Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une femme en contre-jour

Couverture du livre « Une femme en contre-jour » de Gaelle Josse aux éditions Noir Sur Blanc
Résumé:

Alors qu'elle vient de décéder, à 83 ans, dans le plus grand anonymat, les photos de Vivian Maier, pleines d'humanité et d'attention envers les démunis et les perdants du rêve amé- ricain, sont retrouvées par hasard dans des cartons oubliés au fond d'un garde-meuble de la banlieue de Chicago.... Voir plus

Alors qu'elle vient de décéder, à 83 ans, dans le plus grand anonymat, les photos de Vivian Maier, pleines d'humanité et d'attention envers les démunis et les perdants du rêve amé- ricain, sont retrouvées par hasard dans des cartons oubliés au fond d'un garde-meuble de la banlieue de Chicago. Elle n'aura donc pas connu la célébrité, ni l'engouement plané- taire qui accompagne aujourd'hui son travail d'artiste. Elle a mené une vie de solitude et de pauvreté, lestée de lourds secrets familiaux et d'épreuves. Personnalité complexe et parfois déroutante, femme libre et perdante magnifique dont le destin s'écrit entre la France et l'Amérique, elle avait choisi de vivre les yeux grands ouverts.
Vivian Maier, une femme en contre-jour est le portrait de cette invisible, photographe de génie qui n'a pas vu la plupart de ses photos et qui, pour payer son loyer, gardait des enfants.
Une Américaine d'origine française, arpenteuse inlassable des rues de New York et de Chicago et nostalgique de son enfance heureuse passée dans les Hautes-Alpes.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (36)

  • Une maîtrise absolue de la prise de vue, un sens aigu de la composition, un cadrage parfait…D'énigmatiques autoportraits aux dispositifs complexes... En sortant de cette exposition j’ai eu envie d’en découvrir davantage sur cette photographe de génie et je me suis souvenue de la biographie de...
    Voir plus

    Une maîtrise absolue de la prise de vue, un sens aigu de la composition, un cadrage parfait…D'énigmatiques autoportraits aux dispositifs complexes... En sortant de cette exposition j’ai eu envie d’en découvrir davantage sur cette photographe de génie et je me suis souvenue de la biographie de Gaëlle Josse, Une femme en contre-jour, que je me suis procuré dans la foulée.

    Si Vivian Maier est l’une des plus grandes photographes du XXème siècle, on la compare à Willy Ronis, Diane Arbus, Robert Doisneau ; elle n’aura pas connu la célébrité de son vivant, travaillant toute sa vie en tant que nounou avant de disparaître à l’âge de quatre-vingt -trois ans en 2008 dans le plus grand anonymat.

    Une Américaine d’origine française, élevée dans une famille dysfonctionnelle, ne quittant jamais son appareil photo lorsqu’elle arpentait les rues de New-York puis de Chicago. A l’instar des laissés pour compte du rêve américain qu’elle a immortalisé, elle vécut une vie solitaire, faite de nombreuses épreuves et de pauvreté.

    Gaëlle Josse retrace « une vie en pointillés » sans occulter les aspérités d’un être humain, un travail remarquable qui évite l’écueil d’une success story lisse à l’américaine .

    « Vivian Maier. Une silhouette anonyme, une invitation dans la rumeur d’océan de la ville. Un visage parmi d’autres. Elle marche. S’arrête. Cadrage. Intuitif, parfait. Déclenchement. L’autre, dans sa vie, lui fait face. Reconnaissance. Ni pathos ni pitié. Ni bons sentiments ni voyeurisme. Rien qu’une urgence créatrice, cette formidable tension qui rend vivant. Ce quelque chose d’entrevu et saisi. Le regard droit sur le réel, et qui soudain s’arrête. A nous de prolonger l’histoire avec ce qui n’entre pas dans le cadre. Champ et hors-champ. »

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est après avoir vu la superbe exposition Vivian Maier au Musée du Luxembourg (jusqu’au 16 janvier 2022) que j’ai voulu en savoir plus sur cette photographe de génie découverte après sa mort.
    Le parcours de Vivian Maier, née à New York en 1926, est pour le moins curieux et peu banal. Bien...
    Voir plus

    C’est après avoir vu la superbe exposition Vivian Maier au Musée du Luxembourg (jusqu’au 16 janvier 2022) que j’ai voulu en savoir plus sur cette photographe de génie découverte après sa mort.
    Le parcours de Vivian Maier, née à New York en 1926, est pour le moins curieux et peu banal. Bien qu’américaine, elle va vivre quelques années en France, à Saint-Julien, petit village des Hautes-Alpes d’où est originaire sa mère.
    Bonne d’enfants d’origine modeste, Vivian Maier est une solitaire. Célibataire toute sa vie, elle va de famille en famille dont elle garde les enfants, ce qui lui offre du temps libre pour arpenter les rues et s’adonner à sa passion : la photographie. D’après les témoignages recueillis après sa mort, on la dit très libre, voire excentrique, elle peut parfois se montrer cruelle envers les enfants dont elle a la charge. Mais peut-être faut-il voir dans ce comportement les stigmates d’une enfance chaotique entre un père violent et alcoolique et une mère perturbée et absente.
    La photo est sans doute un moyen de s’affirmer tout en restant en retrait d’une société qui ne peut que l’ignorer, voire la repousser. Vivian Maier laissera à la postérité des milliers de négatifs qui n’auront jamais été développés. Elle a observé avec une méticulosité rare la vie urbaine de son époque, a sillonné les quartiers pauvres à la recherche de portraits des sans-noms, des oubliés du rêve américain. Ce qui l’intéresse, c’est l’envers du décor que représente la société américaine dans les années 1950. Aucun geste, aucune mimique n’échappent à l’acuité de son regard. Elle photographie avec humanité et parfois ironie. Elle sait se rendre invisible et, si on connait son visage, c’est grâce à des dizaines d’autoportraits qu’elle a fait d’elle, son reflet dans des miroirs, des vitrines. Mais qui était-elle vraiment ? D’elle, elle n’a laissé que peu de traces si ce n’est son œuvre immense : photos, films et enregistrements.
    Mais pourquoi avoir caché cette œuvre ? Pourquoi n’avoir jamais cherché à développer ses négatifs et dévoilé son travail ? La folie de sa mère et de son frère, sa propre singularité et sa situation précaire l’ont-ils poussée à garder tout cela secret comme pour mieux combattre ses démons ?
    Au prix d’un travail de recherche minutieux au plus près de la vérité, Gaëlle Josse tente de donner des réponses au mystère Vivian Maier. C’est avec une vraie curiosité et une grande empathie qu’elle nous entraîne sur les pas de cette immense photographe du XXe siècle morte dans l’anonymat et la pauvreté.
    On retrouve dans ses pages des fragments du film documentaire « Findind Vivian Maier » dans lequel figurent les témoignages des enfants gardés par la gouvernante.
    Une biographie qui se dévore comme un roman. Mon seul regret, c’est qu’elle soit si courte mais vous pouvez comme moi, prolonger la quête de Vivian Maier en visionnant le film documentaire de Maloof et Siskel et en allant sur le site de l’association Vivian Maier et le Champsaur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Destin étonnant que celui de Vivian Maier. Aujourd'hui considérée comme une des plus grandes photographes du vingtième siècle, elle fut de son vivant totalement ignorée des experts, et donc inconnue du grand public.

    C'est l'extraordinaire parcours d'une solitaire, née à New-York dans une...
    Voir plus

    Destin étonnant que celui de Vivian Maier. Aujourd'hui considérée comme une des plus grandes photographes du vingtième siècle, elle fut de son vivant totalement ignorée des experts, et donc inconnue du grand public.

    C'est l'extraordinaire parcours d'une solitaire, née à New-York dans une famille franco-américaine totalement dysfonctionnelle, qui travailla ensuite comme nurse pour de riches familles de Chicago, avant d'être sortie de la clochardisation totale grâce au soutien de trois des enfants dont elle s'était occupée, que nous raconte ce petit livre de Gaëlle Josse.

    L'appareil photo de Vivian Maier remplace pour nous ses yeux. C'est à partir de la découverte, posthume et tout à fait par hasard, de ses dizaines de milliers de clichés, dont la plupart n'avait jamais été développée, qu'elle est devenue célèbre et que son parcours artistique a pu être reconstitué.

    L'auteure apporte ici une pierre à la reconnaissance de l'artiste. Cette biographie romancée, accessible au plus grand nombre, éclaire les principales étapes de la vie de Vivian Maier, et en fait ressortir les zones d'ombre.

    Un livre écrit avec simplicité, plus riche en informations qu'il pourrait y paraître, et qui se lit avec beaucoup de plaisir.

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2021/12/03/une-femme-en-contre-jour-gaelle-josse-jai-lu-un-court-roman-biographique-qui-se-lit-avec-plaisir/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaelle Josse est un de mes auteurs préférés par les émotions que son écriture et les thèmes évoqués déclenchent en moi; "Une femme en contre-jour" est le 8ème livre d'elle que je découvre.
    C'est en voyant un court reportage sur l'exposition actuellement consacrée à Vivian Maier au Musée du...
    Voir plus

    Gaelle Josse est un de mes auteurs préférés par les émotions que son écriture et les thèmes évoqués déclenchent en moi; "Une femme en contre-jour" est le 8ème livre d'elle que je découvre.
    C'est en voyant un court reportage sur l'exposition actuellement consacrée à Vivian Maier au Musée du Luxembourg, à Paris, que j'ai tout à coup ressenti l'envie d'en savoir un plus sur la femme et sur son œuvre. Je me suis souvenu qu" Une femme en contre-jour" attendait depuis longtemps dans ma PAL que je vienne l'extraire; c'est chose faite.
    Vivian Maier est née en 1926 à New-York d'une mère française et d'un père américain, d'origine austro-hongroise. Elle a un frère, Carl, de 6 ans son aîné. Ses parents se séparent en 1927 après 8 ans d'un mariage marqué par les disputes, l'alcool, la violence et le manque d'argent. La Grande Dépression et la pauvreté poussent Vivian et sa mère à rentrer en France, en 1932, dans le village de naissance de celle-ci. En 1938, elles repartent aux États-Unis car Carl est en prison et va très mal mais Carl et sa mère ne se supportent pas. A 17 ans, Vivian commence à travailler comme opératrice de saisie puis vendeuse, métiers qu'elle déteste.
    En 1956, elle s'installe à Chicago où elle rentre au service de la famille Gensburg comme nurse pour leurs 3 fils. Elle y restera 17 ans puis elle va de famille en famille. A la fin des années 1990, les fils Gensburg, qui n'ont jamais oublié leur nanny, la soutiennent financièrement car elle vit dans une extrême pauvreté et cela jusqu'à sa mort en 2009 à l'âge de 83 ans.
    Quelques jours après sa mort, un jeune agent immobilier, John Maloof, qui avait acheté aux enchères, en 2007, pour 400 dollars, un fatras de 120 000 photos, films, pellicules non développées, planches-contacts, intrigué et fasciné par les photos, commence une enquête avec un indice minuscule :le nom de Vivian Maier griffonné sur une enveloppe. Sa quête fera émerger une artiste méconnue, photographe de rue, qui a su montrer, donner une réalité aux nombreux laissés-pour-compte des années 50-60 aux États-Unis en livrant la réalité crue, saisie au vol, sans embellissement, avec empathie.
    Vivian Maier ne se livrait pas et elle reste encore un mystère; on ne peut qu'être touché par son extrême solitude, par une enfance difficile avec une mère qui ne l'aimait pas, un père absent, un frère paranoïaque. La photographie était sa compagne, sa vie et elle n'a jamais cessé de fixer la vie sur pellicule.
    A la fin de cette biographie légèrement romancée, Gaëlle Josse explique les écueils qu'elle a du éviter pour ne pas trahir Vivian Maier et pour que ses propres émotions ne pervertissent pas la vraie Vivian Maier avec laquelle elle semble ressentir une grande proximité de cœur.

    thumb_up J'aime comment Commentaires (2)
    • Calimero29 le 14/10/2021 à 18h39

      Bonjour, je suis très heureuse que cette chronique vous ait rappelé de beaux souvenirs. Le peu de photos de Vivian Maier que j'ai pu voir m'ont saisie par l'humanité qui s'en dégage. Je n'irai pas à Paris voir l'exposition au Musée du Luxembourg car la Bretagne, où je vis, accueillera une double exposition sur Vivian Maier à Quimper et à Pont-Aven du 4/02 au 29/05/2022. Quelle chance! Belle fin de journée.

      thumb_up J'aime
    • BERNARD DOMINIQUE le 14/10/2021 à 18h20

      Merci Calimero pour cette chronique . Je m'achèterai ce livre , il est certain... Car il y a quelques années j'ai eu le bonheur de découvrir les clichés de Viviane Maier au cinéma par un reportage de John Maloof et aussitôt j'ai commandé l'album de la photographe uniquement en américain mais la traduction m'était trop ardue même si les images sont splendides donc , c'est vraiment pour moi un clin d'oeil que ce roman . Il sera bientôt dans ma PAL . Belles lectures . Prenez soin de vous

      thumb_up J'aime
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Vivian Maier ... autant dire une illustre inconnue pour moi qui n'avais jamais entendu parler d'elle avant d'ouvrir cet ouvrage de Gaëlle Josse, et je me suis laissée emporter par ce destin à la fois banal et hors du commun. "L'histoire d'une femme libre, d'une perdante magnifique, qui a choisi...
    Voir plus

    Vivian Maier ... autant dire une illustre inconnue pour moi qui n'avais jamais entendu parler d'elle avant d'ouvrir cet ouvrage de Gaëlle Josse, et je me suis laissée emporter par ce destin à la fois banal et hors du commun. "L'histoire d'une femme libre, d'une perdante magnifique, qui a choisi de vivre les yeux grands ouverts". Un roman témoignage très court, qui se lit très vite, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement avec ce roman d'Isabelle Monin "Les gens dans l'enveloppe". Un titre particulièrement bien choisi, "Une femme en contre-jour", presque une évidence, une femme sublimée par la belle écriture de Gaëlle Josse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une parfaite écriture.
    Cependant, cette biographie de Vivian Maier est peu fournie d'éléments de sa vie. Une femme floue et invisible, effectivement

    Une parfaite écriture.
    Cependant, cette biographie de Vivian Maier est peu fournie d'éléments de sa vie. Une femme floue et invisible, effectivement

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Vivian Maier ? Vous m'avez bien dit Vivian Maier ? Mais qui est-ce ? Elle s'appelle donc Vivian Maier, gagnait sa vie comme garde d'enfants. Une femme au destin atypique et déchirante, morte à l'âge de 83 ans dans l'anonymat total.

    C'est cette nounou dont on a découvert après sa mort, par le...
    Voir plus

    Vivian Maier ? Vous m'avez bien dit Vivian Maier ? Mais qui est-ce ? Elle s'appelle donc Vivian Maier, gagnait sa vie comme garde d'enfants. Une femme au destin atypique et déchirante, morte à l'âge de 83 ans dans l'anonymat total.

    C'est cette nounou dont on a découvert après sa mort, par le plus grand des hasards les milliers de photos qu'elle avait prises au cours d'une vie dans les rues de Chicago, de New York et d'ailleurs..

    Qui de mieux pour nous faire vivre de destin que Gaëlle Josse ! L'auteure fidèle à sa plume vibrante, limpide, imagée qui envoute a chaque nouveau roman se fait à nouveau enquêtrice pour Vivian Maier.

    Déroulé d'une vie misérable, d'une famille partagée entre ancien et Nouveau continent. Une vie de solitude, d'épreuves, de pauvreté. Gaëlle Josse nous offre une biographie fascinante distillée avec subtilité sur une artiste incomprise.

    Les clichés signés Vivian Maier racontent une Amérique au bord de l'étouffement, une Amérique cruelle envers les perdants du rêve américain.

    "Une femme à contre-jour" est un roman attachant d'un destin troublant sous la forme d'un halo de clair-obscur que Gaëlle Josse superpose à son propre regard de femme. Un récit qui pose cependant des questions sur le sort des parcours atypique et la place des femmes dans l'histoire de l'art.

    La découverte d'une artiste talentueuse et la redécouverte d'une auteure qui tient une place importante dans mon coeur. Merveilleuse lecture, encore une nouvelle fois du grand Gaëlle Josse !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous avons découvert Vivan Maier il y a quelques années quand ARTE a diffusé un documentaire racontant l'histoire de ce lot de photos acheté par hasard par John Maloof qui recueillait des documents pour écrire un livre sur Chicago.

    L'année dernière, nous avons eu la chance de voir une...
    Voir plus

    Nous avons découvert Vivan Maier il y a quelques années quand ARTE a diffusé un documentaire racontant l'histoire de ce lot de photos acheté par hasard par John Maloof qui recueillait des documents pour écrire un livre sur Chicago.

    L'année dernière, nous avons eu la chance de voir une exposition de ses photos à Paris, à la Galerie Les douches.

    Alors, quand j'ai découvert ce roman sur les rayons d'une librairie électronique, je n'ai pas hésité ! 

    J'ai apprécié redécouvrir l'histoire de cette femme qui avait la passion de la photo et qui a été cette documentariste du quotidien, de ce qui est généralement oublié ou caché et qui n'a malheureusement connu la gloire qu'après sa mort.

    Une enfance difficile, une douloureuse histoire familiale faite d'aller-retours entre la France et les Etats-Unis à une époque où ce n'était pas facile. 

    La plume douce et bienveillante de Gaëlle Josse dépeint cette vie rude, cet atatchement à certains de ces enfants dont Vivian Maier était la nounou. 

    Une plongée dans les racines familiales de l'artiste, dans les archives du village dont sa famille était originaire, ont permis de produire un ouvrage précis ...qui donne envie de se replonger dans l'œuvre photographiée dont on peut heureusement découvrir une grande partie sur le site internet qui lui est dédié :)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.