Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une loge en mer

Couverture du livre « Une loge en mer » de Magali Desclozeaux aux éditions Faubourg
  • Date de parution :
  • Editeur : Faubourg
  • EAN : 9782491241483
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Ainsi donc, je mourrai là où je loge. Dans une boîte. Cela s'est imposé à moi alors qu'à l'aube, depuis le minuscule balcon sur lequel donne mon conteneur placé en bout de rangée avec une paroi à pic au-dessus de la mer, je guettais l'apparition du soleil. Lorsqu'il se lève sur ma gauche et que... Voir plus

Ainsi donc, je mourrai là où je loge. Dans une boîte. Cela s'est imposé à moi alors qu'à l'aube, depuis le minuscule balcon sur lequel donne mon conteneur placé en bout de rangée avec une paroi à pic au-dessus de la mer, je guettais l'apparition du soleil. Lorsqu'il se lève sur ma gauche et que la nuit précédente, nous avons largué les amarres dans un port greffé sur le désert, je sais que nous avons mis le cap sur l'Asie.
Et j'aurai beau attendre midi, un soleil à l'aplomb du radar qui coiffe le château et espérer une journée sans brume, jamais je ne parviendrai ne serait-ce qu'à deviner ce qui se trouve à bâbord. Un porte-conteneur ne fait pas de cabotage et ses occupants ont ainsi toute latitude, comme moi aujourd'hui, pour imaginer un lent déroulé de plages sablonneuses. La locataire de l'un des dix mille conteneurs du Ship Flowers entreprend, pour résilier son bail, de contacter son propriétaire domicilié dans un paradis fiscal.
C'est le début d'une correspondance au long cours, rassemblée dans ce roman épistolaire.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Voici un roman épistolaire d'un nouveau genre. Magali Desclozeaux retrace dans «Une loge en mer» l’échange de lettres entre une ex-concierge qui vogue désormais sur un porte-conteneurs et divers correspondants censés l’aider à résilier son bail. Dépaysant!

    Ça ne pouvait guère finir autrement....
    Voir plus

    Voici un roman épistolaire d'un nouveau genre. Magali Desclozeaux retrace dans «Une loge en mer» l’échange de lettres entre une ex-concierge qui vogue désormais sur un porte-conteneurs et divers correspondants censés l’aider à résilier son bail. Dépaysant!

    Ça ne pouvait guère finir autrement. Un immeuble parisien qui se vide de ses habitants n'a plus besoin de concierge. D'autant qu'il va être transformé en parking. Alors, après avoir entretenu durant quelques mois le bâtiment désert, Ninon Moinot a dû rendre son tablier.
    Mais plus surprenant, elle a échangé sa loge de 18 m2 contre un nouvel espace de 12m2: elle vit désormais dans le conteneur n°124328 sur le Ship Flowers l'un de ces immenses cargos qui parcourent les océans, transportant des marchandises d'un continent à l'autre. Dans sa seule valise elle a emporté ses économies - les étrennes accumulées au fil des années - ses sabots d'infirmière aux semelles antidérapantes et son thermos de café.
    Elle a accepté la proposition de De Cuïus, le propriétaire de son immeuble, qui ne donne plus signe de vie depuis plusieurs semaines. Ce qui est très contrariant puisqu’elle souhaite résilier son bail. Elle s’adresse aussi à l'administration qui n'a rien changé de ses habitudes ubuesques, à une conseillère qui va s'avérer sénile et, en désespoir de cause, à un jardinier avec lequel elle ne pense que pouvoir relater son expérience avortée de faire pousser une plante sur son porte-conteneur. Ce dernier, Aimé Cosat, va s'avérer être son allié le plus précieux. Outre le fait qu'avec Ninon il voyage par procuration, il ne va pas renoncer à retrouver De Cuïus ou ses héritiers. Complétons la liste des correspondants de la passagère du Ship Flowers avec l'ancienne cuisinière qui, tout comme Ninon, a l'impression de s'être faite «enfumée» en confiant ses biens à la société financière gérée par leur ex-patron. Elle envisage même de la rejoindre sur le Ship Flowers qui pourrait recourir à ses talents. Un projet qui ne se concrétisera pas. D'autant qu'à la suite d'une erreur de manutention son conteneur est débarqué en plein désert.
    Et même si tout finira par s'arranger, Ninon Moinot décide qu'après plus de trois années en mer, il est temps de retrouver la terre ferme. «Je n'en peux plus, les os rouillés, les articulations grippées, je peine à aller de l'avant. Rien de grave à ça, je n'ai pas d'issue à mon avenir. J'ai choisi d'embarquer autour du monde. Ça m’a fait rêver. Passée la deuxième année, le rêve a viré. Ça arrive. Il faut savoir perdre. J'ai entamé le dernier tour de piste de la boîte à chaussures. La tournée d'adieu de Lady Shrimp. Dans moins de 77 jours maintenant, je quitterai la scène.»
    Un projet que les aléas de la navigation mais plus encore les fils tissés par le commanditaire du bateau vont venir contrarier. De nouvelles surprises et quelques rebondissements l'attendent avant la fin de son Odyssée.
    Magali Desclozeaux, en renouvelant le genre du roman épistolaire, joue avec ce temps qui s'étire très différemment sur un porte-conteneur et nous démontre les effets d'un très long confinement. Quand par exemple, il empêche de voir les gens, quand l'attente des informations vire à l'obsession et, lorsqu'elles arrivent, ont déjà été périmées par un nouvel événement. Sans parler des vagabondages de l'esprit, propre à imaginer des choses, à combler les vides. Bien entendu, toute ressemblance avec une situation du même ordre infligée au lecteur ne saurait être que fortuite!
    https://urlz.fr/eS5p

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.