Un océan, deux mers, trois continents

Couverture du livre « Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N'Sonde aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330090524
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Au tout début du XVIIe siècle, Nsaku Ne Vunda, ordonné prêtre et baptisé Dom Antonio Manuel, est chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, il ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde,... Voir plus

Au tout début du XVIIe siècle, Nsaku Ne Vunda, ordonné prêtre et baptisé Dom Antonio Manuel, est chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, il ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s'apprête à embarquer est un navire négrier. De quoi mettre à mal sa foi en Dieu et en l'homme... Wilfried N'Sondé s'empare avec ardeur d'un personnage méconnu de l'Histoire pour dénoncer les horreurs d'une époque d'obscurantisme et exalter la beauté de l'espérance.

Donner votre avis

Articles (5)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • J'ai découvert Wilfried N'Sondé à travers ce 5e roman. le titre m'avait séduit lors de l'annonce de la parution du roman à la fin de l'année 2017, avant parution en janvier 2018. Il faut aussi souligner le choix d'illustration de la jaquette qui est superbe et donnait envie de découvrir ce...
    Voir plus

    J'ai découvert Wilfried N'Sondé à travers ce 5e roman. le titre m'avait séduit lors de l'annonce de la parution du roman à la fin de l'année 2017, avant parution en janvier 2018. Il faut aussi souligner le choix d'illustration de la jaquette qui est superbe et donnait envie de découvrir ce texte, tout comme « point de vue des éditeurs » pour reprendre le terme utilisé par Actes Sud sur ses quatrièmes de couverture pour présenter les ouvrages.

    Wilfried N'Sondé est le troisième auteur d'origine congolaise écrivant en français que j'ai découvert après Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala (lui aussi édité pour ses derniers romans inédits chez Actes Sud ainsi que pour des rééditions dans le collection Babel de textes édités auparavant chez d'autres éditeurs tels Albin Michel ou encore les éditions du Serpent à plumes). J'ai lu ce roman il y a déjà quelques mois et je m'étais promis d'en faire un billet sur mon blog car ce fut une nouvelle découverte littéraire merveilleuse. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si beaucoup de libraires ont plébiscité ce roman et si l'écrivain a été lauréat du prix France Bleu / Page des libraires cette année.

    Un océan, deux mers, trois continents nous fait découvrir une figure du royaume du Kongo au XVIe siècle, en reprenant des événements de sa vie et en romançant d'autres. Nsaku Ne Vunda est cet individu et il fut baptisé par la suite Dom Antonio Manuel. Il faut souligner que le roman se passe à l'époque où le Kongo était une colonie portugaise. Nous suivons donc notre protagoniste principal qui est un prêtre, chargé de devenir l'ambassadeur du roi auprès du pape de l'époque, Paul V. le voyage va être semé d'embûches pour notre personnage et c'est ce qui nous est raconté par l'auteur. Ce dernier va notamment découvrir les terribles lois de l'esclavage sur le bateau sur lequel il a embarqué. Il va se lier d'amitié avec un mousse –relation entre les deux personnages qui m'a beaucoup touché - et être confronté à la cruauté humaine dans le même temps. Sa foi en l'humanité et celle en Dieu vont être plusieurs fois remises en question au cours de son périple qui dure pendant des mois.

    Ce livre est tout à la fois un roman avec une portée historique importante, un roman d'aventures palpitant et aussi un roman qui a des aspects de conte philosophique. A travers ce que vit le narrateur et personnage principal, l'écrivain nous rappelle combien la traite négrière fut affreuse bien que l'esclavage existe toujours dans nos sociétés contemporaines bien entendu, il nous rappelle aussi le pire de la colonisation à une époque « lointaine » et il nous montre en même temps le sens du sacrifice de certains hommes, leur force intérieure, leur capacité à être dans la compassion. Certaines scènes sont bien sûr extrêmement dures, en particulier dans la première moitié du roman mais elles sont nécessaires. L'auteur a su à la fois insuffler un souffle épique à son roman mais aussi mettre beaucoup de sensibilité dans son écriture pour parvenir à toucher le lecteur. Ce livre devrait être lu par le plus grand nombre car il est très riche sur le plan du contenu et est surtout celui d'un écrivain qui a un style superbe. Cette lecture fut un autre coup de cœur de cette année 2018.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nommé ambassadeur du roi du Kongo auprès du Pape Clément VIII, la mission confiée à Dom Antonio Manuel souffre d’ambiguïté. Ecclésiastique naïf, porté par la Foi, il a composé un pan de l’Histoire du 17ème siècle peu connu. De Luanda à Rome le long périple entrepris au secours de l’esclavage...
    Voir plus

    Nommé ambassadeur du roi du Kongo auprès du Pape Clément VIII, la mission confiée à Dom Antonio Manuel souffre d’ambiguïté. Ecclésiastique naïf, porté par la Foi, il a composé un pan de l’Histoire du 17ème siècle peu connu. De Luanda à Rome le long périple entrepris au secours de l’esclavage censé servir « le progrès et la civilisation » au sein du Nouveau Monde, se révèle un enfer juste adouci par une étrange et belle relation.

    Ce roman a l’extraordinaire pouvoir de faire chavirer le lecteur entre deux eaux, animées de courants opaques issus de rivières parallèles, qui se rejoignent dans l’océan du 21ème siècle.

    Le combat décrit par Wilfried N’Sondé fait forcément écho dans notre société où s’est développé un esclavage d’un autre genre, où persistent les asservissements, prétextes politiques ou motifs religieux.

    Ce balancement sournois entre deux époques accompagne la lecture ; au récit des horreurs, racisme, esclavage, s’oppose avec habileté la force des valeurs essentielles d’humanité ancrées dans l’esprit du jeune missionnaire, «sources de bonheur et d’harmonie ».
    Sur un mode lyrique et poétique, une narration exceptionnelle, un roman bouleversant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En 1604, Nsaku Ne Vunda, jeune prêtre du Kongo évangélisé par les Portugais et baptisé Dom Antonio Manuel à son ordination est désigné par le Roi des Bakongos comme ambassadeur près du Pape. Il embarque sur un galion qui, au lieu de le mener à Rome, met le cap sur le Brésil où il doit livrer...
    Voir plus

    En 1604, Nsaku Ne Vunda, jeune prêtre du Kongo évangélisé par les Portugais et baptisé Dom Antonio Manuel à son ordination est désigné par le Roi des Bakongos comme ambassadeur près du Pape. Il embarque sur un galion qui, au lieu de le mener à Rome, met le cap sur le Brésil où il doit livrer une cargaison d'esclaves avant de repartir vers l'Europe. L'aventure ne s'arrêtera pas là et il lui faudra près de quatre ans pour atteindre le Vatican.

    Le roman se présente comme le récit posthume qu'il fait de son périple, une épopée dantesque jusqu'aux portes de l'Enfer dans laquelle il découvre le mal absolu : la traite des esclaves. Un périple mouvementé où, pour mener à bien sa mission : représenter, dénoncer, plaider la cause des esclaves, il devra affronter de multiples épreuves au milieu desquelles il lui semble parfois que Dieu est absent:tempêtes, assaut des pirates, fanatisme religieux, geôles et tortures de l'Inquisition. Les moments de répit seront rares et il perdra ainsi le regard candide qu'il portait sur le monde au sortir de son Kongo natal.

    A la fois roman historique et roman de formation, c'est aussi une odyssée humaine pleine de noblesse et de compassion, dont l'écriture souple et enveloppante semble un écho du temps passé.

    Cet ouvrage , inspiré de documents sur la vie de ce personnage mal connu mais dont la statue est présente au Vatican, a valu à son auteur le Prix des lecteurs L'express BFM/TV.

    Troisième volet d'un triptyque ayant pour thème l'esclavage , après UNDERGROUND RAILROAD de Colson Whitehead et BAKHITA de Véronique Olmi, UN OCEAN , DEUX MERS, TROIS CONTINENTS constitue un poignant réquisitoire contre la traite des noirs et un ardent plaidoyer pour la tolérance et la fraternité .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Alors ce livre, dont on m'a pourtant dit grand bien, je ne l'ai pas saisi. Je n'ai pas pu. Il m'a fallu m'arrêter plusieurs fois, et ce dès le début, pour m'assurer que j'étais bien en train de lire ce que je lisais : des phrases ampoulées, pédantes, qu'on voit venir à dix kilomètres, avec leur...
    Voir plus

    Alors ce livre, dont on m'a pourtant dit grand bien, je ne l'ai pas saisi. Je n'ai pas pu. Il m'a fallu m'arrêter plusieurs fois, et ce dès le début, pour m'assurer que j'étais bien en train de lire ce que je lisais : des phrases ampoulées, pédantes, qu'on voit venir à dix kilomètres, avec leur cargaison de bons et beaux sentiments moraux. Quelque part, ce livre est une sorte de dissertation laborieuse, qui sent le travail plus que le talent, et la "moraline" plus que le plaisir. L'auteur voulait parler de l'esclavage. Il a parlé de l'esclavage. Mais n'y cherchez aucune lumière, aucune hauteur. Tout juste un vague petit propos. Mais à quel prix.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le narrateur est né au royaume du Kongo en 1583, il souhaite raconter son histoire, les croyances et les légendes de son peuple, évoquer la folie des hommes, leur grandeur et leur bassesse. Il nous conte les origines de son peuple et les débuts de l'esclavage où les êtres humains sont considérés...
    Voir plus

    Le narrateur est né au royaume du Kongo en 1583, il souhaite raconter son histoire, les croyances et les légendes de son peuple, évoquer la folie des hommes, leur grandeur et leur bassesse. Il nous conte les origines de son peuple et les débuts de l'esclavage où les êtres humains sont considérés comme des marchandises. Vendre ses voisins, ses amis ou même des membres de sa propre famille pour gagner toujours plus d'argent. Devenu prêtre, il console et est à l'écoute du petit peuple. Nommé par son roi ambassadeur au Vatican, il va s'embarquer pour un long et périlleux voyage qui va l'emmener sur un océan, deux mers et trois continents, de l'Afrique au Brésil, de Lisbonne à Madrid puis à Rome. Sur un vaisseau du roi de France Henri IV, sur le navire d'un pirate sanguinaire, sur des chemins pendant plusieurs centaines de kilomètres poursuivis par les soldats de la Sainte Inquisition, des cachots de Tolède aux ors du Vatican, un formidable roman d'aventures.

    L'auteur par son talent de conteur et la force de ses descriptions nous entraine dans la fureur de l'océan lorsque le vaisseau est malmené comme un vulgaire ballot de chiffon, dans le ventre du navire où l'on entasse le maximum d'êtres humains, hommes, femmes, enfants. Nous partageons les conditions épouvantables des esclaves, les odeurs de sueur, d'urine et d'excrément, les vivants mélangés aux morts, les jeunes filles à la merci des désirs sexuels des hommes d'équipage soumis à des règles de vie simples et sommaires, obéir et se taire, ne jamais réfléchir. Nous sentons monter la rancoeur des esclaves, la révolte qui gronde, la mort plutôt que la servitude, nous assistons au bain de sang pour réprimer l'émeute. Nous parcourons le marché aux esclaves de Lisbonne où un cheval se vend vingt fois plus cher qu'un homme.

    Dans cette fresque historique Wilfried N'Sondé nous raconte l'histoire vraie de Nsaku Ne Vuanda un homme profondément humaniste et son destin singulier, et à travers lui le XVIIe siècle avec son trafic d'êtres humains organisé pour valoriser les terres colonisées par l'Espagne et le Portugal dans le Nouveau Monde et la richesse des palais pontificaux habités par des cardinaux uniquement préoccupés par des considérations bien éloignées de Dieu qui est devenu pour eux un instrument pour assouvir leurs ambitions personnelles

    Le lecteur ne s'ennuie pas tout au long des 270 pages de ce magnifique roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Beaucoup de recherches et bonne précision. Très bon récit et excellente écriture

    Beaucoup de recherches et bonne précision. Très bon récit et excellente écriture

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un océan, deux mers, trois continents…
    Un jeune prêtre, au pays du Kongo, Dom Antonio Manuel , fut choisi par le roi des Bakongos pour le représenter auprès du pape et lui demander de plaider auprès des monarques d’Europe l’abolition de l’esclavage.
    Dom Antonio Manuel, très exalté par cette...
    Voir plus

    Un océan, deux mers, trois continents…
    Un jeune prêtre, au pays du Kongo, Dom Antonio Manuel , fut choisi par le roi des Bakongos pour le représenter auprès du pape et lui demander de plaider auprès des monarques d’Europe l’abolition de l’esclavage.
    Dom Antonio Manuel, très exalté par cette mission, ignorait qu’il allait embarquer sur un navire négrier et découvrir les traitements ignobles imposés à tous ces hommes, femmes et enfants. Parqués comme du bétail dans les cales des bateaux, fouettés, frappés, violés, ils enduraient les pires souffrances. Le minimum était fait par les gardes « pour garder la marchandise, ne pas trop l’endommager, la maintenir en fonction, juste ce qu’il fallait pour la revendre au meilleur prix ». Wilfried N’Sondé nous raconte cette horreur avec une précision d’historien doublée de beaucoup d’émotion.
    Le prêtre ne pourra rien faire pour rentrer en contact avec ces esclaves. Il sera tenu au rôle d’observateur. Seuls, les raisons de sa présence et l’affection portée à un jeune mousse lui permettront de survivre dans cet univers dénué de toute humanité. Après un long périple et de nombreuses aventures, son arrivée en Europe, ne lui apportera pas la sérénité tant attendue car sévissait une autre terreur, celle de l’Inquisition. Dom Antonio, capturé, torturé, emprisonné, ne résistera que pour pouvoir incarner l’écho des plaintes et des souffrances des esclaves agonisants. Il doit sa délivrance à la volonté de Paul V, élu après Clément VIII, qui voulait accentuer l’indépendance du Vatican vis-à-vis de la cour d’Espagne et affirmer son autorité auprès de l’inquisition espagnole beaucoup trop arrogante. Le jeune prêtre eut juste le temps de se présenter devant le pape avant de quitter le monde et « sauter sans l’abîme du temps ». Le pape fut ébloui par la lumière qui se dégagea de son corps et tomba à genoux devant le corps de Dom Antonio Manuel. Une sculpture en marbre noir fut érigée afin que ne sombra jamais dans l’oubli celui qui avait porté sa foi sur un océan, deux mers et trois continents.
    Un récit remarquable, écrit sur un ton juste et vibrant, qui tient votre esprit et votre émotion en éveil et ravive peut-être aussi certains pans de l’histoire humaine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai beaucoup aimé ce livre: une très belle langue, pure et poétique et une grande émotion qui se dégage avec un sentiment d'appartenance, on devient ces personnages, on devient ces esclaves...
    C'est très fort et très beau, prenant mais sans tristesse malgré les drames qui se jouent.

    J'ai beaucoup aimé ce livre: une très belle langue, pure et poétique et une grande émotion qui se dégage avec un sentiment d'appartenance, on devient ces personnages, on devient ces esclaves...
    C'est très fort et très beau, prenant mais sans tristesse malgré les drames qui se jouent.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dom Antonio Manuel, de son premier nom Nsaku Ne Vunda, né vers 1583 sur les rives du fleuve Congo.

    Converti au catholicisme, devenu prêtre, il est le premier ambassadeur africain envoyé auprès du Pape pour plaider la fin de l'esclavage. Or, c'est à bord d'un navire négrier qu'on l'embarque...
    Voir plus

    Dom Antonio Manuel, de son premier nom Nsaku Ne Vunda, né vers 1583 sur les rives du fleuve Congo.

    Converti au catholicisme, devenu prêtre, il est le premier ambassadeur africain envoyé auprès du Pape pour plaider la fin de l'esclavage. Or, c'est à bord d'un navire négrier qu'on l'embarque pour l'Europe avec un détour par l'Amérique PUBLICITÉ
    Un formidable roman d'aventures qui sort des oubliettes un personnage étonnant , plein d'humanité et de foi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est un très grand livre apportant outre une histoire passionnante une réflexion profonde sur les rapports humains dans le triangle de la traite négrière où les esclaves valaient plus économiquement que les marins qui n'étaient donc pas mieux traités. Une approche à la fois romantique,...
    Voir plus

    C'est un très grand livre apportant outre une histoire passionnante une réflexion profonde sur les rapports humains dans le triangle de la traite négrière où les esclaves valaient plus économiquement que les marins qui n'étaient donc pas mieux traités. Une approche à la fois romantique, métaphysique et politique intelligemment confondue.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.