Les lectures d’Emmanuelle Favier, auteure du premier roman "Le courage qu’il faut aux rivières"

lundi 09 octobre 2017

Les lectures d’Emmanuelle Favier, auteure du premier roman "Le courage qu’il faut aux rivières"

Nos lectrices aiment déjà son premier roman Le courage qu'il faut aux rivières, et nous vous en avons parlé ici.

Nous avons demandé à Emmanuelle Favier quelle serait sa bibliothèque idéale, elle nous plutôt confié les coups de cœur qui ont ensoleillé son été.

Merci Emmanuelle pour cette belle liste de lecture !

 

"Parmi les livres qui ont illuminé mon été, il y a eu les nouvelles de Lucia Berlin, publiées pour la première fois en français par Grasset en janvier dernier, sous le titre Manuel à l'usage des femmes de ménage. Je serai ensuite fidèle à mon nouvel éditeur en mentionnant le Sangliers d’Aurélien Delsaux, un compagnon de rentrée chez Albin Michel. La langue est forte, singulière, le sujet à la fois complètement dans notre époque et empreint d’une vraie atemporalité par les passions qu’il examine et suscite chez le lecteur.

Ayant voyagé en Écosse, j’ai emporté le génial Ivanohé de Walter Scott (qui bien entendu ne se passe pas en Écosse, contrairement à la plupart des autres livres de Scott, mais c’était le seul que j’avais dans ma bibliothèque, me suis-je aperçue au matin du départ !).

Je lis en ce moment le très étrange et foudroyant roman d’Elfriede Jelinek, La pianiste, dont Haneke a fait un si beau film. Parallèlement, je me délecte de La Vie Des Abeilles de Maeterlinck, superbe voyage poétique dans la ruche, et de La Foire Aux Vanites de Thackeray, qui fut de la famille de Virginia Woolf sur laquelle je prépare mon prochain livre. J’ai d’ailleurs relu cet été – entre autres woolferies – Un lieu à soi, dans la très belle traduction de Marie Darrieussecq.

Par ailleurs l’écriture de Sylvia Plath m’accompagne depuis plusieurs mois, depuis en fait la lecture du recueil de textes d’auteures contemporaines à propos d’auteures disparues, publié à l’Iconoclaste en 2015 sous le titre L’Une et l’autre. Dans le même ordre d’idée, une autre lecture clé de cette année pour moi fut La marche du cavalier de Geneviève Brisac.

Enfin, à mes yeux nul ne saurait vivre sans avoir lu au moins un livre de Roberto Bolaño ! Et en particulier Les détectives sauvages."

 

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Le courage qu'il faut aux rivières » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !