Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mayalen Goust

Mayalen Goust
Mayalen est née en 1976 à La Rochelle et vit aujourd'hui à Rennes. Elle est diplômée de l'école d'arts appliqués de Poitiers. C'est en 2001 qu'elle illustre pour la première fois un album jeunesse depuis elle est devenue une référence du métier. Elle a illustré de nombreux albums et aussi des BD.... Voir plus
Mayalen est née en 1976 à La Rochelle et vit aujourd'hui à Rennes. Elle est diplômée de l'école d'arts appliqués de Poitiers. C'est en 2001 qu'elle illustre pour la première fois un album jeunesse depuis elle est devenue une référence du métier. Elle a illustré de nombreux albums et aussi des BD. Elle privilégie les illustrations, rondes, fluides, légères et colorées créant ainsi un univers unique, poétique et d'une beauté saisissante. Elle travaille à la fois à la main et sur ordinateur. Elle réalise le dessin au crayons gris, le scanne et fait la mise en couleur sur ordinateur. Mayalen réalise des fonds aquarelle, utilise des photos, des fonds matières... Cette technique mixte lui permet de créer ses ambiances.

Avis sur cet auteur (19)

  • add_box
    Couverture du livre « Lisa et Mohamed ; une étudiante, un harki, un secret... » de Mayalen Goust et Julien Frey aux éditions Futuropolis

    Bakkar sur Lisa et Mohamed ; une étudiante, un harki, un secret... de Mayalen Goust - Julien Frey

    Tu savais que les harkis qui se sont battus pour leur terre n ont pas le droit d'aller en Algérie ? Les français les ont trouvé là bas et ont vite compris pendant la guerre qu ils pouvaient être utiles comme guides et traducteurs. Ici, dans cette bd Lisa et Mohamed de Julien Frey et les dessins...
    Voir plus

    Tu savais que les harkis qui se sont battus pour leur terre n ont pas le droit d'aller en Algérie ? Les français les ont trouvé là bas et ont vite compris pendant la guerre qu ils pouvaient être utiles comme guides et traducteurs. Ici, dans cette bd Lisa et Mohamed de Julien Frey et les dessins de mayalen goûts édité chez Futuropolis, on y parle de portraits des harkis, un témoignage et une ode à la transmission. Lisa, une jeune étudiante hébergée par Mohamed un vieux bourru va découvrir l autre partie cachée de sa personnalité et sa vie passée en tant qu'harki. Les cicatrices d'une vie difficile refont surface. Un rappel nécessaire qu il n' y a dans une guerre ni beaux rôles ni bon camp. Cette bd est une mémoire de vie historique a entendre, la rencontre de deux générations totalement différentes qui vont s apporter mutuellement. C'est d une grande puissance narrative et les portraits, l'histoire racontés en dessins sont sublime et très expressifs.

    @julienfrey @mayalengoust @futuropolis
    #lisaetmohamed #futuropolis
    #julienfrey #harki #algerie #transmission #memoire #cicatrices #generations

  • add_box
    Couverture du livre « Alicia : prima ballerina assoluta » de Mayalen Goust et Eileen Hofer aux éditions Rue De Sevres

    Yv Pol sur Alicia : prima ballerina assoluta de Mayalen Goust - Eileen Hofer

    L'histoire commence à La Havane en 1931 lorsque la jeune Alicia débute les cours de danse. Puis elle continue dans la même ville, quelques années plus tard, lorsqu'elle remplace au pied levé une autre danseuse et qu'elle devient une véritable icône du ballet : Alicia Prima Ballerina Assoluta....
    Voir plus

    L'histoire commence à La Havane en 1931 lorsque la jeune Alicia débute les cours de danse. Puis elle continue dans la même ville, quelques années plus tard, lorsqu'elle remplace au pied levé une autre danseuse et qu'elle devient une véritable icône du ballet : Alicia Prima Ballerina Assoluta. Elle dansera avec les plus grands chorégraphes malgré une perte progressive de la vue et sera une fervente de la révolution cubaine en 1959.

    Son histoire croise celle d'Amanda, en 2011 qui rêve d'être une grande danseuse et qui, dans un pays fatigué et pauvre, tente de se faire un nom.

    Je ne suis pas connaisseur du monde de la danse et c'est même un art que je ne comprends pas, mais j'aime beaucoup les dessins de Mayalen Goust, ses choix de couleurs douces, son trait. Et sur ce point, je ne suis pas déçu du tout, bien au contraire. C'est doux, très beau, coloré, cela évoque sans marteler la difficulté de vivre à Cuba entre marché noir, débrouille et misère. Et la joie de vivre malgré tout, l'envie de s'en sortir.

    Le scénario d'Eileen Hofer présente Alicia Alonso (1920-2019), la vraie danseuse, celle qui a existé, avec d'autres personnages fictifs. Il brosse le portrait d'une femme volontaire et motivée, ambitieuse au point parfois d'oublier la misère des Cubains, qui frayait avec les chefs de la révolution cubaine, Fidel Castro notamment. Mais aussi bien sûr la grande danseuse qu'elle fut, qui surmonta sa cécité pour continuer à danser sur les plus grandes scènes, qui fit preuve d'une volonté sans égale et qui est pour la jeune Amanda et pour toutes les jeunes danseuse du pays, un modèle.

    Très bel album, grâcieux et fin qui me permet de faire la connaissance d'Alicia Alonso.

  • add_box
    Couverture du livre « Alicia : prima ballerina assoluta » de Mayalen Goust et Eileen Hofer aux éditions Rue De Sevres

    Claire @fillefan2bd sur Alicia : prima ballerina assoluta de Mayalen Goust - Eileen Hofer

    Alicia, Giselle, deux prénoms de femmes. La première incarna la deuxième, la deuxième donna la possibilité à la première de devenir une Prima Ballerina Assoluta.

    Alicia, c’est Alicia Alonso, danseuse classique née sur l’île de Cuba en 1920 et décédée en 2019. Elle eut la chance à l’âge de 9...
    Voir plus

    Alicia, Giselle, deux prénoms de femmes. La première incarna la deuxième, la deuxième donna la possibilité à la première de devenir une Prima Ballerina Assoluta.

    Alicia, c’est Alicia Alonso, danseuse classique née sur l’île de Cuba en 1920 et décédée en 2019. Elle eut la chance à l’âge de 9 ans que ses parents acceptent qu’elle montrât ses jambes, ce qui ne se faisait pas à cette époque. Une danseuse exceptionnelle, qui alors qu’elle se trouve à New York en 1943, va devoir remplacer, au pied levé, la ballerine qui devait interpréter le personnage de Giselle, dans le ballet romantique du même nom.

    Mais Alicia Alonso, c’est également celle soutiendra Castro et ses théories développées dès 1959 lors de l’instauration de la révolution cubaine. Elle mit à la disposition du Líder máximo la compagnie de danse qu’elle avait fondée en 1948, afin qu’elle devienne le Ballet Nacional de Cuba, un outil de propagande à la solde du régime castriste.

    Enfin Alicia Alonso, c’est cette vieille dame aveugle ou presque, qui malgré de nombreuses interventions chirurgicales depuis l’âge de 19 ans, continue de faire rêver les jeunes ballerines élèves de l’école de danse de La Havane, telle Amanda dont les parents ont tout abandonné pour qu’elle devienne à son tour une Prima Ballerina Assoluta.

    Cet album est un retour sur ce que fut la révolution cubaine et ce qu’il en reste aujourd’hui. Mais plutôt que d’utiliser l’œil de l’historien, Eileen Hofer a choisi une approche toute autre, en suivant le parcours de la danseuse exceptionnelle que fut Alicia Alonso.
    C’est intéressant, c’est marquant, c’est touchant parce que plein de vie, d’espoir, de joie mais également de douleurs quand on réalise ce qu’endurent ces très jeunes ballerines, avant d’espérer pouvoir peut-être devenir un jour danseuse étoile.

    La dessinatrice Mayalen Goust a mis au service de cette très belle histoire un trait fin et aérien, tels des entrechats réalisés par ces ballerines, pour nous offrir des dessins de toute beauté.

    Un très bel album mettant en lumière une danseuse et un pays auquel elle sera restée fidèle toute sa vie.

  • add_box
    Couverture du livre « Vies volées ; Buenos Aires place de mai » de Matz et Mayalen Goust aux éditions Rue De Sevres

    Claire @fillefan2bd sur Vies volées ; Buenos Aires place de mai de Matz - Mayalen Goust

    Avoir un doute sur ses parents et se demander si ce sont ses véritables parents, c’est terrible. Mais apprendre que vos parents adoptifs vous ont volé…

    1976 Argentine, un coup d'État militaire renverse le gouvernement d'Isabel Perón. Le général Videla et sa junte mettent en place un...
    Voir plus

    Avoir un doute sur ses parents et se demander si ce sont ses véritables parents, c’est terrible. Mais apprendre que vos parents adoptifs vous ont volé…

    1976 Argentine, un coup d'État militaire renverse le gouvernement d'Isabel Perón. Le général Videla et sa junte mettent en place un «Processus de réorganisation nationale».
    Entre 1976 et 1983 cette dictature aura fait près de 30000 disparus ou "desaparecidos", 15000 fusillés, 9000 prisonniers politiques...

    « Vies volées » de Matz et Mayalen Goust, c’est l’histoire de l'un de ces 500 bébés volés à leurs parents ensuite assassinés. Ces enfants étaient enlevés à leur mère dès la naissance pour être adoptés par des familles proches du pouvoir.

    Comme l’indique le sous-titre "Buenos Aires, place de mai" cet album parle également des grand-mères de ces enfants volés qui, dès 1977, manifesteront sur cette place où se trouve la Casa Rosada, le siège du gouvernement argentin.

    Comme on peut le remarquer, ces "grands-mères de la place de mai", surnommées "les folles" par le pouvoir en place, portaient sur leur tête un foulard blanc symbolisant les langes de leurs petits enfants disparus.

    1998 Mario et Santiago se dirigent vers la Plaza de Mayo pour y rencontrer Elena une des femmes qui manifestent sur cette place. Mario a un doute sur ses origines, il pense faire partie de ces enfants volés à leurs parents. Cette grand-mère lui conseille alors de procéder à un test ADN et de remplir un dossier qui figurera dans un fichier pour établir des filiations.
    Les deux amis se rendent alors dans la clinique qui effectue ces tests ADN et, pour passer du temps avec la très jolie Victoria, l’infirmière qui les accueille, Santiago décide lui-aussi de faire ce test…

    Le scénario de cette histoire est d’autant plus poignant, qu’il est basé sur des événements qui ont véritablement eu lieu. Il est illustré par de magnifiques dessins qui mettent de la beauté sur des êtres et des lieux qui ont été déchirés par l’horreur de ce régime politique.

    Un album exceptionnel qu’il faut absolument avoir lu.
    Un véritable coup de cœur.