Découverte en avant-première de "L'enlèvement des Sabines", le dernier roman d'Emilie de Turckheim

mardi 09 janvier 2018

Par Alsk Leska, lectrice du mois de janvier

Découverte en avant-première de "L'enlèvement des Sabines", le dernier roman d'Emilie de Turckheim

L'enlèvement des Sabines le dernier roman d'Emilie de Turckheim paraît le 11 janvier aux éditions Héloïse d'Ormesson. 

Alsk LESKA, lectrice, l'a découvert en avant-première. Elle nous fait partager son plaisir de lecture et se dévoile à travers les réponses à nos questions.

 

Emilie, c’est moi, Alexandra, une des premières lectrices de L’Enlèvement des Sabines.

Dites-donc, vous ne faites pas dans la dentelle, je vais avoir deux minutes pour énoncer l’extase souriante et cynique que m’a procurée cette lecture.

 

Alors, comme ça, Sabine en a soupé de son boulot et décide de tout plaquer pour écrire de la poésie. N’en rêvons-nous tous pas ? De sortir des griffes du quotidien, de ce que l’on subit tous les jours, cinq jours sur sept. Mais beaucoup d’entre nous sommes déjà si honteux d’admettre s ‘ennuyer au travail… Alors on se tait, et on continue notre sale besogne.

 

Sabine ne va pas partir les mains vides, puisqu’elle reçoit en cadeau de départ une jolie poupée, grandeur nature, au nombril déformé et à la cicatrice de varicelle sur le visage. Histoire de se donner bonne conscience sur les critères trop souvent élitistes des canons de beauté.

C’est avec un humour corrosif et dénué de compassion que vous nous exposez toute la violence des qu’en-dira-t-on. Vous nous plongez dans l’absurdité que nous bénissons, malgré nous, de l’incandescence folle de la recherche de la perfection : avoir un gendre idéal, représenter le couple parfait, pour le meilleur et pour le pire, mais surtout pour le meilleur, puisque nous fermons tous les yeux sur le pire, former une famille, car avoir des enfants n’est-il pas le dessein de toutes femmes ? Ne pas en vouloir, ou ne pas pouvoir en avoir, ferait-elle de nous  des sous-femmes ?

Réussir, faire rire, toujours avoir le bon propos, avoir un travail honorable et être l’épouse et la mère parfaites.

 

Emilie, vous faites voler en éclats tous ces dogmes qui font de nous des moutons de Panurge. Et nous, les femmes, les objets de convoitise et de violence chez les hommes. Sabine, en protégeant sa poupée, tente de protéger toutes les femmes, du désir de propriété des hommes. A commencer par elle-même.

Toute cette violence insidieuse nous appartient et nous entoure. On joue les saintes Nitouche, et les hommes se jouent d’autant plus de nous.

Toutes ces cérémonies de pacotille, ces apparats de bienveillance ne sont que de la poudre aux yeux.

Sabine l’a bien compris et tente de s’extirper, non sans mal, de ces diktats en se voilant le regard de mouches sur les yeux. Ces mouches qui bourdonnent sur la réalité, la vérité, qu’elle-même semble être la seule à voir !

 

Entre la décrépitude de son couple et de son compagnon égocentré, Hans, les exigences extravagantes de sa sœur perfectionniste, relayées par sa mère déployant toutes les forces possibles à la rabaisser, il aura fallu une poupée en plastique, l’autre Sabine, pour révéler la vraie Sabine. L’aider à s’arracher des regards lubriques des hommes, aux équations logiques et résolues des vies qu’on cherche à tracer sans bavures.

Entre monologues désopilants laissés sur le répondeur de Sabine par sa mère, des dialogues incisifs entre Sabine et Hans, metteur en scène qu’on crie au génie, et les confidences de l’héroïne auprès de son double sur ses amours et la violence des hommes qui ne voient que des chiennes, Emilie, vous décapez la littérature dans le fond, comme dans la forme.

Je ne sais pas si ma chronique a dépassé les deux minutes, mais gageons que lecteurs.com m’octroiera bien plus pour vous dire que L’Enlèvement des Sabines m’a fait sourire, exploser, jubiler, rire, m’interroger, et finalement penser que la réussite absolue réside dans un seul précepte : être ce que l’on veut être. Et avoir le courage de l’être.

 

© Alsk LESKA

 

Merci Alsk LESKA pour cette belle chronique qui nous donne envie de courir acheter le roman d'Emilie De Turckheim ! Et maintenant si vous nous parliez de vous ?

 

Le livre qui a bercé votre enfance ?  Après mûres réflexions, je répondrai Les livres de Marcel Pagnol. Et notamment, évidemment, La Gloire de mon père et Le Château de ma mère. Ils ont bercé mon enfance aux chants des cigales. Ils ont été les premiers livres issus d’une réalité de notre monde à nous, et d’une enfance écrite aux doux sons de la Provence.  Ces lectures m’apportaient de l’exotisme car c’est une région que je ne connaissais pas. J’eus l’impression de voyager très loin, bien plus loin que nos frontières de l’Hexagone. Native d’une grande ville de Province, les œuvres de Pagnol m’écorchaient les genoux, remplissaient mes poches de boue sèche et de cailloux tranchants et trouaient mes chaussures sur les chemins escarpés.

Le livre qui vous donne le moral ?  Lire du Eric-Emmanuel Schmitt. Cet auteur nous conte avec bienveillance les maux de notre société. Sa philosophie de vie et d’analyse du mal me plonge systématiquement dans un bain d’optimisme. A partir du pire de l’Homme, Schmitt en retire toujours une sève salvatrice. Grâce à ses écrits, je me dis bien souvent que tout n’est jamais perdu. Surtout pas le monde. Encore moins l’Homme. Schmitt possède une capacité extraordinaire à prendre du recul sur des évènements, si graves soient-ils, pour nous exposer avec délicatesse et objectivité ce qui peut être de meilleur en nous.

Le livre qui vous rend triste mais que vous lisez quand même ?  De Profundis d’Oscar Wilde. C’est la lettre qu’il a écrite alors qu’il était emprisonné pour homosexualité. Cette dernière œuvre, publiée en 1905, cinq ans après sa mort, et sous la forme censurée par son meilleur ami et légataire testamentaire, Robert Ross, sonne le glas d’une vie si riche en écrits, en expérience, en esthétisme, en amours, pour ce dandy irlandais. Lire De Profundis me renvoie à sa vie et aussi à sa déchéance, puisque Wilde mourut en paria, sous l’opprobre de la société qui l’avait tant aimé. Cette œuvre a complété et mis en lumière les biographies de Wilde que j’avais lues auparavant.

Le livre que vous relisez tout le temps ?  Le portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. Encore et toujours Wilde. Cette œuvre m’a fait l’effet d’un électrochoc alors que j’étais au collège. Je réalisai à sa lecture que l’émotion de l’âme pouvait être d’une extrême puissance. Qu’écrire n’était pas forcément produire une action dans la tête du lecteur, mais pouvait également remuer l’âme et les sentiments. Ce livre de Wilde a révélé mon adolescence, à l’heure où les professeurs nous faisaient étudier les grands classiques, Balzac, Sand, Hugo. A quatorze ans, je fus pour la première fois bouleversée par un livre. Il m’a fait grandir.

Le livre que vous offrez le plus ?  L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle. C’est un hymne au possible, à la bonne humeur. Gounelle nous offre une bouffée d’oxygène et d’optimisme avec en toile de fond un décor paradisiaque : Bali. Son principe de vie : quand on veut, on peut. Ce livre est un vrai booster de volonté. A l’instar de Mark Twain avec son très célèbre aphorisme « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait », Gounelle nous inculque le désir d’être, de pouvoir et de ressentir.

Ce livre se lit très rapidement. Je l’ai déjà lu trois fois, dont une fois en anglais quand je l’ai offert à une amie anglaise ! Aucune raison de ne pas l’avoir dans sa bibliothèque ou dans sa besace ! A lire et à relire quand on a l’impression que la vie vous file entre les doigts.

Le lieu idéal pour lire ?  Je lis partout ! Dans mon lit, dans le train, en voiture, en salle d’attente, en me brossant les dents. Même en marchant, j’ai un vrai détecteur d’obstacles en tous genres ! Mais évidemment, lire dans mon canapé, au calme, alors que les enfants sont au lit, est un moment intense d’extase. Lire dans les transports en commun est aussi un bon remède anti-morosité. Et si vos voisins parlent trop fort, mettez les caresses des vagues dans vos oreilles, c’est facile à trouver sur les sites de streaming de musique.

Ca y est, vous y êtes, Saint-Lazare Beach, ou Oberkampf Station, vous n’entendez plus le tintement des rames, ni les commérages avoisinants. Vous, votre livre, et la mer. Pas besoin de plus pour être heureuse.

Et vous, si vous étiez un livre, vous seriez ?  La part de l'autre d’Eric-Emmanuel Schmitt. : Pour réécrire l’histoire, puisqu’il s’agit parfois d’un tout petit rien pour faire basculer le monde. Dans cet ouvrage, Schmitt nous dresse le portrait d’Hitler, tel que nous le connaissons, et imagine celui qu’il aurait pu être et devenir s’il avait été admis à l’école des Beaux-Arts. Soignons-nous, nous-mêmes et prenons soin des autres, car la compassion et la bienveillance pourraient sauver le monde. Schmitt a le respect du mot et la sagesse de l’esprit. Un vrai philosophe !

Si vous étiez un personnage de roman, vous seriez ?  Nettie, personnage principale du roman de Vonne van der Meer, La femme à la clé. Nettie est une femme de cinquante-neuf ans qui décide de mettre sa personne à disposition des autres pour leur faire la lecture. Alors, elle visite les déprimés, les malades, les ennuyés pour leur conter des histoires. Et des histoires dans les histoires. La plume de Van der Meer est d’une très grande poésie. Il me plairait beaucoup de me plonger entre les pages pour devenir Nettie, et apporter de la poésie dans la vie des autres. Puisque les mots peuvent être de grands remèdes.


Si vous étiez un auteur, vous seriez ? 
Delphine Bertholon, pour sa plume déchirante, réelle et cynique. Elle a été mon plus gros coup de cœur littéraire cette année avec Les Corps inutiles. Elle a la pudeur du mot, mais le trash dans la phrase. Ou bien alors, serait-ce le contraire ? C’est une mélomane des mots, et elle jongle avec eux, pourvue d’une très grande dextérité, et joue avec nos émotions. Tour à tour, on devient hargneuse, fragile, battante, éloquente, amorphe, somptueuse, déchirée, perdue, souriante.

Delphine Bertholon est à mes yeux la plus belle représentation de la littérature actuelle. Sans tomber dans la facilité lexicale du XXIème siècle, où les mots peuvent parfois subir une certaine paupérisation, elle oscille entre la beauté d’une belle phrase, et la déchirante agonie d’une obscénité ! Cette auteure est à mes yeux un grand maître d’écriture. Et qui plus est, c’est une femme adorable.

Quel auteur êtes-vous ?  Bibliophage. Je lis une grande centaine de livres par an.  Je consacre mon temps libre (hors mode « Maman à plein temps ») à l’écriture et à la lecture. Pas de TV. Je lis de tout, du polar à la biographie, du thriller au roman feel-good, du livre historique à la Fantasy, de la poésie aux Bescherelle, du classique au contemporain. Je suis multi-genres. Je peux vibrer à chaque instant, quel que soit le type de lecture. Douceur, émotion, frissons, connaissances, apprentissage … Le monde littéraire est un puits sans fond ! Et je n’aurai jamais assez d’une vie pour lire tout ce qui m’intéresse !

Pourquoi, et quand allez-vous sur lecteurs.com ?  Je visite Lecteurs.com pour me tenir informée des actualités littéraires, des évènements Lecteurs.com, et poster bien entendu mes critiques. Et les invitations à remporter un livre ou participer à des soirées littéraires en présence de l’auteur foisonnent ! Disposer d’un antre accueillant pour les lecteurs bibliophages que nous sommes prouve que le livre n’est pas mort, que la culture résiste, que l’imagination est l’amie du réel !

Avez-vous un Blog ?  Je n’ai pas de blog, mais je gère une page Facebook, La Gazette de Lady Brandon (en hommage à un personnage secondaire du livre de Wilde, le Portrait de Dorian Gray). On peut y retrouver des news sur le monde littéraire et notamment les mises en scène que je crée après chaque lecture : je mets en scène le livre, dans un lieu particulier à chaque fois, assorti d’accessoires. Une sorte de cliché de mon ressenti de lecture.  

 

On aime, on vous fait gagner ! En partenariat avec les éditions Heloïse d'Ormesson, tentez de gagner un exemplaire de L'enlèvement des Sabines le dernier roman d'Emilie de Turckheim en échange de votre avis sur la fiche du livre. Dites-nous en commentaire ce qui vous a donné envie de lire ce livre.

N’oubliez pas que pour participer et poster votre commentaire, vous devez être connecté avec votre profil, et l'avoir complété avec au moins vos 10 livres préférés et quelques avis sur vos lectures. Vous avez jusqu’au 20 janvier. Attention, pensez à vérifier que vos coordonnées (nom, prénom, adresse) sont bien inscrites dans votre profil !

Merci pour vos nombreux commentaires, et bravo aux gagnants : Marie laigle-chapuy ; Amélie Le nez dans les bouquins. Vous recevrez le livre dans lesprochains jours.

Commentaires

  • dominique petrone le 11/02/2018 à 13h18

    Tentant ...et pourquoi pas ??

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Agnès DROUDUN le 28/01/2018 à 19h25

    J'aimerais beaucoup découvrir ce roman, qui d'après notre lectrice ne laisse pas indifférent. Je ne connais pas Emilie de Turckheim, mais plutôt bien sa cousine Charlotte, son humour, sa verve et ses nombreux talents qui ne sont plus à citer, bon sang ne saurait mentir, si l'humour corrosif est un très de famille, alors je plonge avec grand plaisir.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Carine Urvoaz le 24/01/2018 à 14h11

    Une chronique qui distille juste ce qu'il faut pour rendre la lecture de ce roman nécessaire !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Rebecca Gressier - Renard le 21/01/2018 à 15h42

    Ce livre à l'air fantastique, il doit être vraiment dépoussiérant de le lire !! Quelle belle proposition de lecture, j'adorerai le découvrir

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Colette LORBAT le 19/01/2018 à 23h40

    Quelle chronique !!! même si j'ai dépassé mon quota de livres achetés, je note celui-ci. Une chronique comme j'aimerais en écrire, merci Alsk !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Stéphanie Drouette le 19/01/2018 à 19h55

    Voilà une écriture et un style qui semblent particuliers et que je serais curieuse de découvrir ! Je participe donc.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Claudia Charrier le 19/01/2018 à 10h39

    C'est un roman que j'ai reperé de suite, par sa couverture, son titre et le thème abordé dans ce livre. C'est tout a fait ce que j'aime en lecture, parce que cela m'intrigue, que c'est original et que cela me fait sortir de ma zone de confort.La lecture c'est découvrir, s'interroger et ressentir des émotions. J'espère avoir vraiment l'occasion de me plonger dans cette histoire qui comme beaucoup de femmes m'interpellent et me "parlent" parce que le quotidien, le boulot et tous le reste, est parfois difficiles ou ennuyants mais la pression sociale si présente qu'il faut continuer sans en parler.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Reine Lefranc le 18/01/2018 à 14h31

    Bonjour!!! Ce livre me paraît parfait et une très bonne lecture!! Et en plus une très bonne occasion de découvrir une auteure que je ne connais pas! J'aimerai beaucoup le recevoir et pouvoir le lire. je vous remercie lecteurs.com et les auteurs pour nous faire découvrir de belles pépites livresque!!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Alice Porra le 16/01/2018 à 22h10

    Hello, je n'ai encore jamais lue cette auteure et j'aime toujours découvrir une nouvelle plume d'autant plus que l'histoire a l'air très originale et un peu barrée, hâte de pouvoir en lire plus en tout cas, chouette chronique avec plein de pep's !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Axelle AUBIN le 16/01/2018 à 21h23

    Cette belle chronique donne vraiment envie !!! Je tente ma chance pour découvrir ce roman et cette autrice que je connais pas du tout.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • celine lombardo le 16/01/2018 à 11h12

    La chronique d'Alsk Leska est parfaite; elle a atteint le but ultime des chroniqueurs en ce bas monde : JE VEUX LIRE CE LIVRE !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Azimuth F. le 16/01/2018 à 09h42

    Merci pour cette superbe critique littéraire ! Après une telle présentation, comment ne pas succomber au charme des sabine ? Je tente ma chance pour découvrir ce dernier roman d'Emilie de Turckheim...

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Carole SERRES le 16/01/2018 à 05h27

    Bonjour,
    Etre ce que l’on veut être, et avoir le courage de l’être !
    C'est un rêve que nous avons toutes au fond de nous, pour réussir à nous affranchir de la société qui nous demande de ne surtout pas sortir du cadre mais surtout de nous taire.
    Avoir choisi une poupée comme exutoire mais aussi comme prolongement de nous même pour réussir de chrysalide à devenir papillon, ce n'est pas banal et ce livre m'attire d'autant plus.
    Le sujet abordé est difficile, périlleux même, et j'adorerais découvrir comment Sabine va réussir à faire voler en éclats son carcan pour enfin se révéler et être elle-même.
    Merci Lecteurs.com

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • eva muñoz le 15/01/2018 à 15h16

    Les 1ères lignes de la chronique d'Alexandra me suffisent: je rêve de trouver le courage de quitter mon métier (qui me passionnait pourtant) pour écrire et créer. Je souhaite de tout coeur avoir le dernier roman d'Emilie de Turckheim...

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • sylvie MOYERE le 15/01/2018 à 11h31

    Bonjour.Ce qui m'a donné envie de le lire est la critique d'Alsk LESKA qui nous en parle sans nous en dire trop mais elle sait nous mettre l'eau à la bouche .Ce livre va nous faire nous interroger et j'aime bien lorsqu'elle conclut en nous disant :qu'il faut être ce que l’on veut être. Et avoir le courage de l’être.
    Merci aussi de nous faire découvrir des lectrices passionnées.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Hélène DEBOISSY le 14/01/2018 à 20h49

    Le titre laisse penser à un livre sur fond historique, la chronique davantage à un questionnement toujours d'actualité... Tout ceci me donne très envie de le découvrir... D'autant que je crois comprendre qu'il permet aussi de sourire !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • christine Levillain le 14/01/2018 à 19h22

    Une belle critique de Alsk LESKA qui donne envie de découvrir ce livre.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Christel Gibilaro le 14/01/2018 à 14h42

    Voilà une belle occasion de faire une jolie découverte ! Merci pour ce concours et cet interview qui donne vraiment envie :) Bonne chance à tous et à toutes !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • marie heckmann le 14/01/2018 à 10h00

    J'aimerais lire ce roman car votre chronique m'a donné cette envie!!!!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Caro Caro le 14/01/2018 à 07h12

    Bonjour, je participe avec plaisir, j'aimerais découvrir ce livre qui me semble plein d'humour et de gaieté mais qui en même temps fait réfléchir sur des sujets de société et d'actualité.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Geraldine Dumouchel le 14/01/2018 à 05h25

    très belle chronique qui donne envie
    merci Alsk Leska

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • DELPHINE PALISSOT le 14/01/2018 à 00h40

    Mais quel peps dans cette chronique!! Je me reconnais beaucoup dans les remarques de Alsk Leska!!
    Je suis curieuse de voir comment Sabine se sort justement de la monotonie du quotidien...
    J'attends avec enthousiasme cette lecture qui me semble parfaite pour les lectures en mode hibernation.
    Je croise les doigts...et j'attends le 20 janvier avec impatience!!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Nathalie DEFLORAINE le 13/01/2018 à 18h01

    Et bien cette chronique m'a déjà permis de découvrir "La Gazette de Lady Brandon". Je me découvre tant de points communs (en termes de lectures ) avec votre chroniqueuse que je me dis : si elle a aimé je vais aimé. Le sujet abordé me parle et le titre évocateur est à lui seul tout un programme....
    Pas de doute ce livre est pour moi ! Alors merci d'avance !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Nathalie DEFLORAINE le 13/01/2018 à 18h00

    Et bien cette chronique m'a déjà permis de découvrir "La Gazette de Lady Brandon". Je me découvre tant de points communs (en termes de lectures ) avec votre chroniqueuse que je me dis : si elle a aimé je vais aimé. Le sujet abordé me parle et le titre évocateur est à lui seul tout un programme....
    Pas de doute ce livre est pour moi ! Alors merci d'avance !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Christian MICHEL le 13/01/2018 à 15h18

    J'aimerai lire ce livre par curiosité car la chronique m'a faire sourire et le sujet m'interesse

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Amélie Le nez dans les bouquins le 13/01/2018 à 12h17

    je tente ma chance, la chronique m'a réellement donné envie de le lire et de le chroniquer ensuite sur mon blog. Le thème m'intéresse véritablement et j'ai envie de découvrir la plume de l'auteure. Merci pour ce concours

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Valerie Brz le 12/01/2018 à 23h45

    On est clairement dans un questionnement sur la condition féminine plus que jamais d'actualité suite au dernier remous de la tribune publié par le monde . De ce fait j'avoue être grandement tenté par ce roman qui me donne l'impression d'aller au delà des critères de la "ronronnerie" actuelle qu'on a tendance a vouloir faire de cette condition . Je croise les doigts !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Mireille Mauboussin le 12/01/2018 à 23h12

    Trop envie de lire le roman de cette auteure et me plonger dans l'enlèvement des Sabines !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Virginie SAGRADO le 12/01/2018 à 20h49

    J’aime la description de Alsk Leska : bibliophage, multi lectrice qui veut vibrer sur tous types d ouvrage
    Je me reconnais bien dans cette description
    J espère découvrir et vibrer comme elle sur le livre d Émilie De Turckeim ne connaissant pas cet auteur

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Marie laigle-chapuy le 12/01/2018 à 17h48

    Je tente ma chance car cette chronique m'a vraiment donné envie (et moi aussi Delphine Bertholon est mon coup de coeur de l'année!).

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • anais44 le 12/01/2018 à 16h44

    Je tente ma chance, j'en ai beaucoup entendu parler positivement, et je ne lau jamais lu et que ce livre a l'air davoir cette fraicheur que j'adore alors j'aimerais faire cette lecture pour publié un avis sur mon blog mademoiselle sunbook et ici! Merci pour cette chronique!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • anne lise loubiere le 12/01/2018 à 16h23

    Bonjour, je ne connais pas cette auteur mais cette chronique m'a enchanté. Comme elle , je suis accroc à Oscar Wilde et à Eric-Emmanuel Schmitt (j'ai aussi adoré la part de l'autre). En plus, un livre plein de peps me ferait le plus grand bien en ce moment ! Je tente donc ma chance avec grand plaisir !

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Mireille BROCHOT le 12/01/2018 à 12h20

    Ayant eu la chance de rencontrer Emilie de Turckeim, j'ai beaucoup apprécié cette personne dynamique, engagée, talentueuse et lumineuse. J'avais aimé Pop Corn melody et ce serait un plaisir de la retrouver dans son dernier roman.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Madame Tapioca le 11/01/2018 à 16h38

    Merci Alsk LESKA pour cette chronique qui me donne terriblement envie de découvrir ce roman que j'avais par ailleurs déjà noté lors de mes repérages de cette rentrée d'hiver. Héloïse d'Ormesson publie peu mais en général tape juste. Je serais vraiment ravie de découvrir ce texte.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Nathalie Chartier le 11/01/2018 à 15h50

    Je suis conquise par l'enthousiasme d'Alsk Leska ! alors je tente ma chance pour découvrir cette jeune auteure ! Merci pour ce concours, je croise les doigts :)

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Annie Boucher le 11/01/2018 à 10h59

    J'ai aimé les réponses d'Émilie de Turckheim, femme bien dans sa vie ayant les pieds sur terre. Encore une grande lectrice ! Une auteure à découvrir.
    Changer de vie, casser les carcans et les idées reçues, toute une aventure à lire avec plaisir.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Charlene Cherbonnel le 11/01/2018 à 09h57

    J'aimerai gagner ce livre, car cette chronique m'a donné envie de le lire, parce que j'ai envie de découvrir cette auteure et parce que ce sujet m'intéresse aussi beaucoup.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Sophie Wag le 10/01/2018 à 22h35

    Parce que cette chronique donne envie de le lire (merci!), parce que l'auteure a l'air jeune, parce que le thème m'intéresse, parce qu'Héloise D'Ormesson a souvent "du nez" pour dénicher les auteurs de pépite!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Où trouver « L'enlèvement des Sabines » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum de discussion

Afficher plus de discussions