Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Nicolas Deleau

Nicolas Deleau
Bercé par les histoires de Tohu-Bohu, mythe familial du petit bateau aux aventures extraordinaires, Nicolas Deleau confesse être « voyageur impénitent ». Pour lui ou pour l'enseignement de la langue française, sa principale activité, il parcourt le monde, mais aime retrouver son « cabinet de curi... Voir plus
Bercé par les histoires de Tohu-Bohu, mythe familial du petit bateau aux aventures extraordinaires, Nicolas Deleau confesse être « voyageur impénitent ». Pour lui ou pour l'enseignement de la langue française, sa principale activité, il parcourt le monde, mais aime retrouver son « cabinet de curiosités » à Paris, où il réside une partie de son temps, et dans lequel il s'autorise des hibernations toutes voyageuses. Il est tout simplement un écrivain et voyageur, « sans domicile artistique fixe ».

Avis sur cet auteur (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Des rêves à tenir » de Nicolas Deleau aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Chantal YVENOU sur Des rêves à tenir de Nicolas Deleau

    D’emblée, Nicolas Deleau nous offre une très belle description de l’ambiance hivernale et une belle lumière accompagne les descriptions des lieux. La magie d’une soirée humide qui appelle à rejoindre les univers clos à demi révélés par les fenêtres chichement éclairées.


    Sur une terre du...
    Voir plus

    D’emblée, Nicolas Deleau nous offre une très belle description de l’ambiance hivernale et une belle lumière accompagne les descriptions des lieux. La magie d’une soirée humide qui appelle à rejoindre les univers clos à demi révélés par les fenêtres chichement éclairées.


    Sur une terre du bout du monde, face à l’océan, ils se retrouvent autour d’un verre, alors qu’en bas de la falaise, les vagues se lancent indéfiniment à l’assaut des roches. Lorsque Job revient, le narrateur est le seul à s’ apercevoir que quelque chose cloche. Les autres respectent son silence qui en dit si long. Les autres, ce sont les Partisans de la langouste , forts de leur union et en quête d’action sinon musclée , du moins visible. Pour lutter contre l’incohérence du monde.

    Lorsque le narrateur capte le message d’un cargo destiné à la casse, et dont l’équipage a décidé de s’approprier pour secourir les migrants en détresse sur la Méditerranée, le groupe trouve sa raison d’être, plus vivante et fédératrice que des tags sur les bâtiments de la ville.

    Nicolas Deleau nous propose un roman à tiroir. L’histoire de Job se démarque de celle du groupe, elle-même en marge de ce qui se passe sur le bateau rebelle.

    J’ai aimé ces trois dimensions, qui se rejoignent sans se confondre.

    J’ai aimé aussi la frontière ténue entre la réalité et le fantastique, accentuée par l’insistance de l’auteur pour se défendre de recours à la métaphore.

    L’histoire de ces migrants secourus s’est ancrée dans la réalité peu après que j’ai tourné la dernier page alors que l’Ocean-viking se décrétait en état d’urgence . Loin du rêve d’un état flottant indépendant…

    Si l’écriture est moins élaborée, moins éloquente que dans le premier roman de l’auteur, Les Rois d’ailleurs, elle gagne en authenticité.

    Et je ne tiendrais pas rigueur à Nicolas Deleau d’avoir fait évoluer la barque à frites du Vorlen en café-bibliothèque! Quelle belle idée!

  • add_box
    Couverture du livre « Maskime et les petites choses » de Irene Bonacina et Nicolas Deleau aux éditions Editions Des Elephants

    Claudia Charrier sur Maskime et les petites choses de Irene Bonacina - Nicolas Deleau

    L'avis de Louisa (10 ans)

    Une lecture qui m'a plu !


    Ce que j'ai aimé


    J'ai particulièrement aimé la couverture, les pages de couleurs et les illustrations.
    Elles sont très belles et élégantes.

    J'ai beaucoup aimé les dessins représentant l'éléphant ! Ils sont très...
    Voir plus

    L'avis de Louisa (10 ans)

    Une lecture qui m'a plu !


    Ce que j'ai aimé


    J'ai particulièrement aimé la couverture, les pages de couleurs et les illustrations.
    Elles sont très belles et élégantes.

    J'ai beaucoup aimé les dessins représentant l'éléphant ! Ils sont très réussis.



    Un livre qui se lit facilement grâce à ses petits chapitres.

    J'ai aimé aussi que sur chaque page de couleur, il y a une petite phrase indiquant l'essentiel du chapitre à lire.

    Et sur chaque page double, un texte et une illustration sont présents, ce qui rend la lecture divertissante.



    Ce que j'ai moins aimé

    J'ai eu un peu de mal à "rentrer" dans la théorie du petit garçon.


    Conclusion

    Une jolie lecture

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2020/03/maskime-et-les-petites-choses.html

  • add_box
    Couverture du livre « Maskime et les petites choses » de Irene Bonacina et Nicolas Deleau aux éditions Editions Des Elephants

    DELPHINE MARTEL sur Maskime et les petites choses de Irene Bonacina - Nicolas Deleau

    critique à deux voix, écrite avec mon fils de 11 ans dans le cadre de mes 68 premières fois.

    Livre émouvant, qui traite d'un sujet inédit : comment percevons-nous les petites choses et leurs impacts dans nos vies?
    Ce sont des questions que je ne m'étais jamais posées avant mais qui une fois...
    Voir plus

    critique à deux voix, écrite avec mon fils de 11 ans dans le cadre de mes 68 premières fois.

    Livre émouvant, qui traite d'un sujet inédit : comment percevons-nous les petites choses et leurs impacts dans nos vies?
    Ce sont des questions que je ne m'étais jamais posées avant mais qui une fois traitée me paraissent un peu plus claires!
    La rencontre avec un éléphant au zoo, va chambouler le narrateur car l'animal sait parler, et il lui dévoile que sa perception de l'ordre est différente. Les illustrations sont très réussies et servent bien l'histoire en ajoutant beaucoup de poésie au contenu philosophique du texte qui peut parfois étonner ou nous perdre.