des personnes étrangères les decouvrir et passer des moments ensemble et on se sent moins seule ,car là solitude existe bien ....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ouvrir le dernier roman de Valérie Perrin, c’est prendre le risque de faire la rencontre d’un personnage inoubliable auquel je me suis énormément attachée.

    Une femme nommée Violette qui côtoie au quotidien les morts et soigne les maux des vivants. Mais derrière la bienveillance et la...
    Voir plus

    Ouvrir le dernier roman de Valérie Perrin, c’est prendre le risque de faire la rencontre d’un personnage inoubliable auquel je me suis énormément attachée.

    Une femme nommée Violette qui côtoie au quotidien les morts et soigne les maux des vivants. Mais derrière la bienveillance et la simplicité de cette héroïne garde-cimetière, se cache un passé douloureux qui va se révéler par fragments, au fil des pages.

    Avec ce récit, j’ai découvert le talent indéniable que possède l’auteure pour manier les mots et nous emporter dans un tourbillon d’émotions. Une plume délicate et sensible, qui nous livre une histoire qui m’a surprise à maintes reprises par ses rebondissements.

    Des révélations qui nous amènent notamment à changer notre regard sur certains des personnages. Car Valérie Perrin ne nous conte pas simplement l’histoire de Violette mais également celle de Gabriel, Irène, Philippe ou encore Françoise.

    Un livre qui fait du bien, tout en justesse, sur les choix que l’on fait dans notre vie, sur le deuil, l’amour et la reconstruction.

    Ne passez pas à côté de ce véritable bijou d’émotion! Une lecture poignante mais qui donne également du baume au cœur. Un très bel hymne à l’amour et à la vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Valérie Perrin, je ne connaissais pas cette auteure avant de découvrir son dernier roman "Changer l’eau des fleurs". Et ce fut une magnifique rencontre. J

    Violette, le personnage principal de l’histoire, avait à coup sûr un destin de garde. Elle fut garde-barrière puis garde cimetière. Il...
    Voir plus

    Valérie Perrin, je ne connaissais pas cette auteure avant de découvrir son dernier roman "Changer l’eau des fleurs". Et ce fut une magnifique rencontre. J

    Violette, le personnage principal de l’histoire, avait à coup sûr un destin de garde. Elle fut garde-barrière puis garde cimetière. Il faut dire aussi que pour le second emploi, elle portait un nom prédestiné. Elle s’appelait Violette Toussaint. Et, si ce nom n’est pas banal, sa vie ne le fut pas non plus.
    "Mes voisins de palier n’ont pas froid aux yeux. Ils n’ont pas de soucis, ne tombent pas amoureux…. Ils ne sont pas lèche-cul, ambitieux, rancuniers, coquets…croyants, vicelards, optimistes. Ils sont morts." Ainsi commence le livre qui m’a embarquée dans la vie de cette jeune femme au prénom en forme de fleur et au nom qui de chanteur (elle s’appelait Trénet) est devenu synonyme de chagrin.

    Je pourrais dire que ce roman est un feel-good, un page-turner, mais ce serait le réduire à ce qu’il n’est pas seulement. Alors, certes, la romancière nous plonge dans un bain chaud, parfumé de bons sentiments. Certes Violette est la personne que tout un chacun souhaiterait être. Elle est jolie, beaucoup le disent – même si elle ne le sait pas – elle est gentille au sens noble du terme, elle est partageuse, prêteuse, généreuse. Elle est un baume sur les plaies, un sourire sur les chagrins. Mais pour autant sa vie n’a pas toujours été rose. Elle a eu son lot de chagrin et de douleur. Violette est une résiliente. Elle fait de ses malheurs une machine à aimer les autres. Elle suit en cela les principes de son ami Sasha, son prédécesseur au cimetière pour lequel "… le passé est le poison du maintenant. Ressasser, c’est mourir un peu." Elle est simple et pleine d’empathie.

    L'écriture de Valérie Perrin est simple aussi, douce, enveloppante et musicale, une écriture à la plume trempée dans une encre bienveillante et d’une grande humanité. Car il est beaucoup question d’amour dans cet ouvrage, d’amour éternel. L’amour charnel, mais aussi filial, celui des légumes, des fleurs et de la terre, des chiens, des chats et des oiseaux. L’amour du thé qui embaume, l’amour de la mer et des vagues. Elle accompagne de belle manière les personnages qui entourent Violette, tous attachants... ou presque : Philippe, le mari de Violette, Léonine, sa fille, Julien, Irène, Clément, ses collègues de travail... L'organisation du récit toute en aller et retour, faite d'histoires imbriquées les unes dans les autres, ajoute par ailleurs une plus-value au suspens.

    Je redoutais un happy end, trop conventionnel, mais en même temps l’espérais et j'avais raison, il n'enlève rien à la qualité de l'ouvrage. Je viens de refermer le livre en ayant l’impression de flotter.

    "Changer l’eau des fleurs » fait partie de ces romans qui devraient être remboursés par la Sécurité Sociale.

    www.memo-emoi.fr

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions