Une mère modèle

Couverture du livre « Une mère modèle » de Pierre Linhart aux éditions Anne Carriere
  • Date de parution :
  • Editeur : Anne Carriere
  • EAN : 9782843379086
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

C'est l'histoire d'une femme qui se met à douter. De la relation avec son fils de dix ans, de son couple, de la vie qu'elle s'est choisie. Un jour, apparaît Moussa, un copain de son fils, pour lequel elle se prend d'une affection toute neuve. Une chance peut-être ? Celle de devenir la mère... Voir plus

C'est l'histoire d'une femme qui se met à douter. De la relation avec son fils de dix ans, de son couple, de la vie qu'elle s'est choisie. Un jour, apparaît Moussa, un copain de son fils, pour lequel elle se prend d'une affection toute neuve. Une chance peut-être ? Celle de devenir la mère modèle d'un enfant idéal. A moins que tout ne se dérègle. C'est le portrait d'une femme qui se remet à fumer, à vibrer, à transgresser l'ordre établi et les injonctions intimes.
Une femme en crise, à moins qu'elle ne soit dans le vrai. Une femme qui emprunte un chemin inattendu pour redéfinir sa place dans le monde. Et qui, à son insu, réinvente le lien maternel tel qu'il pourrait se dessiner aujourd'hui.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Florence mène une vie parfaite. Elle est cheffe de chant épanouie à l’Opéra de Paris, mère comblée et femme amoureuse. Oui mais seulement son gosse capricieux l’insupporte de plus en plus et son mari vit la moitié du temps à New-York. Ce bonheur s’effondre et Florence se sent impuissante. Comme...
    Voir plus

    Florence mène une vie parfaite. Elle est cheffe de chant épanouie à l’Opéra de Paris, mère comblée et femme amoureuse. Oui mais seulement son gosse capricieux l’insupporte de plus en plus et son mari vit la moitié du temps à New-York. Ce bonheur s’effondre et Florence se sent impuissante. Comme pour relancer la machine, elle s’invente un deuxième fils en Moussa et refuse de s’exiler aux USA. Croyant faire de son mieux, elle provoque son propre naufrage et sombre. Florence se cherche et se demande si la perfection existe.

    Pierre Linhart écrit au nom d’une femme, sur son propre reflet avec ses interrogations et ses doutes d’existence. C’est le regard du XXIème siècle sur une mère de famille voulant tout réussir à tout prix en s’en oubliant soi-même. L’auteur est parvenu à détourner mon attention de son véritable objectif : la descente aux enfers de Florence. Ma lecture se centrait principalement sur la relation avec Moussa, à aucun moment je n’ai senti la déchéance de Florence arriver. Pierre Linhart est scénariste et cela s’en ressent dans son écriture, il m’a tenue en haleine jusqu’à la chute, l’inévitable. Un roman qui peut être perçu comme dramatique, plombant mais qui acquiert son émancipation à la fin.

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2018/07/13/36558786.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A quel âge arrête-t-on de se remettre en question? A quel âge cesse-t-on de vouloir plus pour se contenter seulement de l’existant? Florence arrive à cet âge où sa vie parfaite ne lui suffit plus. Elle ne peut plus se contenter de son mari William, professeur et écrivain exilé à New York. Elle...
    Voir plus

    A quel âge arrête-t-on de se remettre en question? A quel âge cesse-t-on de vouloir plus pour se contenter seulement de l’existant? Florence arrive à cet âge où sa vie parfaite ne lui suffit plus. Elle ne peut plus se contenter de son mari William, professeur et écrivain exilé à New York. Elle ne peut plus se contenter de son fils unique, Joachim, adorable mais trop gâté. Elle veut une aventure, elle veut un second fils, elle veut rester à Paris, continuer à vivre de sa passion, la musique, en tant que maître de chant. Quand elle rencontre Moussa, ami de son fils, elle trouve un nouveau sens à sa vie. Elle offre à Moussa tout ce que son fils n’a pas su apprécier, elle prend soin de lui, persuadée que personne d’autre n’est là pour le faire. Mais ce qui commence comme un élan d’altruisme aura des conséquences bien plus graves sur sa famille, sa santé et sa vie.

    Florence voulait être mère, plus mère qu’elle ne l’était déjà, elle voulait combler ce manque que la nature n’a pas voulu lui donner. Mais encore plus que ça, elle traverse une crise plus profonde, une crise propre aux femmes qui ont tout fait comme il faut, qui ont réussi dans la vie, qui se sont mariées et qui ont eu des enfants. Elle a cet élan que les femmes ne cachent plus de nos jours : elle veut tout envoyer balader, elle veut retrouver ses années folles, son indépendance, elle veut retrouver le sens de sa vie. Elle s’apprête à vivre un grand virage et elle refuse d’avancer plus loin.

    Pierre Linhart trouve les mots justes pour illustrer la lente et progressive descente aux enfers de cette femme arrivée au bout de son bonheur. Ce n’est pas simple d’expliquer le délitement d’une vie, de souligner l’incapacité d’une personne à voir ce qui se joue devant ses yeux. Même le lecteur ne voit pas la chute, il continue à lire, focalisé sur Moussa et ce qui va arriver à ce petit garçon, alors qu’il devrait se concentrer sur Florence, déjà en équilibre au bord du vide. Les pensées contradictoires de Florence sont extrêmement bien décrites, ses combats intérieurs et sa schizophrénie naissance sont rendus vivaces par ces dialogues intérieurs : un vrai scénario, où les dialogues restent dissimulés au reste des protagonistes.

    C’est un livre extrêmement riche, sur le renoncement inconscient des femmes, sur l’incompréhension des hommes qui en demandent toujours plus, sur le sens de la vie, sur la passion et le désir, sur l’instinct maternel et ses limites pour les femmes modernes qui veulent s’accomplir autrement. Pierre Linhart, en racontant une femme, nous raconte beaucoup de femmes. Je n’aurais qu’une question pour l’auteur : si le personnage principal avait été un homme, est-ce que la dépression et l’accompagnement psychiatrique auraient été la suite logique de ce roman? Florence avait besoin d’un électrochoc, c’est bien vrai, mais peut-être aurait-elle pu sortir de son tunnel personnel, dans tomber dans le cliché de la femme « hystérique »?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ne pas lire certains livres avant certains événements !

    Ce pourrait être le conseil que je donne pour ce livre.

    Enfin c'est un conseil ultra égoïste car je me suis retrouvée dans la situation plutôt inverse de l'héroïne de ce roman mais malgré moi, cette femme a réussi à insinuer un peu de...
    Voir plus

    Ne pas lire certains livres avant certains événements !

    Ce pourrait être le conseil que je donne pour ce livre.

    Enfin c'est un conseil ultra égoïste car je me suis retrouvée dans la situation plutôt inverse de l'héroïne de ce roman mais malgré moi, cette femme a réussi à insinuer un peu de doutes en moi…

    Etre femme, puisque c'est le sujet du roman et que j'en suis une, n'est pas chose aisée ! Nous faisons face à des obstacles, surement autant que les hommes, mais il y en a un qui bouleverse toute une vie...le jour où on devient maman.

    Chacune cherche sa voie, son destin, l'idée étant de donner à nos enfants une super éducation et sortir de cette maternité la tête haute et fière d'avoir réussi.

    Parfois c'est à peine le cas… des erreurs sont commises, des manques restent à combler, des décisions sont difficiles à prendre même si au final l'amour reste au centre de la relation mère-enfant.

    Cette femme qui représente finalement la Femme, est traversée d'envies, d'ambition, de rêves mais elle n'arrive pas à les mettre en mots et à l'inverse les maux s'installent et gagnent du terrain en elle.

    La relation qu'elle créée avec l'ami de son fils est particulièrement déstabilisante, n'importe quel enfant serait "jaloux" où désarçonné devant cette mère qui semble presque oublier qu'elle a mis au monde un enfant. A la lecture, j'ai ressenti cette différence qui prenait de l'ampleur et qui rendait l'ambiance lourde et complexe.


    J'ai eu beaucoup d'empathie pour Joachim, le fils, qui m'a semblé en recherche incessante de l'amour maternel, parfois j'avais envie de leur dire "mais faites juste un pas l'un vers l'autre et ça va se débloquer". Mais rien n'est jamais aussi simple dans la vie.

    Il faudrait bien plus qu'un pas pour que cette héroïne reprenne pied dans la réalité. Ses décisions porteront la marque des difficultés de cette étrange période que la famille vit. Certains choix seront étonnants et même dérangeants je trouve mais je crois qu'ils sont fait dans le respect de Joachim aussi…

    Cette lecture a eu deux facettes :

    * j'ai aimé : le thème, la façon d'écrire, le huis clos installé entre seulement 3 voire 4 personnages, le fait d'être obligée de sortir de cette zone de confort du style "tout va bien je vais bien" qui n'est pas le cas ici.


    * j'ai eu du mal avec : les choix qui sont faits mais comme je le disais au début je l'ai lu juste au moment où il ne fallait pas je crois ;) , le caractère de cette femme que j'ai trouvé parfois vraiment égoïste et que j'avais envie de secouer...

    Impossible de dire que je n'ai pas aimé ce livre car ce roman met juste en lumière des aspects de nos vies actuelles, de nos âmes que nous ne voulons pas toujours voir. Cet ouvrage permet donc d'ouvrir la réflexion plutôt que se prendre en pleine face tel un boomerang les sentiments enfouis sans y être préparé.

    Une nouvelle fois, les 68 m'auront permis de découvrir un univers unique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un récit qui explore le lien maternel, les compromis, le couple à l’heure des choix, la place de la mère, de l’épouse.
    Florence, jeune quadra, est mariée à un homme dont elle est amoureuse. Ils ont un fils qu’elle adore. Elle est chef de chant à l’Opéra de Paris, comblée par son travail, « que...
    Voir plus

    Un récit qui explore le lien maternel, les compromis, le couple à l’heure des choix, la place de la mère, de l’épouse.
    Florence, jeune quadra, est mariée à un homme dont elle est amoureuse. Ils ont un fils qu’elle adore. Elle est chef de chant à l’Opéra de Paris, comblée par son travail, « que je sache garder cet état de plénitude en moi » se répète-t-elle certains soirs en s’endormant.
    Pourtant, des petits grains de sable vont se glisser dans ce quotidien. Son mari signe un contrat avec un éditeur new yorkais et s’absence de Paris plusieurs mois d’affilée. Le face à face avec son fils se remplit alors d’incompréhensions, de conflits. Heureusement le copain de son fils va pallier à ce manque. Elle l’initie à la musique, elle se sent investie d’une mission à l’égard de ce petit garçon d’un autre milieu social moins favorisé. Il est le fils qu’elle aimerait, elle devient alors la mère modèle qu’elle imagine.
    Son mari n’a de cesse de l’encourager à venir le rejoindre à New York, de son côté, elle reporte toujours sa décision.
    Si le récit démarre de manière somme toute classique sur un thème ultra débattu, il prend une tournure troublante, questionnant sur le rôle de la mère, de la femme, des compromis et renoncements lorsqu’ils deviennent inacceptables. Le lecteur assiste alors au lent naufrage de cette femme se qualifiant de « mauvaise mère », « mauvaise épouse » qui va sombrer dans une profonde dépression.
    L’écriture joue habilement entre le récit proprement dit et les monologues de Florence qui perd pied. Tout en nuances et sensibilités sur la place de la mère, de la femme. Le fils trouve légitime que le père les quitte pour son travail mais refuse que Florence prenne une décision identique. Une mère doit s’occuper de son enfant «parce que t’es ma mère, c’est toujours la mère qui fait ça » lui dit-il.
    J’ai été emportée par ce récit qui questionne avec subtilité sur le rôle de la mère, de l’épouse, de la femme. L’épisode de la salopette à lui seul résume le parcours de Florence.
    J’aurai juste une réserve (de forme) : je n’ai pas trouvé la couverture engageante et je n’aurai probablement pas ouvert de ce livre s’il ne faisait pas partie des 68premières fois.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n'avais jamais entendu parler de ce roman ou de cet auteur et ce fut une belle surprise. Un joli premier roman sur le thème de la famille, des relations homme/femme, du rôle de mère et de la pression sociale que cela engendre. C'est l'histoire d'une remise en question, cette mère se pose des...
    Voir plus

    Je n'avais jamais entendu parler de ce roman ou de cet auteur et ce fut une belle surprise. Un joli premier roman sur le thème de la famille, des relations homme/femme, du rôle de mère et de la pression sociale que cela engendre. C'est l'histoire d'une remise en question, cette mère se pose des questions et se retrouve tiraillée entre son rôle de mère et sa vie de femme. La relation avec son enfant se complique et l'auteur retranscrit parfaitement le sentiment de culpabilité que cette mère ressent petit à petit. Pour un premier roman, l'écriture est maîtrisée et fluide. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et le livre était lu en deux jours. Il est écrit à la troisième personne mais on fait des incursions dans la tête de chaque personnage grâce à certains passages à la première personne en italique. C'est très réussi et cela permet de bien comprendre la psychologie de chaque protagoniste. Bref, un beau roman traitant de thèmes actuels et mettant au centre de l'histoire une mère d'aujourd'hui qui ne veut plus sacrifier sa vie et ses projets pour suivre son mari.
    Livre lu dans le cadre du coup de coeur des lectrices version Femina.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Florence, mère de Joachim (10 ans) et femme de William qui bosse à Paris se prend d'affection +++++ pour le nouveau copain de son fils, Moussa. Elle va même limite le considérer comme son second fils (alors que celui ci a des parents)?. Elle le trouve plus proche d'elle par leurs centres...
    Voir plus

    Florence, mère de Joachim (10 ans) et femme de William qui bosse à Paris se prend d'affection +++++ pour le nouveau copain de son fils, Moussa. Elle va même limite le considérer comme son second fils (alors que celui ci a des parents)?. Elle le trouve plus proche d'elle par leurs centres d’intérêts commun, ses attitudes, et semble plus facile à vivre... Peut elle jouer avec lui à la mère parfaite? William n'aime pas ce comportement qu'il juge anormal,malsain et Joachim est perplexe...
    Progressivement, l'auteur va serrer le sentiment de culpabilité qui ronge cette femme en crise , mais va t il aller jusqu'à l étrangler? Ce roman est gênant car comment 1 mère peut elle en venir à limite préférer un copain à son fils? Un roman aux aspects dramatiques mais qui se finit par une révélation féministe.
    L'écriture est plaisante, j'ai bien aimé l’enchaînement des sentiments et des péripéties, la montée en crescendo même si ce lien "maternel" m' a quelque peu choqué, rendue dubitative....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions