Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Billy Wilder et moi

Couverture du livre « Billy Wilder et moi » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072923920
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Dans la chaleur exaltante de l'été 1977, la jeune Calista quitte sa Grèce natale pour découvrir le monde. Sac au dos, elle traverse les États-Unis et se retrouve à Los Angeles, où elle fait une rencontre qui bouleversera sa vie : par le plus grand des hasards, la voici à la table du célèbre... Voir plus

Dans la chaleur exaltante de l'été 1977, la jeune Calista quitte sa Grèce natale pour découvrir le monde. Sac au dos, elle traverse les États-Unis et se retrouve à Los Angeles, où elle fait une rencontre qui bouleversera sa vie : par le plus grand des hasards, la voici à la table du célèbre cinéaste hollywoodien Billy Wilder, dont elle ne connaît absolument rien. Quelques mois plus tard, sur une île grecque transformée en plateau de cinéma, elle retrouve le réalisateur et devient son interprète le temps d'un fol été, sur le tournage de son avant-dernier film, Fedora. Tandis que la jeune femme s'enivre de cette nouvelle aventure dans les coulisses du septième art, Billy Wilder vit ce tournage comme son chant du cygne. Conscient que sa gloire commence à se faner, rejeté par les studios américains et réalisant un film auquel peu de personnes croient vraiment, il entraîne Calista sur la piste de son passé, au coeur de ses souvenirs familiaux les plus sombres.
Roman de formation touchant et portrait intime d'une des figures les plus emblématiques du cinéma, Billy Wilder et moi reconstitue avec une fascinante précision l'atmosphère d'une époque. Jonathan Coe raconte avec tendresse, humour et nostalgie les dernières années de carrière d'une icône, et nous offre une histoire irrésistible sur le temps qui passe, la célébrité, la famille et le poids du passé.

Donner votre avis

Avis (7)

  • Un bel hommage au cinéma hollywoodien et à Billy Wilder en particulier. Se lit comme un roman (c'en est un) mais cela ressemble également à des archives d'un autre temps qui racontent les coulisses et le tournage d'un film. On y croise Al Pacino et Marthe Keller, tout droit sortis de Bobby...
    Voir plus

    Un bel hommage au cinéma hollywoodien et à Billy Wilder en particulier. Se lit comme un roman (c'en est un) mais cela ressemble également à des archives d'un autre temps qui racontent les coulisses et le tournage d'un film. On y croise Al Pacino et Marthe Keller, tout droit sortis de Bobby Deerfield, on côtoie les plus grands et on sourit de leurs caprices de stars tout en s'imaginant soi-même sur les lieux, enviant sur certains points cette jeune grecque au destin si singulier. C'est bien écrit et suffisamment rythmé pour avoir envie de lire la suite avec un certain enthousiasme, petit bémol en partie centrale quand le récit devient scènes de film. Cela devait probablement donner du relief au récit, notamment quand Billy parle des photos terribles des camps, à la recherche du visage de sa mère, mais au final, il me semble que ces dialogues perturbent la lecture. C'est un détail, l'ensemble est plaisant et peut ravir chaque cinéphile qui se souvient avec bonheur de FEDORA.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 2013,Calista, une quinquagénaire grecque voit ses deux filles adultes quitter le Giron familial et se souvient de son passé de jeune baroudeuse partie sac au dos pour parcourir les États-Unis en 1977. Un hasard bienheureux lui fait rencontrer le cinéaste Billy Wilder et son scénariste Diamond....
    Voir plus

    2013,Calista, une quinquagénaire grecque voit ses deux filles adultes quitter le Giron familial et se souvient de son passé de jeune baroudeuse partie sac au dos pour parcourir les États-Unis en 1977. Un hasard bienheureux lui fait rencontrer le cinéaste Billy Wilder et son scénariste Diamond. Elle se fait embaucher comme assistante sur le tournage en Grèce et en Europe, de « Fedora », le dernier film du cinéaste. Elle nous raconte sa découverte de l’œuvre et de la vie de Billy Wilder de façon très documentée, avec beaucoup d’humour et au travers d’anecdotes savoureuses qui raviront tous les lecteurs. Encore une très belle réussite de Jonathan Coe qui confirme son grand talent littéraire.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A quatorze ans, Jonathan Coe découvre Billy Wilder par le biais d'un film « La vie privée de Sherlock Holmes'», Sherlock Holmes étant son héros du moment.
    Dès lors, bouleversé par ce film il se passionne pour la filmographie et la vie de Billy Wilder.
    Pour nous en parler, il invente le...
    Voir plus

    A quatorze ans, Jonathan Coe découvre Billy Wilder par le biais d'un film « La vie privée de Sherlock Holmes'», Sherlock Holmes étant son héros du moment.
    Dès lors, bouleversé par ce film il se passionne pour la filmographie et la vie de Billy Wilder.
    Pour nous en parler, il invente le personnage de Calista, une jeune grecque qui est traductrice lors du tournage du film Fedora.
    Par la suite elle deviendra compositrice de musique de films.
    Comme Calista au début de roman, j'ignorais tout de Billy Wilder.
    Voilà une lacune parfaitement comblée.
    Jonathan Coe a du se régaler en écrivant ce livre.
    Je suppose que son rêve aurait été d'être cette jeune Calista et de pouvoir ainsi côtoyer son idole.
    Il l'aura en partie réalisé en écrivant cet ouvrage complet.
    Il a rencontré des tas de témoins de la vie du célèbre réalisateur.
    Rien de poncif dans ce livre qui se dévore passionnément.
    Outre être instructif, il est écrit avec une admiration et une sensibilité rares.
    C'est la une époque du cinéma qui touche à sa fin et se verra remplacer par d'autres motivations, d'autres modes, d'autres désirs, d'autres spectateurs.
    C'est la fin du grand succès pour un cinéaste brillant qui se verra peu à peu supplanté par de « jeunes barbus ».
    C'est aussi tout en pan de sa vie marqué par le nazisme et la disparition jamais élucidée de sa mère
    L'éditrice de Jonathan Coe lui avait dit que le cinéma n'était pas un sujet porteur en littérature.
    Mais le pari est réussi, ce livre est tout simplement très beau.
    Au delà de la réalisation d'un tournage, celui de Fedora, il nous offre la vie entière d'un grand homme du cinéma.
    Je ne suis pas spécialement fan de cinéma, mais je suis fan de ce roman qui utilise la fiction pour faire une très belle et très humaine biographie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Jonathan Coe, brillant auteur britannique est aussi un fervent cinéphile. C’est en visionnant La vie privée de Sherlock Holmes qu’il se passionne ensuite pour l’oeuvre de Billy Wilder, célèbre réalisateur, producteur et scénariste américain ( 1906-2002). Dans ce roman, il mêle avec brio biopic...
    Voir plus

    Jonathan Coe, brillant auteur britannique est aussi un fervent cinéphile. C’est en visionnant La vie privée de Sherlock Holmes qu’il se passionne ensuite pour l’oeuvre de Billy Wilder, célèbre réalisateur, producteur et scénariste américain ( 1906-2002). Dans ce roman, il mêle avec brio biopic et fiction.

    Calista, la narratrice a soixante ans en 2013. Active, passionnée de cinéma, elle est mariée et mère de deux jumelles dont l’une s’apprête à s’envoler pour l’Australie et l’autre à avorter. En cette période difficile, elle se souvient de sa jeunesse.
    Elle aussi, à vingt-un ans, quittait sa mère et sa Grèce natale pour partir sac à dos aux Etats-unis. Par l’intermédiaire d’une amie anglaise rencontrée sur place, elle se retrouve, un soir, à la table de Billy Wilder, I.A.L Diamond et leur épouse. Cette rencontre impromptue va bouleverser sa vie. Sa jeunesse et sa méconnaissance du cinéma charment les deux hommes.

    Lorsqu’ils vont tourner les scènes de Fedora sur une île grecque, ils font appel à Calista comme traductrice. Ensuite elle suivra l’équipe de tournage en Allemagne et en France comme assistante de Monsieur Diamond.

    Fedora est l’histoire d’une star déchue jouée par Marthe Keller recluse sur une île grecque. Un scénariste joué par William Holden tente de la remettre sur scène. N’est-ce pas le miroir de la situation de Billy Wilder? Hollywood, préférant « les jeunes barbus » ( Steven Spielberg, Martin Scorcese ou Coppola) qui rapportent, boude Billy Wilder.

    Billy Wilder, né dans l’empire austro-hongrois, trouve un producteur allemand pour financer son film. Une Allemagne qui lui rappelle les blessures de sa jeunesse. Parti à Paris, à Londres puis à Hollywood peu avant la seconde guerre mondiale, il n’a jamais retrouvé sa mère restée à Vienne. Quand il visionne les documentaires sur les camps de concentration, toujours il cherchera le visage de sa mère parmi les déportés.

    Hommage au cinéma, réflexion sur le vieillissement, ce roman empreint de nostalgie vogue entre souvenirs de jeunesse et réalité du présent tant pour les personnages réels, fictifs que pour l’Europe.

    Il faut voir et savoir apprécier les plaisirs de la vie. La dégustation d’un brie de Meaux, accompagné de pain croustillant et d’un verre de Pinot noir en est un exemple. Jonathan Coe possède une narration et une technique remarquables mais il ajoute aussi ce petit quelque chose qui ferre le lecteur. Une blague, un regard, une gourmandise, une chute remarquable donnent à ce roman un charme fou.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Jonathan Coe propose avec Billy Wilder et moi un roman quelque peu nostalgique sur la grandeur déchue d’Hollywwod, à travers la figure bourrue, drôle et tendre à la fois du réalisateur-scénariste tout en racontant la complexité de sa création.
    Du haut de ses 57 ans, Calista Frangopoulos est...
    Voir plus

    Jonathan Coe propose avec Billy Wilder et moi un roman quelque peu nostalgique sur la grandeur déchue d’Hollywwod, à travers la figure bourrue, drôle et tendre à la fois du réalisateur-scénariste tout en racontant la complexité de sa création.
    Du haut de ses 57 ans, Calista Frangopoulos est talentueuse. Elle est une compositrice renommée, même si elle passe, actuellement, une période plutôt silencieuse. Elle a su élever deux filles merveilleuses qui prennent leur envol dans deux directions différentes mais qu’elles choisissent. Du coup, vient le temps des réflexions sur la vie qui passe, qui est passée et les choix qu’il faut opérer pour poursuivre son chemin.
    C’était le même sentiment qu’elle avait senti lorsqu’elle avait fait la connaissance de Billy Wilder, lors de son voyage en Californie lorsqu’elle se faisait appelée Cal du haut de ses tout juste vingt un ans.
    Le réalisateur voyait sa côte de popularité baissée devant la nouvelle génération de « barbus » et après « ce film avec les requins ». Avec son complice scénariste I.A.L. Diamont, le taciturne qui ne sourit jamais, il s’était mis en tête de redevenir le chouchou d’Hollywood avec un nouveau film Fedora dont Jonathan Coe nous raconte la réalisation. Billy Wilder y déconstruit le mythe hollywoodien dans un cinéma d’auteur qui affirme la précision du scénario.
    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2021/05/28/jonathan-coe/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Billy Wilder et moi de Jonathan Coe
    Traduit par Marguerite Capelle

    A 57 ans, Calista est compositrice de musiques de film mais personne ne lui a demandé de morceaux depuis quinze ans. Elle est mariée, mère de deux filles dont l’une est enceinte, sur le point de se faire avorter et l’autre...
    Voir plus

    Billy Wilder et moi de Jonathan Coe
    Traduit par Marguerite Capelle

    A 57 ans, Calista est compositrice de musiques de film mais personne ne lui a demandé de morceaux depuis quinze ans. Elle est mariée, mère de deux filles dont l’une est enceinte, sur le point de se faire avorter et l’autre part en Australie. Après avoir déposé cette dernière à l’aéroport, Calista se souvient de la première fois qu’elle a quitté ses parents pour un pays étranger. Durant ce voyage aux Etats-Unis, elle a fait une rencontre qui a changé sa vie. Au cours d’un dîner, elle rencontre Billy Wilder. Elle ne sait pas alors qu’elle a rencontré un cinéaste légendaire.
    En 1976, le cinéaste a ses plus grands succès derrière lui et ce qu’il propose comme film n’est plus considéré comme au goût du jour. Lorsque Billy Wilder se lance dans un projet avec un tournage en Grèce, il fait appel à Calista pour qu’elle soit interprète, assistante. Elle les suit également en Allemagne puis en France.
    C'est un grand plaisir de retrouver la plume de Jonathan Coe si subtile avec un humour anglais pincé et efficace qu’il déploie à travers des dialogues magnifiques quand il fait parler Billy Wilder et le petit monde qui gravite autour de ce géni, ou quand il donne la parole à Al Pacino.
    Il y a beaucoup de nostalgie, parfois de la mélancolie entre la situation de Calista, démunie face à ses filles, se souvenant de sa propre relation avec sa mère.
    C’est un Billy Wilder parfois agaçant et exigeant professionnellement mais attachant, blessé que nous livre Jonathan Coe en lui donnant la parole et en nous révélant son histoire. Lui qui a fui l’Allemagne durant la montée des nazis, qui y a laissé sa mère dont il essaie de trouver la trace plusieurs années après.
    Les souvenirs, la tristesse, les regrets côtoient habilement les répliques et situations pleines d’humour ainsi que les dialogues piquants.
    Une lecture dévorée. Un réel bonheur d’être guidé par le magnifique style de Jonathan Coe.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Calista est une jeune femme élevée en Grèce, fille d'une britannique et d'un slovène. Un été, elle décide de partir seule faire un tour des Etats-Unis. Au hasard des rencontres, elle se lie d'amitié avec Gill Foley, qui l'emmène à un dîner organisé pour elle par son père, et qui ne l'enchante...
    Voir plus

    Calista est une jeune femme élevée en Grèce, fille d'une britannique et d'un slovène. Un été, elle décide de partir seule faire un tour des Etats-Unis. Au hasard des rencontres, elle se lie d'amitié avec Gill Foley, qui l'emmène à un dîner organisé pour elle par son père, et qui ne l'enchante guerre.
    Ce sera un moment clé dans le destin de Calista : lors de ce dîner elle rencontre Billy Wilder et son accolyte scénariste Iz Diamond.
    Billy Wilder est alors âgé, la fin de sa carrière est proche, mais il rêve toujours de tourner son dernier film avec Iz : Fedora - si et seulement si ils trouvent les fonds nécessaires.
    Après son voyage, Calista rentre en Grèce et essaye d'en apprendre plus sur le monde du cinéma, dont elle ignore tout. Un jour, elle reçoit un mystérieux courrier lui annonçant qu'elle a été choisie comme interprète linguistique par et pour Billy Wilder qui débute prochainement le tournage de Fedora à Corfou.

    Ce roman est très bien écrit, l'écriture de Jonathan Coe est fluide, imagée et drôle. L'intrigue est intéressante, mais elle n'est pas renversante : elle propose le doux témoignage du témoin d'une époque qui voit la fin de celle-ci arriver. Cette fin d'époque, c'est un tournant artistique, mais aussi un tournant historique, voyant les témoins de la barbarie de la seconde guerre mondiale disparaître peu à peu.

    Une des grandes forces de cet ouvrage est de proposer une écriture, un ton entrant en résonnance avec les films de Billy Wilder (ou de Lubitsch). La tristesse est parfois présente, mais elle ne prend jamais le dessus sur la luminosité générale du récit.

    Un bel ouvrage à découvrir pour s'évader sur des plateaux de tournage européens

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.