Jean-Philippe Blondel

Jean-Philippe Blondel
Professeur d'anglais à Troyes, Jean-Philippe Blondel publie romans pour adultes et pour adolescents (Actes Sud). Chez Buchet/Chastel, Le Baby-sitter, G229 (prix Virgin - Version femina), Et rester vivant et 06H41 ont rencontré un réel succès.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Jean-Philippe Blondel (5)

Avis sur cet auteur (145)

  • add_box
    Couverture du livre « Et rester vivant » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket

    Hélène DEBOISSY sur Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel

    Un livre sur le deuil, la résilience, l'envie de continuer à vivre et parfois celle que tout s'arrête... Un joli livre, sur un sujet difficile, dans lequel on retrouve la plume de Jean-Philippe Blondel...

    Un livre sur le deuil, la résilience, l'envie de continuer à vivre et parfois celle que tout s'arrête... Un joli livre, sur un sujet difficile, dans lequel on retrouve la plume de Jean-Philippe Blondel...

  • add_box
    Couverture du livre « La grande escapade » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet Chastel

    RebFox sur La grande escapade de Jean-Philippe Blondel

    Ce livre qui nous plonge dans le monde de l'enseignement dans les années 70, au tout début de l'entrée des filles dans l'école des garçons, du changement de la méthode d'éducation et de l'émancipation des femmes est pourtant décevant. En effet, je trouve qu'il manque de la profondeur dans les...
    Voir plus

    Ce livre qui nous plonge dans le monde de l'enseignement dans les années 70, au tout début de l'entrée des filles dans l'école des garçons, du changement de la méthode d'éducation et de l'émancipation des femmes est pourtant décevant. En effet, je trouve qu'il manque de la profondeur dans les personnages. J'ai eu du mal à retenir le nom de chacun à cause du manque de relief ou de descriptif les concernant. C'est pareil pour les décors, les lieux. Alors que le sujet m'intéressait.

  • add_box
    Couverture du livre « Blog » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Actes Sud Junior

    Nanou Anne sur Blog de Jean-Philippe Blondel

    Un roman jeunesse qui attire au départ l'attention des parents sur une question d'éthique : lire ou ne pas lire un blog en ligne fait par son enfant ?
    Un roman sur la relation père-fils.
    Argument du père : Internet est public, ouvert à tous.
    Argument du fils : Un blog, c'est comme un journal...
    Voir plus

    Un roman jeunesse qui attire au départ l'attention des parents sur une question d'éthique : lire ou ne pas lire un blog en ligne fait par son enfant ?
    Un roman sur la relation père-fils.
    Argument du père : Internet est public, ouvert à tous.
    Argument du fils : Un blog, c'est comme un journal intime. Interdit aux parents.

    Le père a vraiment vexé le fils en lisant le blog de celui-ci, alors pour faire comprendre ses motivations, il donne à lire son propre journal intime, celui qu'il a tenu au début des années 80 quand il était ado. Sous format papier, bien sûr. Le fils y découvre une vérité cachée, qui le confronte à son tour à une question éthique qui concerne tous les jeunes : accorder ou non à ses parents le droit d'avoir des sentiments, un vécu, un passé, des écorchures ?

    J'ai été surprise de la tournure des évènements. Je pensais lire le récit d'un ado en pleine crise d'adolescence pour qui tout est prétexte à s'énerver contre ses parents. C'est plus que cela. C'est aussi le récit d'un père qui se livre, qui montre ses failles, les blessures que la vie lui a infligées, un père qui donne à son enfant l'accès à ses sentiments. C'est beau, pudique, doux. Surprenant.

  • add_box
    Couverture du livre « La grande escapade » de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet Chastel

    NATHALIE BULLAT sur La grande escapade de Jean-Philippe Blondel

    Chronique Nathalie Bullat 12/ 01/2019
    Ouvrez les pages de cette comédie sociale et vous serez saisi par un souffle de joyeuse nostalgie. Nous sommes en 1975, mai 68 est passé par là avec son orage de modernité. Vous porterez des sous-pulls en lycra qui grattent, vous écouterez Boney M sur le...
    Voir plus

    Chronique Nathalie Bullat 12/ 01/2019
    Ouvrez les pages de cette comédie sociale et vous serez saisi par un souffle de joyeuse nostalgie. Nous sommes en 1975, mai 68 est passé par là avec son orage de modernité. Vous porterez des sous-pulls en lycra qui grattent, vous écouterez Boney M sur le transistor familial, vous partirez en vacances en 4CV.
    Blondel nous offre un roman choral, charmant, tout en nuances aigres-douces. Vous rencontrerez une galerie de personnages tout à tour attachant, drôle ou mélancolique, rigide ou avant-gardiste.
    Les enfants aussi sont partie prenante dans cette histoire parce que la fin de l'enfance pointe son nez .
    Les adultes sont instituteurs et vivent avec enfants et conjoint dans les logements de fonction du groupe scolaire d'une petite ville. Chacun a ses petits secrets, chacun se surveille, se jalouse, aime ou déteste. mais surtout chacun est perturbé par cette époque de renouveau.
    Les classes doivent être mixtes à la rentrée prochaine ! Gérard Lorrain directeur autoritaire voit d'un mauvais oeil l'arrivée de Charles Florimont, adepte des idées novatrices de la "pédagogie Freinet". Pour Gérard Lorrain, ce nouvel enseignant est avant tout un " hussard laïque de la pire espèce". Et puis ces dames aiment bien ce grand échalas rouquin surtout Michèle la jolie brune qui s'ennuie.
    Les femmes, engoncées dans le carcan de leur éducation, rêvent de liberté, d' indépendance. Bettina, la dernière arrivée, nouvel élément perturbateur, porte des pantalons rouges, des pulls criards, conduit une Austin mini orange, fume des cigarettes américaines et fait chanter ses élèves en anglais !!!! " Geneviève Coudrier, gardienne de l'ordre moral, une vipère qui terrorise ses élèves, consigne sur une cahier les ragots, suspectant des relations adultères entre les enseignants.
    Vous avez compris c'est " Clochemerle" chez les profs!! Sauf qu'une surprenante "tragicomédie" et un improbable weekend parisien remettront tout en cause.
    c'est délicieux, joyeux, un brin nostalgique

    ..