Le portrait de Dorian Gray

Couverture du livre « Le portrait de Dorian Gray » de Oscar Wilde aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253002888
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray «Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le... Voir plus

Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray «Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d'un jeune homme d'une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d'étranges conjectures.» Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l'éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l'âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et l'enfer.» Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d'opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu'il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d'être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d'esthète - fascinants, l'un et l'autre, d'une étrangeté qui touche au fantastique.

Nouvelle traduction de Vladimir Volkoff.
Edition présentée et annotée par Jean-Pierre Naugrette.

Donner votre avis

Articles (4)

Avis (41)

  • J'attendais de lire ce roman avec impatience. J'aime la littérature classique et j'aime la littérature anglaise.

    J'ai été très déçue de ma lecture. Je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Celui qui m'a paru le plus humain était Basil Hallward, le peintre du fameux portrait. Mais sa...
    Voir plus

    J'attendais de lire ce roman avec impatience. J'aime la littérature classique et j'aime la littérature anglaise.

    J'ai été très déçue de ma lecture. Je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Celui qui m'a paru le plus humain était Basil Hallward, le peintre du fameux portrait. Mais sa fin tragique a fini par complètement me faire lâcher la lecture. Je n'ai pas aimé non plus Lord Henry et ses discours très machistes, anti-féministes. Je l'ai trouvé insupportable, orgueilleux, hautain. Chacune de ses paroles se rapporte à la femme comme objet, comme la cause du malheur des hommes, il dit même "Nous les avons émancipé, mais elles restent des esclaves qui cherchent leur maître" ou alors "elles sont adorablement artificielles, mais n'ont aucun sens artistique" . Dès qu'il ouvre la bouche c'est pour se plaindre des femmes. Et venons en au fameux Dorian Gray. Il m'a été antipathique depuis le début. Ce jeune homme narcissique tellement violent et irrationnel dans son comportement. Comment s'attacher à un être aussi vil et froid ? Il se décrit lui-même "seuls les êtres superficiels ont besoin de plusieurs années pour se débarrasser d'une émotion. Dès qu'un homme est maître de lui, il peut aussi aisément faire cesser une douleur s'inventer un plaisir. Je refuse d'être à la merci de mes émotions. Je veux m'en servir, en jouir, et les dominer." C'est un être malsain et calculateur.

    Et puis l'histoire en elle-même ne m'a pas vraiment convaincu. Était-ce parce que les personnages étaient repoussants ? Mais cette idée de portrait magique "Ce protrait serait pour lui le plus magique des miroirs. Comme il lui avait révélé son corps, il lui révèlerait son âme." J'ai tout d'abord pensé que Dorian Gray était schizophrène. Cela rend l'atmosphère assez lourde et noire, sans échappatoire.

    Si ce n'est la très belle plume d'Oscar Wilde. J'ai aimé la découvrir et je n'ai pas été déçue. Ses descriptions fleuries et très imagée au début du roman, sa façon de dépeindre le printemps et la campagne, sa description des visages et des émotions qui les traversent est très belle, notamment dans la première moitié du roman.

    Mon avis ne correspond pas du tout à la majorité des critiques. Mais je n'ai vraiment pas accroché à ce roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'avais hâte de sortir ce roman de ma PAL. Il faut dire que de beaux et intéressants portraits avaient été fait de Dorian Gray par différentes séries. En ouvrant ce roman, j'espérais retrouver ce Dorian Gray de Penny Dreadfull. Un Dorian toujours plus immoral, mais un Dorian qui exerçait son...
    Voir plus

    J'avais hâte de sortir ce roman de ma PAL. Il faut dire que de beaux et intéressants portraits avaient été fait de Dorian Gray par différentes séries. En ouvrant ce roman, j'espérais retrouver ce Dorian Gray de Penny Dreadfull. Un Dorian toujours plus immoral, mais un Dorian qui exerçait son pouvoir de séduction sur nous, en nous obligeant à l'aimer. Quelle ne fût pas ma déception !
    
Soyons honnêtes, qui s'est attaché à ce Dorian ? Il n'est dépeint que comme un adolescent perdu qui se fait influencer par un homme d'âge mûr enviant son innocence. Il n'a pas de caractère. C'est un triste suiveur ! L'auteur parle d'un homme si beau qu'il peut envoûter n'importe qui … Pourtant, jamais il n'est parvenu à m'envoûter. Loin de là ! de long en large de cette lecture, je n'ai rien éprouver pour lui, si ce n'est qu'une profonde indifférence. En réalité, il en était de même pour chacun des personnages. Qu'avaient-ils de particulier ?
    
Le style d'écriture du XIX siècle, pourtant, m'a toujours plu et je me laisse généralement vite emporter par la qualité de ses lettres. Mais, pas ici ! Peut-être était-ce la faute à cette dérangeante sensation de lire un essai-caché philosophique sur le moral et l'immoral … Mea culpa ! Je n'ai jamais aimé la philosophie, ni recevoir de leçons. Tout ce que je voulais c'était un Dorian Gray pernicieusement immoral. Mais le sujet m'a semblé survolé … Comme s'il ne servait de prétexte qu'à cet essai !

    Le côté fantastique, bien que novateur pour le XIX siècle, apparaît aujourd'hui bâclé. On en veut plus ! Et la mort, très romanesque, de Dorian nous est déplaisante puisqu'elle semble trop facile (tout comme celle du marin … Pourquoi ?).

    Autant dire que je suis loin d'être d'accord avec les avis dithyrambiques qui encensent l'oeuvre … Peut-être l'aurais-je davantage apprécié avant de m'éprendre d'un Dorian Gray véritablement sombre n'existant que sur petit écran … Ce sont les « dangers » de la télévision, après-tout !
    Dommage que ce roman ait réduit à néant l'image que je me faisais de Dorian pour la remplacer par la fade illustration d'un gamin perdu et manipulé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Livre magnifique sur l'art, la beauté, la mort... Source inépuisable de réflexions philosophiques et humaines. Plus intéressant à lire dans le texte pour s'affranchir de la traduction et de ses interprétations.

    Livre magnifique sur l'art, la beauté, la mort... Source inépuisable de réflexions philosophiques et humaines. Plus intéressant à lire dans le texte pour s'affranchir de la traduction et de ses interprétations.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ayant été amenée a lire certains livres dans le cadre scolaire qui ne m'enchantaient pas du tout, j'ai laissé de côté la littérature dite classique longtemps pour découvrir cette pépite il y a un an comme un ami m'en avait parlé comme de son livre préféré. Quel univers que nous offre Wilde via...
    Voir plus

    Ayant été amenée a lire certains livres dans le cadre scolaire qui ne m'enchantaient pas du tout, j'ai laissé de côté la littérature dite classique longtemps pour découvrir cette pépite il y a un an comme un ami m'en avait parlé comme de son livre préféré. Quel univers que nous offre Wilde via ce portrait très poussé de son personnage, un vrai portrait de pervers narcissique, qui s'applique au contemporain finalement...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un texte à lire doucement pour savourer chaque mots de l'auteur. L'histoire on la connait, un désir d'immortalité qui tourne au cauchemar d'une vie sans saveur. Mais c'est pour la poésie de ce texte que l'on lit et relit ce livre.
    Un des livres que j'emmènerais volontiers sur une île déserte.

    Un texte à lire doucement pour savourer chaque mots de l'auteur. L'histoire on la connait, un désir d'immortalité qui tourne au cauchemar d'une vie sans saveur. Mais c'est pour la poésie de ce texte que l'on lit et relit ce livre.
    Un des livres que j'emmènerais volontiers sur une île déserte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://bruitdepapier.wordpress.com/2015/01/04/le-portrait-de-dorian-gray-oscar-wilde/

    https://bruitdepapier.wordpress.com/2015/01/04/le-portrait-de-dorian-gray-oscar-wilde/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je suis assez partagée s'agissant de mes impressions de lecture. J'ai aimé l'écriture d'Oscar Wilde, magistrale ! Le sujet m'a plu aussi, ainsi que le dénouement de l'histoire, mais ce qui m'a gênée le plus, ce sont ces longues, très longues tirades. Au-delà du personnage presque imbuvable de...
    Voir plus

    Je suis assez partagée s'agissant de mes impressions de lecture. J'ai aimé l'écriture d'Oscar Wilde, magistrale ! Le sujet m'a plu aussi, ainsi que le dénouement de l'histoire, mais ce qui m'a gênée le plus, ce sont ces longues, très longues tirades. Au-delà du personnage presque imbuvable de Lord Henry, je n'ai pas apprécié du tout ses longues pensées, ses théories, l'influence néfaste qu'il a eue sur Dorian Gray, jeune homme qui n'était pas prédestiné à une telle vie et de tels agissements. Mais c'est un ouvrage qui permet de constater que l'influence a un pouvoir extraordinaire, et que la vie même des personnes trop faibles en dépend.

    Bref, un livre que je devais lire, qui est incontournable, une référence pour certains écrivains, (notamment Irène Némirovsky!), et qui est superbement écrit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions