Wilfried N'Sonde

Wilfried N'Sonde

Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé a fait des études de sciences politiques à Paris avant de partir vivre à Berlin où il est resté vingt-cinq ans. Il habite désormais à Paris. En 2016 il a enseigné la littérature à l'université de Berne en tant que professeur invité.
Musicien et auteur de...

Voir plus

Né en 1968 à Brazzaville, Wilfried N’Sondé a fait des études de sciences politiques à Paris avant de partir vivre à Berlin où il est resté vingt-cinq ans. Il habite désormais à Paris. En 2016 il a enseigné la littérature à l'université de Berne en tant que professeur invité.
Musicien et auteur de chansons, il se produit régulièrement en duo avec son frère Serge N'Sondé en France et en Allemagne. Écrivain, il publie son oeuvre aux éditions Actes Sud, et ses romans sont traduits aux États-Unis et en Italie.

Vidéos (1)

  • Les délibérations du jury du Prix Orange du Livre 2018

Articles (3)

Avis (45)

  • Couverture du livre « Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sonde aux éditions Actes Sud

    nathalie vanhauwaert sur Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N'Sonde

    Peut-être avez-vous déjà été dans la Basilique Sainte Majeure à Rome. Une petite statue de marbre noire nommée Nigrita vous observe. Une statue sculptée en 1608 sous les ordres du Pape Paul V.

    Cette statuette nous raconte sa vie par la jolie plume de Wilfried N'Sondé.

    C'est en 1583 que...
    Voir plus

    Peut-être avez-vous déjà été dans la Basilique Sainte Majeure à Rome. Une petite statue de marbre noire nommée Nigrita vous observe. Une statue sculptée en 1608 sous les ordres du Pape Paul V.

    Cette statuette nous raconte sa vie par la jolie plume de Wilfried N'Sondé.

    C'est en 1583 que Nsaku Ne Vunda voit le jour sur les rives du peuple Kongo. Il naîtra orphelin. Sa famille adoptive le confiera à des missionnaires car il est vif d'esprit. Il étudiera, deviendra prêtre sous son nom de baptême Dom Antonio Manuel. Un jeune prêtre apprécié dans son village.

    Le 24 décembre 1604, il sera convoqué chez le roi Alvaro II, le roi du Bakongo. Celui-ci lui confiera la mission d'ambassadeur auprès du Vatican . Objectif officiel, représenter au même titre que les européens, les Bakongos auprès du pape Clément VIII.

    Sa mission secrète sera, lui confie le roi, de dénoncer l'esclavagisme, de plaider auprès du souverain pontife pour l'abolition de celui-ci. Si Nsaku Ne Vunda a été choisi c'est parce qu'il est a des lieues des personnes corrompues qui l'entourent, il est reconnu pour son honnêteté.

    Notre jeune prêtre, candide , embarque sur le navire français "Le vent paraclet". Il doit faire face à l'équipage qui ne comprend pas les égards et le respect donné à un "noir". Le voyage sera long car il faut faire un détour par le Nouveau Monde pour y livrer la cargaison. La cargaison parlons-en, un réel choc pour Nsaku Ne Vunda car elle se compose de ce qu'il va dénoncer; des esclaves !

    Des esclaves traités de manière inhumaine, entravé par des fers et des chaînes. Des femmes dont la nudité leur fait honte, violées, maltraitées. Ils sont tous enfermés dans la cale, entassés les uns sur les autres dans des conditions innommables.

    Il va devoir endurer tout cela grâce à sa foi, se convaincre que c'est pour en sauver des milliers d'autres qu'il supporte cela en silence. La compagnie d'un mousse français l'aidera en lui apportant de l'humanité et de l'amour. Un mousse qui a quitté un autre esclavage: le servage...

    Ils se dirigeront vers le Brésil, bravant les tempêtes dans ce long voyage, subissant les attaques de pirates pour arriver après avoir traversé un océan, deux mers et trois continents au Portugal, continuant sans relâche son périple pour Rome. Il devra encore affronter l'inquisition espagnole avant d'arriver à bon part à Rome en 1608.

    Ce récit est à la fois un roman d'aventure, de pirates mais aussi une initiation, une formation. Ce Candide possédant comme seule arme sa foi est un personnage fort et attachant.

    Un roman fort dénonçant l'esclavage, le servage, l'inquisition espagnole ou comment l'homme peut en asservir d'autre et de quel droit. Un roman qui nous parle de la nature humaine qui forme un tout, une partie de l'homme qui est capable du pire et une autre comme le personnage de Martin qui va apporter de l'amour et de l'humanité. Wilfried N'Sondé ne nous parle-t-il pas des deux facettes de l'être humain qui se complète... compassion , amour et horreur ! En effet l'Homme est possible du meilleur comme du pire.

    L'écriture est percutante, poétique. La plume est flamboyante, colorée, ciselée avec des envolées lyriques qui nous font apparaître des images très réalistes.

    Une très belle histoire qui interpelle sur la nature humaine.


    A lire.


    C'est un coup de ♥


    Les jolies phrases


    En vérité, sans chercher à obtenir une quelconque récompense, je me contenterais de consoler, d'être à l'écoute d'une population déboussolée, terrorisée.

    Atteindre l'autre côté de la grande eau, en revenir fidèle à mes croyances, à l'écoute du onde et des autres, voilà ce qui couronnerait mon entreprise de succès et m'offrirait l'éternité.

    Le Saint Homme affranchirait alors sans attendre tous les captifs, où qu'ils soient, puisque le christianisme considérait les hommes égaux devant Dieu.

    un serviteur du Dieu des chrétiens venu de l'arrière-pays Kongo, ambassadeur du roi, invité par le pape ... l'idée leur paraissait presque ridicule, une vilaine farce à pleurer de rire. Seule l'autorité absolue du capitaine garantissait ma présence dans la partie surélevée du bateau.

    Être dans l'incapacité d'atténuer leurs souffrances me consumait, cette impuissance torturante et coupable altérait fortement les fondements de ma foi. Qui avait pu inventer la haine et le mépris justifiant les atrocités qui se commettaient sur le vaisseau.

    Maîtres, esclaves, ecclésiastique, sentinelles, marchandises, nous naviguions, liés les uns aux autres selon une échelle de subordination, chacun cherchant à écraser les plus faibles que lui.

    Des sujets à torturer, des outils de travail et de temps en temps des objets d'assouvissement des pulsions sexuelles ou sadiques.

    La tournure des événements leur avait ôté toute espérance, alors elles avaient ouvert l'abîme et s'y étaient engouffrées.. En l'instant je trouvai injustes les lois de mon Église accablant ceux qui dominent la mort . En vérité, en les excluant, nous les faisions mourir une seconde fois.


    La laideur du monde m'avait fait comprendre l'importance de ma tâche, tant pis si mes chances de réussite s'amoindrissaient de jour en jour.

    Il m'apparut qu'exister sans elle ne serait qu'un balbutiement de vivre qui ferait de moi un être inachevé, errant en quête sans fin.

    J'avais traversé deux fois l'Atlantique, voyagé entre trois continents pour retrouver la même image que celle des esclaves bakongos dans le flou de la brume.

    Où se cachait Dieu dans ce néant, et que faisaient les ancêtres?

    La laideur du monde et des hommes me semblait si grande qu'elle anéantissait ma capacité d'espérer.

    Enfermé à mon tour, je vivais ce qu'avaient enduré les esclaves durant la traversée de l'Atlantique.

    Je devins l'incarnation de ceux qui avaient souffert, une sorte de flamme commençait à m'illuminer.

    Mon périple m'avait enseigné le mouvement vers l'avant, plus enrichissant que le repli dans la nostalgie du passé.

    Il m'avait fallu le malheur pour découvrir les trésors cachés dans mon âme, ma captivité révéla une ressource profonde jusque-là ignorée : l'énergie de la révolte.

    https://nathavh49.blogspot.com/2018/11/un-ocean-deux-mers-trois-continents.html

  • Couverture du livre « Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sonde aux éditions Actes Sud

    Aurélien Vicentini sur Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N'Sonde

    J'ai découvert Wilfried N'Sondé à travers ce 5e roman. le titre m'avait séduit lors de l'annonce de la parution du roman à la fin de l'année 2017, avant parution en janvier 2018. Il faut aussi souligner le choix d'illustration de la jaquette qui est superbe et donnait envie de découvrir ce...
    Voir plus

    J'ai découvert Wilfried N'Sondé à travers ce 5e roman. le titre m'avait séduit lors de l'annonce de la parution du roman à la fin de l'année 2017, avant parution en janvier 2018. Il faut aussi souligner le choix d'illustration de la jaquette qui est superbe et donnait envie de découvrir ce texte, tout comme « point de vue des éditeurs » pour reprendre le terme utilisé par Actes Sud sur ses quatrièmes de couverture pour présenter les ouvrages.

    Wilfried N'Sondé est le troisième auteur d'origine congolaise écrivant en français que j'ai découvert après Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala (lui aussi édité pour ses derniers romans inédits chez Actes Sud ainsi que pour des rééditions dans le collection Babel de textes édités auparavant chez d'autres éditeurs tels Albin Michel ou encore les éditions du Serpent à plumes). J'ai lu ce roman il y a déjà quelques mois et je m'étais promis d'en faire un billet sur mon blog car ce fut une nouvelle découverte littéraire merveilleuse. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si beaucoup de libraires ont plébiscité ce roman et si l'écrivain a été lauréat du prix France Bleu / Page des libraires cette année.

    Un océan, deux mers, trois continents nous fait découvrir une figure du royaume du Kongo au XVIe siècle, en reprenant des événements de sa vie et en romançant d'autres. Nsaku Ne Vunda est cet individu et il fut baptisé par la suite Dom Antonio Manuel. Il faut souligner que le roman se passe à l'époque où le Kongo était une colonie portugaise. Nous suivons donc notre protagoniste principal qui est un prêtre, chargé de devenir l'ambassadeur du roi auprès du pape de l'époque, Paul V. le voyage va être semé d'embûches pour notre personnage et c'est ce qui nous est raconté par l'auteur. Ce dernier va notamment découvrir les terribles lois de l'esclavage sur le bateau sur lequel il a embarqué. Il va se lier d'amitié avec un mousse –relation entre les deux personnages qui m'a beaucoup touché - et être confronté à la cruauté humaine dans le même temps. Sa foi en l'humanité et celle en Dieu vont être plusieurs fois remises en question au cours de son périple qui dure pendant des mois.

    Ce livre est tout à la fois un roman avec une portée historique importante, un roman d'aventures palpitant et aussi un roman qui a des aspects de conte philosophique. A travers ce que vit le narrateur et personnage principal, l'écrivain nous rappelle combien la traite négrière fut affreuse bien que l'esclavage existe toujours dans nos sociétés contemporaines bien entendu, il nous rappelle aussi le pire de la colonisation à une époque « lointaine » et il nous montre en même temps le sens du sacrifice de certains hommes, leur force intérieure, leur capacité à être dans la compassion. Certaines scènes sont bien sûr extrêmement dures, en particulier dans la première moitié du roman mais elles sont nécessaires. L'auteur a su à la fois insuffler un souffle épique à son roman mais aussi mettre beaucoup de sensibilité dans son écriture pour parvenir à toucher le lecteur. Ce livre devrait être lu par le plus grand nombre car il est très riche sur le plan du contenu et est surtout celui d'un écrivain qui a un style superbe. Cette lecture fut un autre coup de cœur de cette année 2018.

  • Couverture du livre « Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sonde aux éditions Actes Sud

    Mireille B sur Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N'Sonde

    Nommé ambassadeur du roi du Kongo auprès du Pape Clément VIII, la mission confiée à Dom Antonio Manuel souffre d’ambiguïté. Ecclésiastique naïf, porté par la Foi, il a composé un pan de l’Histoire du 17ème siècle peu connu. De Luanda à Rome le long périple entrepris au secours de l’esclavage...
    Voir plus

    Nommé ambassadeur du roi du Kongo auprès du Pape Clément VIII, la mission confiée à Dom Antonio Manuel souffre d’ambiguïté. Ecclésiastique naïf, porté par la Foi, il a composé un pan de l’Histoire du 17ème siècle peu connu. De Luanda à Rome le long périple entrepris au secours de l’esclavage censé servir « le progrès et la civilisation » au sein du Nouveau Monde, se révèle un enfer juste adouci par une étrange et belle relation.

    Ce roman a l’extraordinaire pouvoir de faire chavirer le lecteur entre deux eaux, animées de courants opaques issus de rivières parallèles, qui se rejoignent dans l’océan du 21ème siècle.

    Le combat décrit par Wilfried N’Sondé fait forcément écho dans notre société où s’est développé un esclavage d’un autre genre, où persistent les asservissements, prétextes politiques ou motifs religieux.

    Ce balancement sournois entre deux époques accompagne la lecture ; au récit des horreurs, racisme, esclavage, s’oppose avec habileté la force des valeurs essentielles d’humanité ancrées dans l’esprit du jeune missionnaire, «sources de bonheur et d’harmonie ».
    Sur un mode lyrique et poétique, une narration exceptionnelle, un roman bouleversant !

  • Couverture du livre « Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sonde aux éditions Actes Sud

    Anne-Marie Lemoigne sur Un océan, deux mers, trois continents de Wilfried N'Sonde

    En 1604, Nsaku Ne Vunda, jeune prêtre du Kongo évangélisé par les Portugais et baptisé Dom Antonio Manuel à son ordination est désigné par le Roi des Bakongos comme ambassadeur près du Pape. Il embarque sur un galion qui, au lieu de le mener à Rome, met le cap sur le Brésil où il doit livrer...
    Voir plus

    En 1604, Nsaku Ne Vunda, jeune prêtre du Kongo évangélisé par les Portugais et baptisé Dom Antonio Manuel à son ordination est désigné par le Roi des Bakongos comme ambassadeur près du Pape. Il embarque sur un galion qui, au lieu de le mener à Rome, met le cap sur le Brésil où il doit livrer une cargaison d'esclaves avant de repartir vers l'Europe. L'aventure ne s'arrêtera pas là et il lui faudra près de quatre ans pour atteindre le Vatican.

    Le roman se présente comme le récit posthume qu'il fait de son périple, une épopée dantesque jusqu'aux portes de l'Enfer dans laquelle il découvre le mal absolu : la traite des esclaves. Un périple mouvementé où, pour mener à bien sa mission : représenter, dénoncer, plaider la cause des esclaves, il devra affronter de multiples épreuves au milieu desquelles il lui semble parfois que Dieu est absent:tempêtes, assaut des pirates, fanatisme religieux, geôles et tortures de l'Inquisition. Les moments de répit seront rares et il perdra ainsi le regard candide qu'il portait sur le monde au sortir de son Kongo natal.

    A la fois roman historique et roman de formation, c'est aussi une odyssée humaine pleine de noblesse et de compassion, dont l'écriture souple et enveloppante semble un écho du temps passé.

    Cet ouvrage , inspiré de documents sur la vie de ce personnage mal connu mais dont la statue est présente au Vatican, a valu à son auteur le Prix des lecteurs L'express BFM/TV.

    Troisième volet d'un triptyque ayant pour thème l'esclavage , après UNDERGROUND RAILROAD de Colson Whitehead et BAKHITA de Véronique Olmi, UN OCEAN , DEUX MERS, TROIS CONTINENTS constitue un poignant réquisitoire contre la traite des noirs et un ardent plaidoyer pour la tolérance et la fraternité .

Récemment sur lecteurs.com