Mayalen Goust

Mayalen Goust
Mayalen est née en 1976 à La Rochelle et vit aujourd'hui à Rennes. Elle est diplômée de l'école d'arts appliqués de Poitiers. C'est en 2001 qu'elle illustre pour la première fois un album jeunesse depuis elle est devenue une référence du métier. Elle a illustré de nombreux albums et aussi des BD.... Voir plus
Mayalen est née en 1976 à La Rochelle et vit aujourd'hui à Rennes. Elle est diplômée de l'école d'arts appliqués de Poitiers. C'est en 2001 qu'elle illustre pour la première fois un album jeunesse depuis elle est devenue une référence du métier. Elle a illustré de nombreux albums et aussi des BD. Elle privilégie les illustrations, rondes, fluides, légères et colorées créant ainsi un univers unique, poétique et d'une beauté saisissante. Elle travaille à la fois à la main et sur ordinateur. Elle réalise le dessin au crayons gris, le scanne et fait la mise en couleur sur ordinateur. Mayalen réalise des fonds aquarelle, utilise des photos, des fonds matières... Cette technique mixte lui permet de créer ses ambiances.

Avis (12)

  • Couverture du livre « Vies volées ; Buenos Aires place de mai » de Matz et Mayalen Goust aux éditions Rue De Sevres

    Nath Bertrand sur Vies volées ; Buenos Aires place de mai de Matz - Mayalen Goust

    La lecture du roman de Frédéric Couderc « Aucune pierre ne brise la nuit » (ici vous trouverez ma chronique) a été pour moi la terrible découverte d’une horreur dont je ne soupçonnais pas l’ampleur. C’est suite à cet uppercut, et à l’article d’une amie blogueuse que j’ai lu « Vies volées –...
    Voir plus

    La lecture du roman de Frédéric Couderc « Aucune pierre ne brise la nuit » (ici vous trouverez ma chronique) a été pour moi la terrible découverte d’une horreur dont je ne soupçonnais pas l’ampleur. C’est suite à cet uppercut, et à l’article d’une amie blogueuse que j’ai lu « Vies volées – Buenos Aires Place de Mai », de Matz et Mayalen Gost, bande dessinée parue aux Edtions Rue de Sèvres. Là encore, plongée dans l’atrocité de la dictature argentine, trop occultée à mon sens.

    « Vies volées » , c’est l’histoire de deux amis, Santiago et Mario. A travers eux, c’est celle des cinq cents bébés volés, arrachés , à des mères torturées, à des familles brisées. C’est l’histoire d’un pays foudroyé. C’est celle des grands-mères de la Place de Mai. C’est celle de tous ces deuils, ces espoirs, ces désespoirs aussi.

    C’est l’histoire d’errances, de liens perdus à jamais ou retrouvés (comme ici avec Santiago, qui apprend avec stupéfaction qu’il a été l’un de ces bébés volés).

    C’est la dénonciation de l’indicible, de l’impunité inouïe envers les tortionnaires.

    « C’est toujours comme ça, ce ne sont pas les pires qui se sentent coupables »

    Mais c’est aussi la Lumière. Celle qui éclaire les abysses lorsque l’une de ces abuelas retrouve son petit-enfant.

    C’est un hommage aux desaparecidos.

    Petit bémol toutefois, je trouve la fin un peu trop abrupte (j’aurais aimé quelques pages supplémentaires, car le sujet mérite d'être creusé).

    Le combat n’est pas fini, il continue !

  • Couverture du livre « Vies volées ; Buenos Aires place de mai » de Matz et Mayalen Goust aux éditions Rue De Sevres

    stephanie tranchant sur Vies volées ; Buenos Aires place de mai de Matz - Mayalen Goust

    Le scénario qui s’inscrit dans un contexte véridique d’un réaliste sociale et historique terrible m’a beaucoup plu. J’ai trouvé là une grande finesse dans les dessins, chez les personnages, dans le déroulé de l’histoire (qui expose la cruauté du passé sans jamais développer plus que nécessaire,...
    Voir plus

    Le scénario qui s’inscrit dans un contexte véridique d’un réaliste sociale et historique terrible m’a beaucoup plu. J’ai trouvé là une grande finesse dans les dessins, chez les personnages, dans le déroulé de l’histoire (qui expose la cruauté du passé sans jamais développer plus que nécessaire, parfois simplement dans une situation, un regard) et dans cette manière d’interroger le lecteur sur les liens filiaux, la quête d’identité, les liens du sangs et l’importances des origines.

    Vies volées est une très belles bande-dessins aux dessins aussi fins et sensibles que l’histoire........................................................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/mayalen-goust-et-matz-vies-volees

  • Couverture du livre « Vies volées ; Buenos Aires place de mai » de Matz et Mayalen Goust aux éditions Rue De Sevres

    Yves MABON sur Vies volées ; Buenos Aires place de mai de Matz - Mayalen Goust

    J'ai tout aimé dans cet ouvrage. D'abord, l'histoire est forte, basée sur des faits réels. L'Argentine n'est pas la seule à avoir pratiqué ce genre d'horreur, mais le mouvement des grands-mères fit grand bruit et je me souviens en avoir entendu parler il y a longtemps. Dire que cette BD vient à...
    Voir plus

    J'ai tout aimé dans cet ouvrage. D'abord, l'histoire est forte, basée sur des faits réels. L'Argentine n'est pas la seule à avoir pratiqué ce genre d'horreur, mais le mouvement des grands-mères fit grand bruit et je me souviens en avoir entendu parler il y a longtemps. Dire que cette BD vient à point pour compléter mes vagues connaissances du sujet est une réalité. J'ai bien aimé le scénario de Matz (dont j'avais bien aimé l'album, Le travailleur de la nuit) qui, à travers les jeunes gens qu'il décrit, permet de rendre compte de beaucoup de réactions possibles face à la découverte de leur filiation et de l'histoire de leurs familles, la biologique et l'adoptive. Cette histoire, certes romancée, avec une histoire d'amour en prime permet de tenter de comprendre l'histoire de cette période en Argentine et le combat des grands-mères et des petits-enfants parvenus à l'âge adulte.

    Le dessin de Mayalen Goust est magnifique. J'ai aimé les couleurs pastel, la douceur des tons qui tranche avec la dureté de l'histoire. Ses ciels, ses fonds et ses arbres et leurs branchages sont superbes. Et comme les personnages et les paysages ne sont pas en reste, je peux dire sans exagérer que cet album est une vraie réussite.

  • Couverture du livre « Le roi maladroit » de Anne-Gaelle Balpe et Mayalen Goust aux éditions Marmaille Et Compagnie

    L'atelier de Litote lalitote sur Le roi maladroit de Anne-Gaelle Balpe - Mayalen Goust

    Le roi maladroit est un livre superbe. J’ai tout d’abord apprécié son grand format. J’ai le sentiment que les enfants aiment ce format car il leur permet de rentrer encore plus facilement dans l’histoire. Il faut dire qu’avec ses superbes illustrations, ce livre nous raconte une si belle...
    Voir plus

    Le roi maladroit est un livre superbe. J’ai tout d’abord apprécié son grand format. J’ai le sentiment que les enfants aiment ce format car il leur permet de rentrer encore plus facilement dans l’histoire. Il faut dire qu’avec ses superbes illustrations, ce livre nous raconte une si belle histoire qu’il en devient touchant. Les doubles pages sont de toute beauté et j’ai aussi aimé le code des couleurs qui sont utilisées dans une belle harmonie. Un roi maladroit ce n’est pas commun et puis surtout ce n’est pas drôle pour l’intéressé qui ne sait plus à quel saint se vouer pour devenir plus adroit. Comparé au roi Dagobert il n’a qu’une envie qu’on lui trouve un remède miracle mais même Berlin l’enchanteur toujours enrhubé, n’en viendra pas à bout alors que faire ? J’ai beaucoup aimé cette jolie histoire et je connais déjà un petit garçon qui se sentira certainement mieux une fois qu’il l’aura lu. C’est ça les livres, ça sert aussi à guérir les blessures, l’image de soi, et à rétablir sa confiance en soi. Je ne veux pas en raconter plus pour ne pas spoiler mais sachez tout-de même que la chute de l’histoire est surprenante et qu’elle fait un bien fou. Un très beau livre donc pour les enfants qui débute la lecture ou bien en lecture accompagnée.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com