Gaelle Josse

Gaelle Josse
Après Les heures silencieuses , Nos vies désaccordées et Noces de neige, Gaëlle Josse poursuit, dans ce quatrième roman, une narration tendue servie par une écriture exigeante, son inlassable exploration du labyrinthe des passions humaines.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (160)

  • Couverture du livre « Un été à quatre mains » de Gaelle Josse aux éditions Ateliers Henry Dougier

    Mumu Dans le Bocage sur Un été à quatre mains de Gaelle Josse

    Je continue de découvrir les romans de Gaëlle Josse que j'apprécie depuis ma découverte du Dernier Gardien d'Ellis Island et qui à chaque fois me transporte dans un autre univers.

    1824 : Frantz Schubert a 27 ans, il a l'opportunité de retourner durant un été dans la famille Estherhazy  où il...
    Voir plus

    Je continue de découvrir les romans de Gaëlle Josse que j'apprécie depuis ma découverte du Dernier Gardien d'Ellis Island et qui à chaque fois me transporte dans un autre univers.

    1824 : Frantz Schubert a 27 ans, il a l'opportunité de retourner durant un été dans la famille Estherhazy  où il a été maître de musique des deux fillettes de la maison 6 ans plus tôt. Il rêve de calme, d'un lieu où il pourra créer sans se soucier du quotidien, mais retrouve deux jeunes filles dont Caroline 19 ans, qu'il va ressentir comme son âme soeur, son double et le troubler. Sentiment partagé ?

    C'est là que l'auteure intervient et imagine. Tout n'est que douceur, romantisme, frôlements. Frantz souffrant déjà de syphilis, retrouve Pepi, une servante, celle qui peut-être l'a contaminé lors de son premier séjour, voit autour de lui des signes du destin, le vert, couleur maudite etc....

    Cette fois-ci il est question de musique et d'amour contrarié mais source de création.. Frantz Schubert, oui pourquoi pas. Finalement cela tombe bien car c'est un compositeur que je connais de nom, certaines de ses musiques mais dont j'ignore beaucoup sur sa vie. Voilà qui est intéressant. Je commence par aller m'informer de la vie de ce compositeur et en lisant sa biographie je réalise comment Gaëlle Josse travaille. Elle part des éléments de sa vie et elle imagine, elle comble des faits, elle brode, oui elle brode, lentement mais sûrement, point par point et nous fait pénétrer dans le travail de composition de ce musicien, comme elle était entrée dans un tableau pour Les heures silencieuses.
    A nouveau, en quelques pages elle nous transporte dans un autre univers où les sentiments et les émotions sont exacerbés. C'est doux, précis, concis.

    Le roman tient en moins de 90 pages : un travail d'orfèvre comme toujours. J'ai été un peu moins touchée par celui-ci même si je l'ai apprécié, je n'ai pas eu ce renversement auquel elle m'a habituée dans les précédents, ce petit moment où tout bascule, où elle vous bouleverse, où les émotions sont au bord des yeux et des lèvres.

    Ici c'est une page de la vie d'un musicien blessé dans son corps, dans son âme, mal dans sa peau, dont la musique était la représentation de la beauté des choses, de la nature et des sentiments. Il fut le maître incontesté du lied, de la poésie faite musique.

  • Couverture du livre « Une longue impatience » de Gaelle Josse aux éditions Noir Sur Blanc

    Maitre Hibou sur Une longue impatience de Gaelle Josse

    Ce roman est très agréable à lire, l’auteur dévoile avec une grande délicatesse les émotions de ses personnages et sait à merveille décrire les paysages et les différents endroits où se déroule le récit.
    Au début le roman nous parle de l’amour d’une mère pour son fils, mais très vite on se rend...
    Voir plus

    Ce roman est très agréable à lire, l’auteur dévoile avec une grande délicatesse les émotions de ses personnages et sait à merveille décrire les paysages et les différents endroits où se déroule le récit.
    Au début le roman nous parle de l’amour d’une mère pour son fils, mais très vite on se rend compte qu’il s’agit davantage de l’histoire d’une femme qui n’arrive pas une fois adulte à dépasser les souffrances vécues dans son enfance. Elle se replie sur elle-même à chaque nouvelle épreuve, développant avec son fils une relation fusionnelle qui l’éloigne toujours plus des autres même après qu’il ait disparu.
    Peu à peu, sa vie glisse vers une folie destructrice donnant à la fin de l’histoire un goût d’échec qui reste une fois le livre refermé.

  • Couverture du livre « Une longue impatience » de Gaelle Josse aux éditions Noir Sur Blanc

    Claudia Charrier sur Une longue impatience de Gaelle Josse

    L'auteure nous raconte l'attente d'une mère pour son fils, parti subitement, à la suite d'une violente dispute avec son beau-père.

    Il s'est engagé sur un bateau, sans qu'elle soit préparée à cette séparation brutale et violente.

    La mère, Anne a traversé des moments difficiles pendant la...
    Voir plus

    L'auteure nous raconte l'attente d'une mère pour son fils, parti subitement, à la suite d'une violente dispute avec son beau-père.

    Il s'est engagé sur un bateau, sans qu'elle soit préparée à cette séparation brutale et violente.

    La mère, Anne a traversé des moments difficiles pendant la Seconde Guerre mondiale, entre la perte de son premier mari et une vie éprouvante lors de cette période.
    Son fils Louis reste sa raison de vivre malgré son remariage et la naissance de ses deux autres enfants qu'elle aime autant.

    L'amour maternel est tellement fort, et incommensurable, qu'elle ne se remet pas de cet abandon.
    Elle n'a aucune nouvelle de son fils, ce qui est d'autant plus dur pour elle.

    Alors elle écrit des lettres et des lettres, lui exprimant tout l'amour qu'elle a pour lui et guette pendant des heures, la mer. Elle attend le moment où elle verra le bateau apparaître qui lui ramènera son fils.

    Mais les années passent....

    Elle n’est plus qu’attente, à peine distraite par son quotidien, son mari ou ses deux enfants.

    Anne dépérit à petit feu... Peut-on vivre dans cette attente ?! Et ne pas sombrer dans cette douleur insupportable.
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2018/06/la-femme-qui-tuait-les-hommes-leur.html

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur