On aime toujours autant la belle écriture de cet auteur : "La mise à nu" de Jean-Philippe Blondel

mardi 17 avril 2018

On aime toujours autant la belle écriture de cet auteur : "La mise à nu" de Jean-Philippe Blondel

Il est dans la sélection du Prix Orange du Livre 2018, nous avons demandé à deux lectrices leur avis sur le dernier roman de Jean-Philippe Blondel, La mise à nu.

 

L’avis de Valérie :

J'avais lu deux romans de Blondel avant celui-ci. L'un qui parlait de sa salle de classe et qui ressemblait trop à mon quotidien pour me passionner et l'autre, Un hiver à Paris, qui évoquait l'enfer que peuvent être les classes prépa et qui m'avait touchée. Jean-Philippe Blondel et moi avons un point commun, nous enseignons tous les deux l'anglais.

J'ai beaucoup aimé la première moitié de ce roman qui porte essentiellement sur les liens entre un enseignant et ses élèves, ou ses anciens élèves, qui dissèque ce lien, révèle les différences entre ce que perçoivent l'élève et l'enseignant. Parfois, on se rend compte de l'importance qu'on prend dans la vie de ceux avec lesquels on passe tant de temps.  Et il y a ceux qui ne montrent pas. Alexandre est de ceux-là. Savoir qu'il allait passer du temps avec Louis lui a permis de se lever et d'aller en cours et Louis n'en a jamais rien su. Il va découvrir, dans l'adulte qu'il a devant lui, un être à la fois ressemblant et différent de l'ado assis dans sa classe:

C'est après le lycée qu'ils prennent leur envol. Forment leur alliances. Montent, descendent, stagnent. Mais alors, généralement, on ne peut plus leur venir en aide, parce qu'ils ne nous adressent plus aucun signe. On ne fait que les accompagner pendant un très court laps de temps. 

 

Louis et Alexandre se retrouvent quand ils sont chacun à des moments importants de leurs vies, un peu perdus, l'un sur une pente descendante, l'autre sur une pente ascendante. Qui des deux va le plus profiter de ses retrouvailles?

Difficile de le savoir, entre ce prof presque au rebut qui se sent désiré dans le regard de l'artiste et ce grand timide qui peut enfin dire à son prof toutes les blessures mais aussi les moments de bonheur que ces anciens moments partagés lui ont procurés.

J'ai trouvé que dans la seconde moitié, l'ensemble tournait un peu en rond mais peu importe, c'est un roman qui touchera sans doute les enseignants mais aussi l'ancien élève que nous sommes tous. 

 

© Valérie L.

 

 

L’avis de Nathalie :

La mise à nu de Jean-Philippe Blondel est un livre qui m’a au départ beaucoup plu, ensuite m’a ennuyée et dont la dernière partie m’a un peu réconciliée avec cet auteur que j’apprécie.

L’histoire, un professeur, s’approchant de la soixantaine, divorcé, avec des grands enfants retrouve un ancien élève devenu un peintre célèbre qui lui propose de faire son portrait.... ce qui va provoquer des réminiscences, va le faire réfléchir sur sa vie, son passé mais aussi son futur.

Le point fort de ce livre, c’est le style tout en finesse de l’auteur, certaines phrases, images ... mais l’histoire, les personnages et notamment celui de l’ancien élève ne sont pas assez forts pour entraîner l’enthousiasme. Pas sûr que ce livre ne s’inscrive dans ma mémoire.....

 

© Nathalie Nicolas

 

Vous avez aimé ces chroniques parfois sans concession ?  Elles vous ont donné envie de lire La mise à nu ?

N’hésitez pas à suivre Valérie et  Nathalie pour découvrir vos nouvelles lectures.

Retrouvez toutes les chroniques du Club des Explorateurs dans  Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

Commentaires

Où trouver « La mise à nu » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions