"Le courage qu'il faut aux rivières" d’Emmanuelle Favier, un premier roman émouvant et fort

lundi 09 octobre 2017

"Le courage qu'il faut aux rivières" d’Emmanuelle Favier, un premier roman émouvant et fort

D’une écriture élégante et sans fioriture, dans Le courage qu'il faut aux rivières Emmanuelle Favier brosse un émouvant portrait de femme, parle de rencontre, d’identité, de liberté.

Nos lecteurs aiment ce premier roman qui ne vous laissera pas indifférents.

Découvrez également l'article Les lectures d’Emmanuelle Favier, auteure du premier roman "Le courage qu’il faut aux rivières"

 

L’avis de Violaine Bélouard :

Si vous souhaitez partir à l'aventure dans un pays méconnu, une culture atypique et avoir l'excuse de vous pelotonner dans votre plaid avec un bon café bien chaud pour vous réchauffer (il fait froid dans les Balkans), suivez-moi !

Manushe va vous faire découvrir ce pour quoi elle pense être sur Terre : devenir une vierge jurée. Nous allons ainsi la suivre dans son parcours de vie et pour ma part j'ai découvert bien plus qu'une histoire. J'ai appris à connaître ce qui pouvait pousser une femme à vouloir renoncer à ce qu'elle est pour vivre "tranquille". Mais c'est sans compter l'arrivée inopinée d'un homme, Adrian.

L'histoire va donc en deuxième partie laisser plus de place à ce nouvel arrivant au village, chacun essayant de savoir qui il est, d'où il vient. Et puis Adrian rencontrera Manushe...à partir de là, je laisse libre court à votre imagination ! Le livre vaut le détour !

 

Je ne pensais pas forcément trouver ce livre à mon goût. Les Balkans me paraissent loin et je ne connaissais pas du tout leur culture. Je suis donc entrée à pas de loup dans cet univers. Et j'ai été conquise. Je trouve qu'Emmanuelle Favier a une très belle écriture, on ne se sent pas pris au piège de descriptions interminables, l'espace un peu hors du temps qui est construit autour de Manushe et Adrian est riche et intense en émotions. Les autres personnages sont importants dans le récit mais leur psychologie n'est pas ce qui nous intéresse le plus. La complexité de ce lien qui unit Manushe et Adrian m'a attiré comme un aimant...je voulais comprendre absolument !

 

La sensation d'être entourée de grandes plaines blanches et de ressentir comme un apaisement lorsque Manushe rentre chez elle, est régulièrement présente au cours de ma lecture. J'ai pris plaisir à me retrouver autour de Manushe et Adrian même si tout n'est pas rose dans leur pays. L'auteure ne nous fait pas croire qu'il s'agit d'un conte de fée mais bien d'une réalité à laquelle il faut ajouter un soupçon de fantaisie pour comprendre le titre et surtout les personnages.

Je n'ai voulu retenir surtout que le message fort de l'amour dans ce récit. Bien que de durs événements se passent, je crois que je suis restée sensible aux sentiments nobles et purs qui alimentent nos héros pour se construire. En essayant de me mettre à leur place j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour eux.

C'est un premier roman qui ne vous laissera pas indifférent, il participe à l'idée que nous avons de la chance en tant que femmes dans un pays contemporain mais que cette chance doit se cultiver pour ne jamais faner. C'est l'hommage que l'on pourrait rendre à ces femmes-jurées !

Je remercie Dominique d'avoir pu me permettre d'en parler dans le cadre du club des explorateurs du site Lecteurs.com.

 

Si vous deviez le conseiller : « Vous pouvez le lire si vous souhaitez partir hors de nos frontières et regarder le monde tel qu'il a été et ce qu'il en advient ! »

© Violaine belouard

 

L’avis d’Emmanuelle :

La rentrée littéraire de septembre nous propose encore cette année une pléiade de nouveaux romans. Parmi ceux-ci, le premier roman d'Emmanuelle Favier Le courage qu'il faut aux rivières aux Editions Albin Michel. Premier roman ! Nouvelle auteure ! Mais pas une totale inconnue car Emmanuelle Favier est aussi correctrice-relectrice pour Médiapart.

J'ai eu l'opportunité de lire ce roman un peu en avant-première dans le cadre du Club des explorateurs de Lecteurs.com et la chance de donner mon avis.

Lorsque je débute la lecture d'un roman, j'attache d'abord beaucoup d'importance au livre en lui-même : la couverture, le titre ainsi que la quatrième de couverture. Ici, le titre est quelque peu énigmatique "Le courage qu'il faut aux rivières". Il donne envie d'en savoir plus. La photo en noir et blanc sur la couverture plante légèrement le décor : des arbres, de la neige, un lynx. La quatrième de couverture nous en dit un peu plus sur le sujet : une histoire autour des vierges jurées et du droit coutumier dans les Balkans. Un sujet pour moi tout à fait inconnu qui a attisé ma curiosité. La première impression était donc plutôt bonne !

Et la suite également ! J'ai beaucoup aimé ce roman. Je me suis laissé plonger dans cette histoire et ses secrets.

Ayant refusé un mariage forcé, Manushe a totalement renoncé à sa condition de femme. Elle est ce que l'on appelle dans les Balkans une vierge jurée. Elle vit seule dans son village. Seule. Tranquille. Respectée. En homme. Jusqu'à l'arrivée, un matin, du mystérieux et fascinant Adrian qui va tout bouleverser. Je ne veux surtout pas en dire plus et j'invite chacun à s'y plonger.

Quand l'histoire débute, on est dans le flou total. On ne sait pas où l'on est, ni à quelle époque mais l'atmosphère fait qu'instantanément les images montent à la tête. On est complètement dans le paysage. On ressent sa beauté malgré sa dureté et sa violence. Et au fil des pages, on comprend tout doucement, progressivement. Rien n'est dit clairement, tout est évoqué. C'est aussi ce qui fait le charme de ce roman, de cette écriture, dense, riche, poétique et qui s'enrichit au fil des pages. Un peu à la manière d'un conte pour adultes avec son univers hostile, sa dureté, la violence de ses personnages mais où malgré tout l'amour est là et pourrait en sortir vainqueur. N'est-ce pas aussi l'explication de son titre ?

 

Si vous deviez le conseiller : "Le courage qu'il faut aux rivières" est un roman surprenant, qui nous évade complètement de notre réalité. C'est aussi ça la lecture ! Un roman qui chez moi laissera une trace ! Alors n'hésitez pas, allez-y !

© Emmanuelle Mentec

 

Merci à Violaine et Emmanuelle pour ces chroniques, nous espérons qu'elle vous ont donné envie de découvrir à votre tour  le roman d'Emmauelle Favier.

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Le courage qu'il faut aux rivières » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Les lecteurs en parlent...

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !