Émile Zola

Émile Zola

Emile Zola nait en 1840 à Paris. Inspiré notamment par sa carrière de journaliste, qui le conduit à observer les hommes et les faits, l’auteur devient le père du naturalisme, un courant littéraire basé sur les sciences humaines et sociales. En plus de ses romans empreints d’un certain engagement ...

Voir plus

Emile Zola nait en 1840 à Paris. Inspiré notamment par sa carrière de journaliste, qui le conduit à observer les hommes et les faits, l’auteur devient le père du naturalisme, un courant littéraire basé sur les sciences humaines et sociales. En plus de ses romans empreints d’un certain engagement politique, Emile Zola est également célèbre pour son article J’accuse, dans lequel il prend position dans l’affaire Dreyfus. Il meurt en 1902 d’une intoxication.

L’œuvre d’Emile Zola est particulièrement dense. La saga des Rougon-Macquart, notamment, est un projet conséquent : à travers un ensemble de 20 romans, l’auteur présente et étudie les membres d’une famille sur 5 générations. L’influence de l’hérédité et du milieu dans lequel évoluent les personnages est particulièrement importante dans ces œuvres. Adaptés sur petit et grand écran, ces romans ont fait d’Emile Zola l’un des romanciers français les plus publiés et les plus traduits au monde.

Articles (4)

Avis (225)

  • Couverture du livre « Oeuvres completes illustrees de emile zola. les rougon-macquart. l'assomoir. tome 1 » de Émile Zola aux éditions Hachette Bnf

    julien Raynaud sur Oeuvres completes illustrees de emile zola. les rougon-macquart. l'assomoir. tome 1 de Émile Zola

    Très jeune, la scène du lavoir, vue dans le film, m'avait estomaqué. Plus tard, la lecture du livre s'en est trouvée facilitée, et j'y ai vu un chef d'oeuvre. Aujourd'hui, j'ai envie de souligner une incohérence au regard de la famille Rougon-Macquart. Gervaise sombre dans le dénuement et la...
    Voir plus

    Très jeune, la scène du lavoir, vue dans le film, m'avait estomaqué. Plus tard, la lecture du livre s'en est trouvée facilitée, et j'y ai vu un chef d'oeuvre. Aujourd'hui, j'ai envie de souligner une incohérence au regard de la famille Rougon-Macquart. Gervaise sombre dans le dénuement et la déchéance, sans aller demander de l'aide aux membres de sa famille qui habitent eux aussi à Paris ? C'est à peine crédible pour le coup. Qu'Eugène n'ait rien voulu faire pour elle, pourquoi pas, mais la soeur Lisa, charcutière, aurait pu l'aider, l'embaucher, etc... Même remarque pour un poste de vendeuse au Bonheur des dames. Pour un naturaliste, Zola a oublié ces pistes logiques et naturelles, selon moi.

  • Couverture du livre « Les Quatre Evangiles ; Fecondite » de Émile Zola aux éditions L'harmattan

    Charlène Cherbonnel sur Les Quatre Evangiles ; Fecondite de Émile Zola

    Fécondité, le premier roman des Quatre Evangiles, dernière trilogie dd'Emile Zola.
    Une découverte, un autre style de Zola, mais toujours sa plume précise et rigoureuse.

    Fécondité n'est pas comme ses autres romans. Ici il est question de fécondité dans tous les sens du terme. La fécondité...
    Voir plus

    Fécondité, le premier roman des Quatre Evangiles, dernière trilogie dd'Emile Zola.
    Une découverte, un autre style de Zola, mais toujours sa plume précise et rigoureuse.

    Fécondité n'est pas comme ses autres romans. Ici il est question de fécondité dans tous les sens du terme. La fécondité humaine, l'enfantement, mais aussi la fécondité de la terre et de l'agriculture, ce qu'elle nous apporte cette terre, la fécondité de l'argent et la richesse, la fécondité du travailet l'évolution de celui-ci.

    J'ai eu beaucoup de mal a entrer dans le récit. La première partie ne m'a pas vraiment plu avec cette opposition continuelle entre pauvre et bourgois, entre ceux qui refuse d'avoir un enfant ou une fratrie et ceux chez qui les enfants naissent sans restriction aucune "Tous ceux qui l'entouraient, tous ceux qu'il connaissait, se refusaient à faire de la vie, fraudait pour ne plus enfanter volontairement, obstinément, par de savants calculs égoïstes, d'intéret ou de plaisir". Il est répété à toutes les pages qu'enfanter c'est la vie, que le refuser c'est se créer du malheur. J'ai trouver ce passage trop redondant et exagéré. Mais il faut dire que je ne vis pas à la même époque qu'Emile Zola, les moeurs ne sont pas les mêmes. Il est mis en opposition systématique la famille de Mathieu Froment (héros du livre) féconde, montrant sa réussite, sa chance, son bonheur, face aux autres familles bourgoises qui veulent limité la fratrie et qui s'enfonce dans le malheur, la déchéance et la perte.

    Une fois que j'ai réussi à passé outre cette opposition, je me suis plongée avec délice dans ce récit si différent de ce que j'ai pu lire de lui.
    Dans ce roman, Emile Zola traite de la fécondité, mais aussi de la stérilité qui touche les couple et qui les anéantie, il est question aussi de l'allaitement, des nourrices, du traffic d'enfants (ceux des nourrices qui sont sevrés d'office et ceux qui sont laissé à la charge des Enfants assistés), les abondans d'enfants, l'avortement, le controle de la natalité, les foyers qui existent pour accueillir les filles-mères et les aider àaccoucher, l'infanticide... Des sujets qui m'ont beaucoup touché car je suis maman et sage-femme. Il y a tout un passage notament dans la 2e partie sur pourquoi la sage-femme a décidé de pratiquer les avortements, combattant ce droit des femmes pouvant décider de donner ou ne pas donner la vie. J'ai trouver cette 2e partie très avant-gardiste, féministe aussi. Cette défense des femmes face aux besoins des hommes, à leur peur de voir leur mari s'éloigner si elles se refusent, à avoir peur d'avoir un enfant si elles aussi veulent éprouver du plaisir. Cette facilité qu'ont les hommes à faire des enfants et à laisser ensuite les femmes se débrouiller seules avec leur grossesse et leur enfant.

    Ce roman est une ode à la vie, à la femme, à l'allaitement et à la famille épanouie où Mathieu Froment est témoin de tout ce qui se passe autour de lui.

    Comme à son habitude, Emile Zola nous emmène dans le monde la pauvreté, de la misère avec ces enfants abandonnés, voués à une mort quasi certaine pour un maximum de profit et d'enrichissement de ceux qui sont àl'origine du traffic, chez les ouvriers qui s'enfoncent dans leur malheur n'ayant rien pour s'en sortir que de faire des enfants dans un moment d'oubli et d'abus d'alool, comptant leur argent pour essayer de s'en sortir. Mais il nous emmène aussi dans le monde bourgeois qui se pavane, se sent fort, ce monde riche qui n'est que plaisir et qui n'a peur que de la défaillance, du scandale. Emile Zola est fidèle à lui même, il se fait le témoin de la société dans laquelle il vit, nous montre ses travers.

    J'ai beaucoup aimé cette lecture.

  • Couverture du livre « L'assommoir » de Émile Zola aux éditions Gallimard

    tita sur L'assommoir de Émile Zola

    un grand classique, pour moi un auteur incontournable qui dépeint la société de l'époque avec un vocabulaire que peu utilisent encore, mais c'est si beau qu'on est transporté par les mots...
    trop souvent décrié car cela peut paraître long à lire, mais il suffit d'essayer d'y plonger !

    un grand classique, pour moi un auteur incontournable qui dépeint la société de l'époque avec un vocabulaire que peu utilisent encore, mais c'est si beau qu'on est transporté par les mots...
    trop souvent décrié car cela peut paraître long à lire, mais il suffit d'essayer d'y plonger !

  • Couverture du livre « Au bonheur des dames » de Émile Zola aux éditions Lgf

    MICHEL Galane sur Au bonheur des dames de Émile Zola

    C'est la premier livre d'Emile Zola que j'ai lu. J'ai été scotchée par la sublime écriture de l'auteur qui réussie à nous embarquer. Et nous aussi, les lecteurs, nous devenons addicte à ce nouveau magasin. J'ai tout simplement adorée ce livre.

    C'est la premier livre d'Emile Zola que j'ai lu. J'ai été scotchée par la sublime écriture de l'auteur qui réussie à nous embarquer. Et nous aussi, les lecteurs, nous devenons addicte à ce nouveau magasin. J'ai tout simplement adorée ce livre.

Discussions autour de cet auteur

Récemment sur lecteurs.com