Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une longue impatience

Couverture du livre « Une longue impatience » de Gaelle Josse aux éditions Noir Sur Blanc
Résumé:

« C'est l'histoire d'un fils qui part et d'une mère qui attend. C'est un amour maternel infini, aux portes de la folie. C'est l'attente du retour, d'un partage, et le rêve d'une fête insensée. C'est un couple qui se blesse et qui s'aime. C'est en Bretagne, entre la Seconde Guerre mondiale et les... Voir plus

« C'est l'histoire d'un fils qui part et d'une mère qui attend. C'est un amour maternel infini, aux portes de la folie. C'est l'attente du retour, d'un partage, et le rêve d'une fête insensée. C'est un couple qui se blesse et qui s'aime. C'est en Bretagne, entre la Seconde Guerre mondiale et les années soixante, et ce pourrait être ailleurs, partout où des femmes attendent ceux qui partent, partout où des mères s'inquiètent. » Une femme perd son mari, pêcheur, en mer, elle se remarie avec le pharmacien du village. Son fils, issu de sa première union, a du mal à s'intégrer dans cette nouvelle famille et finit par lui aussi prendre la mer. Commence alors pour la narratrice une longue attente qu'elle tentera, tant bien que mal, de combler par l'imagination du grand banquet qu'elle préparera pour son fils à son retour.
Encore une fois, par son écriture sensible et sans faille, Gaëlle Josse nous entraîne dans les méandres de l'amour.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (52)

  • Un roman plein de poésie qui conte le sombre destin d'une femme qui passera sa vie à attendre, son mari marin, qui périra à bord de son bateau, son fils aîné et aimé pour fuir la violence de son beau-père incapable de tenir ses promesses, pour aller voir les baleines.
    Un roman plein d'amour, de...
    Voir plus

    Un roman plein de poésie qui conte le sombre destin d'une femme qui passera sa vie à attendre, son mari marin, qui périra à bord de son bateau, son fils aîné et aimé pour fuir la violence de son beau-père incapable de tenir ses promesses, pour aller voir les baleines.
    Un roman plein d'amour, de combats, de violence physique et silencieuse, d'abnégation, de mondes intérieurs, de patience....
    Un roman court dont on se souvient longtemps, qui donne envie de découvrir l'univers de Gaelle Josse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une femme de marin, devenue veuve après la guerre, épouse un camarade d'école devenu pharmacien. Mère d'un fils, Louis, elle a deux autres enfants avec son deuxième mari. Mais un soir, Son mari bat le fils aîné adolescent à cause d'une punition scolaire. Le lendemain, il disparaît, marin comme...
    Voir plus

    Une femme de marin, devenue veuve après la guerre, épouse un camarade d'école devenu pharmacien. Mère d'un fils, Louis, elle a deux autres enfants avec son deuxième mari. Mais un soir, Son mari bat le fils aîné adolescent à cause d'une punition scolaire. Le lendemain, il disparaît, marin comme son père. Sa mère l'attend, et ne peut pardonner à son mari ni être heureuse. Elle meurt de chagrin, et quand son fils revient, il est trop tard. Le second mari et le fils du premier lit n'ont pas su aimer cette enfant battue, très pauvre, démunie de mots pour s'exprimer, étrangère à l'univers plus policé de son deuxième époux. Elle meurt seule, comme elle a vécu, seule et incomprise. Un portrait de femme émouvant, qui glisse pudiquement sur certains pans intimes de la vie de cette femme endurante et droite. Une mise en garde contre une certaine indifférence des hommes à la fragilité et à la générosité féminine.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai découvert Gaëlle Josse avec ce roman, et la beauté de son écriture m'a transpercée.

    Quelle délicatesse et quelle force dans le portrait de cette femme qui a affronté avec dignité et courage les épreuves de la vie : une enfance malheureuse, la guerre, la mort de son premier mari, la...
    Voir plus

    J'ai découvert Gaëlle Josse avec ce roman, et la beauté de son écriture m'a transpercée.

    Quelle délicatesse et quelle force dans le portrait de cette femme qui a affronté avec dignité et courage les épreuves de la vie : une enfance malheureuse, la guerre, la mort de son premier mari, la pauvreté puis la jalousie des gens du village après son remariage.

    Lorsque son fils s'enfuit de la maison après une violente dispute avec son beau-père, commence alors pour elle une longue attente, où les jours s'égrènent mais où la vie est suspendue à l'espoir des retrouvailles. Consumée par l'absence et très seule face sa peine, elle doit lutter pour rester présente aux côtés de ceux qui restent, et pour tenir debout malgré la douleur et le manque.

    J'ai été bouleversée par cette mère qui attend sans relâche le retour de son fils, cette mère qui chaque jour, qu'il vente ou qu'il pleuve, va désespérément guetter sur la jetée l'arrivée des bateaux, cette mère qui décrit longuement dans ses lettres le festin qu'elle lui préparera pour lui exprimer tout l'amour qu'elle lui porte.

    La fin est superbe, et une grande émotion se dégage ce roman poignant sur l'amour maternel.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel livre! SUBLIME!
    Assez petit, lisse et si intense! « Une longue Impatience »
    @éditionsnotabilia
    Mais quel est cet éditeur (avec sa page de garde -mise en garde?- couleur vermillon) et surtout qui est Gaëlle Josse ?!?
    Une double révélation pour moi !
    Il s’agit là de poésie...

    Tout y...
    Voir plus

    Quel livre! SUBLIME!
    Assez petit, lisse et si intense! « Une longue Impatience »
    @éditionsnotabilia
    Mais quel est cet éditeur (avec sa page de garde -mise en garde?- couleur vermillon) et surtout qui est Gaëlle Josse ?!?
    Une double révélation pour moi !
    Il s’agit là de poésie...

    Tout y est : la qualité de la plume,
    - Le suspens plus qu’une intrigue, on attend un dénouement avec impatience nous aussi lecteurs, car fin il y aura, c’est inévitable (malheureusement, car j’aurais bien poursuivi cette lecture quelques heures de plus, si délectables)
    - la construction du livre, originale, intéressante et simple à la fois : - le récit au présent, entrecoupé de souvenirs souvent très douloureux (l’enfance de la narratrice) et parfois heureux (avec son fils) - - Une correspondance soliloquente (je viens d’inventer ce mot) de cette mère à la dérive à son fils absent, un menu entier en fait, un repas gargantuesque détaillé pour fêter son retour, le retour à la vie... Ces recettes sont un délice, comme son amour à n’en plus finir mais... quelle tristesse et déchirements sur un fond de guerre et de misère après-guerre.
    Je déteste encore plus que la narratrice les commérages du village et le détestable voisinage; perpétuels chuchotements méprisants...
    «la morsure des regards qui s’abattent sur ma nuque...» p145
    Ce côté de la France (Bretagne) où je n’ai jamais vécu où la compassion et la chaleur humaine latine, bienveillante, que je connais bien, j’ai cette chance, font cruellement défaut à cette population, à ce récit, à « nos » personnages que l’on chérit ; heureusement dans l’ombre on imagine « les femmes des maisons du chemin » secrètes généreuses (p185)
    crescendo... au fur et à mesure des années qui passent Anne s’enlise dans la mélancolie et nous coulons avec elle...
    lourd de silences, oppressant de retenue et tellement beau ! Il y a du divin dans ce livre...

    La citation de la fin : « les bateaux rappellent toujours ceux qui les aiment, j’ai appris ça. »
    Je veux tout lire de cette écrivaine !
    Encore MERCI @oliviadelamberterie pour cette chronique dans @telematin_officiel
    On se retrouve sur INSTAGRAM pour d'autres livres de cette auteure très active et "partageuse" sur FB aussi
    EMMANUELLEM06

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman narre le quotidien déchiré d'une femme, veuve de marin, dont le fils disparaît du jour au lendemain : le temps passe, l'attente s'installe, le souvenir reste, et, pendant ce temps, la vie continue. C'est un voyage intérieur d'une profonde tristesse et d'une incroyable delicatesse, tout...
    Voir plus

    Ce roman narre le quotidien déchiré d'une femme, veuve de marin, dont le fils disparaît du jour au lendemain : le temps passe, l'attente s'installe, le souvenir reste, et, pendant ce temps, la vie continue. C'est un voyage intérieur d'une profonde tristesse et d'une incroyable delicatesse, tout en nuances, que nous fait vivre G. Josse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman, tout en subtilité dévoile par strates, une grande souffrance et rend ce récit entrelacé de lettres à l’absent, poignant. La narration est tenue par une belle écriture. Un magnifique portrait de femme « brodé » par l’écriture pudique et mélancolique de Gabrielle Josse.

    Ce roman, tout en subtilité dévoile par strates, une grande souffrance et rend ce récit entrelacé de lettres à l’absent, poignant. La narration est tenue par une belle écriture. Un magnifique portrait de femme « brodé » par l’écriture pudique et mélancolique de Gabrielle Josse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je n'avais pourtant pas été tenté par ce livre au départ, mais j'ai entendu que de belles choses sur ce livre que je me suis lancé! Après la lecture, c'est sans regret que j'ai lu ce roman émouvant, fluide, de haut vol!
    Une maman qui subit de plein fouet la disparition soudaine de son fils...
    Voir plus

    Je n'avais pourtant pas été tenté par ce livre au départ, mais j'ai entendu que de belles choses sur ce livre que je me suis lancé! Après la lecture, c'est sans regret que j'ai lu ce roman émouvant, fluide, de haut vol!
    Une maman qui subit de plein fouet la disparition soudaine de son fils après la Seconde Guerre mondiale, vit une attente ponctuée de souvenirs, de projets, de joies, de peines! Tout cela sous la plume pleine de justesse et de simplicité de Gaëlle Josse!
    A lire sans modération et une auteure à faire connaître!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans ce roman, Gaëlle Josse nous expose la langueur de l’attente d’une mère en proie à l’absence soudaine et brutale d’un fils parti en mer.

    Louis, seize ans, s’en est allé. Alors Anne, sa mère, est sous le choc. Elle n’ose y croire, craint le pire, elle qui a perdu un premier mari en mer....
    Voir plus

    Dans ce roman, Gaëlle Josse nous expose la langueur de l’attente d’une mère en proie à l’absence soudaine et brutale d’un fils parti en mer.

    Louis, seize ans, s’en est allé. Alors Anne, sa mère, est sous le choc. Elle n’ose y croire, craint le pire, elle qui a perdu un premier mari en mer. Parce que Louis est désormais matelot quelque part sur les flots, Anne a peur. La situation familiale était tendue, les familles recomposées ne voient pas toujours leur puzzle s’imbriquer parfaitement, et puis c’était une autre époque, l’après-guerre. Les gens parlaient, supputaient sur celle qui se remariait, mais Étienne, elle le connaît depuis l’enfance et il a été tellement attentionné et patient envers elle.
    Avec ce départ précipité, il y a les souvenirs qui resurgissent, les privations de la guerre, les punitions des femmes, les crânes tondus… Il y a aussi les bonnes raisons de céder aux avances du fils du pharmacien. Anne les énonce comme pour s’en persuader, ou persuader le fils qui est parti, lui expliquer son choix. Elle l’a fait pour eux, pour lui. Et maintenant, il est parti. Alors elle attend inlassablement son retour, scrute l’horizon, se noie dans les embruns, espère, essaie de comprendre, se meurt de l’absence qui ronge l’âme. Elle lui écrit, lui explique tout ce qu’elle fera à son retour, le festin interminable dont ils se régaleront tous, comme si tout cela pouvait le faire revenir plus vite.

    Le temps passe mais l’auteure ne le décompte pas précisément. Elle nous laisse dans la lascivité de l’attente du personnage et dans le flou temporel qui en devient la conséquence. Les chapitres se succèdent dans la sensibilité et la fragilité de cette mère qui a perdu une partie d’elle-même mais qui jamais ne perd l’espoir de revoir son enfant. Et pourtant, Gabriel et Jeanne, qu’elle a eu avec Étienne, sont toujours là. Mais le manque est plus fort et emporte tout.

    « Je m’invente des ancres pour rester amarrée à la vie, pour ne pas être emportée par le vent mauvais, je m’invente des poids pour tenir au sol et ne pas m’envoler, pour ne pas fondre, me dissoudre, me perdre. Toutes ces choses ténues, dérisoires, je m’y accroche pour repousser le prénom qui cogne à mes tempes, à mon cœur, à tout mon corps, pour tenir à distance ce halo d’ombre qu’il agite autour de moi. »

    Ce roman transpire le tragique et l’amour. C’est l’absence dévorante, la maternité bouleversée, les failles du couple, la pudeur d’une mère.

    Sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2020/04/11/lecture-une-longue-impatience-de-gaelle-josse/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.