Valerie Perrin

Valerie Perrin

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (22)

  • Couverture du livre « Changer l'eau des fleurs » de Valerie Perrin aux éditions Albin Michel

    Nathalie Laguillaumie sur Changer l'eau des fleurs de Valerie Perrin

    un vrai bonheur
    j'ai ouvert ce livre et je n'ai pas pu arrêter avant la fin
    le personnage est vraiment attachant et je aimerais ne connaître que des personnes comme elle
    j'ai adoré et je le recommande a tous mes amis

    un vrai bonheur
    j'ai ouvert ce livre et je n'ai pas pu arrêter avant la fin
    le personnage est vraiment attachant et je aimerais ne connaître que des personnes comme elle
    j'ai adoré et je le recommande a tous mes amis

  • Couverture du livre « Changer l'eau des fleurs » de Valerie Perrin aux éditions Albin Michel

    Mathilde81 sur Changer l'eau des fleurs de Valerie Perrin

    Quel roman !!!!!!!!! une pure merveille malgré que l'héroÏne vive au milieu des morts.
    Violette est une enfant née sous X qui pense avoir trouvé le grand amour en épousant Philippe Tousaint.
    Ils s'installent comme garde- barrière, ont une petite fille ......... mais le jour où le passage à...
    Voir plus

    Quel roman !!!!!!!!! une pure merveille malgré que l'héroÏne vive au milieu des morts.
    Violette est une enfant née sous X qui pense avoir trouvé le grand amour en épousant Philippe Tousaint.
    Ils s'installent comme garde- barrière, ont une petite fille ......... mais le jour où le passage à niveau va être automatisé, Violette n' à qu'une idée ........ postuler pour un poste de garde-cimetière qui se libère dans une petite ville de bourgogne.
    Sa vie va basculer le jour où Julien vient lui demander des renseignements sur la tombe d'un homme enterré dans le cimetière.
    Violette, qui malgré toutes les épreuves, va reprendre goût à la vie.
    Un véritable moment de bonheur !!!!!!

  • Couverture du livre « Changer l'eau des fleurs » de Valerie Perrin aux éditions Albin Michel

    Mumu Dans le Bocage sur Changer l'eau des fleurs de Valerie Perrin

    Elle s’appelle Violette Trenet mais signe du hasard en se mariant elle est devenue Violette Toussaint. Un signe du destin peut-être. Elle est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne : Brancion en Chalon. Dans sa petite maison elle accueille les habitués : les fossoyeurs Nono, Gaston,...
    Voir plus

    Elle s’appelle Violette Trenet mais signe du hasard en se mariant elle est devenue Violette Toussaint. Un signe du destin peut-être. Elle est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne : Brancion en Chalon. Dans sa petite maison elle accueille les habitués : les fossoyeurs Nono, Gaston, Elvis, le curé Cédric, les animaux abandonnés par le départ de leurs maîtres. Il y a des rires, des pleurs, du réconfort mais aussi des révélations.

    Un beau jour se présente Julien Seul qui veut répandre les cendres de sa mère sur la tombe de son amant …… Pour Violette cette rencontre va bousculer son quotidien si bien rôdé et elle va découvrir que les apparences ne sont pas toujours ce qu’on croit qu’elles sont !

    Ma lecture

    Ce livre dès sa sortie a rencontré beaucoup de succès….. Cela m’intrigue toujours et au vu de la couverture je pensais qu’il s’agissait d’une romance légère sur un fond original de garde-cimetière….. Je suis toujours un peu curieuse de savoir pourquoi un tel engouement même si je n’aime pas ce genre de littérature. Je ne l’aurai pas acheté mais j’ai eu l’occasion de l’avoir entre les mains alors je rentre dans ce petit cimetière de province bourguignonne.

    L’auteure a un indéniable talent de narration : elle maîtrise habilement le récit en alternant le présent, le passé, en introduisant chaque chapitre avec une citation-épitaphe de ce qui va suivre.

    Avec finesse elle associe personnages et noms, événements et révélations parsèment le récit et au fil de la narration on découvre que les apparences ne sont pas ce que l’on croit, pas si simple.

    Il fait bon dans la petite maison de Violette : c’est simple mais chaleureux, chacun a sa place comme elle a trouvé la sienne après un drame auprès de Sasha, son maître es-cimetière et es-vie.

    C’est un roman qui n’a la prétention que d’ouvrir les grilles sur un cimetière d’une petite ville de province où tout le monde se connaît, petits et grands secrets, petites et grandes douleurs, Violette écoute, voit, note et veille mais reste discrète.

    Je suis gardienne de cimetière, je ne bois que des larmes. (p47)

    Même si certains passages sont chargés en émotion, l’ensemble reste très optimiste. En mêlant paroles de chanson, texte de poèmes et en nommant certains personnages, par exemple Philippe Toussaint, le mari de Violette, à la troisième personne on ressent la distance qu’elle met entre eux, le malaise.

    La vie d’un cimetière à travers les yeux d’une femme ayant eu son lot de souffrances, qui n’attend plus de la vie que le calme, le frottement de ces animaux le long de ses jambes, les passages des habitués, des amis, la consignation dans son registre des enterrements en y ajoutant sa petite note personnelle. Une réflexion sur la mort mais aussi et surtout sur la vie, sur ceux qui sont partis mais ceux qui restent.

    Chaque tombe est une poubelle. Ce sont les restes qu’on enterre ici, les âmes sont ailleurs. (p380)

    Certes, on retrouve à travers les différents personnages les caractéristiques de ce type de roman, on se doute un peu de ce qu’il va se passer, mais il y a malgré tout de vraies surprises, de vrais retournements de situation.

    C’est un joli livre, une écriture délicate, dans un environnement particulier parler de la mort, de la vie, du deuil mais aussi avec des scènes cocasses parfois en particulier avec les fossoyeurs qui racontent les petits incidents de leur métier, le prête qui se voit père, les rivalités femme-maîtresse etc…

    Un roman qui conviendra à un grand nombre de lectrices plus que de lecteurs, qui ne m’a pas déplu, qui m’a reposée mais sans me convaincre totalement mais parce que je suis assez peu sensible à ce genre de littérature, pas totalement feel good, mais un livre qui fait du bien par son côté optimiste sur un thème que l’on aborde peu sous cet angle. Le contraste entre le fonds et la forme est une réussite, le bouche-oreille à fait le reste et dans le genre pourquoi pas…

    De temps en temps une lecture de ce genre me plaît surtout quand l’écriture est agréable, et recherchée, quand le fonds n’est pas forcément celui que l’on croit trouver.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com